Chörten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Circumambulation autour du chörten du monastère de Labrang dans le Gansu.

Le chörten (en tibétain : མཆོད་རྟེན། ; Wylie : mchod rten, prononcer Tcheutèn) est la forme tibétaine des stūpas bouddhiques que l'on retrouve dans l'ensemble de l'Asie et du dagoba du Sri Lanka.

Ils constituent l'expression architecturale la plus répandue du bouddhisme. On les rencontre partout, et sous diverses tailles, depuis la sculpture miniature destinée à être posée sur un autel, jusqu'à l'édifice monumental[1].

Des chörtens furent construits et le sont toujours dans l'ensemble des régions himalayennes.

Origines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Stūpa.

Le stūpa indien était initialement une construction pérenne symbolisant un monument funéraire sans espace intérieur accessible. Le premier stūpa a été construit en Inde, au IIe siècle avant notre ère. Il était un des symboles de la religion bouddhiste, à une époque où les images religieuses n'étaient pas admises.

Les premiers chörtens du Tibet étaient destinés à recevoir les reliques du Bouddha Sakyamuni. Ils devinrent par la suite le réceptacle du corps des Tibétains considérés comme saints. La dépouille mortelle des dignitaires comme le dalaï-lama ou le panchen lama est inhumée dans un chörten de très grandes dimensions ou en or. D'autres chörtens renferment des textes sacrés[1].

Du stūpa au chörten[modifier | modifier le code]

Stūpa construit par Thubten Ngodup et consacré par Khamtrul Rinpoché à Gangchen Kyishong, Dharamsala.

La forme du stūpa connaît une forte variation lors de sa dissémination dans le continent asiatique, chaque région développant son style propre. Ainsi, au Tibet, de même qu'au Bhoutan, au Ladakh et au Sikkim, le stūpa devient chörten, avec sa forme caractéristique de bulbe, tandis qu'en Birmanie et en Asie du Sud-Est, il adopte une forme typique de cloche.

Il existe huit formes de stūpa. L'une d'entre elles, dite de la « victoire sur Māra », fut choisie pour la construction d'un stūpa dédié au gouvernement tibétain en exil, à Gangchen Kyishong, près de Dharamsala, par Thubten Ngodup. Fermement ancrée à la terre, il est réputé avoir le pouvoir de s'opposer au forces négatives souterraines[2].

Architecture[modifier | modifier le code]

Les chörtens existent de toutes les tailles, depuis la sculpture miniature qui est posée sur un autel, jusqu'à l'édifice monumental[1], et sous plusieurs couleurs.

Matériaux[modifier | modifier le code]

À cause de la relative rareté du bois au Tibet, et en l'absence de construction monumentale en pierres, le chörten est construit avec les mêmes matériaux que les fermes et les monastères : briques séchées ou pierres équarries avec un habillage en plâtre. Le renouvellement du plâtre constituait un acte de mérite[3].

Style des chörtens[modifier | modifier le code]

Chörten servant de porte de ville à Lhassa (1938).

Le style des chörtens va de la copie des stūpas indiens (notamment de ceux du Cachemire ou du royaume Pala) aux édifices complexes bâtis sur plusieurs niveaux avec des espaces intérieurs accessibles et réservés au culte, comme pour le chörten de Gyantsé, aussi dénommé kumbum, le plus important du Tibet[3] ; d'autres sont en forme de porte[4].

Il existe aussi des petits chortens votifs en cuivre.

Le plan des chörtens tibétains peut varier, allant du plan circulaire dans le Kham au plan carré au Ladakh.

On y accroche aussi les drapeaux de prières bouddhistes.

Symbolisme[modifier | modifier le code]

Chörten au Ladakh.

Des chörtens furent construits et le sont toujours dans l'ensemble des régions himalayennes. Les fidèles considèrent cette action comme vertueuse[4].

Sous une apparente simplicité, le chörten répond à un symbolisme complexe. Il autorise plusieurs niveaux d'interprétation.

Il représente tout d'abord les trois refuges du bouddhisme :

  • les quatre marches du bas symbolisent la communauté des religieux (Sangha),
  • la base cubique renvoie à l'enseignement de Bouddha (dharma),
  • le bulbe renversé évoque le Bouddha lui-même[1].

La forme de ses différentes parties a un sens symbolique bien précis.

  • L'axe central figure l'axe du monde, qui relie les enfers, la Terre et les cieux.
  • La base carrée s'apparente à l'élément terre, elle représente l'éthique des « dix vertus » sur laquelle repose la pratique spirituelle.
  • La partie en arrondi ou bulbe symbolise une goutte, l'élément eau, soit la fluidité.
  • La partie en forme de flamme, avec en général ses treize disques empilés, symbolise l'élément feu, c'est-à-dire la chaleur, et les treize états supra-humains.
  • La demi-lune ou croissant représente l'élément air, soit la transparence.
  • Enfin le cercle s'effilant en pointe dans l'espace (le soleil surmonté d'une flamme) symbolise l'élément éther, c'est-à-dire la subtilité[5],[1].

Schématiquement le chörten correspond aux multiples aspects de la progression vers l'Éveil[6]. Cette évolution fait intervenir cinq sagesses, associées chacune à un Dhyani-Bouddha. De bas en haut, les éléments du chörten, les cinq sagesses et les cinq Dhyani-bouddha sont associées comme suit :

  • la base : la sagesse de l'identité : Ratnasambhava,
  • le bulbe : la sagesse du miroir : Akshobhya,
  • la tige avec les treize disques : la sagesse de la discrimination : Amitabha,
  • la lune : la perfection des actes : Amoghasiddhi,
  • le soleil : la sagesse de la loi : Vairocana[1].

Si les sculptures sont la représentation du corps du Bouddha et les textes sacrés transmettent sa parole, le chörten est le vecteur de son esprit. Il peut contenir différentes reliques sacrées qui lui confèrent sa puissance. Ainsi le chörten peut transmettre la bénédiction du Bouddha.

Les huit vies du Bouddha[modifier | modifier le code]

Chörtens entre Lhassa et Ganden.

Il existe plusieurs types de chörten, dont les huit principaux correspondent à la vie du Bouddha[7]. Ils présentent chacun un détail qui les différencie des autres[4] :

  • le chörten de la multitude du lotus correspondant à sa naissance
  • le chörten de l'éveil,
  • le chörten de la mise en mouvement de la roue du Dharma en correspondance avec le premier enseignement,
  • le chörten de la descente du monde des Dieux dans lequel Bouddha était venu,
  • le chörten de la réconciliation,
  • le chörten des prodiges,
  • le chörten de la véritable victoire (celle sur la mort),
  • le chörten du parinrvana (la mort du Bouddha).

Circumambulations[modifier | modifier le code]

Le chörten doit être contourné par la gauche en signe de déférence. Comme avec le stūpa, il est possible d'obtenir du mérite en marchant autour d'un chörten dans le sens des aiguilles d'une montre, en suivant la route du soleil. Cela s'appelle la circumambulation[4], rite que l'on retrouve dans de nombreuses religions et croyances.

Chörtens célèbres[modifier | modifier le code]

Le stūpa de Bodnath à Katmandou au Népal.
Le chörten Kora, dans le district de Trashiyangtse au Bhoutan.

Dans la bande dessinée[modifier | modifier le code]

En 1960, Tintin au Tibet du dessinateur Hergé présente plusieurs chörtens dans son récit. Le capitaine Haddock apprend dans cet épisode qu'un chörten doit se passer par la gauche, sinon les « démons sont en colère »[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Christian Deweirdt, Monique Masse, Marc Moniez, Le Tibet, coll. « Les guides Peuple du monde », Éditions de l'Adret, Paris, 3e édition, 2008, pp. 110-111 (Le chörten).
  2. Thubten Ngodup, Nechung, l'oracle du Dalaï-lama, avec Françoise Bottereau-Gardey et Laurent Deshayes, Presses de la Renaissance, Paris, avril 2009, (ISBN 978-2-7509-0487-6), p. 315.
  3. a et b Robert E. Fisher, L'art du Tibet, Édition Thames & Hudson, 1998, pp. 83-89.
  4. a, b, c et d Françoise Pommaret, Les huit sortes de chörten, Bhoutan, Éditions Olizane, 2010, 312 p.
  5. Jean Dif, Les chôrtens.
  6. Symbolisme des chortens.
  7. Tcheuky Sengué (François Jacquemart), Le temple tibétain et son symbolisme, Éditions Claire Lumière, 1998, 156 pages
  8. (en) Andrew Bloomfield, Yanki Tsering, Learning Practical Tibetan, p. 117.
  9. Victor Chan, Gyantse Kumbum : une monumentale vitrine des peintres du XV siècle, Tibet, le guide du pèlerin, 1994.
  10. Russell B. Carpenter et Blyth C. Carpenter, The Blessings of Bhutan University of Hawaii Press. p. 142, 2002
  11. Pierre-Louis Augereau, Hergé au pays des tarots: Une lecture symbolique, ésotérique et alchimique de l'œuvre d'Hergé, 1999, p. 263.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]