Kora (pèlerinage)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le pèlerinage bouddhiste. Pour les autres significations, voir Kora (homonymie).
Saule sacré et pèlerins sur le Lingkhor en 1938

Une Kora est une circumambulation autour d'un lieu géographique, un pèlerinage dans la tradition du bouddhisme tibétain.

Certaines durent 18 jours, autour du Lac Namtso. Il existe aussi des pèlerinages autour de montagnes considérées comme sacrées, comme le mont Kailash ou l'Amnye Machen au Tibet. Le Lingkhor est un circuit permettant de faire le tour d'une ville comme celui du Lingkhor de Lhassa. À l'intérieur de Lhassa, le barkhor faisait le tour du temple de Jokhang.

Koras renommées[modifier | modifier le code]

Ainsi les pélerins effectuent une longue circumambulation de plusieurs jours autour de la montagne sacrée de Kailash au Tibet[1]. La circumambulation du Kailash s'effectue traditionnellement en quatre jours, dans le sens des aiguilles d'une montre pour les bouddhistes et les hindouistes, mais dans le sens contraire dans la religion bön. Chaque journée se termine dans un lieu chargé de spiritualité. La marche est difficile. Ainsi le passage du col de Dolma, à plus de 5 600 mètres d'altitude, est une épreuve que certains ne peuvent pas réussir. « Le sens et la valeur inestimable de la vie sont alors palpables ». Chaque instant de l'ascension demande un effort, un dépassement de soi. L'acte si anodin de respirer trouve ici tout son prix, « chaque respiration peut être la dernière, chaque geste peut être le dernier ». L'offrande déposée au sommet du col est l'ultime don fait aux divinités pour les remercier d'être en vie[2].

Autre exemple dans la préfecture autonome tibétaine de Golog du Qinghai, l'Amnye Machen considéré comme la résidence de Machen Pomra, la plus grande divinité locale. La montagne est un dieu du terroir. Il lui est rendu hommage, ainsi qu'aux trois cent soixante dieux secondaires dont il est le chef, par de nombreux pèlerins qui parcourent les quelque 180 km du circuit de circumambulation autour du mont. Avant l'administration chinoise de la région, ils étaient chaque année près de 10 000 à effectuer ce pèlerinage mais ce pèlerinage perdure. L'anthropologue Katia Buffetrille a effectué celui-ci en octobre 1990, elle a mis 8 jours à pied. Elle précise que les pèlerins l'effectuent en 7 jours à pied, en 3 jours à cheval ou en 40 jours s'ils se prosternent[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tcheuky Sengué, Le Temple Tibétain et son symbolisme, (François Jacquemart), 1998, page 20
  2. Laurent Deshayes, Là où les dieux se rencontrent Le mont Kailash Le Monde des religions, 1 mai 2006
  3. Katia Buffetrille et Charles Ramble avec Robbie Barnett, Georges Dreyfus, Samten G. Karmay, Per Kværne et Jigmé Namgyèl, Tibétains, 1959-1999, quarante ans de colonisation, Éd. Autrement, coll. « Monde », 2003, page 99.

Liens internes[modifier | modifier le code]