Matricaria recutita

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Camomille sauvage)
Aller à : navigation, rechercher

La Camomille sauvage, Camomille vraie, Matricaire camomille ou Matricaire tronquée (Matricaria recutita) est une plante herbacée annuelle de la famille des Astéracées et du genre Matricaria.

Elle est parfois appelée Camomille allemande ou Petite Camomille.

Synonyme[modifier | modifier le code]

  • Matricaria chamomilla auct.

Description[modifier | modifier le code]

Petite plante annuelle à tige unique, dressée et rameuse et feuilles très découpées. Les fleurs, minuscules, sont réunies en capitules, et se reconnaissent à leur odeur. Elle fleurit de mai à novembre et on la rencontre dans toutes les régions à l'état sauvage en particulier le long des chemins. Elle se distingue de Matricaria perforata par son réceptacle vide.

Composition chimique[modifier | modifier le code]

Plus de 120 substances chimiques ont été identifiées dans la fleur de camomille sauvage : 28 terpénoïdes, 36 flavonoïdes, et 52 autres composés divers. Toutes ces substances sont des métabolites secondaires de la plante[1] En raison de son usage commercial, l’huile essentielle, qui constitue 0,24–1,9 % des fleurs de la Matricaria chamomilla [2] a été très étudiée. Cette huile est constituée par des métabolites qui sont responsables en particulier pour la défense de la plante: en premier lieu les sesquiterpenes alpha-bisabolol (4,8-11,3 %), oxydes de bisabolol A et B (respectivement 25,5-28,7 % et 12,2-30,9 %), et (E)-β-farnesene (4,9-8,1 %) [1]. Ce dernier terpénoïde est un des composants de l’arôme fruité de la plante, présent aussi dans la peau de la pomme et d’autres fruits [3]. Cela semble expliquer l’étymologie du mot camomille (du grec χαμαίμηλον (chamaimēlon), de χαμαί (chamai) « à terre » et μήλον (mēlon), « pomme » [4], et la désignation espagnole de la plante, "manzanilla salvaje". Les terpénoïdes, jouent un rôle dans la pollinisation [5] et aussi dans la protection des plantes lors des agressions par les insectes herbivores, en les chassant, intoxiquant ou en attirant les prédateurs de ces insectes [6]. La teneur en terpénoïdes de la camomille semble expliquer son action acaricide [7],[8]. Responsable de la couleur bleue de l’huile de camomille, le chamazulène, dérivé de la matricine, constitue 2,3-10,9 % de sa teneur [1]. La matricine, une lactone sesquiterpénique, serait susceptible de posséder comme les autres terpénoïdes mentionnées ci-dessus une fonction protectrice de la plante, car ces composés chassent les prédateurs herbivores [9]. Présents jusqu’à 8 % de la composition de la fleur de camomille [10], les composés phénoliques, en particulier des flavonoïdes, donnent aux fleurons tubulés du capitule une couleur jaune. Les flavonoïdes protègent les plantes des rayons UV, des radicaux libres, pathogènes et herbivores, et attirent les pollinisateurs[11]. Ainsi, la sécheresse provoque dans la camomille une production accrue d’un de ces flavonoïdes, l’apigenine [12]. Les fleurs de la camomille sauvage, et spécialement ses fleurons ligulés possèdent des benzopyrones associées aux flavonoïdes, les coumarines [13], qui donnent à la plante son odeur de foin fraîchement coupé.

Les métabolites primaires de la Camomille sauvage, utilisés directement pour sa croissance et développement, ont été étudiés surtout par rapport à son adaptation aux stress environnementaux : la concentration en chlorophylle de la plante diminue sous l’effet du cuivre, de l’ excès d’acide salicylique [1], et de l’ excès d’eau [14]. Le déficit en azote, par contre, n’a pas modifié la teneur de la plante en chlorophylle, mais a provoqué une diminution des protéines solubles dans ses feuilles et racines. Différents acides aminés rajoutés au milieu de croissance de la Camomille stimulent la synthèse de ses protéines et la font croitre, augmentent le nombre de ses branches, le nombre de capitules et le poids des ses parties aériennes [1].

Propriétés et usages médicinaux[modifier | modifier le code]

Fleurs

Ce sont les mêmes que celles de la camomille romaine (Chamomillae romanae flos) : elle est tonique, stomachique, antispasmodique et analgésique.

Elle s'utilise en tisane, seule ou en mélange, et on lui attribue à dose modérée une certaine efficacité contre l'insomnie, dans le cas de troubles digestifs fonctionnels (vertu carminative), digestions difficiles (spasmes digestifs douloureux), ainsi que pour les jeunes femmes, quelques jours avant la fin du cycle menstruel[réf. nécessaire], d'où son nom latin Matricaria (de mater, la mère). En interne toujours, elle a une efficacité reconnue contre l'eczéma. Elle soulage également les insolations et participe à la remise en place de l'hydratation du corps (dans tous les cas, consultez un médecin)[réf. nécessaire].

En usage externe, on l'utilise pour faire des cataplasmes et des rinçages en cas de conjonctivite et d'inflammation des yeux[réf. nécessaire]. En soin de beauté, elle peut être utilisée en lotion et en eau de rinçage des cheveux[réf. nécessaire].

Autres usages[modifier | modifier le code]

En viticulture, la camomille matricaire est une précieuse [réf. nécessaire] alliée de la vigne à partir de la préfloraison, au moment où les cépages ont tendance à exprimer une chlorose ferrique, et jusqu'à la véraison[réf. nécessaire]. L'azulène qu'elle contient est une huile essentielle qui régule l'évapotranspiration via la stimulation du cycle du potassium[réf. nécessaire]. De ce fait, elle a aussi un effet déstressant si : [réf. nécessaire]

  • la vigne souffre chroniquement de stress hydrique à cause d'un enracinement trop superficiel ;
  • les vignes sont installées sur un sol pierreux ou sableux pauvre en eau ;
  • en cas de forte chaleur ou de canicule.

En agriculture bio-dynamique, la camomille matricaire est utilisée dans la préparation 503 pour le compost. Elle aurait une action sur les substances azotées et le calcium permettant ainsi une croissance saine des plantes fertilisées. En effet, les plantes ont une préférence pour l'azote, une absorption trop importante rend les plantes "aqueuses" et donc plus sensibles aux champignons parasites. La préparation 503 permettrait donc aux plantes d'optimiser l'absorption de l'azote[15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e . Singh O, Khanam Z, Misra N, Srivastava MK. Chamomile (Matricaria chamomilla L.): An overview. Phcog Rev 2011;5:82-95, http://www.phcogrev.com/article.asp?issn=0973-7847;year...5;...Singh
  2. Chemical Composition of Chamomile, Leung's Encyclopedia of Natural Ingredients www.answers.com › Library › Science
  3. Eberhard Breitmaier, Terpenes: flavors, fragrances, pharmaca, pheromones, John Wiley & Sons, Weinheim, 2007, p. 24, books.google.ch/books?isbn=3527317864...
  4. Matricaria chamomilla – Wikipedia, en.wikipedia.org/wiki/Matricaria_chamomilla
  5. Maimone, T.J.; Baran, P.S. Modern Synthetic Approaches to Terpenes, Nature Chem. Bio. 2007, 3, 396 – 407
  6. Dinesh A. Nagegowda, David Rhodes, and Natalia Dudareva, The MEP Pathway and Rhythmic Emission of Herbivore-Induced Plant Volatiles, in Constantin A. Rebeiz et al. (eds.), The Chloroplast: Basics and Application, Springer Science+Business Media B.V. 2010, p. 148
  7. Macchioni, F., Perrucci, S., Cecchi, F., Cioni, P.L., Morelli, I., Pampiglione, S., 2004. Acaricidal activity of aqueous extracts of chamomile flowers, Marticaria chamomilla, against the mite Psoroptes caniculi. Med. Vet. Entomol., 18(2):205-207. [doi:10.1111/j.0269-283X.2004.00488.x]
  8. Khodadad Pirali-Kheirabadi , Mehdi Razzaghi-Abyaneh, Biological activities of chamomile (Matricaria chamomile) flowers’ extract against the survival and egg laying of the cattle fever tick (Acari Ixodidae), J Zhejiang Univ Sci B. 2007 September; 8(9): 693–696, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1963437/
  9. Jan Nawrot, Zdeňka Smitalová and Miroslav Holub, Deterrent activity of sesquiterpene lactones from the umbelliferae against storage pests, Biochemical Systematics and Ecology, Volume 11, Issue 3, 1983, pp 243-24
  10. SUMMARY OF DATA FOR CHEMICAL SELECTION. Apigenin. ntp.niehs.nih.gov/ntp/htdocs/Chem.../Apigenin.pdf
  11. Florence Gleason, Raymond Chollet, Plant Biochemistry, Jones and Bartlett Publishers, Inc, Burlington, MA 2011, p. 136
  12. Mostafa Hojati, Seyed Ali Mohammad Modarres-Sanavy, Faezeh Ghanati, Mehdi Panahi. Hexaconazole induces antioxidant protection and apigenin-7-glucoside accumulation in Matricaria chamomilla plants subjected to drought stress. Journal of plant physiology. 2011 May 15;168(8): 782-91
  13. Barbara Tosi, Carlo Romagnoli, Emilia Menziani-Andreoli and Alessandro Bruni, Characterization of Coumarins in Chamomile Preparations Sold in Italy, Pharmaceutical Biology, 1995, Vol. 33, No. 2, Pages 144-147
  14. Alireza Pirzad, Mohammad Reza Shakiba, Saeed Zehtab-Salmasi, Seyed Abolghasem Mohammadi, Reza Darvishzadeh and Abbas Samadi, Effect of water stress on leaf relative water content, chlorophyll, proline and soluble carbohydrates in Matricaria chamomilla L., Journal of Medicinal Plants Research Vol. 5(12), pp. 2483-2488, 18 June, 2011
  15. http://www.bio-dynamie.org/fondements-agriculture-biodynamique/preparations-biodynamiques/preparation-compost-camomille.htm

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Référence taxonomique[modifier | modifier le code]