Bézu-le-Guéry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bézu-le-Guéry
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Château-Thierry
Canton Charly-sur-Marne
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Charly-sur-Marne
Maire
Mandat
Philippe Guyon
2014-2020
Code postal 02310
Code commune 02084
Démographie
Gentilé Bézuyats
Population
municipale
259 hab. (2011)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 31″ N 3° 13′ 33″ E / 49.0086111111, 3.2258333333349° 00′ 31″ Nord 3° 13′ 33″ Est / 49.0086111111, 3.22583333333  
Altitude 170 m (min. : 64 m) (max. : 212 m)
Superficie 11,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Bézu-le-Guéry

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Bézu-le-Guéry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bézu-le-Guéry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bézu-le-Guéry

Bézu-le-Guéry est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe entre champs et forêts en dehors des grandes voies de communication, cependant, elle est proche de l'autoroute A4, de la sortie Montreuil aux Lions et de la gare SNCF Nanteuil-Saâcy.

Bézu-le-Guéry est situé à 7 km au nord-ouest de Charly-sur-Marne et à 17 km au sud-ouest de Château-Thierry.

Communes limitrophes de Bézu-le-Guéry
Montreuil-aux-Lions Marigny-en-Orxois Coupru
Sainte-Aulde
(Seine-et-Marne)
Bézu-le-Guéry Domptin, Villiers-Saint-Denis
Méry-sur-Marne
(Seine-et-Marne)
Nanteuil-sur-Marne
(Seine-et-Marne)
Crouttes-sur-Marne

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Pisseloup (partagé avec Montreuil-aux-Lions).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • Ru de Bézu.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Gare de Nanteuil - Saâcy à 4 km.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bézu le Guéry était autrefois une vicomté : ses seigneurs étaient des vicomtes, titre attaché à la Seigneurie du lieu. Le dernier seigneur était De Forget, capitaine des fauconniers. Plus tard, le comte de Boisrouvraye, capitaine de chevalerie, « comte de Villiers, Domptin, Champversy et d'autres lieux », réside de préférence à Champversy (hameau de Bézu le Guéry). En 1789, le comte de Boisrouvraye représente la région aux États Généraux. Le 10 juillet 1790, il siège à l'Assemble Constituante. La chute de la monarchie, les événements de 1792, le contraignirent à fuir. Il meurt en exil en 1800. La comtesse revient habiter le château de Villers qui sans doute, du fait de sa présence, est sauvé du désastre, tandis que le château de Champversy est abandonné et démoli.

Le village de Bézu le Guéry n'a pas souffert des bombardements, n'étant ni un point stratégique, ni un lieu de concentration de troupes. Il y eut néanmoins quelques escarmouches au début de 1914 entre les Britanniques et les arrières-gardes de l'armée allemande en retraite après la bataille de la Marne. Le village fut toutefois pillé par l'occupant. Les troupes françaises, puis la 2e division américaine occupèrent successivement les bois et les grandes fermes de La Longue, Larget et Ventelet.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Jean-Pierre Delaitre [1]    
mars 2014[2] en cours
(au 12 mai 2014)
Philippe Guyon    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 259 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
344 370 347 347 349 370 350 357 332
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
307 282 276 280 275 273 264 260 233
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
215 221 193 172 205 202 175 169 156
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
149 153 121 138 165 204 238 243 259
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Village situé dans la zone d'appellation Champagne de l'Aisne.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Rufin-et-Saint-Valère.
Intérieur de l'église.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église placée sous le vocable de Saint-Rufin-et-Saint-Valère.
L'église actuelle date de XVe siècle, rehaussée au XVIIIe siècle d'une voute de pierre et agrémentée d'un porche avec coquille.
Le clocher a été reconstruit aux XIXe et XXe siècles.
Les boiseries et le pavement de la partie antérieure du choeur sont du 17eme siècle, restaurés début XXIe siècle ainsi que les tableaux.
Création des vitraux de la nef en 2008.
L'église a été transformée en hôpital de campagne en juin 1918[5].
  • Ferme de La Longue (lieu-dit La petite Longue).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  2. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne,‎ 12 mai 2014 (consulté le 26 juillet 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. Informations inscrites à l'entrée de l'église.