Coincy (Aisne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coincy.
Coincy
Image illustrative de l'article Coincy (Aisne)
Blason de Coincy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Château-Thierry
Canton Fère-en-Tardenois
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Château-Thierry
Maire
Mandat
Frédéric Martinaud
2014-2020
Code postal 02210
Code commune 02203
Démographie
Population
municipale
1 312 hab. (2011)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 42″ N 3° 25′ 21″ E / 49.1616666667, 3.4225 ()49° 09′ 42″ Nord 3° 25′ 21″ Est / 49.1616666667, 3.4225 ()  
Altitude Min. 91 m – Max. 218 m
Superficie 17,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Coincy

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Coincy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coincy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coincy

Coincy est une commune française située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules aux deux clefs d'argent passées en sautoir, et à l'épée renversée du même posée en pal, la garde et la poignée d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 12 mai 2014)
Frédéric Martinaud DVG Réélu pour le mandat 2014-2020[1], [2]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 312 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
952 1 037 988 1 000 1 078 1 113 1 167 1 097 1 120
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 100 1 147 1 145 1 072 1 082 1 048 1 089 1 117 1 114
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 053 1 046 984 876 828 821 804 727 703
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
708 752 840 946 1 039 1 156 1 218 1 267 1 312
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sites classés monuments historiques sur la commune :

  • ancienne abbaye, partiellement classée depuis 1928 ;
  • église Notre-Dame du XIIe siècle, classée depuis 1921. Elle possède de remarquables fresques montrant des combats ou scènes de tournois entre chevaliers datant des environs de 1200 [5] ;
  • 43 bornes délimitent le territoire communal. Elles marquaient, autrefois (en 1770), les limites de l'abbaye qui correspondent maintenant à celles de la commune. Elles sont toutes gravées avec un numéro propre avec la face inscrite tournée vers le village.
Article détaillé : Bornes de délimitation de Coincy.
  • la « hottée du diable » est un amas de rochers aux formes sculptées par l'érosion, placé au sommet d'une butte sableuse. La configuration et l'atmosphère qui se dégage du lieu lui ont conféré de nombreuses légendes. Le site offre quelques grottes et divers sites d'escalade. La jeune Camille Claudel a commencé à exercer son œuvre sur ces rochers. C'est aussi un site d'escalade de blocs.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gauthier de Coincy (né à Coincy en 1178 - mort à Soissons en 1236). Moine bénédictin et trouvère, qui fut l'un des tout premiers et des plus grands poètes de la langue française (Miracles de Nostre Dame).
  • Victor Etienne Cesson, artiste peintre né et mort à Coincy (1835-1902). A décoré l'église de Saint-Germain en Laye et le château de Linières (Vendée), a travaillé à Paris avec Pierre Puvis de Chavannes. Un tableau de Cesson est conservé au Musée de Château-Thierry.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  2. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne,‎ 12 mai 2014 (consulté le 26 juillet 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. L’apparition des cottes d’armes et housses armoriées en France (XIIe-XIIIe siècles) sur le site « Paratge ».

Liens externes[modifier | modifier le code]