Athanase Clément de Ris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clément de Ris et Clément.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Dominique Clément de Ris.
Athanase Clément de Ris
Image illustrative de l'article Athanase Clément de Ris

Naissance 29 juin 1782
Drapeau du duché de Bretagne Province de Bretagne
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Tréguier
Décès 28 octobre 1837 (à 75 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau de l'Empire français Empire français
Royaume de France Royaume de France
Drapeau de l'Empire français pendant les Cent-Jours Empire français (Cent-Jours)
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Arme Cavalerie
Grade Colonel
Conflits Guerres révolutionnaires
Guerres napoléoniennes
Distinctions Chevalier de l'Empire
Légion d'honneur
(Commandant)
Autres fonctions Pair de France
Famille Fils de Dominique Clément de Ris

Athanase Louis Marie Clément de Ris (29 juin 1782 - Tréguier, 28 octobre 1837 - Paris) était un militaire et homme politique français du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Clément de Ris sortit involontairement du collège de Pontlevoy (où il était élève) avant d'y avoir terminé son cours d'études, et s'engagea comme simple dragon dans le 10e régiment.

Il passa par tous les grades inférieurs, avant d'obtenir les épaulettes de sous-lieutenant, fit la campagne de 1805 à l'armée d'Italie comme aide de camp du maréchal Masséna, celle de Prusse (1806) comme adjudant-major au 16e dragons où il reçut la décoration de la Légion d'honneur. Il fut blessé d'un coup de lance au combat de Deppen le 4 février 1807, se trouva aux batailles d'Eylau et de Friedland, et passa en Espagne en qualité d'aide de camp du maréchal Lefebvre.

Le 27 juillet 1808, Clément de Ris fils fut créé chevalier de l'Empire.

Il fit encore les campagnes de Bavière, à la suite de laquelle il fut créé chevalier de l'ordre militaire de Maximilien-Joseph de Bavière, du Tyrol et d'Autriche (1809), et fut promu capitaine au dragons de la garde impériale.

Après la retraite de Russie, il obtint le grade chef d'escadron dans la Vieille Garde et la croix d'officier de la Légion d'honneur. À la fin de 1813, son état de santé l'obligea à quitter le service actif.

Chevalier de Saint-Louis en 1814, et colonel, il reprit du service pendant les Cent-Jours comme adjudant-commandant du chef d'état-major d'une division de cavalerie légère, fut blessé à la poitrine le 9 juillet, sous les murs de Strasbourg, quitta l'armée au licenciement, et rentra dans ses foyers.

La mort de son père l'appela, le 26 mars 1828, par droit d'hérédité, à siéger dans la Chambre des pairs. Il s'y montra constamment dévoué aux ministres qui se sont succédé depuis cette époque.

Rallié en effet à la monarchie de Juillet, il se prononça notamment, en 1835, comme juge de la « cour des Pairs », pour la condamnation des accusés d'avril.

Il avait été admis à la retraite comme colonel de cavalerie en non-activité, et le 13 septembre 1832.

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Fils aîné de Dominique, comte Clément de Ris (17501827) et de Catherine Chevreux du Miny ( ✝ 1829), Athanase Louis Marie Clément de Ris épousa, le 20 mai 1810 à Paris, Marie-Caroline Le Jeans (22 mars 1789 - Marseille11 décembre 1827 - Paris), fille de Guillaume Lazare Lejeans (17381803), membre du Sénat conservateur.

Sans enfants, le couple Clément de Ris avait adopté les trois enfants de Elisabeth Torterat (qui, vus leurs prénoms, pourraient être les siens) :

Titres[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext chevalier de l'Empire OLH.svg
Blason Athanase Clément de Ris (1782-1837).svg
Armes du chevalier Clément de Ris et de l'Empire

Parti d'azur et de gueules, l'azur au chevron d'or accompagné en chef de deux étoiles d'argent, et en pointe d'une colombe d'argent tenant au bec une branche d'olivier de sinople ; le gueules au casque de dragon d'or surmonté d'un signet Page d'aide sur l'homonymie de sable, le tout soutenu d'une champagne de gueules au signe des chevaliers.[2]

Orn ext Comte (baron-pair) ComLH.svg
Blason fam fr Clément de Ris.svg
Armes du comte Clément de Ris, Baron-pair héréditaire

D'azur, au chevron d'argent, acc. en chef de deux étoiles d'or et en pointe d'une colombe d'argent, tenant en son bec une branche d'olivier de sinople.[3]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Clément de Ris (Athanase-Louis-Marie, comte) », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français,‎ 1889 [détail de l’édition]  ;
  • Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne ... : ouvrage rédigé par plus de 300 collaborateurs, nouvelle édition, revue, corrigée et considérablement augmentée, vol. 5-6,‎ 1847 (lire en ligne) ;
  • Procès-verbal des séances de la Chambre des Pairs : Numéros 55-68, Didot,‎ 1828 (lire en ligne) ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no LH/2614/44 », base Léonore, ministère français de la Culture
  2. a, b et c « BB/29/970 page 131. », Titre de chevalier, accordé suite au décret le nommant membre de la Légion d'honneur en date du 14 avril 1807, à Athanaze, Louis, Marie, Clément de Ris. Toulouse (27 juillet 1808)., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)
  3. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor,‎ 1861, 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]