Marie-Josèphe de Portugal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marie-Josèphe de Portugal
Le duc Charles-Théodore

Marie-Josèphe de Bragance, infante de Portugal, née le 19 mars 1857, décédée le 11 mars 1943.

Fille de l'ex-roi Michel Ier de Portugal et de Adélaïde de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg, elle était affectueusement appelée par sa famille Marie-Josée.

Marie-Josèphe de Portugal épousa à 17 ans en 1874 Charles-Théodore, duc en Bavière (1839-1909)

Cet homme timide et droit de 18 ans son aîné, frère de l'impératrice d'Autriche, de l'ex-reine des Deux-Siciles et de la duchesse d'Alençon, veuf et père d'une petite-fille de 8 ans, Amélie Marie en Bavière, profondément marqué par les guerres où il avait combattu en tant qu'officier bavarois et les morts prématurées de sa première épouse et son beau-frère en 1867, osa braver les conventions de son milieu, renoncer à sa carrière militaire et entamer sur le tard (1872) des études de médecine - ce qui ne manquait pas de choquer sa famille, les membres de son milieu et de provoquer les moqueries du reste de la population.

Il n'en devint pas moins un ophtalmologue réputé et fonda un hôpital où il soigna gracieusement les plus démunis avec l'aide et le soutien de Marie-Josèphe, animée d'une profonde charité chrétienne.

De leur union naîtront :

Bien qu'éloigné du monde curial et ne menant pas de vie mondaine, ses deux filles cadettes contractèrent des unions brillantes : En 1900, Élisabeth épousa le roi Albert Ier de Belgique et Marie-Gabrielle le prince royal Rupprecht de Bavière.

Après avoir donné le jour à un fils prénommé Léopold comme le fondateur de la dynastie belge, Élisabeth donna le jour à un fils et une fille qui furent prénommés Charles-Théodore et Marie-José en l'honneur de leurs grands-parents maternels. En 1905, la princesse Marie-Gabrielle avait donné le jour à un fils prénommé Albert comme son oncle le futur roi des Belges.

Ces enfants n'eurent pas la possibilité de connaître longtemps leur grand-père. Le duc-médecin Charles-Théodore s'éteignit en 1909. La même année Marie-Josée perdit également sa mère la duchesse de Bragance tandis qu’Élisabeth et Albert accédaient au trône de Belgique.

En 1912, Amélie-Marie, Marie-Gabrielle et son fils Rodolphe ainsi que Louis-Guillaume moururent prématurément.

En 1914, mourut le fils aîné du Kronprinz Luitpold qui avit treize ans. la même année éclata la Première Guerre mondiale. L'invasion de la Belgique par les troupes allemandes fut une douloureuse épreuve pour la duchesse vieillissante. Comble de cruauté, le Kaiser disposa volontairement sur le front belge les troupes commandées par le comte de Jettenbach, beau-frère de la reine, tandis que le prince royal de Bavière, veuf de Marie-Gabrielle, s'illustrait en Lorraine.

En 1918, avec la défaite s'effondrèrent les monarchies allemandes.

Dès le début des années 1920, on parla ouvertement de la possibilité d'un mariage entre Marie-José de Belgique et le prince de Piémont au grand dam de l'ex-reine Marie des Deux-Siciles, sœur du duc Charles-Théodore et grand-tante de la jeune fille, qui n'oubliait pas qu'elle devait sa vie de reine déchue et exilée à l'arrière-grand-père du jeune homme. L'"héroïne de Gaëte" s'éteignit octogénaire en 1925. Maire-Josée de Belgique épousa le futur Humbert II d'Italie en 1930.

En 1934 et 1935 les familles royales belges et bavaroises furent endeuillées par la mort tragique du mari d'Elisabeth. Le fils aîné d’Élisabeth monta sur le trône sous le nom de Léopold III de Belgique mais perdit accidentellement son épouse la populaire reine Astrid l'année suivante.

Les années 1930 étaient également marquées en Allemagne par la prise du pouvoir par les nazis.

En 1939 le prince Royal Rupprecht de Bavière, opposé de longue date à l'évolution politique de l'Allemagne, fut contraint à l'exil. Peu après éclata la Seconde Guerre mondiale. La Belgique fut de nouveau envahie.

La duchesse Marie-Josée en Bavière mourut en 1943 à l'âge de 85 ans.

Elle échappa peut-être au sort qui s'abattit sur la famille de son petit-fils l'année suivante : le prince Albert de Bavière et sa famille furent déportés à Dachau.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Généalogie des rois et des princes de Jean-Charles Volkmann Edit. Jean-Paul Gisserot (1998)
  • Die Herzöge in Bayern de Marianne Wörwag-Parizot