Composante médicale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Composante terre
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Rôle Service médical
Effectif 2 000 personnes
Fait partie de Armoiries de l'Armée belge Armée belge
Guerres Première Guerre mondiale
Deuxième Guerre mondiale
Guerre de Corée
Commandant Médecin Général-major Geert Laire

La Composante médicale (néerlandais : Medische component) l'une des quatre composantes de l'armée belge, depuis le 1er janvier 2002.

Son commandant en chef est le Médecin Général-major Geert Laire depuis le 21 juillet 2009[1].

Avec ses 2 000 hommes, elle forme la plus petite branche de l'armée belge.

Mission[modifier | modifier le code]

La mission de la Composante Médicale est de fournir à l'armée belge un soutien médical, en Belgique ou à l'étranger, pendant ou en dehors des opérations. La Composante Médicale participe assez régulièrement à des opérations d'aide humanitaire.

Organisation[modifier | modifier le code]

Corps technique médical[modifier | modifier le code]

Les membres du Corps technique médical sont tous officiers (et donc diplômés d'un master). On distingue parmi eux les médecins, les pharmaciens, les dentistes et les vétérinaires.

Corps médical d'appui[modifier | modifier le code]

Le Corps médical d'appui regroupe des officiers, les sous-officiers (diplômés d'un baccalauréat ou de l'enseignement secondaire supérieur) et les volontaires (diplômés de l'enseignement secondaire inférieur). Ce Corps exerce des fonctions paramédicales, organisationnelles ou administratives. On y trouve des officiers gestionnaires (du personnel, du matériel ou d'opérations), des psychologues, des kinésithérapeutes, des infirmiers, des laborantins, des techniciens biomédicaux, des ambulanciers et des brancardiers.

Unités[modifier | modifier le code]

Commandement[modifier | modifier le code]

L'état-major et le commandement des unités de la Composante Médicale sont repris dans le COMOPSMED (Commandement des Opérations du Service Médical) basé à Evere. Le Commandant de la Composante Médicale dispose du COMOPSMED pour assurer la réalisation de ses missions.

Premier échelon de l'appui médical[modifier | modifier le code]

La médecine de première ligne est assurée par les Centres Médicaux Opérationnels (CMO). Ceux-ci disposent d'Antennes Médicales réparties sur la zone de responsabilité desservie par chaque centre au profit du personnel de la Défense belge, d'Éléments Médicaux Avancés (EMA) et d'Éléments Médicaux Avancés Renfort (EMA Rft) pour assurer l'appui lors des entraînements et des opérations militaires. Les missions de ces deux types d'éléments sont les mêmes, à des échelles différentes. Ils doivent assurer l'appui médical dans le cadre d'opérations militaires, l'évacuation des blessés vers leurs installations, la continuité des soins en vue du transfert vers un Élément Médical d'Intervention (EMI) et disposer des moyens nécessaires pour fonctionner de manière autonome 48 heures durant. Les EMA opèrent à l'échelle d'un bataillon (environ 800 hommes) et les EMA Rft à l'échelle d'une compagnie (environ 250 hommes).

'Les appellations des unités changées depuis 2009 (transformation de la Défense)

Le CMO 1 assure l'appui aux unités de la 1 Brigade (ex-1re Brigade Mécanisée) de la Composante Terre dans les environs de Leopoldsburg. Il dispose pour ce faire de 3 Éléments Médicaux Avancés (EMA Bgd Mec) et de 6 Éléments Médicaux Avancés Renfort (EMA Rft Mec).

Le CMO 1 dispose de 10 Antennes Médicales dans les provinces d'Anvers et de Limbourg[2],

Le CMO 7 assure l'appui aux unités de la 7 Brigade (ex-7e Brigade Mécanisée) de la Composante Terre. Il dispose pour ce faire de 3 Éléments Médicaux Avancés (EMA Bgd Mec) et 6 Éléments Médicaux Avancés Renfort (EMA Rft Mec).

Le CMO 7 dispose de 17 Antennes Médicales dans les provinces de Liège, de Luxembourg et de Namur[3].

Le CMO 16 assure l'appui aux unités de para-commandos et de la Composante Air. Pour ce faire, il dispose de 5 Éléments Médicaux Avancés (EMA AMob) et de 6 Éléments Médicaux Avancés Renfort (EMA Rft AMob). Le CMO 16 comprend en outre l'EMA Force Aérienne (EMA Faé) spécialisé dans l'appui médical aux unités de l'armée de l'air.

Le CMO 16 dispose de 10 Antennes Médicales dans les provinces du Brabant flamand, du Brabant wallon, de Hainaut et dans la région de Bruxelles-Capitale[4]

Le CMO 17 assure l'appui au personnel de la Composante Maritime. Les EMA sont classés selon les navires pour lesquels ils sont prévus. Il existe ainsi l'EMA BSL (navire de soutien logistique), des EMA FFG (frégates), des EMA MCMV (chasseurs de mines), des EMA RORO (navires cargos) et des EMA Rft Marine (autres bâtiments).

Le CMO 17 dispose de 12 Antennes Médicales dans les provinces de Flandre-Occidentale et de Flandre-Orientale[5]

Second échelon de l'appui médical[modifier | modifier le code]

Après avoir été évacués et reçu les premiers soins de la part d'un EMA, les blessés sont pris en charge par un Élément Médical d'Intervention (EMI) qui les transfère vers ses installations pour leur y prodiguer des soins plus spécialisés.

L'EMI 1 est responsable de la 1 Brigade (Composante Terre).

Le 5 EMI assurent, en Belgique ou à l'étranger, tous les ravitaillements médicaux de l'armée (à l'exception du sang), assurent la maintenance et le retrait du matériel médical, la fabrication et la conservation de produits pharmaceutiques, la dératisation et la désinfectisation, le traitement et la récupération des articles médicaux évacués et la destruction de produits médicaux déclassés.

Troisième échelon de l'appui médical[modifier | modifier le code]

En troisième lieu, les blessés sont envoyés dans un hôpital belge (que la blessure ait été encourue en Belgique ou à l'étranger). Il peut s'agir d'un hôpital civil, mais les blessés sont en général traités à l'Hôpital Central de la base Reine Astrid (hôpital militaire) de Neder-Over-Heembeek.

Organisation des opérations[modifier | modifier le code]

Dans l'armée belge, le rétablissement médical d'une victime est assuré en quatre étapes.

  1. En premier lieu, il y a la « médecine de première ligne ». À ce stade, les blessures du patient sont analysées afin de déterminer leur gravité pour, ensuite, l'évacuer vers une installation appropriée. Mais pour permettre à l'évacuation de se dérouler dans les meilleures conditions, l'état du patient est stabilisé. (Cette opération se déroule sur le terrain.)
  2. Lors du « rôle 2 » (« Damage control surgery »), le patient reçoit les soins chirurgicaux de base afin de limiter les dégâts aux fonctions vitales et il est conditionné pour l'évacuation sur des distances plus importantes vers le « rôle 3 ». (Cette opération se déroule au poste de secours militaire.)
  3. Le patient est ensuite évacué vers le « rôle 3 » (« Primary surgery »). Un matériel plus sophistiqué est mis à sa disposition. On vérifie que les dispositions prises par le « rôle 2 » suffisent à le mettre dans de bonnes conditions pour le retour en Belgique (le « rôle 4 » ). Si les dispositions prises ne suffisent pas (parce que le travail effectué n'a pas été suffisamment bien effectué ou parce que le matériel qui était à disposition n'était pas suffisamment adapté), les dispositions nécessaires sont prises pour y remédier. (Cette opération se déroule à la base militaire la plus proche.)
  4. En dernier lieu, le patient est remis sur pied au « rôle 4 » (les soins définitifs). Le rôle 4 n'est pas nécessairement un hôpital militaire (actuellement l'hôpital militaire de « soins définitifs » de Belgique est l'hôpital Central de la Base - Reine Astrid) il peut aussi être un hôpital civil. Le rôle 4 dispose d'un ensemble de matériels adaptés à de nombreuses situations. (Cette opération se déroule exclusivement en Belgique.)

Les opérations médicales se déroulent méticuleusement et rigoureusement. Les Assistances médicales sont là dans de nombreuses opérations de l'armée (dans le parachutisme, lors des franchissements de rivières, dans la marine, dans l'armée de l'air (décollage et atterrissage), etc).

Matériel[modifier | modifier le code]

Armes[modifier | modifier le code]

Véhicules[modifier | modifier le code]

Actualité[modifier | modifier le code]

Recrutement

Actuellement, la défense offre des jobs à la Composante Médicale de l'armée belge. Elle recrutent des diplômés pouvant exercer les fonctions d'ingénieurs, de spécialiste informatique ou dans le domaine médical (ophtalmologues, urgentistes, pharmaciens, etc).

Stages jeunesse-Défense durant les vacances d'été

Chaque année, la défense organise des stages pour les jeunes âgés de 14 à 18.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]