Armand de Gontaut-Biron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Biron, Charles Armand de Gontaut-Biron et Famille de Gontaut.
Armand de Gontaut
Seigneur de Biron
Image illustrative de l'article Armand de Gontaut-Biron

Naissance 1524
Décès 26 juillet 1592 (à ~68 ans)
au siège d’Épernay
Mort au combat
Origine Pavillon royal de la France.svg Royaume de France
Grade Maréchal de France
Années de service 15421592
Conflits Guerres de religion
Famille Maison de Gontaut-Biron

Armand de Gontaut, seigneur de Biron, maréchal de France, né en 1524 et tué au siège d’Épernay le 26 juillet 1592.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire d'une famille ancienne du Périgord, servit d'abord en Piémont sous le maréchal de Brissac ; prit part, dans l'armée catholique, aux batailles de Dreux et de Saint-Denis. Après celle-ci, il négocie la paix de Longjumeau[1].

Il combat ensuite à Moncontour, quoiqu'il fût proche des Huguenots ; est nommé en 1569 grand maître de l'artillerie, et est chargé ainsi que Henri de Mesmes, seigneur de Malassise, de conclure avec les Huguenots la paix de Saint-Germain. Cette paix fut appelée « boiteuse et mal assise », par allusion à la claudication de Gontaut-Biron et au nom de la seigneurie (Malassise) de Mesmes[2],[3].

Au lendemain de la Saint-Barthélemy, La Rochelle refuse de le recevoir, le roi lui ordonne alors d'en faire le siège, qui débute en Novembre 1572; le 11 février 1573, le duc d'Anjou prend le commandement de l'armée royale qui compte bientôt 28 000 hommes[4].

Gontaut-Biron reçut en 1577 le bâton de maréchal et commanda successivement en Guyenne, dans les Pays-Bas (bataille de Steenbergen en 1583) et Saintonge ; il fut à la mort de Henri III, l'un des premiers à reconnaitre Henri IV, rendit les plus grands services à ce prince à la bataille d'Arques et au siège de Paris, et fut tué au siège d'Épernay.

Descendants[modifier | modifier le code]

Il se marie le 6 août 1559 avec Jeanne, dame d'Ornezan et de Saint-Blancard, fille et héritière de Bernard, seigneur d'Ornezan, lieutenant-général des galères du roi, et de Jeanne de Comminges qui avait été une des dames qui avaient accompagné Élisabeth d'Autriche, femme de Charles IX, à son entrée dans Paris.
Ils eurent :

  • Charles, duc de Biron, maréchal de France
  • Alexandre,
  • Jean, 2e du nom, baron de Biron après la mort de son frère en 1602
  • Armand,
  • Philiberte, mariée en 1575 à Charles de Pierre-Buffière
  • Charlotte, mariée en 1577 à Jacques Nompar de Caumont
  • Anne, mariée en 1591 à Guy-Odet de Lanes, baron de La Roche-Alais
  • Claude, alliée en 1600 à Charles de La Rochefoucauld, seigneur de Roye, comte de Roucy
  • Louise, mariée en 1605 à Brandelis de Gironde, marquis de Montclarc en Quercy, seigneur de Loupiat.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François-Alexandre de La Chenaye-Aubert, Dictionnaire de la Noblesse, vol. VII, Paris,‎ 1774 (lire en ligne), p. 286
  2. Henri Martin, Histoire de France, t. 9, 4e éd., Paris, 1858, p. 270, qui met cette note : « V. ce que dit à ce sujet un de ces négociateurs, de Mesmes de Malassise, ap. Anc. collect., t. XLVI, p. 175 »
  3. Arlette Jouanna, La Saint-Barthélemy : Les mystères d'un crime d'État, 24 août 1572, Paris, Gallimard, coll. « Les journées qui ont fait la France »,‎ 2007, 407 p. (ISBN 978-2070771028), p. 38, qui n'indique pas de source.
  4. Arlette Jouanna, Jacqueline Boucher, Dominique Biloghi, Guy Le Thiec, Histoire et dictionnaire des Guerres de religion, Robert Laffont, Paris, 1998, p. 207.

Source et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  • R. de Gontaut-Biron, Armand de Gontaut, premier maréchal de Biron (1524-1592), Paris, Plon, 1950, 362 p.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]