Paix de Longjumeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La paix de Longjumeau est un traité de paix signé le , entre catholiques et protestants.

Détails du traité[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative à Longjumeau

Signée à Longjumeau, elle conclut la deuxième guerre de religion française. La bataille de Saint-Denis est restée indécise, et le manque de finances oblige les deux camps à la paix.

Les conditions de l’édit d'Amboise sont renouvelées (culte autorisé dans une ville par bailliage, interdiction de culte à Paris, dans les villes intra-muros). Le roi s'engage à payer les mercenaires des protestants, s’ils quittent immédiatement le royaume.

Cette paix est en fait une trêve ; elle est appelée la paix boiteuse pour cette raison, et parce qu’elle fut conclue par Biron, qui boitait. Elle est également connue sous le nom de mal assise parce qu'elle ne fut pas de longue durée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]