Jacques Nompar de Caumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Caumont.
Officier général francais 7 etoiles.svg Jacques Nompar de Caumont
Duc de La Force
Portrait équestre de Jacques Nompar de Caumont, duc de La Force, maréchal de France
Portrait équestre de Jacques Nompar de Caumont, duc de La Force, maréchal de France

Naissance 30 octobre 1558
Décès 10 mai 1652 (à 94 ans)
Origine Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Dignité d'État Maréchal de France
Conflits Guerres de religion
Guerre de Trente Ans
Distinctions Duc et Pair de France
Famille Maison de Caumont

Jacques Nompar de Caumont, seigneur, marquis puis 1er duc de La Force, pair de France, né le 30 octobre 1558 et mort le 10 mai 1652 au château de La Force en Périgord, est un gouverneur du Béarn, vice-roi de Navarre[1] sous Henri IV, maréchal de France sous Louis XIII et mémorialiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le massacre de la Saint-Barthélemy[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Massacre de la Saint-Barthélemy.

Son père, son frère aîné et lui, avec d'autres membres de la famille de Caumont, étaient venus à Paris pour assister au mariage d'Henri de Navarre avec Marguerite de Valois. Ils habitaient rue de Seine dans le faubourg Saint-Germain-des-Près. Protestants, ils figuraient parmi ceux qui devaient être éliminés pendant le massacre de la Saint-Barthélemy. Il a raconté le massacre. Le temps mis par les soldats pour aller au faubourg avait été suffisant pour que les protestants soient prévenus et pour que la plupart puissent s'enfuir, comme Jean II de Ferrières, seigneur de Maligny et vidame de Chartres, Gabriel de Lorges, comte de Montgomery, qui avait mortellement blessé Henri II, ainsi que son oncle, Geoffroy de Caumont. Son fils aîné étant malade, François de Caumont ne voulut pas partir. Ils ne furent pas immédiatement tués, mais le mardi suivant par une troupe commandée par le comte de Coconat, rue des Petits-Champs. Jacques fait semblant d'être mort entre les corps de son père et de son frère. Couvert de sang il est ensuite sauvé par un marqueur de jeu de paume qui le mène chez sa tante, Jeanne de Gontaut, sœur du maréchal de Biron et protestante. Ce dernier, catholique modéré, le cache à l'Arsenal[2]. La Force suivit le parti d’Henri de Navarre aux côtés duquel il fait ses premières armes et dont il resta toujours le fidèle compagnon et lui resta dévoué jusqu’à la fin. Il était dans le carrosse royal lorsque, le 14 mai 1610, Ravaillac porta le coup mortel au roi.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

  • Après la Saint-Barthélemy, Caumont entre au service et sous la protection du roi de Navarre, le futur Henri IV. Il suit le prince dans ses campagnes militaires et obtient en récompense de sa loyauté, une fonction importante dans le gouvernement de son Périgord natal en 1588[3].
  • Entre 1590 et 1592, il participe aux sieges de Paris, Chartres et Rouen. Le 1er mars 1593, il devient gouverneur et lieutenant-général du Béarn et de Navarre.
  • Il enlève à 76 ans la forteresse de La Mothe défendue par Antoine de Choiseul d'Ische, qui y perdra la vie.
  • Il décède le 10 mai 1652, à l'âge de 94 ans.

Famille[modifier | modifier le code]

Jacques Nompar de Caumont est le fils de François de Caumont, seigneur de Castelnau, et de Philippa de Beaupoil[5].
Le 5 février 1577 il épouse Charlotte de Gontaut-Biron, fille du maréchal Armand de Gontaut-Biron et de Jeanne, dame d'Ornesan. Elle meurt en juin 1635 après lui avoir donné 10 enfants[6],[7].

  1. Armand Nompar de Caumont, marquis puis duc de la Force, né vers 1580, maréchal de France, mort en 1675.
  2. Jean Nompar de Caumont, duc de la Force, marquis de Montpouillan, né en 1581, mort en 1621. Il était aux sièges de Montauban et de Tonneins ou il trouva la mort.
  3. Henri Nompar de Caumont, duc de la Force, marquis de Castelnau, né en 1582, mort en 1678. Il était au siège de Montauban où il tua le duc de Mayenne.
  4. Jacques Nompar de Caumont, seigneur de Mas-Durand[8].
  5. Charles Nompar de Caumont, seigneur de Mas-Durand.
  6. Pierre Nompar de Caumont, baron d'Eymet.
  7. Jean Jacob Nompar de Caumont, marquis de Tonneins.
  8. François Nompar de Caumont, marquis de Castelmoron, seigneur de Montpouillan, maréchal de camp, gouverneur de Béarn, gouverneur de la Principauté de Montbéliard & du comté de Belfort.
  9. Jacqueline Nompar de Caumont.
  10. Isabelle Nompar de Caumont.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Hugon, Au service du Roi Catholique, « honorables ambassadeurs » et « divins espions » : représentation diplomatique et service secret dans les relations hispano-françaises de 1598 à 1635, Casa de Velázquez, 2004, p. 84
  2. Arlette Jouanna, La Saint-Barthélemy : Les mystères d'un crime d'État, 24 août 1572, Paris, Gallimard, coll. « Les journées qui ont fait la France »,‎ 2007, 407 p. (ISBN 978-2070771028)
  3. Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, Dictionnaire historique et biographique des généraux français, 1822, p. 63
  4. Colonel Édouard Hardy de Périni : Batailles françaises page 25
  5. Généalogie de Jacques de CAUMONT La Force sur geneanet.org
  6. La Force sur Grand Dictionnaire Universel du XIXe sciècle
  7. Les Caumont-La Force sur racineshistoire (P6)
  8. Également écrit Masdurant

Bibliographie[modifier | modifier le code]