Aubazines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Aubazine)
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Aubazine redirige ici.
Aubazines
Le bourg d'Aubazines et son église abbatiale.
Le bourg d'Aubazines et son église abbatiale.
Blason de Aubazines
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Corrèze
Arrondissement Brive-la-Gaillarde
Canton Beynat
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Beynat
Maire
Mandat
Jean-Pierre Chouzenoux
2014-2020
Code postal 19190
Code commune 19013
Démographie
Gentilé Aubazinois
Population
municipale
890 hab. (2011)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 10′ 27″ N 1° 40′ 10″ E / 45.17416667, 1.66944444445° 10′ 27″ Nord 1° 40′ 10″ Est / 45.17416667, 1.669444444  
Altitude Min. 126 m – Max. 522 m
Superficie 14,10 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Limousin

Voir sur la carte administrative du Limousin
City locator 14.svg
Aubazines

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de Corrèze
City locator 14.svg
Aubazines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aubazines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aubazines
Liens
Site web Site officiel

Aubazines (nom officiel[1]), également orthographiée Aubazine (Obasina en occitan), est une commune française du département de la Corrèze en région Limousin. L'écriture officielle avec un « S » final provient d'une erreur de transcription sur une carte.

Ses habitants sont appelés les Aubazinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Aubazine panneau.JPG
Les gorges du Coiroux au saut de la Bergère.

Commune du massif Central située au sud-ouest du département de la Corrèze, la commune d'Aubazines, entièrement située en rive gauche de la Corrèze, est bordée au sud par le Coiroux qui la sépare de Palazinges.

En plus du Coiroux, son principal cours d'eau, la commune est traversée par

  • Le ruisseau de la Geinde, long de 2,7 km, qui prend sa source aux lieu-dit les Quatre-Routes sur la commune d'Aubazines. Il conflue sur la commune de Cornil dans le
  • Ruisseau de Brauze, long de 7,4 km, qui prend sa source sur la commune de Sainte-Fortunade. Après avoir reçu les eaux de la Geinde, il se jette dans la Corrèze à Cornil.
  • Ruisseau Français[2]
  • D'un grand nombre de petits ruisseaux et rûs.

Son altitude minimale, 126 mètres, se situe à l'ouest, là où la Corrèze quitte le territoire communal pour servir de limite entre Dampniat et Saint-Hilaire-Peyroux. Les points les plus hauts atteignent ou dépassent 520 mètres et se trouvent, d'une part au Puy de Pauliac qui domine les alentours, et de l'autre, au sud-est, en limite du Chastang, près du lieu-dit la Jarouste.

Le bourg d'Aubazines est établi tout au sud de la commune, sur un promontoire qui surplombe le ruisseau du Coiroux de plus de 150 mètres. Il est situé, en distances orthodromiques, 11 kilomètres à l'est de Brive-la-Gaillarde et 13 kilomètres au sud-ouest de Tulle, à l'intersection des routes départementales 48 et 130.

La commune est également desservie par les routes départementales 48E et 175 et au nord-ouest par la route nationale 89. Si la ligne de chemin de fer Coutras - Tulle traverse bien le territoire communal au nord et à l'ouest, la gare d'Aubazine - Saint-Hilaire est située sur la commune voisine de Saint-Hilaire-Peyroux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Aubazines
Cornil
Saint-Hilaire-Peyroux Aubazines Le Chastang
Dampniat Palazinges
Carte de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Site préhistorique.

Le village d'Aubazine, qui possédait son église, serait devenue une commune à la Révolution en 1790, par démembrement de la paroisse de Cornil mais elle ne dispose pas d'un état civil avant le 1er mars 1792[3],[4].

Aubazine, anciennement écrit Obazine doit son origine à la fondation au XIIe siècle d'un monastère par Étienne de Vielzot[5],[6]. Le monastère fut affilié peu après à l'ordre de Cîteaux. Très vite un couvent de moniales, installé dans le village de Coyroux à quelques centaines de mètres, lui fut associé. Les deux monastères ont existé jusqu'à la Révolution. Autrefois orthographiée Obazine, la paroisse dépendait de Cornil.

Le site, les établissements monastiques et leurs dépendances ont fait l'objet de fouilles archéologiques et d'études très poussées dans le dernier tiers du XXe siècle, sous la direction du professeur d'histoire médiévale Bernadette Barrière.

Selon le code officiel géographique élaboré par l'Insee, le nom officiel de la commune s'écrit Aubazines[1], même si l'orthographe Aubazine reste souvent utilisée.

Gare d'Aubazine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare d'Aubazine - Saint-Hilaire.

Le village de la gare d'Aubazine, bien que situé sur la commune de Saint-Hilaire-Peyroux, fait partie intégrante de l'histoire d'Aubazines, et de Dampniat plus que de celle de Saint-Hilaire.

Cette station aurait pu être désignée autrement : gare de Dampniat ? Le mot est difficile à écrire et à prononcer et le lieu est quasi inconnu ; gare de Saint-Hilaire-Peyroux ? Ce dernier bourg se trouve bien éloigné. Tandis qu'Aubazine, voilà un nom qui sonne depuis huit siècles en Bas Limousin. Un haut lieu qui domine la situation par son altitude d'abord, par sa renommée historique et touristique, par son accueil ensuite. Peu de localités peuvent offrir au passant ou à l'estivant une église remarquable, deux monastères, un canal suspendu sur des ravins sauvages, une bergère vertueuse, des monuments mégalithes et un puy sans compter les hôtels-restaurants où la nourriture y est excellente, le tout recouvert de l'auréole de saint Étienne d'Obazine.

Au lieu-dit Confolens, la station fut donc en premier lieu celle d'Aubazines, mais comme elle se trouvait sur le territoire de la commune voisine, le conseil municipal intéressé exigea un nom composé. On lui donna satisfaction et l'arrêt s'appela Aubazine - Saint-Hilaire-Peyroux devenu Aubazine par la suite, Saint-Hilaire-Peyroux ayant sa propre halte au Pont Bonnel.

Avant 1840, date d'ouverture de la RN89 devenue RD1089, il n'y avait rien au fond de cette vallée, sinon de frustes moulins de Confolens sur le territoire de Dampniat, de Claredent sur celui d'Aubazines et du Jayle sur celui de Malemort, seulement accessible par des charrières étroites et défoncées, aux pentes rapides. Les chevaux, mulets et ânes bâtés y circulaient beaucoup plus souvent que les charrettes.

Le village, désormais nommé Gare d'Aubazine est plutôt mal baptisé. En effet la station SNCF se situe sur la rive droite de la Corrèze sur le territoire de Saint-Hilaire-Peyroux, la rive gauche appartient largement à Dampniat, bourg le plus proche situé à 2 kilomètres.

Le pont de Confolens et la papeterie ont ajouté leur action progressiste à celle du chemin de fer, à la fin du XIXe siècle et en 1912, l'établissement de la tête de ligne du tramway départemental allant à Turenne où à Beaulieu-sur-Dordogne, par le Bosplos compléta cette action. Le Tacot a disparu en 1932, un autobus le remplace... et l'agglomération de la Gare d'Aubazine conserve son activité prospère. De nouvelles maisons s'y élèvent et une école à deux classes y accueille les enfants. Les parents grimpaient à Dampniat pour apprendre à lire. C'était dans la première moitié du XXe siècle...

En juin 1944, les maquisards détruisirent le pont ferroviaire de Claredent, empêchant ainsi un train blindé allemand de remonter punir un peu plus les Tullistes, et les convois de matériel de la manufacture d'armes de Tulle d'être rapidement acheminés vers leur destination sur le front ou outre-Rhin.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Aubazines

Son blasonnement est : Parti, au premier de gueules au soleil d'or soutenu de deux étoiles de même mises en pal, au second d'azur à la lune d'argent soutenue de deux étoiles de même mises en pal.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune d'Aubazines a été récompensée par le label « Ville Internet @@ »[7].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin1995[8] en cours Jean-Pierre Chouzenoux PS  
1977 1995 Léon Canard    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 890 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
746 849 771 865 921 921 907 920 971
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
973 984 913 913 946 939 992 975 977
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
883 911 970 839 808 806 901 752 704
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
677 669 642 673 788 732 798 807 874
2011 - - - - - - - -
890 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Abbaye d'Aubazine.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Décès à Aubazine.
  • Étienne d'Obazine fondateur de l'abbaye.
  • Pierre Brugeilles (1845-1893), né à Aubazine, maire de la commune, député de la Corrèze de 1885 à 1889.
  • Jean-Baptiste Laumond (1865-1957), maire de la commune de 1890 à 1944, député de la Corrèze de 1926 à 1938, viguier d'Andorre de 1937 à 1940.
  • Coco Chanel (1883-1971), modiste et styliste, passa une partie de sa jeunesse à l'orphelinat[22], installé dans l'abbaye et géré par les religieuses du Saint-Cœur de Marie.
  • Marie-Gonzague Bredoux, mère supérieure de l'abbaye de Saint-Étienne, et sœur Marie-Thérèse Berger, Justes parmi les nations en 1992, pour avoir caché et protégé des femmes de confession juive entre 1942 et 1944[23].
  • Bernadette Barrière (1936-2004), professeure d'histoire médiévale, Université de Limoges.
  • Étienne Jugie, né à Aubazines le 3 mai 1878[24], décédé à Sorgues le 29 novembre 1954, connu en religion sous l'appellation de Marin Jugie, (augustin de l'Assomption) théologien, auteur de nombreux ouvrages, professeur au Vatican et à Lyon. Il a travaillé sur la doctrine de l'Assomption et sur les Églises d'Orient, étude sur « Joseph de Maistre et l'église Gréco-Russe ».
  • Thierry Chenavaud, producteur et homme de spectacles, il a conçu et produit depuis 2007, tous les ans en juillet le spectacle des « Lumières cisterciennes », avec des imageries monumentales à l'ancien monastère des moniales de Coyroux à Aubazines. La narration de ce spectacle est extraite de la Vie d’Étienne d'Obazine, texte du XIIe siècle, écrit par un moine contemporain d’Étienne.

Philatélie[modifier | modifier le code]

Un timbre postal, d'une valeur de 1,25 franc, représentant l'église abbatiale d'Aubazine a été émis le 18 février 1978[25].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Code officiel géographique sur le site de l'Insee, consulté le 5 avril 2014.
  2. Voir section Hydrographie d'Aubazine
  3. Historique, registres paroissiaux, état civil et tables décennales
  4. La vie d'Aubazine sous Napoléon ....
  5. Le village d’Obazine, puis Aubazine du latin Obazina (forêt épaisse).
  6. Étienne de Vielzot
  7. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 19/12/2009.
  8. Site de la préfecture, consulté le 20 août 2008
  9. Site de la préfecture, consulté le 20 août 2008
  10. Ecrit également Aymard
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  13. « Notice no PM19000486 », base Palissy, ministère français de la Culture
  14. « Ancienne abbaye Saint-Etienne », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Google Livres : abbé J. B. L. Roy de Pierrefitte - Études historiques sur les monastères du Limousin & de la Marche, Volume 1 - Guéret - 1857-1863
  16. « Ancien monastère du Coyroux », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Canal des moines d'Obazine », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Documentaire Passion patrimoine : du Lot-et-Garonne à la Corrèze de Marie Maurice et Franck Dhelens, émission Des racines et des ailes, 13 avril 2011
  19. Les GORGES DU COIROUX
  20. « Cromlech du Puy de Pauliac », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. Saut de la Bergère sur le site d'Aubazine. Consulté le 7 décembre 2009
  22. Chanel par Martine Marcowith dans Weekend.be
  23. Comité français pour Yad Vashem, témoignage en ligne.
  24. Acte de naissance N°6 de l'année 1878 en page 595 sur le site des Archives départementales de la Corrèze
  25. Le timbre représentant l'église abbatiale d'Aubazine

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le canal des Moines et le Puy de Pauliac et Aubazine sur Dailymotion