Eugène Flachat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Eugène Flachat

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d'Eugène Flachat

Naissance 16 avril 1802
Paris
Décès 16 juin 1873 (à 71 ans)
Arcachon
Nationalité française
Profession
Ingénieur civil
Ascendants
Christophe Flachat x Marguerite-Charlotte-Marthe Mony

Christophe-Eugène Flachat, né le 16 avril 1802 (26 germinal an X) à Paris[1] et mort le 16 juin 1873 à Arcachon, est un ingénieur français. Il a collaboré aux études d'une des premières lignes de chemin de fer françaises, Paris - Le Pecq inaugurée le 28 août 1837, puis à celle de Paris à Versailles RD (1840-1842).

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugène Flachat est le fils de Cristophe Flachat (Lyon, 1759 - Saint-Chamond, 1843) et petit-fils de l'industriel Jean-Claude Flachat (marié à Marie Vitet), créateur, en 1756, de la manufacture royale de teinture à Saint-Chamond (le privilège royale porte sur l'arçonnage[2], la filature et la teinture du coton).

Il fit ses études à Paris au lycée Bonaparte (aujourd'hui lycée Condorcet).

Il participe aux études, entre 1825 et 1832, de son frère Stéphane pour la réalisation d'un canal de Paris à la mer.

Avec son frère (Adolphe Flachat (1801-1877)) et son demi-frère (Stéphane Mony (1800-1884)), il fonde, en 1828, une société pour le forage de puits artésien.

Il voyage en Angleterre et fréquente les Stephenson (George et Robert), ainsi que les Brunel (Marc-Isambert et son fils Isambard) à l'occasion des travaux de percement du tunnel sous la Tamise.

Il fonde un cabinet d'ingénieur civil pour tous travaux industriels[3], et notamment les chemins de fer.

Au côté des ingénieurs Lamé, Clapeyron et de son demi-frère Mony, il est étroitement associé à l'aventure ferroviaire des frères Pereire (Emile et Isaac) pour la construction du chemin de fer de Paris à Saint-Germain (limité au Pecq dans un premier temps), inaugurée en 1837. Il devint l'ingénieur en chef de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Saint-Germain.

Il construit, en 1836, la première gare (embarcadère) parisienne avec l'aide de son demi-frère Stéphane Mony, tête de ligne du chemin de fer de Paris à Saint-Germain. Ce premier embarcadère sera remplacé par une gare plus vaste pour accueillir les voies du chemin de fer de Paris à Rouen, qu'il agrandira, en 1851, d'une halle dont la charpente de quarante mètres de portée stupéfiera ses contemporains. Alors record mondial de portée, la halle Flachat obéira au même principe que celles de l'ingénieur Camille Polonceau, mais en utilisant une tôle renforcée de cornières mise au point par l'industrie depuis 1845. Cette seconde gare sera à son tour en partie détruite pour donner naissance à l’actuelle gare Saint-Lazare, réalisée avec l'architecte Alfred Armand.

De 1836 à 1840 il est directeur de la rédaction du Journal de l'industriel et du capitaliste.

De 1848 à 1852, E. Flachat construira avec l'architecte Victor Lenoir (1805-1863) la gare de l'Ouest - Rive gauche, premier nom de la gare de Paris-Montparnasse.

Le 25 février 1848, alors qu'il est ingénieur en chef, il eut une attitude courageuse aux côtés de Pierre Durand, futur maire d'Asnières-sur-Seine, face aux émeutiers qui se proposaient d'incendier le tablier en bois du pont de chemin de fer d'Asnières.

À la suite de la fusion de plusieurs compagnies ferroviaires, il devient l'ingénieur principal, puis l'ingénieur conseil de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest.

Toujours associé aux réalisations des frères Pereire, il fut ingénieur conseil des chemins de fer du nord de l'Espagne.

Il rédigea des ouvrages techniques (voir infra paragraphe "publications").

Eugène Flachat dessinera pour les premières lignes de chemin de fer des docks, des entrepôts, et vulgarisera en France les idées de Stephenson sur les locomotives.

Auteur également d'installations portuaires, du projet de percement d'un tunnel sous les Alpes, Flachat déposera, en 1849, un projet pour les halles de Paris, grandiose architecture métallique avec des portées de quatre-vingts mètres.

En 1855, avec Édouard Brame, il proposera pour Paris la construction d'un métro pour alimenter les halles de Paris depuis la Gare de Paris-Est.

Eugène Flachat participa à la création, en 1848, de La Société centrale des ingénieurs civils, dont il fut le premier président.

Il figure également parmi les 137 premiers actionnaires de l'École Centrale d'Architecture (Paris) aux côtés de Ferdinand de Lesseps, Émile Pereire, Dupont de l'Eure, Anatole de Baudot, Eugène Viollet-le-Duc, Jean-Baptiste André Godin ou Émile Muller.

Il est fait officier de la Légion d'Honneur en 1858.

Pendant le siège de Paris en 1870-1871, il contracta la maladie qui devait l'emporter.

D'une union avec Eugénie-Cécile Pigeard, Eugène a un fils ; Jules Pigeard (1829-1890) et reconnu par Eugène en 1832.

De son mariage, en 1833, avec Sophie-Louise Jallabert (née en 1817), Eugène a deux enfants ; Sophie-Laure née en 1838 et mariée en 1858 avec Marie-Jean-Paul Demouy, et Eugène-Stéphane (1845-1925).

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

  • 1836 - Étude du tracé de la ligne de chemin de fer avec trafic voyageurs Paris-Le Pecq avec Lamé, Clapeyron et Mony.
  • 1837 - Pont-rail d'Asnières. À la faveur des journées de 1848, les mariniers l'incendièrent : le train les concurrençait. L'ingénieur Eugène Flachat, impuissant, vit s'écrouler son œuvre.
  • 1840-1842 - Étude du tracé de la ligne de chemin de fer Paris-Versailles.
  • 1841-1842 - Premier pont de Suresnes avec l'aide de Jules Petiet.
  • 184? - Installation d'une machine à vapeur de 100 cv aux aciéries de Saint-Chamond.
  • 1846 - Plan des locomotives atmosphériques construites par les ateliers Hallette d'Arras pour la ligne du Vésinet à Saint-Germain.
  • 1846 - Construction par les ateliers des Batignolles dirigés par Eugène Flachat d'une locomotive à 3 essieux accouplés dénommée "l'Hercule" pour le service des travaux du chemin de fer atmosphérique de Saint-Germain.
  • 1849 - Modification par Eugène Flachat des petites machines de Bury type 110 en machines-tenders avec essieu porteur à l'arrière.
  • 1849 - Eugène Flachat fit construire une locomotive "l"Antée" à 3 essieux accouplés avec un essieu porteur à l'arrière pour la ligne Le Pecq-Saint-Germain.
  • 1851 - Conception de l'agrandissement de la gare de Paris Ouest - Rive droite, future gare Saint-Lazare, avec Alfred Armand comme architecte.
  • 1852 - Reconstruction du pont-rail d'Asnières (Ernest Goüin et Cie). Réutilisant les fondations initiales, Eugène Flachat se lance dans la construction d'un pont géant, un pont pionnier de 160 mètres de portée.
  • 185 - Halle de la gare de Paris-Saint-Lazare
  • 1848-1852 - Conception de la Gare de Paris Ouest - Rive gauche, future gare Montparnasse, avec Victor Lenoir comme architecte.
  • 1854 - Construction par les ateliers des Batignolles des locomotives-tenders de type 120 pour la ligne d'Auteuil.
  • 1854-1855 - Pont-rail de Langon comme ingénieur conseil, assisté d'Henri de Dion, un des premiers ponts en tôle en fer puddlé.
  • 1857-1858 - Restauration de la cathédrale de Bayeux, avec Henri de Dion

Publications[modifier | modifier le code]

  • Eugène Flachat, Chemin de fer de Paris à Meaux : Note explicative des pièces et plans supplémentaires produits par MM. Mony, Flachat et Pétiet,... à la commission d'enquête du département de la Seine, et comparaison sommaire de leur projet avec celui de M. Baude,..., J. Didot l'aîné,‎ 1939 (présentation en ligne)
  • Eugène Flachat et Jules Petiet, Projet de chemin de fer de Metz a Sarrebruck : présenté par une Societé de Negocians de Banquiers ..., Mathias,‎ 1839, 143 p. (présentation en ligne)
  • Eugène Flachat, Projet d'un chemin de fer de Sedan à la frontière de Belgique : présenté par MM. Monchy et Cie, Paris, Mathias,‎ 1839
  • Eugène Flachat et Jules Petiet, Guide du mécanicien conducteur de machines locomotives : contenant des notions théoriques et pratiques sur la construction, l'entretien et la conduite des machines locomotives, Paris, Mathias,‎ 1840, 364 p. (lire en ligne)
  • Stéphane Mony, Eugène Flachat, Jules Petiet et Félix Tourneux, Chemin de fer de Paris à Meaux, étude du tracé direct, 1841, Mathias.
  • Eugène Flachat, Considération sur l'utilité de comprendre le prolongement de Metz à Sarrebrück dans le tracé général du chemin de fer de l'Est, 1844,mme de Lacombe.
  • Eugène Flachat, Traité de la fabrication de la fonte et du fer, 1846,
  • Louis Le Chatelier, Eugène Flachat, Jules Petiet et Camille Polonceau, Guide du mécanicien-constructeur et conducteur de machines locomotives, 1851, Paul Dupont.
  • Eugène Flachat, La Batellerie et le Chemin de fer, 1855.
  • Eugène Flachat, La Traversée des Alpes par Chemin de fer, 1862.
  • Eugène Flachat, Rapport sur le canal du Rhône au Rhin, 1865,
  • Eugène Flachat, Mémoire sur les travaux de l'isthme de Suez, 1865,
  • Eugène Flachat, Navigation à vapeur transocéanienne, 1866,
  • Léon Malo, Notice sur Eugène Flachat, 1873, Société des Ingénieurs Civils.
  • Henri Mathieu, Eugène Flachat 1851-1853 (travaux exécutés par E. Flachat au chemin de fer de Paris à Saint-Germain de 1851 à 1855), 1873, chez l'auteur.
  • Guide du mécanicien constructeur et conducteur de machines locomotives (LECHATELIER, FLACHAT, PETIET et POLONCEAU)
  • Traité de la fabrication de la fonte et du fer (E. Flachat, A. Barrault, J. Petiet) en 1846
  • Auguste Perdonnet (dir.), Camille Polonceau et Eugène Flachat, Nouveau portefeuille de l'ingénieur des chemins de fer, Paris, Eugène Lacroix,‎ 1866 (1re éd. 1843), 592 p. (lire en ligne)

Hommages[modifier | modifier le code]

Son nom est inscrit sur la Tour Eiffel.

Une rue portant son nom relie dans le 17e arrondissement de Paris les boulevards Berthier et Pereire. Sur la place à l'intersection des rues Eugène Flachat, Alfred Roll et du boulevard Pereire figure un buste de l'ingénieur.

À Asnières-sur-Seine, une avenue porte son nom. Par extension, le quartier et la plus proche école ont pris son nom.

À Saint Germain en Laye, une rue du quartier Pereire porte son nom.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gras (bibliographie), page 28, note de bas de page (2) : Christophe-Eugène Flachat est né rue de Gramont, no 538, ancien 2e arrondissement de Paris (préfecture de la Seine, extrait des minutes des actes de naisance). À cette époque, on numérotait par quartier et non par rue. Voir acte de naissance sur Archives numérisées de Paris, cote V3E/N 890 de "Flabbée" à "Flacheron", page (vue) 37.
  2. Opération par laquelle les ouvriers textiles préparent, cardent et épurent la laine, le poil ou le coton au moyen d'un arçon.
  3. A ce titre, on peut dire qu'Eugène Flachat créa la profession d’ingénieur civil.

Bibliographie[modifier | modifier le code]