Preuilly-sur-Claise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Preuilly.
Preuilly sur Claise
L'abbatiale Saint-Pierre
L'abbatiale Saint-Pierre
Blason de Preuilly sur Claise
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Loches
Canton Preuilly-sur-Claise
Intercommunalité Communauté de communes de la Touraine du Sud
Maire
Mandat
Gilles Bertucelli
2014-2020
Code postal 37290
Code commune 37189
Démographie
Gentilé Prulliaciens
Population
municipale
1 066 hab. (2011)
Densité 89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 51′ 20″ N 0° 55′ 46″ E / 46.8555555556, 0.929444444444 ()46° 51′ 20″ Nord 0° 55′ 46″ Est / 46.8555555556, 0.929444444444 ()  
Altitude Min. 67 m – Max. 137 m
Superficie 12,00 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Preuilly sur Claise

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Preuilly sur Claise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Preuilly sur Claise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Preuilly sur Claise
Liens
Site web preuillysurclaise.fr

Preuilly-sur-Claise est une commune française du département d'Indre-et-Loire, dans la région Centre.
Ses habitants sont appelés les Prulliacien(ne)s.

Géographie[modifier | modifier le code]

Preuilly sur Claise en Indre et Loire
Preuilly sur Claise en Indre et Loire.

Situation[modifier | modifier le code]

Preuilly-sur-Claise est une commune d'Indre-et-Loire. Elle est chef-lieu de son canton et fait partie de la Communauté de communes de la Touraine du Sud. Le bourg de Preuilly, situé à l'extrême Sud de la Touraine, aux confins du Bas-Berry (Indre) et du Poitou (Vienne), est un village d'adret qui domine la vallée de la Claise.

La commune s'étend sur 12 km² (222 ° commune du département pour la superficie, 16 356 ° au niveau national), soit 1 200 hectares.

Selon le classement établi par l’INSEE en 1999, Preuilly est une commune « périphérie d'un pôle rural ».

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune compte cinq communes limitrophes toutes situées dans le département d'Indre-et-Loire.

Rose des vents Le Petit-Pressigny Charnizay Bossay-sur-Claise Rose des vents
Boussay N Bossay-sur-Claise
O    Preuilly-sur-Claise    E
S
BoussayChaumussay Yzeures-sur-CreuseChambon Bossay-sur-Claise

Villes les plus proches[modifier | modifier le code]

Par la route[1], le village se situe à 24 km de Descartes, 30 km de Le Blanc, 34 km de Châtellerault et 35 km de Loches. Le chef-lieu du département, Tours est à 69 km et Poitiers à 71 km.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Sentiers de Randonnée[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le sentier de grande randonnée de la Touraine du Sud[2]. La municipalité a également balisé un sentier de petite randonnée sur le territoire communal de 9 km[3].

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales D725, D14, D42, D50, D104, D106 et D365. L'échangeur autoroutier le plus proche est la sortie sortie 26 à Châtellerault Nord de l'A10 située à environ 35 km.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare SNCF (TGV) la plus proche est la gare de Châtellerault.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le réseau de bus Touraine Fil Vert qui la relie à Tours et Ligueil par la ligne G mais également à Loches par la ligne LMA[4].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Avec son petit finage en aile de papillon, le village possède peu de hameaux et écarts. On trouve au sud de la Claise : La Berjaudière, Les Blanchards, La Chatrie, Les Chauvraux, Les Chirons, La Grange aux Moines, Maupertuis, La Parentière, Le Pontreau, Pouplouroux, La Presle, Saint Michel et La Touche. Au nord de la Claise sont présents Champeaux, Les Effes, La Fichardière, La Folie, Fontbaudry, Les Martinières, Le Pouet, Les Ragots et Les Vigneaux.

Relief[modifier | modifier le code]

En dépit de son étroitesse, le territoire de Preuilly est marqué par des dénivellations importantes. Le cours de la Claise passe de 70 m à 67 m d'altitude à la sortie ouest de la vallée ; le plateau nord culmine à 133 m (près de La Fichardière) et 136 m (près du Verger) ; le plateau sud atteint également 136 m. De profonds ravins (30 à 35 m de dénivelé) marquent plusieurs secteurs de la commune.
Ce relief vallonné a influencé l'implantation du bourg médiéval et la position défensive du château féodal situé au sommet d'une colline.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune est marqué par la présence d'une roche calcaire tendre, de l'époque du Turonien, appelée plus communément tuffeau. Elle a servi pendant des siècles à la construction de l'habitat (pierre de taille ou moellons).
Les plateaux sont constitués de sables argileux humides et peu fertiles. Ces bournais, pauvres et collants, ont été en partie abandonnés à la forêt (Parc de Boussay).
En allant vers la vallée de la Claise, l'érosion fait apparaître les calcaires lacustres, les argiles de l'Eocène, l'argile à silex (La Presle), puis le tuffeau du Turonien supérieur (Popluru) et du Turonien moyen (bourg de Preuilly).

On trouve des calcaires fossilifères du Turonien moyen à divers endroits de la commune (Chantereine, Malvoisine, Le Pouët...). Sur les bas versants de la Claise, les sols calcaires blancs sont plus favorables à la culture.
Au niveau des Vigneaux, une petite zone de sables miocènes a été conservée.
Les formations géologiques du Turonien contiennent des silex, sous forme de bancs, ou sous forme de rognons isolés. Les grandes dalles de silex du Turonien supérieur sont à l'origine de l'industrie lithique de la période préhistorique (présente dans une bonne partie de la vallée de la Claise, cette roche siliceuse est plus connue sous la dénomination de silex pressignien, en référence à la commune proche du Grand-Pressigny).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Fontaine de Milonneau donnant naissance au ruisseau

La commune est traversée par la rivière la Claise qui emprunte son territoire en son milieu, sur à peine 1 km de long. Son confluent avec la Creuse se situe près de la commune d'Abilly.

  • Un affluent est le ruisseau de Milonneau, qui a sa source dans le domaine de Fontbaudry. Après avoir parcouru une courte distance, il se mélange aux eaux de la Fontaine Jourdain, et se jette dans la Claise, près du pont de la Clau, rive droite.
  • Le ruisseau du Pontereau prend naissance dans le domaine de la Berjaudière, traverse la route qui conduit de Preuilly à Bossay, et va se perdre dans la Claise, sur la rive gauche de cette rivière.
  • Le ruisseau La Muanne marque la limite avec Le Petit-Pressigny. Prenant sa source à Chaumussay, elle se déverse dans la Claise à Saint Martin d'Étableaux.

Selon la direction départementale de l'agriculture et de la forêt d'Indre-et-Loire, son territoire comporte une zone humide de plus 10 000 m² près du hameau de La Touche[5].

Les pièces d'eau sont peu nombreuses et de petite taille (étang de Maupertuis, pièce d'eau de Fontbaudry, plan d'eau municipal près du camping).

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Preuilly-sur-Claise se caractérise par un climat tempéré océanique dégradé.

Il est caractérisé par des températures moyennes comprises entre 4,2 °C et 18,9 °C. Les hivers sont doux (min 1,6 °C / max 11,3 °C) et pluvieux. Les étés connaissent en général chaque année au moins un épisode caniculaire de quelques jours même s'ils sont beaux et doux (min 10,8 °C / max 24,6 °C) le reste du temps. Les précipitations sont de 683,7 mm sur l'année. Les chutes de neige y sont rares, il tombe quelques flocons, en moyenne 11 jours par an.

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Preuilly-sur-Claise, station de Tours[6] 1 845 684 11 20 58
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Strasbourg 1 633 610 30 29 65
Brest 1 492 1 109 9 11 74

Le tableau suivant donne les moyennes mensuelles de température et de précipitations pour la station de Tours-St Symphorien recueillies sur la période 1965 - 1990 :

Relevés météorologiques de la station de Tours-St Symphorien 1965-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,6 2 3,3 5 8,4 11,4 13,1 12,9 10,8 7,9 3,8 1,6 6,9
Température moyenne (°C) 4,2 5,1 7,3 9,6 13,2 16,5 18,9 18,6 16,1 12,3 7,1 4,8 11,2
Température maximale moyenne (°C) 6,9 8,2 11,3 14,3 18,1 21,7 24,6 24,3 21,4 16,7 10,5 7,4 15,4
Précipitations (mm) 63,3 61,6 54,3 51,4 67,5 47,5 53 40,9 54,3 61 63 65,9 683,7
Humidité relative (%) 87 84 79 74 77 75 72 73 77 84 87 89 80
Source : Infoclimat [7]


Relevés météorologiques de la station de Tours-St Symphorien
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Record de froid (°C)
date du record
−17,4
1987
−14,2
1963
−10,3
2005
−3,4
1974
−0,6
1957
2,6
1969
4,3
1965
4,8
1986
0,9
1956
−2,8
1950
−9
1956
−18,5
1964
−18,5
1964
Record de chaleur (°C)
date du record
16,9
1975
21
1958
26,4
1955
29,3
1949
32,1
1953
36,7
1976
37,8
1949
39,8
2003
34,8
1953
29
1985
22,6
1955
18,9
1953
39,8
2003
Nombre de jours avec gel 10,6 9,1 6,7 2 0,1 0 0 0 0 0,5 6,2 10,2 45,3
Record de vent (km/h)
date du record
104
1990
122
1990
112
1988
79
1985
119
1988
86
1987
104
1983
83
1986
83
1988
104
1987
104
1957
101
1990
122
1990
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
25
1978
25,9
1988
33,8
1980
23,7
1978
31,5
1971
58
1970
51,2
1977
35,5
1965
41,4
1965
44
1966
31
1965
34,9
1976
58
1970
Source : Infoclimat [7]


Zones protégées, faune, flore[modifier | modifier le code]

Ophrys abeille, orchidée visible en val de Claise

Le territoire communal ne possède pas spécifiquement de Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique[8]. Il est cependant intégré dans la zone naturelle d'intérêt écologique de de la vallée de la Claise et de ses affluents (La Muanne, L'Aigronne...)[9]. Les pelouses calcaires de la vallée de la Claise abritent notamment de nombreuses espèces d'orchidées (Orchis, Ophrys...). De la sortie de la Brenne à la confluence avec la Creuse, la Claise traverse en effet un plateau calcaire. Les versants de la vallée et les rebords du plateau présentent des affleurements aux expositions variées. Ces terrains déterminent un ensemble de formations thermophiles (bois, pelouses naturelles, ourlets), pour la plupart en bon état de conservation. L’intérêt de ce patrimoine naturel est multiple et concerne tous les groupes de la faune et de la flore.

Les landes de la forêt de Preuilly, forêt toute proche qui doit son nom à l'ancienne baronnie, sont également classées sous ce label et localisées sur le territoire des communes voisines (Bossay-sur-Claise, Obterre, Azay-le-Ferron, Charnizay)[10].
La zone est composée de trois ensembles de landes fraîches à Erica scoparia (bruyère à balais) situées à la limite de l’Indre et de l’Indre-et-Loire (au nord-ouest de Preuilly-sur-Claise). Elles appartiennent au même massif forestier et au même contexte de sols acides (Bois de la Folie, allée de la Péchoire...) . Plusieurs enclaves calcaires contribuent à la diversité des milieux. L’Etang Neuf recèle une population de Jonc hétérophylle, Juncus heterophyllus, très rare et protégé en région Centre. La forêt de Preuilly comporte 5 habitats marquants. Ils hébergent une trentaine de plantes déterminantes, dont deux protégées.
La nidification de l'Engoulevent d'Europe et la présence d'insectes peu communs (une dizaine d’espèces recensées à ce jour) s’ajoutent à l'intérêt de ces secteurs.

Les 240 hectares de bois de la commune sont présents principalement au sud du territoire, sur le massif forestier dénommé Le Parc de Boussay[11].

Le bourg de Preuilly comporte quelques arbres remarquables :

  • Jardin Public : le petit enclos de l'ancien cimetière (route du Grand Pressigny), comporte plusieurs arbres centenaires dont un tilleul (Tilia europea), un Cèdre de l'Atlas (Cedrus atlantica), un Cèdre du Liban (Cedrus libanii), deux ifs (Taxus baccata), un micocoulier (Celtis australis), et deux sapins d'Espagne (Abies pinsapo).
  • Champ de Foire : on trouve près du bord de la Claise un remarquable ensemble de 6 platanes (Platanus x acerifolia) plantés vers 1820, de plus de 30 mètres de haut et dont les troncs ont environ 5 m de circonférence.
  • Rue du Cygne : face à l'hôtel d'Harambure, au bas de la rue, il subsiste un imposant marronnier (Aesculus hippocastanum), seul survivant des 3 marronniers centenaires, qui avaient valu son surnom de rue des marronniers à cette voie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Preuilly possède une longue histoire depuis l'époque gallo-romaine, jusqu'à la constitution du bourg actuel, sur la rive droite de la Claise, entre ses deux pôles historiques principaux, l'abbaye bénédictine et le château féodal. Pendant longtemps le bourg était entouré de remparts et de tours, défendus par des douves et percés de portes fortifiées, ce qui lui valait la dénomination de ville. Le nom de plusieurs rues en garde le souvenir. Au Moyen-Âge, Preuilly avait le titre de première baronnie de Touraine et ses barons successifs jouèrent un rôle régional important, notamment dans les conflits opposant les comtes et seigneurs des provinces voisines, et pendant la Guerre de Cent Ans, de par sa position frontalière avec les territoires sous contrôle des Anglais. Plus de 100 fiefs et cinq châtellenies relevaient de la baronnie de Preuilly, débordant des limites actuelles de l'Indre-et-Loire, dans l'Indre (par exemple Azay-le-Ferron) et dans la Vienne (cité voisine de La Roche-Posay).

Louis Chasteigner, baron de Preuilly (1535-1595)

Preuilly possédait plusieurs paroisses, et en dehors de l'abbaye, elle accueillit la construction d'églises et de chapelles témoignant de la vitalité de la petite cité. Elle présentait également un collège où on enseignait le grec et le latin, particularité figurant alors son rang important.

Preuilly connut les vicissitudes de l'Histoire. La ville et le château furent pillés en 1369 par les soldats Anglais. Bertrand du Guesclin et Jean de Bueil en donneront l’assaut en 1369, pour mettre fin à l’occupation anglaise et rendre le château à son propriétaire légitime, Eschivart VI. L'indispensable remise en état du château et de ses fortifications est effectuée dans les décennies suivantes, et cela occasionna quelques conflits à l'époque du bouillant baron Pierre Frotier.

A l'époque des Guerres de Religion, l'abbaye et une partie de la ville furent saccagées, particulièrement en 1562. Environ un tiers de la population s'était convertie à la Religion réformée, notamment sous l'influence de Claude du Puy, veuve du baron Louis Chasteigner. Un temple protestant fut ainsi construit (1595), ainsi que la maison du pasteur (seule encore visible rue Saint-Pierre, à l'angle de la rue du Prêche)[12].

La baronnie commença à décliner à compter de la moitié du XVIIe siècle, de multiples familles (souvent illustres comme les familles d'Amboise, de Vendôme, de Crévant, Le Tonnelier de Breteuil...) se succédant à sa tête. Les barons choisirent de s'installer au château d'Azay-le-Ferron, délaissant leur vieille forteresse de Preuilly. La Révolution mit fin à la présence de moines à l'abbaye (il n'était déjà plus qu'une poignée en 1789) et le château vendu comme Bien National fut en grande partie démantelé.

Preuilly fut ensuite chef-lieu de district de 1790 à 1795, avant de devenir un simple chef-lieu de canton. En 1814, Preuilly a annexé la majeure partie de la commune de Saint-Michel-du-Bois, donnant un peu d'espace à son territoire devenu très exiguë. Le nom de Preuilly a été porté du XVIe à la fin du XIXe siècle, avant de devenir Preuilly-sur-Claise en 1892 (afin de la différencier des communes homonymes, Preuilly-la-Ville, située dans l'Indre, et Preuilly, dans le Cher).

Vue générale de Preuilly vers 1900

L'activité agricole et commerciale fut florissante au XIXe siècle, comme en témoigne les beaux hôtels particuliers et nombreuses maisons de bourg de cette époque (1830-1850). À compter de la fin du XIXe siècle, l'exode rural, puis la Première Guerre Mondiale, portèrent un coup d'arrêt à la croissance démographique de la commune. Depuis la population ne cesse de diminuer, et Preuilly a perdu la moitié de ses habitants en un siècle.

Preuilly a été bombardé le 15 juin 1940, occasionnant la destruction de quelques maisons, dont une partie de l'école privée Notre-Dame, des dommages aux vitraux de l'église-abbatiale, et la mort de 2 habitants (les époux Lefort). Entre le 27 août 1944 et le 7 septembre 1944 des dizaines de milliers de soldats Allemands en retraite traversent la commune, occasionnant de fortes tensions, quelques blessés et destructions, dont la maison du garde-barrière à Malvoisine. Les avions Alliés mitraillent alors activement les troupes Allemandes sur la route de la Roche-Posay[13].


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Preuilly-sur-Claise

Les armes de Preuilly-sur-Claise se blasonnent ainsi :

D'or, à trois aigles éployées d'azur[14].

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune de Preuilly-sur-Claise comptait 1 075 habitants (population légale INSEE) au 1er janvier 2009. La densité de population est de 89,6 hab./km².

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 066 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 635 1 649 1 587 1 956 2 131 2 143 2 264 2 362 2 374
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 173 2 194 2 150 2 039 2 008 2 029 2 106 1 980 1 957
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 978 1 926 2 052 1 785 1 741 1 700 1 601 1 629 1 546
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 506 1 579 1 603 1 553 1 427 1 293 1 146 1 120 1 075
2011 - - - - - - - -
1 066 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2004[16].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Preuilly-sur-Claise en 2007 en pourcentage[17].
Hommes Classe d’âge Femmes
1,5 
90 ans ou +
6,3 
19,4 
75 à 89 ans
28,2 
24,1 
60 à 74 ans
19 
20,7 
45 à 59 ans
16,2 
13,5 
30 à 44 ans
11,1 
10,1 
15 à 29 ans
9,4 
10,6 
0 à 14 ans
9,8 
Pyramide des âges en Indre-et-Loire en 2007 en pourcentage[18].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,4 
6,8 
75 à 89 ans
9,8 
13,1 
60 à 74 ans
13,9 
20,7 
45 à 59 ans
20,1 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
19,6 
15 à 29 ans
19,1 
18,8 
0 à 14 ans
16,4 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 2008 Yves Maveyraud PS Conseiller général
2008 en cours Gilles Bertucelli DVD Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Preuilly est le siège de la Communauté de communes de la Touraine du Sud qui regroupe 21 communes situées dans la pointe sud de la Touraine entre le Poitou et le Berry. Créée le 14 décembre 2000, elle comprenait 15 624 habitants en 2007 pour une superficie de 639,39 km², soit une densité de 24 habitants au km².

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Preuilly-sur-Claise en 2009[19]
Taxe Taux appliqué (part communale) Recettes dégagées en 2009 et en €
Taxe d'habitation (TH) 13,06 % 122 000
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 15,36 % 138 000
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 44,16 % 17 000
Taxe professionnelle (TP) 0,00 % 0

Le taux de la taxe professionnelle est de 0 car elle est totalement transférée à l'intercommunalité. Son taux est actuellement de 13,02 %. Cette fiscalité est inférieure à la moyenne départementale pour les communes de population équivalente (communes de 500 à 2 000 habitants) à l'exception de la taxe d'habitation. Ces taux sont en moyenne de 11,07 %, 15,42 % et 45,06 %[20].

Budget de la commune[modifier | modifier le code]

En 2010, le budget de la commune s'élevait à 1 196 000 € et son endettement à 407 000 €[20].

Évolution de l'endettement (en milliers d’€)[20] :

Évolution des dépenses d’équipement (en milliers d’€)[20] :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le bourg de Preuilly se situe sur les deux rives de la Claise, à l'endroit où son finage est le plus étroit. La partie la plus ancienne et la plus dense du bourg se situe sur la rive droite, avec un habitat ancien, étagé, exposé au sud. Des faubourgs ont vu le jour au fil des siècles autour de la ville médiévale (Faubourg St Nicolas, Faubourg de la Berruère, Bourg-Neuf, le Petit-Village...). Des zones ont été urbanisées plus récemment (Malvoisine, Popluru, Route de Boussay, Les Perrières, Cité des Tilleuls, Le Rond, Gratte-Puits...) aux XIXe et XXe siècles.

Logement[modifier | modifier le code]

Le parc immobilier en 2006 est constitué de 688 logements[21] dont 497 résidences principales (72,2 %), 82 résidences secondaires (12 %) et 109 logements vacants (15,9 %). Le taux de résidences secondaires est supérieur à la moyenne départementale de 4,7 %[22]. Sur les 497 titulaires de résidences principales, 73,1 % sont propriétaires et 26,9 % locataires.

Entre 1999 et 2006, le nombre de logements a diminué de 3,7 %, passant de 714 à 688, soit 26 de moins. Le parc immobilier est composé à 9,8 % d'appartements, 89,8 % de maisons individuelles et 0,4 % d'autres habitations. Au 1er janvier 2006, la commune comptait 42 logements sociaux[23], soit un taux de 6,10 %.

Évolution des logements 1968 1975 1982 1990 1999 2006
Ensemble des logements 671 680 737 746 714 688
Résidences principales 546 562 563 562 548 497
Résidences secondaires 47 50 68 94 81 82
Logements vacants 78 68 106 90 85 109
Nombre moyen d'occupants des résidences principales 2,9 2,8 2,7 2,5 2,3 2,2

Nombre de logements
source INSEE

Jumelages[modifier | modifier le code]

Preuilly-sur-Claise n'a pas développé d'associations de jumelage.

Vie quotidienne à Preuilly-sur-Claise[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Preuilly sur Claise possède une école maternelle et une école primaire qui accueillent les enfants du village et des alentours, répartis en 5 classes. Le village possède un collège public Gaston Defferre ainsi qu'une école et un collège privé Notre-Dame[24].

La commune relève de l'académie d'Orléans-Tours. Les écoles sont gérées par l’inspection générale de l'inspection départementale de l’Éducation Nationale de Tours.

Les lycées les plus proches sont : le lycée polyvalent Pasteur au Blanc, situé à environ 35 km au sud-est, le lycée Alfred de Vigny, le lycée professionnel Emile Delataille, et le lycée privé Saint-Denis à Loches, situés à environ 36 km, le lycée Marcelin Berthelot, les lycées professionnels Edouard Branly et Le Verger, le lycée professionnel privé Saint-Gabriel à Châtellerault, situés à environ 35 km.

Santé[modifier | modifier le code]

L'offre de soins sur la commune est complète : médecin généraliste, dentistes, pharmacies, opticien, orthophoniste, infirmières. Un EHPAD et un foyer-logement sont également présents dans le bourg.

Les hôpitaux et les cliniques les plus proches sont à Châtellerault, à Loches et à Le Blanc.

Pour les animaux, la commune dispose d'un cabinet vétérinaire.

Sécurité[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une brigade de gendarmerie[25] et d'un centre d'Incendie et de Secours qui compte 27 pompiers volontaires et qui effectue en moyenne 141 interventions par an [26]. Le territoire communal est soumis à des risques d'inondations [27] et de mouvements de terrain.

Services publics[modifier | modifier le code]

Preuilly est le siège de la Communauté de communes de la Touraine du Sud. Outre sa mairie, le village accueille les services d'un bureau de poste, d'un office notarial, d'une maison de pays, d'une médiathèque, d'une permanence des services sociaux du département et d'un huissier.

Sports[modifier | modifier le code]

Un stade est consacré au football et utilisé par l'Union Sportive Yzeures-Preuilly[28]. Aux abords du stade, on trouve un court de tennis et un terrain de basket-ball. Sont disponibles, près du plan d'eau, un parcours de santé, un terrain de pétanque, un minigolf et une piscine. L'école primaire dispose de deux terrains de basket-ball et le collège public d'un plateau sportif servant pour l'EPS. Le gymnase cantonal, avec sa structure artificielle d'escalade, complète l'offre d'équipements sportifs du village[29]. La maison communale des jeunes accueille les cours de danse, de gymnastique et de yoga[30].

Cultes[modifier | modifier le code]

Preuilly dispose d'un seul lieu de culte (culte catholique) : l'église Saint-Pierre. Elle fait partie de la paroisse du Pays de Preuilly[31] qui relève du doyenné de Loches[32] et du diocèse de Tours.

Vie Associative[modifier | modifier le code]

  • École de musique intercommunale en Sud Touraine
  • Société Archéologique de Preuilly (association culturelle assurant la publication de la revue Les Cahiers de la Poterne, l'animation du Musée de la Poterne)[33].
  • APE écoles publiques (animation de la vie scolaire)
  • APE écoles privées (animation de la vie scolaire)
  • APE du collège Gaston Deferre (animation de la vie scolaire)
  • Amicale des Pompiers
  • Croix Rouge Française (antenne locale ; épicerie sociale, vêtements...)
  • ADMR (soutien au développement local, aide au maintien à domicile...)
  • UNRPA (antenne locale Union Nationale des Retraités et des Personnes âgées)
  • Anciens Combattants - Souvenir Français (représentant local)
  • ACRA (débat sur la vie publique, citoyenneté...)
Défilé en fanfare de la Société de pêcheurs à la ligne "La Brème" à Preuilly vers 1930
  • Association Sportive Yzeures-Preuilly (USYP - football)
  • Club de Tennis
  • Club de Handball
  • Club de Basket (ASBP)
  • Club de Pétanque de Preuilly-sur-Claise
  • Club de Cyclisme (Cyclo Sport Val de Claise)
  • Club de Tir à l’arc " Les Ghostbusters"
  • Association de pêche "La Brème" (fondée en 1923)

Médias[modifier | modifier le code]

La commune a un site internet d'information. Elle reçoit la chaîne de télévision locale France 3 Paris Île-de-France Centre. Le quotidien La Nouvelle République relate les informations locales dans son édition d'Indre et Loire (Touraine Est), ainsi que l'hebdomadaire La Renaissance Lochoise. De même, une fois l'an, la municipalité édite un Bulletin d'informations municipales. L'ADSL permet d’accéder au Web à un débit de 8 Mo à 20 Mo.

Économie[modifier | modifier le code]

Secteur Primaire[modifier | modifier le code]

L'agriculture représente 15,3% de l'activité économique de la commune. Il s'agit principalement de culture céréalière et d'oléagineux, et d'élevage de bovins (charolais pour la viande, vaches laitières) et de volailles (poulets Label Rouge).

Source : Insee, CLAP (connaissance locale de l'appareil productif) au 31/12/2010.

Secteur Secondaire[modifier | modifier le code]

L'industrie est très peu développée et représente seulement 8,2% des entreprises de la commune. La plus importante est DTM (élaboration de gammes de produits pour loisirs créatifs). Les entreprises de construction représentent également 8,2% de l'ensemble des activités de la commune.

Source : Insee, CLAP (connaissance locale de l'appareil productif) au 31/12/2010.

Secteur Tertiaire[modifier | modifier le code]

C'est le secteur d'activité le plus représenté à Preuilly. Les commerces (alimentation, artisanat...), transports et services divers (banques, pharmacies...) regroupent 49% des entreprises. Les administrations publiques (enseignement, santé, action sociale...) représentent quant à elles 19,4% des entreprises.

Source : Insee, CLAP (connaissance locale de l'appareil productif) au 31/12/2010.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Musée de la Poterne, au pied du château
  • Musée de la Poterne : préhistoire (collections de silex taillés), archéologie gallo-romaine, art roman, histoire locale, arts et traditions populaires, coiffes et dentelles tourangelles.

Dans le site de l'ancienne poterne du château féodal, inscrite comme Monument Historique, ce musée permet de découvrir la riche histoire de la ville de Preuilly et de cette partie de la Touraine du sud[34].

  • Médiathèque de Preuilly-sur-Claise (14 bis, route du Grand-Pressigny)

Vestiges préhistoriques et antiques[modifier | modifier le code]

  • Outils préhistoriques en silex, découverts dans différents sites de la vallée de la Claise
  • Vestiges du pont romain de la Clau.
  • Traces de la villa gallo-romaine du Mireuil

Architecture civile[modifier | modifier le code]

Château de la Rallière, ancien hospice
  • Ancien hôtel de La Rallière XVIIe siècle (inscrit comme Monument Historique depuis 1942)[36].
  • Maisons de la rue des Pavillons, construites au XVIIe siècle (ensemble de sept "pavillons" accolés, construits par le Vicomte de la Rallière, Samuel Gaudon. L'architecture est dans l'esprit de celle qui présida à la construction de la ville de Richelieu).
  • Hôtel de ville (mairie de Preuilly), ancien hôtel particulier de la famille Fumey du XIXe siècle.
  • Ancien hôtel de ville, situé rue Saint Pierre, ancien prêche protestant du XVIe siècle (inscrit comme Monument Historique depuis 1929).
  • Maison Renaissance, façade en arc de cercle, du XVe siècle et XVIe siècle, à l'angle des rues Notre-Dame et St Mélaine, près de l’ancienne église Notre-Dame des échelles.
  • Vestiges de l'ancien collège de Preuilly, XIVe siècle et XVIe siècle, rue Chaumont-Patin.
  • Hôtel de La Mothe, place de l'Abbaye, construit au début du XVIIIe siècle (inscrit comme Monument Historique depuis 1941). Il s'agit de l'ancien Hôtel Mestivier des Minières, utilisé également comme presbytère au début du XIXe.
  • Hôtel d'Harambure, rue du Cygne, du XVIIe siècle et XVIIIe siècle.
  • Manoir du Pouët, construit au XVIe siècle, ancien fief de la baronnie de Preuilly (inscrit comme Monument Historique depuis 1984).
  • Anciennes maisons canoniales XVe siècle, près de l'abbatiale St Pierre.
  • Ancien moulin de l'Abbaye XIXe siècle.

Architecture sacrée[modifier | modifier le code]

Nef de l'église St Pierre ex-abbatiale

L'abbaye Saint Pierre, et en particulier son abbatiale, est sans conteste le monument majeur de Preuilly-sur-Claise. Effroy, seigneur de Preuilly et de La Roche-Posay fonda cette abbaye de bénédictins en 1001. Sa construction fut approuvée par le Roi Robert II Le pieux en 1012. Elle fut alors consacrée par Archambauld de Sully, archevêque de Tours et mise sous invocation de Saint-Pierre.

Les reliques de Saint Melaine furent placées dans une chapelle latérale qui lui était dédiée, et son corps mis dans une châsse d'argent. Par la suite, les reliques furent partagées avec plusieurs églises de l'Ouest de la France; la châsse fut prise à la Révolution et les restes, dont le crâne, conservés. L'effondrement du clocher de l'abbatiale anéantit la chapelle Saint-Melaine.

L'édifice a ensuite été considérablement restauré et remanié au XIXe siècle, notamment quand le clocher s'effondra en 1867. Il fut reconstruit en 1873, avec l'adjonction d'une haute flèche, comportant une couverture de tuiles vernissées, dans un goût proche des toitures des hospices de Beaune, ce qui ne laisse pas d'être surprenant et insolite pour la région. Les vitraux datent des XIXe et XXe siècles.

C'est un édifice majeur de l'art roman, à la fois par l'originalité du développement de son architecture et par la qualité et la richesse de sa sculpture (notamment celle de chapiteaux historiés). En 1846, il fut remarqué par Charles Audigé et Constant Moisand, dans leur ouvrage intitulé Histoire de la ville et du canton de Preuilly. Huysmans, suivant d'autres auteurs, ont fait remarquer son plan où l'axe de la nef ne correspond pas à celui du chœur, imitant selon lui la tête penchée du Christ sur la croix.

Chapiteau de l'abbatiale St Pierre

L'église abbatiale faisait partie à l'origine d'un monastère bénédictin et présente à cet égard de fortes ressemblances avec l'abbaye Notre-Dame de Fontgombault. Les bâtiments, situés sur le terrain au sud de l'abbatiale, ont été vendus à des particuliers à la Révolution et sont en partie encore visibles : logis de l'abbé (face à la Claise), vestiges du cloître (presbytère, dans le prolongement du transept sud), moulin de l'abbaye (près du vieux-pont).

Aujourd'hui église paroissiale, l'imposante abbatiale est incontournable au centre de la bourgade, entre la Grand' rue et l'ancien hospice Dauphin (Château de la Rallière du XVIIe siècle), dominée par l'ensemble constitué par le Château du Lion et le Musée de la Poterne (ancienne entrée fortifiée du château datant du XIVe siècle et XVe siècle).

  • Ancienne église Notre-Dame-des-Échelles XIe siècle et XIIIe siècle (inscrite comme Monument Historique depuis 1987).
  • Vestiges de la collégiale Saint Melaine XIIe siècle (inscrite comme Monument Historique depuis 1927) : le corps de Saint-Melaine y fut placé en sureté au moment des invasions normandes. Il fut ensuite transféré dans l'abbatiale Saint-Pierre. L'église, ainsi qu'une grande partie du château, fut détruite à la Révolution par un entrepreneur mandaté pour utiliser les matériaux des "fortifications" de la ville pour produire du salpêtre. Il subsiste une large partie du clocher-porche, dans l'enceinte du Château du Lion.
  • Chapelle de Tous-les-Saints XVe siècle (inscrite comme Monument Historique depuis 1953), située à l'angle du jardin public (ancien cimetière), et qui abrite une rare danse macabre.
  • Vestiges de l'église Saint-Nicolas XIIe siècle, façade visible dans le faubourg du même nom. Un remarquable chapiteau dit des Sonneurs d'Olifant, provenant de cet édifice, est visible au Musée de la Poterne.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Geoffroy II de Preuilly, baron de Preuilly, qui dressa des règles écrites aux tournois vers 1036 ; Le Carroir des Joutes, plaine de la Rabaudière, garde le souvenir de cette activité.
  • Geoffroy III de Preuilly, partit en pèlerinage en Terre Sainte en 1098, à l'époque de la Première Croisade. Il perdit la vie lors de la bataille de Rames (Palestine) en 1103[37]. Cela lui valut le surnom de Jourdain.
  • Pierre Frotier (1390-1459), baron de Preuilly, compagnon d'armes de Charles VII, inhumé en l'abbaye de Preuilly.
  • Jeanne, princesse de Valois, (1443-1467), fille légitimée du roi Charles VII et de sa favorite, Agnès Sorel, élevée au château de Preuilly. Mariée à Antoine de Bueil en 1461[38].
  • Joachim Périon (1498 ou 1499 - 1559) est un humaniste, philologue et traducteur français du XVIe siècle, dont la famille est originaire de Preuilly et Chaumussay (le lieu précis de sa naissance est l'objet de controverse)[39]. Ce moine bénédictin fut prieur de l'abbaye de Cormery[40].
  • Joseph Juste Scaliger (1540-1609), humaniste et philologue, précepteur des enfants de Louis Chasteigner au château de Preuilly entre 1590 et 1593[41].
  • Samuel Gaudon (1593-vers 1655), sieur de La Rallière, Fermier aux entrées de Paris, compromis dans les troubles de La Fronde et embastillé en 1649 ;
  • César de Vendôme (1594-1665), fils naturel d'Henri IV et de Gabrielle d'Estrées, devenu baron de Preuilly par décret royal (1607-1614) ;
  • L'abbé Antoine Goüin, curé de Saint Mélaine à Preuilly, qui fonda la Chapelle de Notre-Dame-de-la-Paix-de-Chantereine en 1674[42].
  • Louis IV de Crévant d'Humières (1628-1694), baron de Preuilly. Il est fait Maréchal de France en 1668.
  • Anne Dacier (1645-1720), philologue et traductrice française, passa trois ans de sa petite enfance à Preuilly ;
  • Louis Nicolas Le Tonnelier de Breteuil (1648-1728), officier de la maison du Roi sous Louis XIV, introducteur des ambassadeurs, baron de Preuilly ;
  • François-Victor Le Tonnelier de Breteuil (1686-1743), baron de Preuilly, ministre de la Guerre sous Louis XV[43].
  • Pierre Suzor (1733 -1801), évêque Constitutionnel d'Indre et Loire en 1791 ;
  • Louis François Alexandre d'Harambure (1742-1828), Député de la Noblesse aux États Généraux de 1789, Général de la Révolution ;
  • Charles Audigé (1776-1865), Greffier de Justice de Paix, maire temporaire de Preuilly en 1824, est surtout connu pour son ouvrage de référence Histoire de la ville et du canton de Preuilly publié en 1846. Né et mort à Preuilly, proche de la Société des Gens de Lettres (à laquelle appartenait le co-auteur de son livre, Constant Moisand), il est également l'auteur de poèmes.
  • Jacques-Xavier Carré de Busserolle (1823-1904), écrivain et historien né à Preuilly, auteur du Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine publié entre 1878 et 1884 ;
  • Edmond Grasset (1852-1880), sculpteur, prix de Rome de sculpture en 1878 ;
  • Moïse Aristobile (1864-1937), jardinier installé à Preuilly au début du XXe siècle, membre de la Société Botanique du Centre-Ouest, spécialiste de la flore locale. Il est l'auteur d'un remarquable herbier, dont il subsiste quelques éléments à l'Université de Tours (bibliothèque Sciences-Pharmacie).
  • Robert-Adrien Delétang (1874-1951), artiste peintre né à Preuilly, auteur du tableau « Danse espagnole » (ou « Fandango ») ;
  • Adrien Chaboisson (1886-1912), cuisinier originaire de Preuilly, mort dans le naufrage du Titanic en 1912[44].
  • Jean Multon (1908-1946), Résistant du groupe Combat en 1942, puis traître à la Résistance intérieure française à compter d'avril 1943, il devient alors agent de la Gestapo. Il est condamné à mort et fusillé au fort de Montrouge le 10 septembre 1946.
  • Colette Tessier (1920-), écrivaine, auteur d'ouvrages à connotation régionaliste, comme Les Carnets Noirs et Le Semainier d'Angèle Tour, prix des Écrivains de l'Ouest.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distance entre la commune et les villes les plus proches avec Mappy.fr
  2. Sentier de Grande Randonnée de la Touraine du Sud
  3. Sentiers de Randonnée à Preuilly sur claise
  4. Réseau de transport en commun Touraine Fil Vert
  5. Carte des zones humides de plus de 10 000m² selon DDAF37
  6. « Données climatiques de Preuilly-sur-Claise », sur www.journaldunet.com (consulté le 10 septembre 2009)
  7. a et b « Tours St Symphorien, Indre-et-Loire(37), 108m - [1965-1990] », sur www.infoclimat.fr (consulté le 10 septembre 2009)
  8. Liste du zonage ZNIEFF
  9. Vallée de la Claise -ZNIEFF 240031298
  10. Landes de la forêt de Preuilly -ZNIEFF 240006243
  11. Carte des Massifs forestiers de Preuilly
  12. Histoire de la ville et du Canton de Preuilly - 1846 - Charles Audigé et Constant Moisand
  13. Preuilly pendant la Guerre - 1944 - Guy de la Mothe
  14. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  17. Pyramide des âges à Preuilly-sur-Claise en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 20/07/2010.
  18. Pyramide des âges de l'Indre-et-Loire en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 25/07/2010.
  19. Taxe.com
  20. a, b, c et d les comptes des communes sur le site du Ministère des Finances
  21. [PDF] Enquête annuelle de recensement 2006.
  22. [PDF] Résidences secondaires en Indre et Loire
  23. [PDF] Logements sociaux en Indre et Loire
  24. Site de l'établissement privé Notre-Dame
  25. Brigades de Gendarmerie
  26. Le Centre de Secours
  27. Risque d'inondations
  28. Site de l'USYP
  29. Les équipements sportifs sur le site du ministère de la jeunesse et des sports consulté le 13/07/2010
  30. Cours de la MCJ
  31. Paroisse du Pays de Preuilly
  32. Doyenné de Loches
  33. Société Archéologique de Preuilly [1]
  34. Musée de la Poterne [2]
  35. Musée de la Poterne [3]
  36. Château de la Rallière [4]
  37. Mémoires de la Société archéologique de Touraine, Tome 4, p.222, 1855
  38. Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres - 1922 - Les filles d'Agnès Sorel - Durrieu, Paul - http://www.persee.fr/articleAsPDF/crai_0065-0536_1922_num_66_3_74608/article_crai_0065-0536_1922_num_66_3_74608.pdf?mode=light
  39. Mémoires de la Société archéologique de Touraine, 1865, Volume 17 - page 34
  40. Cartulaire de Cormery..., par l'abbé J-J. Bourassé, Mémoires de la Société archéologique de Touraine, 1861
  41. Un humaniste en Touraine pendant les Guerres de Religion, JOSEPH-JUSTE SCALIGER à Preuilly (1590-1593) - Laurence Augereau - [Bulletin de la Société archéologique de Touraine] - 2005 (T51)
  42. Mémoires de la Société archéologique de Touraine: Série in-80: Volume 11 - Page 53
  43. Mémoires de la Société archéologique de Touraine, p.206, Viton de Saint-Allais, Nicolas (1773-1842). Nobiliaire…, p.360 et La Chesnaye-Desbois, article Le Tonnelier de Breteuil
  44. Archives Départementales d'Indre et Loire ; http://archives.cg37.fr/Actualite.php?theme=2&idactualite=171

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]