Albert Pike

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pike.
Albert Pike

Albert Pike est un avocat, un général confédéré et un écrivain américain né le 29 décembre 1809 à Boston et mort le 2 avril 1891 à Washington.

Il fut un tribun du parti Whig avant de rejoindre le mouvement Know Nothing dans les années 1850.

Il dirigea également pendant trente-deux ans l'une des plus importantes composantes de la franc-maçonnerie des États-Unis : le Suprême Conseil de la Juridiction Sud du Rite écossais ancien et accepté. À ce titre, son nom apparaît fréquemment dans le cadre de théories du complot.

Biographie[modifier | modifier le code]

Statue à Judiciary Square, Washington, D.C.

Pike est né à Boston, Massachusetts. Il était le fils de Ben et Sarah (Andrews) Pike. Il passa son enfance à Byfiel et à Newburyport, dans le Massachusetts. Parmi ses ancêtres de l'époque coloniale, on compte John Pike, le fondateur de la ville de Woodbridge, dans le New Jersey. Il étudia à Newburyport et à Framingham jusqu'à l'âge de 15 ans. En août 1825, il réussit les examens d'entrée à l'Université Harvard, mais il renonça lorsqu'on lui réclama le paiement des frais pour les deux premières années et poursuivit ses études en autodidacte, devenant plus tard instituteur à Gloucester, Bedford, Fairhaven et Newburyport[1].

En 1831, il quitta le Massachusetts et partit vers l'ouest, s'arrêtant d'abord à Saint Louis (Missouri), puis à Independence (Missouri). Là il se joignit à une expédition vers Taos, au Nouveau-Mexique, vivant de chasse et de commerce. Pendant cette expédition, son cheval s'échappa, le forçant à couvrir à pied les quelque 750 km qui le séparaient de Taos. Il se joignit ensuite à une expédition de trappeurs vers Llano Estacado au Nouveau-Mexique et vers le Texas. Il arriva finalement à Fort Smith (Arkansas)[2].

S'étant ainsi établi dans l'Arkansas en 1833, il y enseigna à l'école et ecrivit une série d'articles pour le journal Arkansas Adovcate de Little Rock (Arkansas), sous le pseudonyme de « Casca »[3]. Ses articles connurent suffimamment de succès pour lui permettre de devenir membre du personnel du journal. Plus tard, grâce à la dot de son mariage avec Mary Ann Hamilton, il en devint l'un des actionnaires. En 1835, il en devint le propriétaire. Sous sa direction, dans un Arkansas divisé et instable politiquement, l'advocate promut les conceptions du parti Whig[3].

Il commença alors à étudier le droit et fut admis au barreau en 1837, année où il vendit l'Advocate. Il publia différents ouvrages de droit et de poésie. Ses poèmes, aujourd'hui oubliés, connurent une certaine notoriété[2]. Plusieurs volumes en furent publiés après sa mort par l'une de ses filles.

Quand la guerre américano-mexicaine éclata, en 1846, Pike rejoignit la cavalerie. Il participa à la Bataille de Buena Vista[2]. Après cette guerre, il reprit son activité d'avocat à La Nouvelle-Orléans.

Fermement opposé à la sécession, il avait déclaré en 1854 que le Sud devait rester dans l'Union et rechercher l'égalité avec le Nord, mais que si le Sud était contraint à un statut inférieur, il serait préférable d'être en dehors de l'Union[4].

Il retourna en Arkansas en 1857.

En 1859, on lui proposa de devenir docteur honoris causa d'Harvard[2], mais il déclina l'offre[5].

Lorsque la Guerre de Sécession éclata, en 1861, il rejoignit le camp des États confédérés d'Amérique[2]. Il fut nommé général (brigadier general) le 22 novembre 1861 et reçut un commandement en Territoire indien[2]. Il y entraîna trois régiments confédérés de la cavalerie indienne avec lesquels il participa à la Bataille de Pea Ridge en mars 1862. Après cette défaite des armées du Sud et une fuite dans les collines de l'Arkansas, il démissionna de l'armée confédérée. Arrêté le 3 novembre et détenu brièvement à Warren (Texas), il fut ensuite relâché et autorisé à rentrer en Arkansas[2].

Il vécut ensuite de différentes occupations. Il fut notamment l'éditeur du journal Memphis Daily Appeal de février 1867 à septembre 1868. Puis il s'installa à Washington en tant qu'avocat, plaidant de nombreux dossiers devant la Cour suprême des États-Unis. À la suite de ses difficultés financières, le Suprême Conseil de la Juridiction Sud du Rite écossais ancien et accepté lui accorda en 1879 une pension de 1 200 $ par an jusqu'à la fin de sa vie[6].

Père de 11 enfants, il mourut à Washington (district de Columbia) le à l'âge de 81 ans, et fut enterré au cimetière d'Oak Hill, bien qu'il ait laissé des instructions demandant à être incinéré[2]. En 1944, ses restes furent transférés dans le temple maçonnique House of the Temple, quartier général du Suprême Conseil de la Juridiction Sud du Rite écossais ancien et accepté.

Influence sur la franc-maçonnerie nord-américaine[modifier | modifier le code]

Pike, revêtu des décors maçonniques de Grand Commandeur du Rite écossais ancien et accepté

Albert Pike, après avoir été admis dans la fraternité the Independent Order of Odd Fellows en 1840, fut initié à la franc-maçonnerie en 1850, dans la loge Western Star no 2 de Little Rock[6]. Il reçut d'abord les 10 degrés du Rite d'York entre 1850 et 1853, avant de recevoir d'Albert Mackey les 29 premiers degrés du Rite écossais ancien et accepté en mars 1853 à Charleston (Caroline du Sud)[6].

Il devint alors extrêmement actif au sein du Suprême Conseil de la Juridiction Sud du Rite écossais ancien et accepté, participant à la demande de Mackey à une profonde réécriture des rituels, de 1855 à 1861[6]. Il fut élu Grand Commandeur de cette juridiction en 1859 et le resta pendant trente-deux ans, jusqu'à la fin de sa vie.

Son ouvrage ésotérique et initiatique le plus célèbre est « Morales et dogme » (Morals and dogma), publié en 1871, qui a pour but d'expliquer le symbolisme des 32 premiers degrés du Rite écossais ancien et accepté. Cet ouvrage fut traditionnellement offert aux francs-maçons américains à l'occasion de leur réception au 14e degré du Rite écossais ancien et accepté jusqu'en 1974[6].

Controverses[modifier | modifier le code]

Albert Pike a fait l'objet de nombreuses critiques et controverses, notamment dans le cadre de théories du complot.

Rôle dans le Ku Klux Klan[modifier | modifier le code]

Différents auteurs, dont l'historien Walter Lynwood Fleming, ont écrit qu'Albert Pike aurait occupé la position de chef de la Justice au sein du KKK[7], ou même qu'il aurait été l'un des pères fondateurs de cette société secrète[8],[9]

Léo Taxil[modifier | modifier le code]

Léo Taxil, dans son célèbre canular, prétendit entre autres qu'il faisait apparaître par des opérations magiques Lucifer sous la forme d'un beau jeune homme dans les soirées maçonniques de Charleston, USA[10]. La source connue la plus ancienne de la fameuse « Lettre de Albert Pike à Mazzini » est « Le diable au XIXe siècle »[11], un ouvrage du Docteur Bataille, un des pseudonymes de Léo Taxil lors de son célèbre canular.

Critiques de Morals and dogma[modifier | modifier le code]

Morals and Dogma (1871)

Dans le chapitre de Morals and dogma consacré à l'étude du symbolisme du 19e degré de ce rite, la deuxième phrase du paragraphe suivant a fait l'objet de nombreuses controverses, certains mouvements chrétiens évangéliques y voyant la preuve du satanisme qui caractérise, selon eux, les hauts grades de la franc-maçonnerie.

«  The Apocalypse is, to those who recieve the nineteenth Degree, the Apothesis of that Sublime Faith which aspires to God alone, and despises all the pomps and works of Lucifer. Lucifer, the Light-bearer! Strange and mysterious name to give to the Spirit of Darknesss! Lucifer, the Son of the Morning! Is it he who bears the Light, and with its splendors intolerable blinds feeble, sensual or selfish Souls? Doubt it not! for traditions are full of Divine Revelations and Inspirations; and Inspiration is not of one Age nor of one Creed. Plato and Philo, also, were inspired[12]. »

Traduction :

«  L'Apocalypse est, pour ceux qui reçoivent le dix-neuvième degré, l'apothéose de la foi sublime qui n'aspire qu'à Dieu, en dépit des pompes et des travaux de Lucifer. Lucifer, le porteur de lumière ! Quel nom étrange et mystérieux pour l'esprit des ténèbres ! Lucifer, le fils du matin ! Est-ce lui qui apporte la lumière et qui de sa splendeur intolérable aveugle les âmes faibles, sensuelles ou égoïstes ? N'en doutons pas car les traditions sont pleines d'inspirations et de révélations divines, et l'inspiration n'est pas propre à une seule époque et à une seule croyance. Platon et Philon, eux-aussi, étaient inspirés. »

Dans le chapitre consacré au 30e degré, Pike écrivit :

«  A Lodge inaugurated under the auspices of Rousseau, the fanatic of Geneva, became the centre of the revolutionary movement in France, and a Prince of the blood-royal went thither to swear the destruction of the successors of Philippe le Bel on the tomb of Jacques de Molai. The registers of the Order of Templars attest that the Regent, the Duc d'Orleans, was Grand Master of that formidable Secret Society, and that his successors were the Duc de Maine, the Prince of Bourbon-Conde, and the Duc de Cosse-Brissac[13].  »

Traduction :

«  Une loge inaugurée sous les auspices de Rousseau, le fanatique de Genève, devint le centre du mouvement révolutionnaire français, et un prince de sang royal s'y rendit pour jurer la destruction des successeurs de Philippe le Bel sur la tombe de Jacques de Molai. Les registres de l'Ordre des Templiers attestent que le Régent, le Duc d'Orléans, était Grand-Maître de cette formidable société secrète et que ses successeurs ont été le Duc de Maine, le Prince de Bourbon-Condé et le Duc de Cossé-Brissac. »

Pike reprenait ainsi en partie à son compte en 1871 la thèse développée en 1798 par Augustin Barruel, et sans cesse démentie par les historiens[14], selon laquelle la franc-maçonnerie française aurait été l'organisatrice secrète de la Révolution française.

La lettre de Pike à Mazzini, William Carr et Léo Taxil[modifier | modifier le code]

En 1958, le Canadien William Guy Carr publia un livre nommé Pawns in the game[15] (Des pions sur l'échiquier[15]) dans lequel il affirme qu'au British Museum de Londres est cataloguée une lettre de Pike à Giuseppe Mazzini, en date du 15 août 1871 et dans laquelle Pike aurait expliqué le but des trois guerres mondiales dans des termes étonnants pour un écrit de 1871. Cet ouvrage reste aujourd'hui encore sujet de controverse puisqu'il est défendu par certains sites conspirationnistes[16] alors qu'il est critiqué par certains sites maçonniques[17] tandis que la British Library dément avoir jamais détenu une telle lettre[16]. Dans « Des pions sur l'échiquier »[15], William G. Carr affirmait que la lettre se trouve cataloguée au British Museum, or ce qui est vraiment catalogué au British Museum c'est la publication de « Le diable au XIXe siècle », du Dr Bataille, qui contient la prétendue lettre.

Terry Melanson[18] a montré que la source exacte de la prétendue lettre se trouve dans « Le diable au XIXe siècle » (Tome 2 chap.35 p. 594-606[19]), du Docteur Bataille, pseudonyme du fameux mystificateur Léo Taxil.

En page 22 de « Satan : Prince de ce monde »[20], Carr renvoie au Cardinal José María Caro Rodríguez du Chili « The Mysteries of Freemasonry Unveiled » p. 115-6. Le Cardinal lui-même renvoie à The Cause of World Unrest, p. 77[21] (voir plutôt les pages 50 à 52). The Cause of World Unrest[22] est une compilation d'articles parus dans le London Morning Post en juillet 1920. (Selon certains[23], ils ont peut-être été écrits par Ian Colvin, l'éditeur H. A. Gwynne et Nesta Webster). Tant le Cardinal Rodriguez que l'auteur de The Cause of World Unrest identifient « Le diable au XIXe siècle » comme étant la source de la lettre.

Terry Melanson[18] a aussi le mérite d'avoir montré que cette prétendue lettre de Pike à Mazzini ne présente pas la moindre référence à « trois guerres mondiales », ni même le mot « illuminati », « communiste », « sioniste », « fasciste », « nazisme » ou « islam ». William Carr attribue à la lettre de Pike à Mazzini le passage suivant:

«  The Second World War must be fomented by taking advantage of the differences between the Fascists and the political Zionists. This war must be brought about so that Nazism is destroyed and that the political Zionism be strong enough to institute a sovereign state of Israel in Palestine. During the Second World War, International Communism must become strong enough in order to balance Christendom, which would be then restrained and held in check until the time when we would need it for the final social cataclysm. »

«  La deuxième guerre mondiale devra être fomentée en tirant parti des différences entre les fascistes et le sionisme politique. Cette guerre devra être conduite de telle sorte que le nazisme soit détruit et que le sionisme politique devienne suffisamment puissant pour créer un état souverain d'Israël en Palestine. Durant la seconde guerre mondiale, le communisme international devra devenir assez puissant pour contrebalancer le christianisme, qui sera alors maîtrisé et tenu en échec aussi longtemps que nous en aurons besoin avant le cataclysme social final. »

Une telle citation ne se trouve nulle part dans la lettre de Pike publiée dans Le diable au XIXe siècle[24]. De plus, l'emploi des termes « Fascists » et « Nazism », qui n'existaient pas en 1871, démontre selon les historiens qu'il s'agit d'un faux. Cependant les tenants de la théorie du complot maintiennent que Pike devait les connaître, puisque ces mouvements, selon eux, auraient été inventés par les illuminati[16].

Le seul extrait de la lettre de Pike (telle qu'on la retrouve dans « Le diable au XIXe siècle ») à être cité par Carr[15], le Cardinal Rodriguez[21] et l'auteur de The Cause of World Unrest[25] est celui-ci :

« (...)nous déchaînerons les révolutionnaires nihilistes et athées, et nous provoquerons un formidable cataclysme social, qui montrera bien aux nations, et dans toute son horreur, l'effet de l'incroyance absolue, mère de la sauvagerie et du plus sanglant désordre. Alors, partout, les citoyens, obligés de se défendre contre la minorité folle des révoltés, extermineront ces destructeurs de la civilisation; et les innombrables désabusés de l'adonaïsme, dont l’âme déiste sera jusqu’à ce moment restée sans boussole, ayant soif d'idéal, mais ne sachant à quel dieu décerner leurs hommages, recevront la Vraie Lumière, par la manifestation universelle de la pure doctrine luciférienne, rendue enfin publique, manifestation qui surgira du mouvement général de réaction, à la suite de l’écrasement de l’athéisme et de l'adonaïsme [Christianisme], tous deux vers le même temps vaincus et exterminés. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Walter Lee Brown, A Life of Albert Pike, University of Arkansas Press, 1997
  • (en) Robert Lipscomb Duncan, Reluctant General: The Life and Times of Albert Pike, Dutton Ed., 1961
  • (en) Albert Pike, Morals and dogma of the ancient and accepted Scottish Rite
  • (fr) Albert Pike, Morales et dogme - Du maître secret au chevalier Rose-Croix, Éditions Christian Guigue, 2005
  • (fr) Albert Pike, Morales et dogme - Du grand pontife (19e) au Sublime prince du royal secret (32e), Éditions Christian Guigue, 2013
  • (en) Albert Pike, "Masonic Ritualist", "The Enyclopœdia of Freemasonry"
  • (fr) Arthur Preuss, Etude sur la Franc-Maçonnerie Américaine, Ouvrage traduit, avec l'autorisation de l'auteur, sur la seconde édition américaine par Mlle A. Barrault, Réédition avec préface du Centro Librario Sodalitium_Centro librario Sodalitium Verrua Savoia (Italie) 1998

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Documentation externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hubbell, Jay B. The South in American Literature: 1607-1900. Durham, North Carolina: Duke University Press, 1954: 640.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Handbook of Texas Online, s.v. "Pike, Albert," http://www.tshaonline.org/handbook/online/articles/PP/fpi18.html (accessed December 15, 2008).
  3. a et b http://www.encyclopediaofarkansas.net/encyclopedia/entry-detail.aspx?entryID=1737
  4. David Morris Potter, Don Edward. The impending crisis, 1848-1861. HarperCollins, 1976. (Page 467)
  5. "The Phoenix," Manly P. Hall
  6. a, b, c, d et e Article Pietre Stones
  7. Voir page 27 in Ku Klux Klan: Its Origin, Growth and Disbandment, John C. Lester, Daniel Love Wilson et Walter Lynwood Fleming, Neale Publishing, 1905 qui soutient que « General Albert Pike, who stood high in the Masonic order, was the chief judicial officer of the Klan»
  8. Voir page 20 in A Chronology and Glossary of Propaganda in the United States, Richard Alan Nelson, Greenwood Press, 1996 :« (...) Ku Klux Klan is founded in Nashville, Tennessee, by General Albert Pike and others as a secret society (...) »
  9. Voir aussi pages 157-158 in
  10. Historia n°spécial 48,‎ 1997 (ISSN 0018-2281), p. 52
  11. Le diable au XIXe siècle, Dr Bataille (Léo Taxil), 1895, p. 594-606
  12. Morals and dogma,étude du 19e degré (lien vérifié le 21/02/2007)
  13. Chapitre XXX KNIGHT KADOSH (en)
  14. Éric Saunier, La maçonnerie est-elle à l'origine de la Révolution ?, L'histoire n°256 (ISSN 01822411), p. 30
  15. a, b, c et d Des pions sur l'échiquier, William Guy Carr, 1955, p.20-21
  16. a, b et c Voir par exemple Albert Pike and Three World Wars (en).
  17. Voir par exemple : William Guy Carr repeats the lies(en).
  18. a et b Albert Pike To Mazzini, August 15, 1871: Three World Wars? Conspiracy Archive
  19. Le diable au XIXe siècle, Dr Bataille, Tome 2, chap.XXXV, p.594-606
  20. Satan Prince of This World, William Guy Carr, 1966, p.22
  21. a et b The Mysteries of Freemasonry Unveiled, Christian Book Club of America, 2006, p.115-116
  22. The Cause of World Unrest, date et auteurs incertains (Ian Colvin, H.A. Gwynne, Nesta Webster, 1920, p.50-52)
  23. Antisemitism: A Historical Encyclopedia of Prejudice and Persecution, By Richard S. Levy
  24. Le diable au XIXe siècle, Dr Bataille, Tome 2, chapitre XXXV, p.594-606
  25. The Cause of World Unrest (date et auteurs incertains: Ian Colvin, H.A. Gwynne, Nesta Webster) 1920, p.50-52