Aéroport international Moi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec la base aérienne Moi, à Nairobi, qui est le quartier général de la force aérienne kényane.
Aéroport international Moi
Moi International Airport
Le terminal des Kenya Airways vu depuis l'aire de stationnement en 2010
Le terminal des Kenya Airways vu depuis l'aire de stationnement en 2010
Localisation
Pays Drapeau du Kenya Kenya
Ville Mombasa
Coordonnées 4° 01′ 43″ S 39° 35′ 56″ E / -4.028648, 39.5988764° 01′ 43″ Sud 39° 35′ 56″ Est / -4.028648, 39.598876  
Altitude 61 m (200 ft)

Géolocalisation sur la carte : Kenya

(Voir situation sur carte : Kenya)
Aéroport international Moi

Géolocalisation sur la carte : Mombasa

(Voir situation sur carte : Mombasa)
Aéroport international Moi
Pistes
Direction Longueur Surface
03/21 3 350 m (10 991 ft) asphalte
15/33 1 363 m (4 472 ft) asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA MBA
Code OACI HKMO
Type d'aéroport Civil et militaire
Gestionnaire Kenya Airports Authority
Site web gestionnaire Consulter
Site web aéroport Consulter

L'aéroport international Moi, aussi connu sous le nom d'aéroport de Mombasa (Mombasa Airport), est le 2e plus important aéroport du Kenya après l'aéroport international Jomo Kenyatta de Nairobi. Mombasa étant une île de petite dimension, il est situé à 12 km du centre ville sur le continent, sur le territoire de la municipalité de Port Reitz (en).

Historique[modifier | modifier le code]

La zone militaire durant l'opération Support Hope (1994).

C'est au début de la Seconde Guerre mondiale que les troupes du génie militaire de l'armée sud-africaine construisent un aérodrome connu alors sous le nom de Port Reitz Airport.
Ce n'est alors qu'un aérodrome à vocation uniquement militaire et utilisé comme une base terrestre pour la Fleet Air Arm de la flotte britannique (Eastern Fleet) elle-même basée en partie, dès 1942, dans le port de Kilindini situé dans la partie est de l'île de Mombasa. C'est également une base pour la Royal Air Force qui opère des missions de lutte anti-sous-marine le long de la cote de l'Afrique de l'Est ainsi que pour la South African Air Force qui est engagée dans la guerre contre l'Italie et l'Abyssinie.

Au sortir des hostilités, l'aérodrome acquiert une vocation civile. Il comporte déjà deux pistes dont la plus longue mesure 1 500 m et est capable d'accueillir des avions de la taille des Douglas DC-3. Ainsi limité, il reste cependant confiné dans des opérations régionales.

Le ballet des cargos humanitaires en direction de Goma (1994)

Entre 1974 et 1977, des travaux d'agrandissement des pistes et la construction d'un terminal de 15 000  pour passagers est entrepris conjointement par les gouvernements japonais et kényan. Ce qui permet l'accès aux plus gros transporteurs de cette époque comme le Boeing 747.
Dès 1978, l'aéroport obtient le statut d'aéroport international et est rebaptisé sous son nom actuel faisant référence au tout nouveau président kényan de l'époque : Daniel Arap Moi.

À la fin des années 1980, le terminal devient insuffisant en termes d'accueil des nombreux passagers. Dans l'impossibilité technique de l'agrandir, les autorités kényanes, toujours conjointement avec celles du Japon, entreprennent, en octobre 1994 la construction d'un second terminal qui est inauguré en 1996.

Entre juillet et septembre 1994, l'aéroport est utilisé comme base de ravitaillement en kérosène pour les Lockheed C-141 et C-5 ayant pour mission d'assurer la mission humanitaire américaine nommée Operation Support Hope[1] entre l'Europe et le Rwanda.
Cette utilisation cesse en octobre avec le début des travaux d'agrandissement de l'aéroport.

Actuellement, il accueille régulièrement des Airbus A340.

Pistes et équipements[modifier | modifier le code]

  • Pistes
    • piste 03/21 : longueur 3 350 m, largeur 46 m, pente montante de la piste 03 vers la piste 21, PCN 80FAWU ;
    • piste 15/33 : longueur 1 363 m, largeur 36 m (sans marquage), pente insignifiante, PCN 8FCYU ;
    • 2 pistes pour hélicoptère (sans utilisation commerciale).
  • Terminaux :
    • passagers : 3
    • cargo : 1 (capacité de 2 000 t, surface de stockage de 1 083 )[2]
  • Maintenance : un hangar pour avion d'affaire très léger.
  • Aide à la navigation :
    • fréquence de la tour de contrôle : 118,6 MHz ;
    • VOR-DME : identifiant MOV, fréquence 112,3 MHz ;
    • NAVAID[note 1] : type NDB, identifiant MO, fréquence 267 MHz ;
    • ILS : sur la piste 03/21 uniquement ;
    • éclairage pistes : uniquement pour la piste 03/21 et son approche (systèmes Low Intensity Runway Lights (LIRL) et Medium Intensity Runway Lights (MIRL) ainsi que Precision Approach Path Indicator (PAPI)).
  • Compagnies pétrolières accréditées : Kenya Shell/BP Kenya, Caltex Oil Ltd. et Total Kenya.
  • Zone militaire : base opérationnelle avancée de la force aérienne kényane (en).

Statistiques[modifier | modifier le code]

Les chiffres proviennent du rapport annuel Statistical Abstract 2010 édité par le Kenya National Bureau of Statistics (KNBS)[3], (OCLC 707513094) (ISBN 9-9667-6718-5).

Mouvement d'avion[modifier | modifier le code]

2006 2007 2008 2009
19 000
23 000
17 000
19 000

Trafic passager[modifier | modifier le code]

2006 2007 2008 2009
arrivées
559 000
621 000
402 000
502 000
départs
569 000
633 000
404 000
512 000
en transit
77 000
92 000
81 000
100 000
total
1 205 000
1 346 000
887 000
1 114 000

Trafic marchandise[modifier | modifier le code]

En tonnes 2006 2007 2008 2009
déchargement
1 552
1 394
1 047
1 489
chargement
7 925
7 832
5 056
4 943
total
9 477
9 226
6 112
6 432

Accès à l'aéroport[modifier | modifier le code]

Situé à 12 km du centre de Mombasa, le seul moyen d'accès à l'aéroport est la route. Il n'existe pas de ligne d'autobus. La navette est assurée par taxi, matatu ou véhicule affrété par certains hôtels.
Les parcs de stationnement sont au nombre de six « court terme » et quatre « long terme ».

Accidents[modifier | modifier le code]

  • 24 avril 1986, un Shorts SC.7 Skyvan 3M-100 des forces de police du Malawi (Malawi Police Force), en phase d'approche, et en panne de carburant, effectue un atterrissage forcé et percute un arbre, à 18 km de l'aéroport, blessant légèrement le pilote et son passager[4] ;
  • En octobre 2009, un Boeing cargo 707-321C percute les balises lumineuses de l'aéroport et brise son train d'atterrissage droit sans faire de victime[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. NAVAID = NAVigational AID (« aide à la navigation »). Il s'agit d'une quelconque aide à la navigation, extérieure à l'avion lui-même et, qui permet, à ce dernier, de déterminer la position exacte.

Références[modifier | modifier le code]

  1. GlobalSecurity.org - Les détails de l'opération Operation Support Hope [(en) lire en ligne]
  2. The A-Z Group - Informations sur l'aéroport de Mombasa [(en) lire en ligne]
  3. Site Web du KNBS [(en) lire en ligne]
  4. Flight Safety Foundation - L'accident du 24 avril 1986 [(fr) lire en ligne]
  5. Flight Safety Foundation - L'accident d'octobre 2009 [(fr) lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]