Matatu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le moyen de transport. Pour les autres significations, voir Matatu (journal).
Matatu
Image illustrative de l'article Matatu
Un matatu à Mombasa conforme à la réglementation routière kényane de 2007

Situation Drapeau du Kenya Kenya
Type taxi collectif
Entrée en service 1992
Longueur du réseau maximum 50 kilomètres
Exploitant sociétés privées
Un matatu personnalisé à Nairobi et non conforme à la réglementation routière kényane de 2007

Le matatu est un minibus de transport en commun de 13 à 19 places, chacune théoriquement munie d'une ceinture de sécurité à 2 points, en service partout au Kenya. Ils sont souvent très customisés par leur propriétaires, peints avec des graffitis voire bardés de tubes fluorescents avec effet stroboscopique.
Leur nom provient de tatu (« trois » en swahili) et signifie littéralement « pour trois » consécutivement au prix de 30 cents ou de trois pièces de 10 cents (mateni matatu) qui était, lors de leur création en 1992, le prix de la course en Shilling kényan.

Réglementation[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er janvier 2007, tous les matatu doivent être conformes à la réglementation[1] :

  • installation d'un régulateur de vitesse limitant celle-ci à un maximum de 80 km/h ;
  • installation d'une ceinture de sécurité à 2 points minimum pour chaque siège et obligation de les utiliser ;
  • bande de couleur jaune ceinturant horizontalement l'entièreté de la carrosserie ;
  • inscription de façon visible du nom du propriétaire du véhicule ainsi que des deux terminus ;
  • port d'un badge et d'un uniforme par le conducteur et tous les membres du personnel.

La réglementation imposée n'est pas souvent respectée : le limiteur de vitesse est souvent trafiqué et les ceintures de sécurité, bien qu'effectivement installées, sont inopérantes. L'utilisation des bandes jaunes et des uniformes, car plus visibles, est mieux respectée.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Ces mini-cars ont la particularité d'employer un jeune homme jouant le double rôle de recherche de clients et de réception du titre de transport des passagers. Cet acrobate, accroché à la portière latérale coulissante du véhicule, attire l'attention par des gesticulations, des acrobaties et des appels sur la destination. Il est surnommé manamba (« harangueur », « baratineur » en swahili).

Ils sont aussi bien utilisés pour les déplacements à l'intérieur des villes qu'entre des localités différentes. Leurs rayon d'action peut aller jusqu'à une cinquantaine de kilomètres.

Les principales nuisances, pour les usagers, proviennent du style de conduite « sportive » des chauffeurs malgré les piètres performances techniques du véhicule, du niveau élevé de la sonorisation de la musique diffusée dans l'habitacle et du dépassement régulier du nombre de passagers admis.

Tarifs en juillet 2012[modifier | modifier le code]

Tarif par passager :

Nairobi* Mombasa, Kisumu
Inter-cité 20 à 40 KES 25 KES
périphérie 50 à 90 KES 30 KES
extérieur 100 à 150 KES 80 KES
* Le prix peut doubler en cas de pluie.

Il est à noter que le manamba adapte bien souvent le prix au client : ainsi il leur arrive fréquemment de demander aux touristes étrangers des tarifs dix voire cent fois supérieurs à la normale...

Par ailleurs l'usage est de discuter du prix avant de monter puis de payer (en pièces) pendant le trajet, car à la descente il arrive que le matatu démarre avant que le client ait obtenu sa monnaie.

Alternatives[modifier | modifier le code]

Trois boda-boda en 2009 à Kakamega

Le matatu est le moyen de transport partagé le plus utilisé au Kenya. Cependant, sa concurrence comporte :

  • un réseau de véritables autobus, malheureusement uniquement développé à Nairobi (compagnie City Hopper) ;
  • le vrai taxi, confortable mais onéreux ;
  • le tuk-tuk, scooter à trois roues de faible puissance et partiellement carrossé, dont le parcours est limité au périmètre inter-cité mais financièrement avantageux pour 2 ou 3 personnes ;
  • le pikipiki ou piki-piki[2], moto ayant, en général, une cylindrée de 125 cm3 et dont le rayon d'action peut atteindre celui du matatu ;
  • le boda-boda[3],[note 1], vélo, également limité aux limites d'une localité, muni d'un coussin adapté au porte-bagages et servant à transporter un voire deux clients.

Exemples de tarifs en juillet 2012[modifier | modifier le code]

Tarif par véhicule :

Nairobi Mombasa, Kisumu
City Hopper 50 KES par zone non applicable
taxi (une course) 1 500 KES 1 500 KES
taxi (location à la journée) entre 5 000 KES et 7 000 KES entre 4 000 KES et 6 000 KES
tuk-tuk 70 KES*[note 2] 70 KES
pikipiki 50 KES* 50 KES
boda-boda non applicable 20 KES**
* Le prix peut doubler en cas de pluie.
** 35 KES pour un double siège qu'il y ait un ou deux passagers.

Hormis pour le bus, ces prix ne changent pas avec le nombre de passagers, rendant avantageux le partage d'un trajet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À l'origine, en swahili, boda boda signifie simplement « véhicule à deux roues ». En Ouganda, un boda-boda ou boda peut être une motocyclette ou une bicyclette réservée aussi bien au transport de personnes que de marchandises.
  2. Les tuk-tuk de Nairobi ne fonctionnent que dans la périphérie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. worldpress.org, nouvelle réglementation pour les matatu qui n'aboutira qu'en 2007 et non en 2004 comme prévu [(en) lire en ligne]
  2. « piki-piki », sur urbandictionary.com, Urban Dictionary (consulté le 22 septembre 2012)
  3. « Boda-boda », sur dictionary.reference.com, Collins English Dictionary (consulté le 22 septembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]