Český Krumlov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Krumlov.
Český Krumlov
Blason de Český Krumlov
Héraldique
Drapeau de Český Krumlov
Drapeau
Vue générale depuis le château
Vue générale depuis le château
Administration
Pays Drapeau de la République tchèque République tchèque
Province Bohême
Région Bohême du Sud
Maire Luboš Jedlička
Indicatif téléphonique international +(420)
Démographie
Population 13 600 hab. (2011)
Densité 614 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 48′ 39″ N 14° 18′ 54″ E / 48.8107242, 14.3150232 ()48° 48′ 39″ Nord 14° 18′ 54″ Est / 48.8107242, 14.3150232 ()  
Altitude 492 m
Superficie 2 216 ha = 22,16 km2
Divers
Site(s) touristique(s) Site municipal (en)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

Voir la carte administrative de République tchèque
City locator 14.svg
Český Krumlov

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

Voir la carte topographique de République tchèque
City locator 14.svg
Český Krumlov

Český Krumlov est une petite ville médiévale en Bohême du Sud, près de la ville de České Budějovice. Elle était nommée Krumau par la population germanophone avant la Seconde Guerre mondiale.

Le centre historique est classé au patrimoine mondial par l'Unesco.

Histoire[modifier | modifier le code]

La fondation de la ville et du château date de la fin du XIIe siècle au bord de la Vltava qui était une importante voie de communication en Bohême. En 1302, la ville et le château appartiennent à la maison de Rosenberg.

L'empereur Rodolphe II du Saint-Empire prend possession de la ville en 1602 et la donne à son fils. Plus tard, l'empereur Ferdinand II du Saint-Empire donne la ville à la maison de Eggenberg. De 1719 à 1945, le château appartient à la Maison de Schwarzenberg.

Une grande partie de l'architecture de la vieille ville date du XIVe siècle au XVIIe siècle et relèvent des styles gothique, renaissance et baroque.

La ville fait partie de l'Empire d'Autriche en 1806 et de l'Autriche-Hongrie en 1866. 8 662 habitants y vivent en 1910, dont 7367 Allemands et 1 295 Tchèques.

Après la Première Guerre mondiale, Český Krumlov fait partie de la Haute-Autriche en République d'Autriche allemande.
En novembre 1918, les troupes tchèques occupent la ville. Pendant l'Entre-deux-guerres, la ville appartient à la Tchécoslovaquie. Entre 1938 et 1945, elle est annexée au Troisième Reich, en tant que partie du territoire des Sudètes. Les Allemands sont expulsés après la Seconde Guerre mondiale et la restauration de la Tchécoslovaquie.

Pendant l'ère communiste, Český Krumlov tombe à l'abandon, mais depuis la Révolution de velours, la ville a été restaurée. Elle est depuis lors devenue un important centre touristique et culturel et est classée au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO en 1992.

Culture[modifier | modifier le code]

Krumau sur la Moldova (Petite ville III), Egon Schiele, 1914

La ville accueille régulièrement des festivals.
Les principales manifestations culturelles sont le festival de la « Rose à cinq pétales », le festival de musique ancienne ou le festival international de musique.

C'est aussi la ville d'origine de la mère du peintre Egon Schiele, chef de file de l'expressionnisme autrichien. Souhaitant s'éloigner de Vienne, Egon Schiele s'y installe en 1910 pour « voir du nouveau » écrit-il à son ami Peschka. Il exécute sur place plusieurs tableaux dont 'Ville morte III' et 'Ville sur le fleuve bleue II' détenus aujourd'hui par le Léopold Museum à Vienne. L'artiste fait de la ville morte, une ville isolée, close, avec des maisons qui s'animent et grimacent. L'année suivante, il y revient avec sa compagne et modèle Wally Neuzil et s'installe dans une maison située à l'extérieur de la ville. À l'époque ce 'faux ménage' ne passe pas inaperçu et en transposant à la campagne les mœurs permissives de la ville, Schiele heurte de front ses voisins qui le voient faire poser une lolita nue dans le jardin en terrasse (Fille nue aux cheveux noirs - Albertina - Vienne). Revenu à Vienne, il travaille sur des répliques dans son atelier et redonne à Krumau des couleurs. Les murs obliques des maisons se redressent, la ville redevienne sous le pinceau de Schiele, gaie et joyeuse telle qu'elle est aujourd'hui, soit près de quatre-vingts ans avant l'effacement du régime communiste qui l'aura conservée dans du formol brunâtre (Petit ville IV, Krumau sur la Moldau 1914 - Vue de Krumau Petite ville III - Léopold Museum - Vienne).

Monuments[modifier | modifier le code]

Château ( Du Hrad )[modifier | modifier le code]

Le château (Du Hrad) illuminé
La scène du théâtre baroque du château

L'un des monuments emblématiques de la cité est le château (Hrad), campé sur une hauteur dominant la ville. Il est relié au reste de la vieille-ville par une rue en pente raide et par un pont enjambant ses anciennes douves.

Passé la porte principale, un jeu de cours successives, décorées de sgraffites et de peintures murales, conduit à un théâtre baroque (Zámecké divadlo) et à des jardins. Ceux-ci conservent une fontaine rococo, ainsi qu'un pavillon de plaisance où sont données des représentations théâtrales durant la période estivale.

Si le château conserve une tour médiévale ornée de peintures en 1590, la majeure partie des bâtiments a été reprise dans les styles baroques et rococo.

À l'intérieur, la « salle des masques » est l'une des pièces les plus représentatives des fastes d'autrefois. Cette salle de bals est ornée de peintures en trompe-l’œil réalisées par Josef Lederer en 1748, sur le thème de la commedia dell'arte.

Basilique Saint-Guy ( Kostel svatého Víta )[modifier | modifier le code]

La basilique Saint-Guy

La basilique Saint-Guy (en tchèque Kostel svatého Víta) est l'un des sanctuaires majeurs de la ville. Fondée en 1309, elle fut reprise entre 1407 et 1439.
La basilique est basée sur un plan basilical à trois vaisseaux, l'ensemble étant représentatif du style gothique flamboyant.
Un clocher élancé, couronné d'une flèche polygonale, s'élève à l'angle de la façade occidentale.
L'intérieur conserve quelques fresques et abrite la sépulture de Guillaume de Rosenberg (Rožmberk en tchèque).

Musées[modifier | modifier le code]

La rue Široká abrite le centre Egon Schiele

Les principaux musées de la ville sont le centre Egon Schiele, lequel présente des œuvres de cet artiste ayant vécu une dizaine d'années à Český Krumlov. Ce musée est installé dans une ancienne brasserie de la rue Široká.
Le musée régional (Okresní muzeum) se consacre à l'histoire et aux découvertes archéologiques de la région.
Dans un autre registre, le musée de la torture est situé dans le centre historique.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]