Žatec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Žatec
Blason de Žatec
Héraldique
Žatec : place de la Liberté.
Žatec : place de la Liberté.
Administration
Pays Drapeau de la République tchèque République tchèque
Région Flag of Usti nad Labem Region.svg Ústí nad Labem
District Louny
Maire Zdeňka Hamousová
Code postal 438 01
Indicatif téléphonique international +(420)
Démographie
Population 19 224 hab. (2014)
Densité 450 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 19′ 03″ N 13° 32′ 16″ E / 50.3173793, 13.537850250° 19′ 03″ Nord 13° 32′ 16″ Est / 50.3173793, 13.5378502  
Altitude 233 m
Superficie 4 269 ha = 42,69 km2
Localisation
Localisation de Žatec

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

Voir la carte administrative de République tchèque
City locator 14.svg
Žatec

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

Voir la carte topographique de République tchèque
City locator 14.svg
Žatec

Žatec (en allemand : Saaz) est une ville et une commune du district de Louny, dans la région d'Ústí nad Labem, en République tchèque. Sa population s'élevait à 19 224 habitants en 2014[1].

La ville est réputée pour son patrimoine architectural ainsi que pour la qualité du houblon produit dans la région depuis près de sept siècles.

Géographie[modifier | modifier le code]

Žatec est arrosée par la rivière Ohře et se trouve à 19 km à l'ouest-sud-ouest de Louny, à 52 km au sud-ouest d'Ústí nad Labem et à 70 km au nord-ouest de Prague[2].

Administration[modifier | modifier le code]

La ville de Žatec est composée de plusieurs quartiers :

  • Žatec
  • Bezděkov
  • Milčeves
  • Radíčeves
  • Trnovany
  • Velichov
  • Záhoří

Histoire[modifier | modifier le code]

La plus ancienne référence à la ville de Sacz se retrouve dans la Chronique de l'histoire d'Allemagne de l'évêque Dithmar, en 1004. Au cours du XIe siècle, la ville est un fief aux mains de la puissante famille noble des Vršovci. Sous le règne de Ottokar II de Bohême, Žatec devient « ville royale » et reçoit des privilèges de la part du souverain.

Lorsque survient la crise hussite, consécutive à l'exécution du prédicateur Jan Hus en 1415, la ville choisit le camp de la réforme, attitude qu'elle conservera lors du schisme entre catholiques et protestants.

Après la bataille de la « montagne blanche », le 8 novembre 1620, la liberté de religion est supprimée. Une partie de la population quitte la ville, repeuplée par des catholiques germanophones.

Timbre autrichien de la première émission (1850), oblitéré « Saaz ».

Jusqu'en 1918, la ville de Saaz fit partie de l'empire d'Autriche, puis d'Autriche-Hongrie (Cisleithanie après le compromis de 1867), chef-lieu du district de même nom, l'un des 94 Bezirkshauptmannschaften en Bohême[3].

En 1945, à la suite des décrets Beneš, de nombreux Allemands sont contraints à l'exil.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

La ville possède un patrimoine architectural séculaire, composé principalement d'anciennes demeures de style baroque bordant les ruelles du centre ancien. Celles-ci convergent vers une grand-place (officiellement : Náměstí Svobody, c'est-à-dire « place de la liberté »), où se dresse, outre le bâtiment de l'hôtel de ville (1559), une « colonne de la peste ».

La porte médiévale.

À proximité se trouve l'église de l'Assomption de la Vierge Marie (Kostel Nanebevzetí Panny Marie), tandis qu'une ancienne porte médiévale veille sur les quelques vestiges du château (Hrad).

Un pont suspendu, bâti sur la rivière Ohře en 1826, passe pour être l'un des plus anciens de ce type à avoir été construit dans la région.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Population des communes de la République tchèque au 1er janvier 2014.
  2. Distances à vol d'oiseau ou distances orthodromiques.
  3. Wilhelm Klein, Die postalischen Abstempelungen auf den österreichischen Postwertzeichen-Ausgaben 1867, 1883 und 1890, Vienne, 1967.

Liens externes[modifier | modifier le code]