Élection municipale montréalaise de 2009

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôtel de Ville de Montréal
Les 19 arrondissements de Montréal (entourés d'un trait noir)

L’élection municipale de Montréal de 2009 a eu lieu le . Au pouvoir depuis le , le maire sortant Gérald Tremblay a obtenu un troisième mandat à ce poste.

Contexte[modifier | modifier le code]

L’élection municipale se déroulera à un moment difficile pour l’administration en place dirigée par Gérald Tremblay. Durant l’année précédant les élections, l’administration Tremblay a essuyé les critiques sur sa gestion dans plusieurs dossiers, dont celui des compteurs d’eau. En 2009, les médias rendait public un scandale sur les conflits d’intérêts du comité exécutif de la Ville. L’ex-président Frank Zampino aurait voyagé à bord d’un bateau de l’un des dirigeants du consortium ayant obtenu le plus gros contrats de l’histoire de la ville de Montréal, l’installation de compteurs d'eau. Toutefois, au niveau du conseil municipal, outre une défaite importante dans l’arrondissement de LaSalle en [1], le parti de Gérald Tremblay n'a cessé de voir ses rangs gonfler suite à des défections dans l'opposition[2].

Le parti de l'opposition Vision Montréal connaît des moments difficiles au cours de la campagne électorale. Le 18 octobre 2009, Benoît Labonté démissionne de son poste de chef de l'opposition officielle et de lieutenant politique de Louise Harel. Des allégations de corruption concernant de présumés liens entre Benoit Labonté et Tony Accurso sont à la base de cette démission[3].

Partis politiques[modifier | modifier le code]

Équipe Tremblay - Union Montréal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Équipe Tremblay - Union Montréal.

Au pouvoir depuis 2002, le parti Union Montréal a été fondé par Gérald Tremblay. Il est au pouvoir depuis l'élection générale de 2001. Union Montréal a débuté l'année 2009 avec une large longueur d'avance sur les autres partis au niveau du financement. Pour l'année 2008, le parti a réussi à dégager 1,1 million de dollars[4].

Vision Montréal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vision Montréal.

Le parti Vision Montréal existe depuis 1994. Il a été créé par l'ancien maire Pierre Bourque qui a gouverné à la tête de ce parti de 1994 à 2001. Depuis le départ de ce dernier en 2006 deux chefs se sont succédé François Purcell et Benoît Labonté. Élu au poste de chef en 2009, Benoît Labonté avait annoncé sa candidature pour la mairie lors de l'élection de 2009. Toutefois, en raison de quelques sondages défavorables, de critique à l'égard de son leadership[5] et plusieurs démissions successives[6],[7], il céda sa place à Louise Harel le [8]. La nouvelle candidate, ex-ministre des affaires municipales dans les gouvernements Bouchard et Landry, a été connue pour ses critiques acerbes envers la structure actuelle de la ville de Montréal. Elle affirme que l'administration Tremblay a mené une décentralisation excessive de la ville[9].

Vision Montréal est dans une situation financière difficile. Le parti a clôturé l'année 2008 avec un déficit de 88 000 $[4].

Le 18 octobre 2009, Benoît Labonté démissionne de son poste de chef de l'opposition officielle et de lieutenant politique de Louise Harel. Des allégations de corruption concernant de présumés liens entre Benoît Labonté et Tony Accurso sont à la base de cette démission[3].

Projet Montréal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Projet Montréal.

Autres partis[modifier | modifier le code]

Un seul autre parti politique a annoncé son intention de briguer les suffrages lors de l’élection. Il s’agit de Équipe Louise O'Sullivan - Parti Montréal - Ville-Marie.

Enjeux[modifier | modifier le code]

Déroulement de la campagne[modifier | modifier le code]

Évènements et chronologie[modifier | modifier le code]

2009

Sondages[modifier | modifier le code]

Tableau sur l'évolution des intentions de vote à la mairie
Dernier jour du sondage Richard Bergeron Louise Harel Louise O'Sullivan Gérald Tremblay Autre Abstention Indécis Informations
Maison de sondage Marge d'erreur Lien
7 % 40 % 3 % 27 % 4 % 10 % 9 % Léger Marketing 4 % [PDF] lien
20 % 40 % 3 % 35 % 3 % N.A. 32 % Angus Reid Strategies 3,4 % lien
23 % 37 % 2 % 36 % N.A. N.A. 33 % Angus Reid Strategies 3,4 % lien
32 % 34 % 4 % 30 % N.A. N.A. 10 % Angus Reid Strategies 3,4 % lien

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats à la mairie
Nom Parti Nombre
de voix
 % Majorité
     Gérald Tremblay Union Montréal 159 020 37,90 %
     Louise Harel Vision Montréal 137 301 32,73 %
     Richard Bergeron Projet Montréal 106 768 25,45 %
     Louise O'Sullivan Équipe O'Sullivan 8 490 2,02 %
     Michel Bédard Fierté Montréal 5 297 1,26 %
     Michel Prairie Indépendant 2 648 0,63 %
Total 433 937 '


Conseil municipal -- Montréal (1er novembre 2009)
Parti politique Chef Nombre de sièges
     Union Montréal Gérald Tremblay 39
     Vision Montréal Louise Harel 16
     Projet Montréal Richard Bergeron 10

Liste des maires de arrondissements[modifier | modifier le code]

Carte des arrondissements de la ville de Montréal

Les 19 arrondissements de Montréal sont entourés d'un trait noir épais sur la carte ci-contre.

Arrondissements de Montréal
Nom Population
(2011)[10]
Maire -2013 Parti politique
Ahuntsic-Cartierville 126 891 Pierre Gagnier Projet Montréal
Anjou 41 928 Luis Miranda Union Montréal
Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce 165 031 Lionel Perez Union Montréal
Lachine 41 616 Claude Dauphin Indépendant
LaSalle 74 276 Manon Barbe Union Montréal
Le Plateau-Mont-Royal 100 390 Luc Ferrandez Projet Montréal
Le Sud-Ouest 71 546 Benoit Dorais Vision Montréal
L'Île-Bizard–Sainte-Geneviève 18 097 Richard Bélanger Union Montréal
Mercier–Hochelaga-Maisonneuve 131 483 Réal Ménard Vision Montréal
Montréal-Nord 83 868 Gilles Deguire indépendant
Outremont 23 566 Marie Cinq-Mars Union Montréal
Pierrefonds-Roxboro 68 410 Monique Worth Union Montréal
Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles 106 437 Chantal Rouleau Vision Montréal / indépendante / Équipe Denis Coderre pour Montréal
Rosemont–La Petite-Patrie 134 038 François Croteau Projet Montréal
Saint-Laurent 93 842 Alan DeSousa Union Montréal
Saint-Léonard 75 707 Michel Bissonnet Union Montréal
Verdun 66 158 Ginette Marotte indépendante
Ville-Marie 84 103
Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension 142 222 Anie Samson Vision Montréal

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éric Clément, « Victoire de Vision Montréal », La Presse,‎ 15 décembre 2008, A6.
  2. Richer Dompierre (juin 2008) et André Bélisle (septembre 2008) ont joint les rangs d'Union Montréal. Claire Saint-Arnaud et Pierre Mainville ont quant à eux quitté Vision Montréal pour siéger comme indépendants.
  3. a et b Radio-Canada, Harel exige des preuves, 18 octobre 2009, en ligne: [1]
  4. a et b Jeanne Corriveau, « Vision Montréal est en mauvaise situation financière », Le Devoir,‎ 3 avril 2009, A4.
  5. Nathalie Collard, « Le problème de Benoit Labonté », La Presse,‎ 27 avril 2009, A14.
  6. Michèle Ouimet, « Micro-politiciens dans Ville-Marie », La Presse,‎ 15 décembre 2008, A5.
  7. Le Devoir, « Démissions chez Vision Montréal », Le Devoir,‎ 6 février 2009, A5.
  8. Jeanne Corriveau, « Harel affrontera Tremblay : Benoit Labonté accepte de s'éclipser en échange de la présidence du comité exécutif », Le Devoir,‎ 4 juin 2009, A1 (lire en ligne).
  9. Éric Clément, « "Il faut revoir la gouvernance" : L'ex-ministre Louise Harel et le chef de l'opposition Benoit Labonté plaident pour une meilleure efficacité administrative à la Ville », La Presse,‎ 10 mars 2009, A2.
  10. « Annuaire statistique de l'agglomération de Montréal. Recensement de 2011 », Montréal,‎ décembre 2012 (consulté le 10 août 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site des principaux partis