Anjou (Montréal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anjou (homonymie).
Anjou
L'autoroute Métropolitaine dans l'arrondissement d'Anjou.Localisation d'Anjou dans Montréal.Logo de l'arrondissement.
L'autoroute Métropolitaine dans l'arrondissement d'Anjou.

Carte localisation Montréal - Anjou.svg
Localisation d'Anjou dans Montréal.

Logo Mtl Anjou.svg
Logo de l'arrondissement.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Municipalité Montréal
Statut Arrondissement
Fondateur

Constitution


23 février 1956
Maire
Mandat
Luis Miranda
2013 - 2017
Démographie
Gentilé Angevin(e)
Population 41 928 hab.[1] (2011)
Densité 3 081 hab./km2
Langue(s) parlée(s) Français
Géographie
Superficie 1 361 ha = 13,61 km2
Liens
Site web Site web de l'arrondissement

Anjou (prononciation : / ɑ̃ʒu /) est un des dix-neuf arrondissements urbains de la ville de Montréal, au Québec (Canada). Avant les réorganisations municipales québécoises de 2002, il était constitué d’Anjou, une ville fondé en 1956 à partir de la paroisse de Saint-Léonard-de-Port-Maurice.

La situation d’Anjou, à l’intersection de l'autoroute 25 et de l'autoroute Métropolitaine, en fait un carrefour commercial et industriel important de l’agglomération de Montréal. En plus de centres commerciaux comme Les Galeries d'Anjou, on y retrouve un parc industriel comptant plus de 600 entreprises[2]. On retrouve même un lac et un important club de golf.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusque dans les années 50, le territoire qu’occupera Anjou est principalement à vocation agricole. Le développement domiciliaire et l’urbanisation de la ville à partir du milieu des années 1950 le fait passer d’une petite paroisse de quelques centaines de personnes à une banlieue de plusieurs milliers d’habitants dans les années 60.

La ville d'Anjou a été constituée le 23 février 1956, à la suite de la séparation de la paroisse Saint-Léonard-de-Port-Maurice et de la paroisse de la Longue-Pointe; le territoire de la paroisse Saint-Léonard-de-Port-Maurice est devenu la nouvelle municipalité d'Anjou.

La construction de l’échangeur Anjou où se croisent les autoroutes 25 et autoroute Métropolitaine, la création d’un énorme parc industriel et la construction du centre commercial Les Galeries d'Anjou contribuent dans les années 1960 à un développement accéléré du territoire. La municipalité d'Anjou qui comptait 9 500 habitants vers la fin des années 1950, en accueille plus de 30 000 au début des années 1970.

Le nom de la municipalité a été choisi en hommage à l'Anjou, province historique de France, d'où étaient originaires les premiers colons, dont le fondateur de Ville-Marie, Jérôme Le Royer, sieur de La Dauversière.

Depuis les fusions municipales de 2002, la ville d'Anjou a été fusionnée avec la ville de Montréal et le territoire est devenu l'arrondissement d'Anjou. En 2004, un référendum proposant la défusion d'Anjou de la Ville de Montréal fut tenue, mais n'atteint pas le seuil de participation de 35 % nécessaire.

En 2006, Anjou célébrait son cinquantième anniversaire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sa superficie est de 13,61 km2 et sa population, de 41 856 (en 2008).

Politique[modifier | modifier le code]

Le maire actuel de l'arrondissement est Luis Miranda (Équipe Anjou).

Les conseillers de la ville sont

  • Gilles Beaudry (Équipe Anjou),
  • Andrée Henault (Équipe Anjou),
  • Paul-Yvon Perron (Équipe Anjou) et
  • Michelle Di Genova Zammit (Équipe Anjou).

Éducation[modifier | modifier le code]

L'arrondissement compte plusieurs écoles primaires et deux écoles secondaires dont une privée. L'éducation francophone est assuré par la Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île tandis que l'école anglophone est gérée par la EMSB. L'école Jacques-Rousseau est la seule école située dans le secteur du Haut-Anjou

Primaire[modifier | modifier le code]

  • École Internationale Wilfrid-Pelletier
  • École Des Roseraies
  • École Saint-Joseph
  • École Jacques-Rousseau
  • École Chénier
  • École Cardinal-Léger
  • Dalkeith Elementary School (Anglais)

Secondaire[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Anjou est le plus important pôle commercial et industriel de l'Est de l'Île de Montréal. Au niveau commercial, on retrouve l'imposant centre Les Galeries d'Anjou, les Halles d'Anjou, et plusieurs autres commerces ayant pignon sur rue. Au niveau industriel, on retrouve de nombreuses industries dans le quartier industriel au nord-est de l'arrondissement. On retrouve entre autres le siège social du Groupe Marie-Claire, de Vadeboncoeur, de CEC et le centre de distribution de Brick.

Population[modifier | modifier le code]

Langue parlée à la maison
Langue Population Pourcentage (%)
Français 31,370 77,45 %
Anglais 3,260 8,04 %
Français et anglais 440 1,09 %
Autres langues 5,440 13,43 %

Culture[modifier | modifier le code]

La communauté artistique d'Anjou compte le violoniste tzigane Sergeï Trofanov[3].

Société[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Félix Potvin, Joueur de hockey dans la Ligue nationale de Hockey,
  • Martin Brochu, Joueur de hockey dans la Ligue nationale de hockey,
  • Éric Fichaud, Joueur de hockey dans la Ligue nationale de hockey.
  • Louis-Phillipe Beauchamp, Comédien connu pour son rôle de Zack dans la série Les Parent.
  • Arianne Laniel, Chanteuse et participante à Mixmania.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Annuaire statistique de l'agglomération de Montréal. Recensement de 2011 », Montréal,‎ décembre 2012 (consulté le 10 août 2013).
  2. http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=2238,2890491&_dad=portal&_schema=PORTAL
  3. Daphnée Tranchemontagne, « Sergeï Trofanov : un Québécois tzigane », Flambeau,‎ 27 octobre 2011 (lire en ligne)
    Marie-Maxime Cousineau, « Au son de la musique tzigane », L'Étoile, vol. 46, no 16,‎ 24 avril 2013, p. 28 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Arrondissements et municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles Rose des vents
Saint-Léonard
Mercier–Hochelaga-Maisonneuve
N Montréal-Est
O    Anjou    E
S
Mercier–Hochelaga-Maisonneuve