Église et abbaye de la Trinité-des-Monts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

41° 54′ 23″ N 12° 29′ 01″ E / 41.90639, 12.48361

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trinité-des-Monts.
L'église de la Trinité-des-Monts domine la place d'Espagne à Rome.

L'église de la Trinité-des-Monts (Trinità dei Monti en italien) de Rome, située sur le Pincio et au sommet de l'escalier du même nom dominant la place d'Espagne, possède une façade mondialement connue avec ses deux clochers symétriques datant de 1495. Devant cette élévation se dresse un obélisque égyptien.

En réalité, cet obélisque provient des jardins de Salluste et comporte de pseudo-hiéroglyphes gravé par les artisans Romains, à l'imitation de l'obélisque d'Auguste du Circus Maximus[1] : il semblerait toutefois que le bloc de pierre soit bien, lui, d'origine égyptienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cet ensemble conventuel est fondé par Charles VIII en 1495 au bénéfice des Minimes, en reconnaissance de l'assistance de Saint François de Paule venu à Plessis-lez-Tours essayer de guérir son père Louis XI. Il achète quatre hectares pour y faire construire un couvent royal et une église de style gothique de 1502 à 1595. L'Ordre des Minimes y s'établit jusqu'en 1828, avec une interruption pendant la révolution et l'Empire, avant d'être remplacé par les religieuses du Sacré-Cœur puis en 2006 par les Fraternités de Jérusalem[2].

Cette église, comme celle de l'ensemble consacré à « Saint-Louis des Français », appartient aux « Pieux Établissements de la France et Lorette ». À ce titre, la gestion et l'entretien de cet édifice sont à la charge de l'État français.

Dans les anciens Jardins de Lucullus, une maison d’accueil créée en 1975 reçoit les touristes et pèlerins francophones[3].

Sépultures de personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Sont enterrés à la Trinité-des-Monts :

Les orgues sont l'œuvre du facteur Joseph Merklin.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Filippo Coarelli, traduit de l’italien par Roger Hanoune, Guide archéologique de Rome, édition originale italienne 1980, Hachette, 1998, (ISBN 2012354289), p. 176
  2. Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Séjours Spirituels en Europe, Petit Futé,‎ 2005, p. 122
  3. Centre d'Accueil des Touristes et Pèlerins de La Trinité des Monts

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]