Église Saint-Nicolas-des-Lorrains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Saint-Nicolas-des-Lorrains
Image illustrative de l'article Église Saint-Nicolas-des-Lorrains
La façade de l'église ; au fond, la place Navone
Présentation
Nom local Chiesa di San Nicola dei Lorenesi
Culte Catholique
Fin des travaux 1632
Architecte François Desjardins
Style dominant Baroque
Site web lesamisdesaintnicolasdeslorrainsarome.fr
Géographie
Pays Italie
Commune Rome
Coordonnées 41° 54′ 00″ N 12° 28′ 20″ E / 41.8999, 12.4723 ()41° 54′ 00″ Nord 12° 28′ 20″ Est / 41.8999, 12.4723 ()  

Géolocalisation sur la carte : Rome

(Voir situation sur carte : Rome)
Église Saint-Nicolas-des-Lorrains

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Église Saint-Nicolas-des-Lorrains
Intérieur de l'église Saint-Nicolas-des-Lorrains à Rome

L'église Saint-Nicolas-des-Lorrains (San Nicola dei Lorenesi en italien) est un sanctuaire lorrain situé à Rome (Italie), au numéro 17 du Largo Febo, non loin de la Piazza Navona. Après l'annexion du duché de Lorraine par la France en 1766, l'édifice religieux fut intégré aux Pieux Établissements de la France à Rome et Lorette.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Renaissance, les Français et les Lorrains résidant à Rome formèrent la Congrégration de Saint-Louis qui aboutit à la construction de l'église Saint-Louis-des-Français en 1588. Une partie de cet édifice fut financée par le duc Charles III, beau-frère de Henri III de France, pour représenter l'État Lorrain auprès du Saint-Siège.

En 1587, les Lorrains créèrent une confrérie indépendante sous le nom de Confraternité de Saint-Nicolas et de Sainte-Catherine de la Nation de Lorraine et de Barrois, leur autorisant de fait la possession d'une chapelle en propre au sein de l'église Saint-Louis-des-Français, qui constitua ainsi le premier sanctuaire lorrain de Rome.

En 1622, sous le règne du duc Henri II, le pape Grégoire XV donna à la Lorraine l'église Saint Nicolas, située à proximité de la place Navone. L'église fut reconstruite par l'architecte François Desjardins et fut achevée en 1632 ; elle prit alors le nom de Saint-Nicolas-des-Lorrains permettant ainsi aux duchés de Lorraine et de Bar d'être représentés, de façon autonome, auprès du Saint-Siège.

Lieu de sépulture[modifier | modifier le code]

En 1649, le peintre Charles Mellin y fut enterré.

Architecture[modifier | modifier le code]

L'édifice actuel est reconstruit de 1635 à 1636 sur les plans de l'architecte Lorrain François du Jardin (Franceco Giardini) : une église simple avec deux chapelles esquissées et un transept peu saillant, formant ainsi une sorte de croix de Lorraine. La façade porte la dédicace latine : In honorem S(ancto) Nicolai natio Lotharingorum F(ecit) : En l'honneur de saint Nicolas, la nation des Lorrains a fait (cette église).

La façade plutôt sobre semble reprendre le style issu de l'église du Gesù qui s'imposa comme le style de la Contre-réforme (synthèse du style Renaissance et d'un Baroque plutôt sobre).

La décoration intérieure quant-à-elle est résolument baroque avec des effets décoratifs de marbres blancs et roses et présente de nombreuses fresques et peintures d'artistes lorrains de l'époque, notamment deux tableaux : Sainte-Catherine & La Visitation, œuvres du peintre Nicolas de Bar. Les voûtes de la nef ainsi que la coupole sur pendentifs sont également ornées de fresques, de Corrado Giaquinto.

L'église a fait l'objet de travaux de restauration depuis une vingtaine d'années sous la maîtrise d'ouvrage des Pieux Établissements de la France à Rome et à Lorette et avec les co-financements du Ministère français de la Culture, du Conseil Régional de Lorraine et de l'association des Amis de Saint-Nicolas-des-Lorrains appuyée par la Fondation du Patrimoine[1],[2].

En 2013, l'Association des Amis de Saint-Nicolas-des-Lorrains a suggéré au diocèse de Nancy & de Toul le transfert d'une relique de saint Nicolas pour l'église romaine. Le reliquaire en acier damassé [3]a été béni par Mgr Jean-Louis Papin, évêque de Nancy & de Toul, primat de Lorraine, le 1er novembre 2013, lors de la messe de la Toussaint, à la Cathédrale Notre-Dame-de-l'Annonciation de Nancy.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude (Henri), Collin (Hubert et Simone) et Kevers-Pascalis (Claude), Saint-Nicolas-des-Lorrains à Rome, chronique d'une renaissance, Metz : éd. Serge Domini, 2006, 112 pages.
  2. http://www.zenit.org/fr/articles/saint-nicolas-des-lorrains-eblouissant-travail-de-restauration
  3. Ce reliquaire a été offert par l'Association au sanctuaire de Saint-Nicolas-des-Lorrains. Sa réalisation fut supervisée par Étienne Martin. Jean-Louis Hurlin, ferronnier d’art mosellan, a été chargé de la partie en acier damassé, Jean-Pierre Taisne, tourneur-lambrequinier, de la planche en houx et la Maison Jacquot, joaillier orfèvre nancéien, des éléments en argent et en vermeil.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :