Daniele da Volterra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Volterra (homonymie).
Descente de croix (vers 1545, avant sa restauration intervenue en 2004)
Le Prophète Élie (1550-1560)

Daniele Ricciarelli (né à Volterra en 1509 et mort à Rome, le ), plus connu sous le nom de Daniele da Volterra ou le Volterran, est un sculpteur et un peintre maniériste italien de la Renaissance tardive. Il est connu pour sa participation à l’œuvre de Michel-Ange. Plusieurs des œuvres importantes de Volterra se basent sur des dessins de Michel-Ange, et après la mort de celui-ci, il recouvre les parties génitales des personnages du Jugement Dernier par des repeints de pudeur, ce qui lui fait gagner le surnom de Il Braghettone[1] (littéralement : le « faiseur de culottes »).

Biographie[modifier | modifier le code]

Daniele Ricciarelli naît à Volterra, actuellement en Toscane. Il commence tôt ses études artistiques avec les Siennois Il Sodoma et Baldassare Peruzzi, mais les quitte car il est en désaccord avec eux. Il est probable qu’il accompagne Peruzzi à Rome en 1535 et qu’il l’aide à peindre les fresques du Palazzo Massimo alle Colonne. Il devient ensuite élève de Perin del Vaga.

De 1538 à 1541 il assiste Perin aux fresques de la villa du cardinal Trivulvives à Salonia, à la chapelle Massimi de la Trinité-des-Monts et à la chapelle de la Crucifixion à San Marcello al Corso. On lui commande d’autres fresques dans le grand salon du Palazzo Massimo, d’après la vie de Quinto Fabio Máximo.

Il commence à travailler avec Michel-Ange. Celui-ci devient son ami, et use de son influence sur le pape Paul III pour obtenir à Volterra des charges et le poste de super-intendant des œuvres vaticanes, charge qu’il conserve jusqu’à la mort du pape.

Michel-Ange lui fournit des ébauches et des dessins, à partir desquels Da Volterra crée quelques-unes de ses peintures, comme ses fresques à la chapelle Orsini à la Trinité des Monts, achevées en 1541, et son tableau à double face David et Goliath. Proche de Michel-Ange, il est appelé à son chevet alors qu’il agonise, et recueille ses dernières volontés. Enfin, c’est lui qui dresse l’inventaire de ses biens.

Il reçoit ensuite la charge d'achever la Salle royale pour Paul III. À la mort de celui-ci en 1549, il perd la charge de super-intendant et la pension correspondante. Il meurt à Rome en 1566 ; d’après son testament, il était en possession du genou de marbre de la jambe manquante du Christ de la Pietà aux quatre figures de Michel-Ange.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Portrait de Michel-Ange, par Daniele da Volterra, Musée Teylers, Haarlem

L’œuvre la plus connue de Volterra est sa Descente de Croix, réalisée d’après ébauches de Michel-Ange à la Trinité des Monts autour de 1545. Elle a été très appréciée à son époque, et considérée comme l’égale de la Transfiguration de Raphaël et de La Dernière Communion de saint Jérôme du Dominiquin[réf. nécessaire]. Le tableau à double face David et Goliath (vers 1555, huile sur ardoise, 133 × 177 cm, au musée du Louvre) est lui aussi basé sur une ébauche de Michel-Ange, et fut d’ailleurs longtemps attribué au maître.

Après la mort de Michel Ange, il fut chargé d'« habiller » les personnages nus du Jugement Dernier de la Chapelle Sixtine de voiles couvrent leurs parties génitales ; cette œuvre lui valut le surnom d'Il braghettone[1].

Parmi ses œuvres les plus notables on remarque un buste basé sur un moulage de visage de Michel-Ange réalisé après sa mort[2].

Par contre Le Massacres des Innocents (1557) est de la main de son assistant Michele Alberti.

Parmi ses sculptures les plus connues, on peut citer sa Cléopâtre au musée du Belvédère. Il reçut aussi la commande d’une statue équestre d’Henri II de France, mais il ne termina que le cheval. Cette statue inachevée a plus tard servi à une statue de Louis XIII, placée sur la Place des Vosges, détruite durant la Révolution française.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gilles Herzog, Le séjour des Dieux, Grasset, 10 mars 2004
  2. Voir lien externe vers la Base Joconde

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

151 le vite, danilo ricciarelli da volterra.jpg

Giorgio Vasari le cite et décrit sa biographie dans Le Vite et le nomme Danilo Ricciarelli da Volterra.jpg, Vol V page ?? - édition 1568

Liens externes[modifier | modifier le code]

(en) Web Gallery of Art