Échiré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Échiré
Échiré en décembre 2014.
Échiré en décembre 2014.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Arrondissement de Niort
Canton La Plaine niortaise
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Niortais
Maire
Mandat
Thierry Devautour
2014-2020
Code postal 79410
Code commune 79109
Démographie
Gentilé Échiréen(ne)
Population
municipale
3 282 hab. (2012)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 23′ 24″ N 0° 24′ 52″ O / 46.39, -0.41444444444446° 23′ 24″ Nord 0° 24′ 52″ Ouest / 46.39, -0.414444444444  
Altitude Min. 17 m – Max. 89 m
Superficie 30,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Échiré

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Échiré

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Échiré

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Échiré
Liens
Site web www.echire.fr

Échiré est une commune du centre-ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Poitou-Charentes. Elle est limitrophe de la ville de Niort.

Géographie[modifier | modifier le code]

Échiré est une commune rurale où surfaces agricoles et boisées composent l'essentiel du territoire. La localité principale en est le village d'Échiré lui-même, situé sur l'axe Niort-Parthenay (la route départementale 743) à une dizaine de kilomètres au nord de Niort. Divers hameaux (Bois Berthier, Ternanteuil , etc.) sont répartis sur le territoire communal.

La Sèvre niortaise traverse la commune.

Communes limitrophes d’Échiré[3]
Sainte-Ouenne Germond-Rouvre Cherveux
Saint-Maxire Échiré[1] Saint-Gelais
Sciecq Niort

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme Eschire est mentionnée dès 1218. Elle aurait pour origine l'anthroponyme latin Scaurus[4]. On trouve ensuite Echireyum et enfin Echire à partir de 1636[5].

Les habitants sont appelés les Échiréens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La commune d'Échiré a fait l'objet de travaux de recherches archéologiques. Pour l'époque néolithique finale, le site des Loups découvert par photographie aérienne réalisée par Maurice Marsac est un camp protégé par deux fossés prenant appui sur une vallée sèche et la vallée de la Sèvre niortaise. Fouillé par Claude Burnez avec la collaboration de Marie-Claude Lagarde, l'un des fossés, celui qui enclot la plus petite surface, a livré du matériel archéologique dont des poteries qui peuvent être mises en relation avec le site breton de Kroh Kollé. L'enceinte externe a livré une sépulture de jeune femme avec un bébé, décès périnatal des deux individus.

D'autres sites ont été repérés sur la commune par Maurice Marsac, notamment une ferme gauloise aux lieux-dits les Longées, chemin Chevaleret...

Dans le bourg, près de l'église ce sont des vestiges d'un temple gallo-romain qui furent découverts au début du XXe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1966 1983[6] Maurice Barraud    
mars 2001 en cours Thierry Devautour Divers droite  

Démographie[modifier | modifier le code]

Échiré forme avec Saint-Gelais une unité urbaine de 5 054 habitants en 2009. Les deux communes appartiennent à l'aire urbaine de Niort.

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Échiré, cela correspond à 2008, 2013, 2018[7], etc. Les autres dates de « recensements » (2006, 2009, etc.) sont des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 207 861 1 343 1 390 1 258 1 514 1 590 1 655 1 702
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 702 1 627 1 611 1 541 1 653 1 679 1 743 1 637 1 553
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 507 1 465 1 476 1 361 1 319 1 334 1 320 1 342 1 345
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
1 348 1 452 1 971 2 565 2 744 2 889 3 185 3 275 3 282
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Équipements[modifier | modifier le code]

En 2013, Échiré dispose de deux établissements scolaires : école maternelle et école élémentaire. Le secteur de la santé est représenté par quatre médecins généralistes, quatre chirurgiens dentistes et une pharmacie. Les équipements sportifs incluent entre autres terrains omnisports, cours de tennis et centre équestre[10].

Économie[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 35 381 €, ce qui plaçait Échiré au 7 304 e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[11]. En 2011 toujours, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 1 996 personnes, parmi lesquelles on comptait 77,1 % d'actifs dont 72,8 % ayant un emploi et 4,2 % de chômeurs[12].

Le secteur primaire reste bien représenté, avec seize agriculteurs exploitants en 2011[13]. Le centre d'Échiré regroupe commerces de proximité et services (bureau de poste, agences bancaires...), ainsi qu'un supermarché. Au sud de la commune, la zone d'activité le Luc accueille des entreprises et une grande surface d'outillage. Le nom d'Échiré est connu en France et à l'étranger pour son beurre (le meilleur du monde, selon Alexandre Dumaine[14]) produit par une laiterie coopérative installée depuis 1894 dans un ancien moulin à farine[15].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Échiré compte trois châteaux classés monuments historiques[16] : le château du Coudray-Salbart, forteresse médiévale du XIIIe siècle, le château de La Taillée, édifié au XVIIe siècle, et le château de Mursay, ancienne demeure d'Agrippa d'Aubigné. L'église Notre-Dame remonte à la fin du XIe siècle[17].

La Sèvre, dont le parcours sinueux s'étend sur 18 km en territoire communal, offre des possibilités de balade, pique-nique[18] et pêche à la ligne. Le célèbre GR 36, qui traverse Échiré, emprunte partiellement les berges du fleuve.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Delphin Debenest (1907-1997) haut-magistrat et résistant français, décédé à Échiré.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes d'Échiré sur Géoportail..
  2. Communes limitrophes d'Échiré sur Géoportail..
  3. Communes limitrophes d'Échiré sur Géoportail..
  4. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 1er - Formations préceltique, celtiques, romanes, Librairie Droz, 1990, p. 449.
  5. « Historique », sur echire.fr.
  6. « Espace défunt de : Maurice BARRAUD », sur dansnoscoeurs.fr (consulté le 28 décembre 2014)
  7. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 3 avril 2012)
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.
  10. Insee - Base permanente des équipements 2013.
  11. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 janvier 2014).
  12. Insee - EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  13. Insee - POP T5 - Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle.
  14. La Reynière, « Miettes », Le Monde, .
  15. « La laiterie » sur echirelebeurredefrance.fr, site officiel de la laiterie.
  16. « Patrimoine », sur echire.fr.
  17. « Travaux terminés à l'église Notre-Dame ». La Nouvelle République du Centre-Ouest. .
  18. « Aires de pique-nique », sur echire.fr.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :