Arçais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homophones, voir Arcey et Arçay.
Arçais
Image illustrative de l'article Arçais
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Deux-Sèvres
Arrondissement de Niort
Canton de Frontenay-Rohan-Rohan
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Niort
Maire
Mandat
Joël Bourchenin
2008-2014
Code postal 79210
Code commune 79010
Démographie
Gentilé Airçaisiens, Airçaisiennes
Population
municipale
603 hab. (2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 17′ 49″ N 0° 41′ 23″ O / 46.2969, -0.689722222222 ()46° 17′ 49″ Nord 0° 41′ 23″ Ouest / 46.2969, -0.689722222222 ()  
Altitude Min. 1 m – Max. 36 m
Superficie 15,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Arçais

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Arçais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arçais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arçais
Liens
Site web www.arcais.fr

Arçais est une commune du centre-ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Poitou-Charentes. La commune se situe à l'ouest de Niort, dans le marais poitevin.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité n'a pris son nom actuel qu'en 1882.

Dans des documents du Moyen Âge, elle est successivement mentionnée sous les appellations suivantes : Archaïcum (1178), Arcacum (1223), Arseum (1300), dont dérive le toponyme Arçais sous lequel elle est connue aujourd'hui.

Géographie[modifier | modifier le code]

Paysage caractéristique du marais mouillé

Arçais se trouve au bord de la partie du marais poitevin dite « marais mouillé » – c'est-à-dire inondable une partie de l'année –, également dénommée « Venise verte ».

La Sèvre niortaise n'est pas loin, mais le village est surtout entouré d'un labyrinthe de fossés, de conches, de rigoles et de canaux.

Les localités les plus proches sont Le Vanneau-Irleau, Damvix, Saint-Hilaire-la-Palud et Saint-Georges-de-Rex. La commune appartient a la Communauté d'Agglomération de Niort.

Économie[modifier | modifier le code]

Autrefois ville de transit, Arçais vivait aussi de l'élevage et de l'exploitation du bois.

Le port d'embarquement

Comme ses voisines, la localité mise aujourd'hui sur le tourisme, grâce à son port d'embarquement pour les visites du marais, doté d'une vaste cale pavée. On y trouve aussi des aires de stationnement et de pique-nique et des possibilités d'excursions, de promenades à vélo, de croisières, de pêche, de chasse et de camping.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne grue en bois
Entrepots au pied d'une élégante demeure

Avant les aménagements et travaux de dessication successifs, la région était largement recouverte par la mer et le village se trouvait en bordure du Golfe des Pictons.

Par la suite Arçais est devenu une localité active qui a connu son apogée au XIXe siècle, comme en témoignent notamment les deux reproductions d'anciennes grues en bois du port, grâce auxquelles les découpes de peupliers étaient hissées sur le quai, ainsi que, toute proche, la maison classique construite en 1829 et dont les onze entrepots en contrebas servaient à ranger du poisson, du vin ou du bois.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Jean Leyssène    
2008 2014 Joël Bourchenin[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 603 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
881 934 886 896 900 913 918 941 935
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
959 1 010 1 018 1 013 1 001 1 070 988 978 967
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 008 1 022 968 845 869 842 766 763 769
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
759 718 653 524 560 572 633 636 612
2011 - - - - - - - -
603 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Cyr

L'église Saint-Cyr est de construction relativement récente.

Le petit château d'architecture classique est une propriété privée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011