Wilbur Ross

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ross.

Wilbur Ross
Illustration.
Wilbur Ross en .
Fonctions
14e secrétaire au Commerce des États-Unis
En fonction depuis le
(1 an, 9 mois et 19 jours)
Président Donald Trump
Gouvernement Administration Trump
Prédécesseur Penny Pritzker
Biographie
Nom de naissance Wilbur Louis Ross, Jr.
Date de naissance (81 ans)
Lieu de naissance Weehawken (New Jersey, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain (depuis 2016)
Parti démocrate (avant 2016)
Profession Homme d'affaires

Wilbur Ross
Secrétaires au Commerce des États-Unis

Wilbur Louis Ross, Jr., né le à Weehawken, est un investisseur, banquier et homme politique indépendant américain, actuel Secrétaire au Commerce du gouvernement américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wilbur Ross est diplômé de Yale et de la Harvard Business School[1].

Surnommé le « roi de la faillite » en raison des nombreux rachats d'entreprises en difficulté, revendues un bon prix après restructurations et licenciements[2], sa fortune est estimée à 2,9 milliards de dollars en 2014.

En 2014, il a conduit un groupe d'investisseurs dans une reprise de la Bank of Cyprus, une institution financière en difficulté avec des liens étroits avec la Russie[3].

De gauche à droite : le directeur par intérim de la Minority Business Development Agency (en) Chris Garcia (en), Donald Trump et Wilbur Ross, en novembre 2017.

Il est nommé fin 2016 par Donald Trump pour occuper le poste de secrétaire au Commerce des États-Unis durant sa présidence[4], et est confirmé par le Sénat des États-Unis le .

En avril 2017, il est chargé par le président de mener une enquête pour savoir si les importations étrangères d'acier plombent ou non l'industrie sidérurgique américaine et détruit des emplois nationaux[5]. Début mars 2018, Donald Trump annonce qu'il va promulguer une taxe douanière de 25 % sur l'acier et de 10 % sur l'aluminium, afin de protéger les emplois américains[6]. Des négociations ont cependant lieu avec certains pays jugés amis afin d'être exemptés.

Il participe à la réunion du Groupe Bilderberg de 2017[7],[8].

Il est cité en 2017 dans l'affaire des « Paradise Papers » pour avoir « secrètement conservé »[9], après sa nomination comme secrétaire au Commerce des États-Unis malgré sa promesse de tout vendre, neuf sociétés dans des paradis fiscaux (îles Caïmans, îles Marshall, etc.). L'une d'entre elles, Navigator Holdings Ltd, qui opère dans le fret maritime, compte parmi ses principaux clients une entreprise russe dont les actionnaires sont réputés proches de Vladimir Poutine (le principal actionnaire est le beau-fils de Poutine ; le second, Gennady Timchenko, a été sanctionné par le Trésor américain après la crise de Crimée), ce qui occasionne des soupçons de conflit d'intérêts[10],[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Secretary Wilbur Ross », sur Department of Commerce (consulté le 27 mars 2018).
  2. Stéphane Lauer, « Les loups de Wall Street rôdent autour de Donald Trump », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  3. (en) Hannah Levintova, AJ Vicens, et Ashley Dejean, « Hacker, Banker, Soldier, Spy: A Guide to the Key Players in the Trump-Russia Scandal; Get up to speed on the growing controversy engulfing the presidency. », sur Mother Jones, (consulté le 10 juillet 2017).
  4. (en) « Trump Taps Billionaire Investor Wilbur Ross For Commerce Secretary », sur NPR.org, (consulté le 20 janvier 2017).
  5. Manon Malhère, « Trump dégaine contre l'acier étranger », Le Figaro, encart « Économie », samedi 22 / dimanche 23 avril 2017, page 25.
  6. Fabrice Nodé-Langlois, « Commerce : Trump soulève un tollé mondial », Le Figaro, encart « Le Figaro Économie », samedi 3 / dimanche 4 mars 2018, page 20.
  7. (en) Charlie Skelton, « Bilderberg 2017: secret meeting of global leaders could prove a problem for Trump », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  8. « Le groupe de Bilderberg, un club trop mystérieux pour être honnête? », RTBF Info,‎ (lire en ligne).
  9. « Elisabeth II, entourage de Trump, de Trudeau… les premières révélations des « Paradise Papers » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  10. Martha M. Hamilton (ICIJ), Sasha Chavkin (ICIJ) et Nicolas Bourcier, « Le business caché du ministre du commerce de Trump avec des proches de Poutine », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  11. (en) Jon Swaine et Luke Harding, « Trump commerce secretary's business links with Putin family laid out in leaked files », The Guardian,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]