Ben Carson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carson.
Ben Carson
Ben Carson en 2017.
Ben Carson en 2017.
Fonctions
17e secrétaire au Logement et au Développement urbain des États-Unis
En fonction depuis le
(8 mois et 19 jours)
Président Donald Trump
Gouvernement Administration Trump
Prédécesseur Julián Castro
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Détroit (Michigan, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate (jusque 1981)
Parti républicain (1981-1999 et depuis 2014)
Diplômé de Université du Michigan
Université Yale
Profession Neurochirurgien
Religion Église adventiste du septième jour

Ben Carson
Secrétaires au Logement et au Développement
urbain
des États-Unis

Benjamin Solomon Carson, dit Ben Carson, né le à Détroit (Michigan), est un homme politique et neurochirurgien américain. Il est le premier à réussir la séparation de deux siamois reliés par la tête. En 2008, il reçoit la médaille présidentielle de la Liberté, remise par George W. Bush.

Après avoir fait un discours très médiatisé et virulent contre la politique de Barack Obama[1] lors du National Prayer Breakfast de 2013, il devient une figure conservatrice populaire dans les émissions politiques pour ses vues sur les problèmes sociaux et politiques. Il concourt aux primaires républicaines pour l'élection présidentielle de 2016 avant de se rallier à Donald Trump[2]. Après la victoire de ce dernier, il est nommé secrétaire au Logement et au Développement urbain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'un pasteur adventiste. Originaires de Georgie, ses parents divorcent quand il a 8 ans et il est élevé par sa mère. Il se marie en 1975 avec Lacena Rustin. Après de brillantes études en lycée, il intègre l'université Yale dont il sort diplômé de psychologie[3] puis obtient son doctorat à l'école de médecine de l'université du Michigan[4]. Carson devient professeur de neurochirurgie, d'oncologie, de chirurgie plastique et de pédiatrie et le chef du service de neurochirurgie pédiatrique à l'hôpital Johns-Hopkins[5] de Baltimore (Maryland). À l'âge de 33 ans, il est le plus jeune chef de service de l'histoire de cet hôpital. Il est aussi alors le co-directeur du Johns Hopkins Craniofacial Center. Il se spécialise dans les blessures traumatiques du cerveau, les tumeurs de la moelle épinière et du cerveau, les troubles congénitaux neurologiques, la craniosynostose, l'épilepsie et la névralgie du trijumeau[5].

Il défend l'éducation par un « fonds » donnant des prix à des élèves méritant. Il écrit six livres publiés par la maison d'édition chrétienne Zondervan sur sa vision de la foi, du succès, du travail, qui se vendent bien (en particulier One Nation ) et son autobiographie est adaptée en téléfilm en 2009. Il est engagé par Fox news.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Candidat aux primaires de 2016[modifier | modifier le code]

Il fait un discours remarqué en 2013 au National Prayer Breakfast devant Barack Obama dans lequel il condamne le politiquement correct, affirme l'importance de l'éducation en se référant à Tocqueville, propose un compte santé défiscalisé alimenté tout au long de la vie, adossé à un dossier médical électronique, et soutient un impôt à taux unique (flat tax)[1]. Invité à la Conservative Political Action Conference (CPAC) il est crédité de 4 % des 3000 votes, (9 % en 2014 en troisième place). Une autre consultation (Values Voter Summits) en fait le meilleur candidat républicain à la vice présidence.

Il utilise le slogan « Cours, Ben, cours » et lève plus de 4 millions de $ début 2014, et a 24 % d'intention de vote dans les premiers sondages pour les primaires devançant Jeb Bush et faisant un des meilleurs score face à Hillary Clinton avec un retard de 7 %. À la mi 2014, il a reçu 8 millions de $ de 91 000 donateurs. Les sondages et les pré-consultations lui donnent régulièrement une des trois premières place à la fin 2014. Il rejoint le Parti républicain en novembre 2014 pendant les midterms, expliquant qu'il veut se présenter aux primaires de 2016. Début 2015, avec 13 millions de dollars collectés, une place de second dans les sondages derrière Mitt Romney ou Jeb Bush, il prépare son annonce officielle de candidature, rendue publique le 3 mai. Après les premiers débats télévisés, il devient le principal rival de Donald Trump dans les sondages en novembre 2015[6].

Mais sa campagne est entachée par la révélation de plusieurs mensonges ou incohérences de sa part, notamment concernant sa jeunesse, dans laquelle il aurait tenté de poignarder un de ses camarades, mais aussi concernant des déclarations dans lesquelles il prétendait avoir fait des études à la prestigieuse académie militaire de West Point[7].

Il a quitté la course le 2 mars 2016[8].

Le 11 mars 2016, il soutient officiellement la candidature de Donald Trump.

Secrétaire au Logement et au Développement urbain[modifier | modifier le code]

Après la victoire de ce dernier, il est nommé secrétaire au Logement et au Développement urbain le 5 décembre 2016[9], confirmé par le Sénat le 2 mars 2017.

Opinions[modifier | modifier le code]

D'opinions socialement et philosophiquement très conservatrices, il doute de l'évolutionnisme, prenant ouvertement le parti des thèses créationnistes[10], prend parti pour une interdiction presque totale de l'avortement et s'oppose à l'homosexualité, qu'il assimile à de la « bestialité »[1]. Il a jugé la réforme de la santé du président Obama (dite Obamacare) de « pire fléau depuis l'esclavage »[1].

En 1998, il considère, en se référant à la Bible, que les pyramides d'Égypte n'ont pas été construites pour abriter les pharaons défunts mais que Joseph (de l'ancien Testament) les a bâties pour stocker du grain[11].

Dans les jours qui suivent la fusillade de l'Umpqua Community College (2015), il se prononce contre les mesures visant au contrôle des armes et recourt à un argument de l'ultra-droite aux États-Unis selon lequel si les juifs avaient eu accès aux armes dans les années 1930 on aurait pu éviter les exactions du régime nazi et la Shoah[12].

En 2015 également, il déclare : « Je vais vous dire ce que je pense du changement climatique ». « La température monte ou descend à tout moment dans le temps, ce n'est donc vraiment pas une grosse affaire »[13]. Il précise que si le changement climatique devait provoquer une montée des eaux la construction d'arches constituerait une solution et ajoute qu'« il faut se rappeler l'arche de Noé fut construite par des amateurs alors que le Titanic fut conçu par des professionnels[14] ».

En mars 2017, lors de son premier discours en tant que secrétaire au Logement, il compare les esclaves déportés en Amériques à des immigrants en quête du rêve américain, ce qui déclenche une vague de protestations sur les réseaux sociaux. Il déclare : « Il y a d'autres immigrés qui sont venus ici dans la cale des négriers, ils travaillaient encore plus longtemps, plus dur, pour moins que ça. Mais ils rêvaient aussi qu'un jour, leurs fils, filles, petits-fils, petites-filles, arrière petits-fils ou arrière petites-filles pourraient trouver prospérité et bonheur sur cette terre[15] ». Au cours du même discours il critique également les efforts faits pour marginaliser l'importance de Dieu et de la religion expliquant que « notre document fondateur, le Déclaration d'indépendance, parle de certains droits inaliénables qui nous ont été donnés par notre créateur, à savoir Dieu »[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Gilles Paris (Washington correspondant), « Ben Carson, de la success-story à la course à l’investiture républicaine », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  2. (en) Associated Press, « Ben Carson, famed neurosurgeon, running for president », sur Yahoo! News, .
  3. (en) « Benjamin S. Carson, M.D. », sur American Academy of Achievement (consulté le 30 septembre 2014).
  4. (en) « Dr. Ben Carson: A Healer Beyond the Operating Room », sur The History of African Americans @ Johns Hopkins University, Johns Hopkins University, (consulté le 22 janvier 2015).
    (en) James H. Kessler, Distinguished African American Scientists of the 20th Century, Greenwood Publishing Group, , 41–42 p. (ISBN 978-0-89774-955-8, lire en ligne).
  5. a et b (en) « Neurologists & Neurosurgeons at Johns Hopkins he also worked at K.H.M.H in Belize in 2009 where he did twelve operations. – Profile: Dr. Benjamin Carson », Hopkins Medicine, (consulté le 20 mai 2013).
  6. « Etats-Unis: Ben Carson, l'autre outsider républicain », sur www.lexpress.fr (consulté le 26 octobre 2015).
  7. « Ben Carson, un mythomane à la Maison Blanche ? - JeuneAfrique.com », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne).
  8. Agence France-Presse, « Ben Carson laisse entendre que son aventure présidentielle tire à sa fin | Maison-Blanche 2016 », La Presse,‎ (lire en ligne).
  9. AFP, « Donald Trump nomme Ben Carson ministre du logement et de l'urbanisme », Europe 1, (consulté le 6 décembre 2016).
  10. (en) Steve Eder et Pam Belluck, « From Vaccines to Creationism, Ben Carson’s Views Perplex Some », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  11. (en) « Ben Carson believes Joseph built Egypt’s pyramids to store grain — and it just might get him some votes », sur Washington Post, (consulté le 6 décembre 2016).
  12. Caire Levenson, « Pour le candidat républicain Ben Carson, la Shoah aurait pu être évitée si les juifs avaient eu des armes », sur Huffington Post, .
  13. (en) Timothy Egan, « Exxon Mobil and the G.O.P.: Fossil Fools », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
    « I’ll tell you what I think about climate change ». « The temperature is either going up or down at any point in time, so it really is not a big deal ».
  14. (en) Ruth Schuster, « No, Ben Carson, the Pyramids Were Tombs, Not Grain Silos », sur Haaretz, .
  15. Maxime Bourdeau, « Ben Carson, ministre du Logement de Trump, ose comparer les esclaves à des immigrés en quête de l'American dream », sur HuffingtonPost, .
  16. (en) Victoria Guida, « Carson says slaves were ‘immigrants’ with dreams for their children », sur Politico, .

Article connexe[modifier | modifier le code]