John F. Kelly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Kelly.
John F. Kelly
Portrait officiel de John Kelly, 2017.
Portrait officiel de John Kelly, 2017.
Fonctions
Chef de cabinet de la Maison-Blanche
En fonction depuis le
(1 mois et 24 jours)
Président Donald Trump
Prédécesseur Reince Priebus
5e secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis

(6 mois et 11 jours)
Président Donald Trump
Gouvernement Administration Trump
Prédécesseur Jeh Johnson
Successeur Elaine Duke (interim)
Biographie
Nom de naissance John Francis Kelly
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Boston (Massachusetts, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Indépendant
Diplômé de Université du Massachusetts à Boston (BA)
Georgetown (MA)
National Defense University (MS)
Profession Militaire

John F. Kelly
Secrétaires à la Sécurité intérieure
des États-Unis

John Francis Kelly, né le à Boston (Massachusetts), est un général à la retraite et homme politique américain. Depuis , il est chef de cabinet de la Maison-Blanche.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le , le président élu des États-Unis Donald Trump le nomme secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis de son futur cabinet. Il est confirmé à ce poste par le Sénat le [1].

Le , il devient le 28e chef de cabinet de la Maison-Blanche, succédant à Reince Priebus.

Le journaliste Glenn Greenwald voit dans la nomination de Kelly, saluée non seulement par les républicains mais aussi par de nombreux démocrates, une reprise en main progressive de l'administration Trump par l'establishment conservateur qui s'oppose au programme que le président avait défendu lors de sa campagne électorale[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Reuters, « Senate Confirms Kelly as Trump's Homeland Security Secretary », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  2. (en) Glenn Greenwald, « What’s Worse: Trump’s Campaign Agenda or Empowering Generals and CIA Operatives to Subvert it? », The Intercept,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]