Betsy DeVos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Betsy DeVos
Portrait officiel de Betsy DeVos, 2017.
Portrait officiel de Betsy DeVos, 2017.
Fonctions
11e secrétaire à l'Éducation des États-Unis
En fonction depuis le
(9 mois et 4 jours)
Président Donald Trump
Gouvernement Administration Trump
Prédécesseur John King, Jr.
Phil Rosenfelt (intérim)
Biographie
Nom de naissance Elisabeth Prince
Date de naissance (59 ans)
Lieu de naissance Holland (Michigan, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain

Betsy DeVos
Secrétaires à l'Éducation des États-Unis

Elisabeth DeVos, dite Betsy DeVos, née Prince le à Holland (Michigan), est une femme d'affaires, philanthrope et femme politique américaine. Membre du Parti républicain, elle est secrétaire à l'Éducation dans l'administration du président Donald Trump depuis 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Betsy DeVos entre en politique à l'occasion de l'élection présidentielle de 1976 en faisant campagne pour le républicain Gerald Ford. Durant sa carrière, elle dirige le Parti républicain du Michigan et plusieurs associations pour le libre choix d'école (School choice (en))[1],[2].

Elle fonde avec son mari le Windquest Group, qui investit dans les technologies et l'industrie[3].

De 2004 à 2010, elle siège au conseil d'administration du John F. Kennedy Center for the Performing Arts[3].

Action dans le Michigan[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, elle fait du lobbying pour que la législature d'État du Michigan adopte la loi créant les écoles sous contrat[4].

En 2000, elle soutient un amendement de la Constitution du Michigan pour permettre de financer des écoles privées et religieuses par des fonds publics (par un système de bons). La famille DeVos dépense près de 6 millions de dollars en faveur de l'amendement, qui est finalement rejeté par référendum[4],[5].

En 2010, les DeVos soutiennent une augmentation du nombre d'écoles sous contrat dans l'État. Après son adoption, ils financent les campagnes d'opposants aux élus ayant voté contre cette augmentation durant les primaires républicaines[4].

Au printemps 2016, elle s'oppose à une réforme du système des écoles publiques de Détroit (considéré comme l'un des moins performants du pays) soutenue à la fois par le maire démocrate de la ville, Mike Duggan, et le gouverneur républicain du Michigan, Rick Snyder. Elle critique notamment la création d'une commission de l'éducation, qui aurait un droit de regard sur les écoles et pourrait fermer les écoles mal gérées. La législation est adoptée par le Sénat du Michigan (en) mais rejetée par la Chambre des représentants (en). Dans les semaines qui suivent, les élus s'étant opposés au texte reçoivent d'importantes contributions des DeVos[4].

Secrétaire à l'Éducation[modifier | modifier le code]

Donald Trump et Betsy DeVos (à gauche) dans une école d'Orlando (Floride), 3 mars 2017.

Le , elle est choisie par le président-élu Donald Trump pour être la prochaine secrétaire à l'Éducation des États-Unis[6]. Sa nomination est fortement critiquée par les syndicats d'enseignants et des associations comme l'Union américaine pour les libertés civiles. Cependant, ce choix est soutenu par de nombreux élus républicains[1]. Pour la presse, sa nomination permet à Trump de s'ouvrir à la frange du Parti républicain réticente à son égard, Betsy DeVos ayant soutenu Carly Fiorina, Jeb Bush puis Marco Rubio lors des primaires[3].

Durant son audition par le Sénat, plusieurs sénateurs pointent son manque d'expérience dans le domaine de l'éducation publique et sa méconnaissance de certaines lois fédérales, notamment celles pour l'accès des personnes handicapées à l'école[7]. Outre l'opposition des élus démocrates, les sénatrices républicaines Lisa Murkowski et Susan Collins annoncent qu'elles voteront contre sa nomination.

Deux sénatrices républicaines ayant voté contre elle, Betsy DeVos obtient 50 voix en sa faveur. Pour la première fois de l'histoire, la confirmation d'un membre du cabinet présidentiel est arbitrée par le vice-président, en l'occurrence Mike Pence, lui permettant ainsi d'obtenir une majorité de 51 voix requises pour sa nomination[8],[9].

Fortune[modifier | modifier le code]

Mariée à Dick DeVos (avec qui elle a quatre enfants[10]), l'un des héritiers de Richard DeVos, 88e fortune des États-Unis avec 5,4 milliards de dollars de fortune, ils forment un couple de milliardaires. Son frère Erik Prince a créé la société Blackwater[11],[12].

Positions politiques[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Betsy DeVos soutient ardemment l'école privée[6]. En 2001, elle estime avec son mari que les écoles publiques ont remplacé les églises au centre de la communauté et que le libre choix d'école est un moyen de renverser cette tendance. Pour elle, ces réformes pourraient « avancer le royaume de Dieu »[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Michelle Mark, « Meet Betsy DeVos, the polarizing charter-school advocate Trump has tapped as education secretary », sur businessinsider.fr, (consulté le 13 décembre 2016).
  2. (en) Linda Darling-Hammond, « Education for Sale? School choice and the future of American education », sur The Nation, (consulté le 21 mars 2017).
  3. a, b et c (en) The Washington Post, « Trump picks billionaire Betsy DeVos, school voucher advocate, as Education Secretary », sur mercurynews.com, (consulté le 13 décembre 2016).
  4. a, b, c et d (en) Kate Zernike, « How Trump’s Education Nominee Bent Detroit to Her Will on Charter Schools », sur nytimes.com, (consulté le 13 décembre 2016).
  5. a et b (en) Benjamin Wermund, « Trump's education pick says reform can 'advance God's Kingdom' », sur politico.com, (consulté le 13 décembre 2016).
  6. a et b « Trump nomme Betsy DeVos à l'éducation », sur lefigaro.fr, (consulté le 13 décembre 2016).
  7. (en) Russell Berman, « Will the Senate Block Betsy DeVos? », sur theatlantic.com, (consulté le 2 février 2017).
  8. Maxime Bourdeau, « Après l'audition désastreuse de Betsy DeVos, choisie par Donald Trump pour être ministre de l'Éducation, deux sénatrices républicaines refusent de valider sa candidature », sur HuffPost, (consulté le 2 février 2017).
  9. « Pence sauve de justesse la nomination de la ministre de l’Education de Trump », Le Soir,‎ (lire en ligne).
  10. Marie-Pierre Gröndahl et Anne-Sophie Lechevallier, «  La Maison-Blanche, un club pour multimillionnaires  », Paris Match,‎ semaine du au , p. 25 (lire en ligne).
  11. « Donald Trump nomme la milliardaire, « idéologue » et ultra-conservatrice Betsy DeVos ministre de l'Éducation », sur huffingtonpost.fr, .
  12. (en) Janet Reitman, « Betsy DeVos' Holy War; Her appointment as education secretary marks the crowning achievement of the Christian right's campaign to infiltrate America's secular institutions », sur Rolling Stone, (consulté le 21 mars 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]