Zaïko Langa Langa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
L'admissibilité de cet article est à vérifier (septembre 2016).
Motif : Travail inédit, qui n'est étayé par aucune source de qualité.
Vous êtes invité à le compléter pour expliciter son admissibilité, en y apportant des sources secondaires de qualité, ainsi qu'à discuter de son admissibilité. Si rien n'est fait, cet article sera proposé à la suppression un an au plus tard après la mise en place de ce bandeau.
Conseils utiles à la personne qui appose le bandeau
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (août 2016).

Vous pouvez aider en ajoutant des références. Voir la page de discussion pour plus de détails.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article présente des problèmes multiples.

Vous pouvez aider à améliorer cet article ou bien discuter des problèmes sur sa page de discussion.

image illustrant un groupe de musique
Cet article est une ébauche concernant un groupe de musique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Zaïko Langa Langa (aussi écrit Zaiko Langa Langa ou Zaiko Langa Langa Nkolo Mboka) est un groupe musical populaire du Congo-Kinshasa, formé en 1969, quand le Zaïre s'appelait encore Congo.

Plusieurs musiciens célèbres ont débuté leurs carrières dans ce groupe, comme Papa Wemba, Pépé Felly, Evoloko Jocker, Jossart N'yoka Longo et Bimi Ombalé. Plusieurs autres groupes sont sortis de cette formation, la plupart avec un certain succès, comme Isifi Lokole, Yoka Lokole, Langa Langa Stars, Zaiko Familia Dei, Choc Stars, Anti Choc, Basilique Loningisa, Tout Grand Libanko, Le Grand Zaiko Wawa, Ngwaka Ayé,Quartier Latin International, Les Césars Du Clan Langa Langa, Les Amis Bula Musica, Viva La Musica, Zaïko Universel, Historia Musica

Le nom Zaïko est formé à partir du nom Zaire ya bankɔ́kɔ, signifiant « Zaïre des ancêtres » en lingala[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article n’est pas rédigé dans un style encyclopédique (juin 2016).

Vous pouvez améliorer sa rédaction !

Le groupe Zaïko Langa Langa est formé en 1969 sous le nom Orchestra Zaïko. Les membres sont à l'époque : Jules Presley Shungu Wembadio, Pépé Felly Manuaku, Olemi Eshar, MAZAZA, Anto Evoloko et Jersy Jossart Nyoka Longo, Simeon Mavuela Somo, Teddy Sukani, Enoch Zamungana, André Bimi Ombale, Bapius Mwaka, Mashakado Nzolantima et plus tard Gina Efonge Isekofeta, Pablo Bakunde Ilo, Bozi Boziana, etc.

Le groupe Zaîko a révolutionné[non neutre] la musique congolaise en adoptant un rythme plus rapide, abandonnant les instruments à vent et mettant en avant la batterie et les solos de guitare. Leurs scènes sont habituellement animées par une douzaine de danseurs.

Vers 1973, le groupe était devenu un des groupes les plus populaires du Zaïre. Evoloko Joker Lay Gola, considéré comme le membre le plus populaire, avec le concours d'autres musiciens tels que Papa Wemba et Pépé Felly Manuaku auraient inventé la cadence rythmée qu'est « cavacha », une danse populaire à travers l'Afrique centrale et de l'Est durant les années 1970. Le cavacha est devenu aujourd'hui le ciment du soucous congolais et est adopté dans toute l'Afrique.Il se produit en 1974 lors du grand concert donné à l'occasion du match mythique Mohamed Ali-George Foreman aux côtés de James Brown et Tina Turner[2]

Deux ou trois années plus tard, le groupe commença à se diviser. Papa Wemba, Evoloko, Mavuela et Bozi partirent pour former Isifi Lokole en 1974. Ce départ allait porter un coup dur à l'orchestre qui, pour repartir plus fort, se concentra en rassemblant ses musiciens à la Ntsélé pour un stage de remise en forme. C'est à cette occasion que l'orchestre enregistra l'arrivée du batteur Ilo Pablo, qui en profita pour lancer la chanson ndongué, qui avec la chanson mbelengo de Bimi Ombalé, inauguraient un nouveau style zaiko, plus simple et plus épuré. Style qui sera encore amélioré plutard par l'arrivée dans le groupe du chanteur Linkinga Redo.

En 1976, les compagnons d'Evoloko se décident d'agir autrement et Mavuela, Wemba et Bozi qui seront rejoint par Mbuta Mashakado ont formé Yoka Lokole. Papa Wemba forme son propre groupe dénommé Viva la Musica.

Vers la fin des années 1970, le groupe a été à son apogée, avec comme membres : Nyoka Longo, Lengi Lenga, Bimi Ombale, Likinga, Evoloko et Bozi Boziana, avec les musiciens Meridjo et Bapius. Leurs chansons étaient plus raffinées, mieux arrangées et plus harmonieuses, conséquence de l'arrivée de Likinga en provenance de l'orchestre Bakuba réputé à l'époque pour l'arrangement de leurs chansons par le célèbre trio Pépé kallé, Likinga, Papy Tex. Les concerts étaient mieux chorégraphiés. Quelques années plus tard, Evoloko et Mavuela partirent.

À la fin des années 1980, les désaccords dans le groupe divisèrent la troupe en deux factions : Jossart N'yoka Longo avec Meridjo et Dindo Yogo formèrent Zaiko Langa Langa et Bimi Ombale avec Lengi Lenga et Ilo Pablo formèrent Zaiko Langa Langa Familia Dei. Les deux groupes ont connu des succès divers.

En 1999, Zaïko Langa Langa a fait l'objet d'un documentaire de Yves Billon[3]

Membres[modifier | modifier le code]

Musiciens notables[modifier | modifier le code]

Anciens musiciens[modifier | modifier le code]

  • Papa Wemba (chanteur) depuis 1969-1974, décédé en 2016
  • Evoloko (chanteur) depuis 1969-1974 retour 1978-1981
  • Bozi Boziana (chanteur) depuis 1974-1974 retour 1977-1981
  • Pépé Felly (guitariste) depuis 1969-1981

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Pauline (1970)
  • L'amoureux déçu (1972)
  • C'est la vérité (1971)
  • Chouchouna (1973)
  • Liwa Ya Somo (1974)
  • 33 tours (1974)
  • Zaïre-Ghana (1976)
  • Obi (1978)
  • Sentiment Awa/Essesse (1979)
  • Sarah Djenni (1981)
  • SOS Maya (1982)
  • La Tout Neige (1970)
  • Zekete Zekete Ier/IIe Épisode (1983)
  • Muvaro(1983)
  • On gagne le procès (1984)
  • Zaïko Eyi Nkisi (1985)
  • Eh Ngoss!Eh Ngoss!Eh Ngoss (1985)
  • Bongoville (1986)
  • Pusa Kuna....Serrez Serrez (1986)
  • Nippon Banzaï (1986)
  • Papa Omar (1986)
  • Subissez les conséquences(1987)
  • Jetez l'éponge (1989)
  • Ici ça va "Fungola Motema" (1990)
  • Jamais Sans Nous (1991)
  • Avis de recherche (1995)
  • Sans issue (1996)
  • Backline Lesson One (1997)
  • Nous Y Sommes (1998)
  • Poison (1999)
  • Feeling (2001)
  • Eureka (2002)
  • Empreinte (2004)
  • Rencontres (2007)
  • Bande Annonce (2011)
  • Maman Siska (2013)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Broughton et al, 1999, p. 463
  2. [1]
  3. Zaïko Langa Langa, 1999, Documentaire 52'

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Zaïko Langa Langa », sur Afrik.com
  • (en) Simon Broughton, Mark Ellingham et Richard Trillo, World Music: Africa, Europe and the Middle East, Rough Guide,
  • Anicet Etou Niang, Papa Wemba, la voix de la musique congolaise moderne: Contribution et odyssée, Paris, L’Harmattan, coll. « Culture africaine »,
  • Jean-Pierre François Nimy Nzonga, Dictionnaire des immortels de la musique congolaise moderne, Academia,

Liens externes[modifier | modifier le code]