Frédéric Boyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boyer.
Frédéric Boyer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (57 ans)
CannesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Autres informations
Religion
Directeur de thèse
Distinctions
Œuvres principales

Frédéric Boyer, né le à Cannes (Alpes-Maritimes, France)[1] est un écrivain, traducteur et éditeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses (promotion 1981)[2] et docteur en littérature comparée (1988)[3], il a enseigné cette dernière à Lyon et à l'université Paris-VII[4]. Ancien directeur éditorial aux éditions Bayard[4], où il dirigeait des exégèses de textes, il reprend officiellement le la direction des éditions P.O.L. dont le créateur, son éditeur et ami Paul Otchakovsky-Laurens, est décédé accidentellement le 2 janvier 2018[5].

Auteur d’une trentaine d’ouvrages (romans, poèmes, essais et traductions), il a également coordonné une nouvelle traduction de la Bible parue chez Bayard en 2001 en collaboration avec des spécialistes des textes anciens et des langues bibliques, mais également des écrivains tels que Florence Delay, Olivier Cadiot, Jean Echenoz, Jacques Roubaud, Marie N'Diaye, Emmanuel Carrère, François Bon et Valère Novarina[1],[4].

Frédéric Boyer a en outre proposé de nouvelles traductions des Confessions de saint Augustin (Les Aveux, P.O.L, 2008) et d’œuvres de Shakespeare : les Sonnets (P.O.L, 2010) et La Tragédie du roi Richard II (P.O.L, 2010), mise en scène en 2010 par Jean-Baptiste Sastre au Festival d’Avignon avec Denis Podalydès dans le rôle principal[6],[7]. En 2018, il travaille à une nouvelle traduction des Géorgiques de Virgile[8],[9].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il était le compagnon d'Anne Dufourmantelle, psychanalyste et philosophe française, jusqu'à la mort accidentelle de cette dernière en 2017[10]. Elle lui a donné une fille, née en 2006[11].

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Consolation (1991)
  • En prison (1992)
  • Des choses idiotes et douces (1993), Prix du Livre Inter[12]
  • Comprendre et compatir (1993)
  • Comme des anges (1994)
  • Le dieu qui était mort si jeune (1995)
  • Est-ce que tu m'aimes ? (1995)
  • Les Innocents (1995)
  • L'ennemi d'amour (1995)
  • Arrière, fantômes ! (1996)
  • Dieu, le sexe et nous (1996)
  • Notre faute (1997)
  • Le Vertige des blondes (1998)
  • Le Goût du suicide lent (1999)
  • Pas aimée (1999)
  • Kids (2000)
  • Une fée (2000)
  • Gagmen (2002)
  • La Bible, notre exil (2002)
  • Songs (2003)
  • Mauvais vivants (2003)
  • Mes amis mes amis (2004)
  • Nous nous aimons (2004)
  • Abraham remix (2005)
  • Patraque (2006)
  • Vaches (2008)
  • Orphée (2009)
  • Hammurabi Hammurabi (2009)
  • Techniques de l'amour (2010)
  • Phèdre les oiseaux (2012)
  • Rappeler Roland (2013)
  • Dans ma prairie (2014)
  • Quelle terreur en nous ne veut pas finir ? (2015)
  • Kâmasûtra (2015)
  • Les Yeux noirs (2016)
  • Là où le coeur attend (2017)
  • Peut-être pas immortelle, poèmes (2018)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Frédéric Boyer », sur pol-editeur.com.
  2. « Annuaire de l'ENS »
  3. Sous la dir. de Julia Kristeva, Comprendre et compatir : l'exégèse biblique du récit au secours d'une herméneutique littéraire : Pascal, Dostoïevski, Proust (thèse de doctorat en littérature comparée), Paris, université Paris-VII, , 606 p. (SUDOC 041337182).
  4. a, b et c Frédéric Boyer, sur le site de La Procure
  5. Frédéric Boyer prendra la succession de Paul Otchakovsky-Laurens à la tête des éditions P.O.L, Le Monde, 13 février 2018.
  6. Richard II découvre son petit corps de roi humain, Priscille Lafitte, 20 août 2010, France 24.
  7. La Tragédie du roi Richard II], sur le site du Festival d’Avignon.
  8. Philippe Lançon, « Boyer au cimetière des olifants, entretien avec le traducteur de la Chanson de Roland », Libération,‎ (lire en ligne) : « De Virgile, je traduirai sûrement Les Géorgiques : il y a les animaux, la nature, les travaux et les jours ».
  9. Emmanuel Laurentin, in « La Fabrique de l'histoire, Antiquité (4/4) », « …la traduction des Géorgiques de Virgile qu'il est en train de faire ».
  10. « La philosophe et psychanalyste Anne Dufourmantelle se noie en secourant des enfants », sur lemonde.fr, .
  11. Marine Landrot, « Frédéric Boyer, le résilient », Télérama N°3569,‎ , p. 47 : [Il élève] seul la fille qu’il a eue avec Anne Dufourmantelle. […] « Le chagrin de ma fille m’oblige, parce qu’à 12 ans, on est convoqué à vivre ».
  12. Sébastien Lapaque, « Fort en thèmes et en version » sur Le Figaro, 8 février 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]