Venturi (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Venturi Automobiles)

Venturi
logo de Venturi (entreprise)

Création Drapeau de la France 1984 à Cholet
Dates clés 2000 Rachat par Gildo Pallanca Pastor
Fondateurs Drapeau : France Claude Poiraud
Drapeau : France Gérard Godfroy
Personnages clés Gildo Pallanca Pastor
Forme juridique Société à capitaux privésVoir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Venturi, Powered by Innovation
Siège social MonacoVoir et modifier les données sur Wikidata
Direction Drapeau : Monaco Gildo Pallanca Pastor
Directeurs Gildo Pallanca PastorVoir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Gildo Pallanca PastorVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Constructeur automobile

Bureau d'étude

Produits Véhicules électriques
Filiales Voxan
Site web https://www.venturi.com

Venturi, anciennement Venturi automobiles, est un constructeur automobile de voitures de sport d'origine française devenu bureau d'étude monégasque dédié aux véhicules électriques haute technologie. Il participe au Championnat du monde de Formule Électrique, conçoit des véhicules de records de vitesse et organise des expéditions comme une vitrine pour sa technologie[1].

L'entreprise spécialisée dans les voitures de grand tourisme est créé en 1984 par Claude Poiraud et Gérard Godfroy puis rachetée en 2000 par l'homme d'affaires monégasque Gildo Pallanca Pastor. Celui-ci transfère alors son siège à Monaco, tout en faisant prendre à Venturi une orientation radicale : celle de la motorisation exclusivement électrique.[2]

En 2004, Gildo Pallanca Pastor met au point avec son équipe la première voiture de sport électrique au monde, baptisée « Fétish ». À la suite de l'engouement du public pour ce modèle, la marque développe cinq autres concepts cars.

Première équipe à s’être engagée dans le Championnat du monde de Formule Électrique, Venturi concourt sous le nom de « ROKiT Venturi Racing » avec son duo de pilotes Edoardo Mortara et Norman Nato.

Aujourd'hui, Venturi est focalisé sur la conception de véhicules électriques « hautes performances » destinés à battre des records ainsi que sur le développement d'engins conçus pour opérer dans des environnements particuliers. Dans le cadre de ses Venturi Global Challenges, Venturi se fixe pour objectif de démontrer l’efficacité et la résistance du véhicule électrique dans des conditions extrêmes.

Histoire[modifier | modifier le code]

De 1984 à 2000[modifier | modifier le code]

L'histoire de la marque débute en 1984 à la suite d'une rencontre entre deux hommes, passionnés d'automobile et salariés au sein de la société Heuliez. Claude Poiraud (ingénieur), Gérard Godfroy (designer), décident de joindre leurs compétences afin de construire un coupé sportif, baptisé « Ventury », nom qui évoque le mot « aventure » ainsi que le phénomène aérodynamique, l'effet Venturi. Le « y » rappelle celui de Century en anglais, ce qui en fait un nom européen[3].

Les deux amis ne sont pas des débutants dans l'automobile.

Gérard Godfroy est un ancien de Peugeot. Il a été embauché en janvier 1976 par Gérard Welter pour travailler sur le projet M24, alias 205. Il quitte Peugeot en 1978, mais l'esprit de ses travaux sera conservé par Gérard Welter. Il fait une proposition pour l'évolution du J7 vers le J9 qui sera adoptée[4]. Chez Heuliez, Gérard Godfroy travaille sur la Visa 2, la Visa Chrono, la 604 Limousine, l'Alpine GTA. la Simca Talbot Wind, etc.

Claude Poiraud est un ancien de Chrysler et d'Alpine. Ingénieur en méthode et développement, il a conduit la mise en fabrication de l'Alpine A310. Il a aussi fait un séjour au Mexique pour traiter l'évolution de la A108 en A110.

La construction commencera par la réalisation d'un master en mousse de polyuréthane « sculptée » par Gérard, 10 mois de travail avant l'apparition du prototype Ventury sur le stand Godfroy au Salon de l'Automobile de Paris[5], début octobre 1984. Succès immédiat[3]. Certaines personnes ne voulaient pas croire que c'était français… Monsieur H.K. Schafer, directeur du style Volkswagen, laisse sa carte de visite à Gérard Godfroy. Jean Daninos, alors âgé de 78 ans, s'intéresse au projet et voyait le moyen de faire revivre Facel Vega. Hervé Boulan, homme d'affaires et financier, laisse aussi sa carte à Claude Poiraud. Ce sera lui que Claude choisira pour le développement de la Ventury. Amateur de Ferrari, Hervé Boulan demande à écrire Venturi avec un « i ».

La voiture du salon est plus une maquette échelle 1 qu'une voiture complète. La carrosserie en polyester est équipée d'un moteur de Golf GTI. L'intérieur est succinct.

Après le salon, Claude Poiraud recontacte Hervé Boulan, qui est intéressé par le projet, mais à condition de le monter en gamme, avec une voiture capable de titiller Porsche et Ferrari en matière de performances. Hervé Lejeune se joint à eux et apporte son expérience de directeur commercial en s'intégrant à l'équipe au début de l'année 1985.

En 1985, Claude Poiraud est le chef d'orchestre du développement de la Venturi. En juin, il emploie deux anciens d'Heuliez, Jean-Pierre Sachot, (développement), Jean-Jacques Turquand (responsable de fabrication) et Christophe Bihr, carrossier, qui quitte Dangel pour se joindre à l'équipe.

Claude Poiraud contacte Jean Rondeau, constructeur-vainqueur aux 24 heures du Mans en 1980. Jean Rondeau est lui aussi séduit par l'aventure Venturi et accepte de participer à son développement. Jean Rondeau a autour de lui une équipe performante : Philippe Beloou, qui dessine le châssis et les suspensions de la Venturi, Lucien Monté, Philippe Bône, apportent leur expérience de la compétition.

Le premier prototype roulant, en deux tons de gris comme la maquette du salon, voit le jour avec un moteur de Peugeot 505 Turbo central et transversal développant 200 chevaux. Beaucoup d'éléments mécaniques proviennent de voitures françaises comme la boîte de vitesses de la Citroën CX, la transmission héritée de la Matra Murena ainsi que des éléments de suspensions de la Peugeot 205 GTI et de la Renault 25.

En septembre 1985, Hervé Boulan crée la marque « MVS », Manufacture de Voitures de Sport, dont il est le PDG. Gérard Godfroy en dessine le logo selon les directives d'Hervé Boulan.

Le 27 décembre 1985, Jean Rondeau meurt tragiquement dans un accident au volant de sa Porsche, sur le passage à niveau de Champagné, près de son atelier.

Après ce terrible événement, la structure Auto Concept, reprend les hommes de l'équipe et continue à travailler pour la course et le projet Venturi.

En mai 1986, Hervé Lejeune organise une présentation des deux prototypes, l'un rouge, l'autre bleu marine, sur l'esplanade du Trocadéro. Léon Zitrone en est l'animateur, Sabine Azéma la « marraine ». La Venturi rouge passe au travers d'une immense bouteille de parfum Van Cleef et Arpels, modélisée avec un film plastique noir déchirable.

Les essais dynamiques n'étant pas concluants avec le moteur 4 cylindres, Claude Poiraud et Hervé Boulan prennent une décision radicale en juin1986 ; remplacer le moteur 505 par un V6 PRV. Le moteur du prototype est démonté et remplacé aussitôt par le V6. Ce sera le moteur définitif.

Pour la mise au point des prototypes, Mauro Bianchi, Jean-Pierre Beltoise, Jean-Philippe Vittecoq apporteront leurs compétences. En juillet 1986, une usine toute neuve, dont l'implantation est dessinée par Claude Poiraud, est mise en chantier à Cholet.

C'est aussi en juillet qu'un deuxième drame vient frapper un membre de l'équipe. Le fils d'Hervé Boulan, Edouard, âgé de 20 ans perd la vie dans un accident de la route. Hervé Boulan envisage un moment de tout abandonner mais, courageusement, conserve ses fonctions.

Au salon de Paris 1986, une Venturi gris métallisé quasiment définitive est exposée au salon de Paris. Au salon 1988, ce sera au tour du cabriolet Transcup, équipé d'un système de transformation de coupé en cabriolet original et jamais copié.

En 1989, à la suite d'une augmentation de capital, Didier Primat devient l'actionnaire principal de Venturi. Il nomme Xavier de la Chapelle PDG. Il est prévu de fabriquer chez Venturi les voitures De La Chapelle, dont le grand monospace Parcours dessiné par Barré Design. Ces projets ne se réaliseront pas. À la demande de Xavier de la Chapelle, Gérard Godfroy, toujours propriétaire du nom Ventury, accepte de donner ses droits à l'entreprise, la marque MVS disparaissant au profit de la marque Venturi. Un nouveau logo et un nouvel emblème, le gerfaut, est créé et les modèles porteront des dénominations en rapport avec la puissance des moteurs.

En décembre 1990, Venturi déménage de Cholet pour s'installer dans une usine de 5500 m² à Couëron, en Loire-Atlantique.

Venturi est présent au salon de Genève 1991, et sur un autre stand, une concurrente fait son apparition, l'Alpine A610. L'étude de style de cette voiture a été réalisée chez Heuliez. La maquette 1/5ᵉ retenue avait été sculptée par un certain… Gérard Godfroy, alors salarié Heuliez de 1978 à 1983. Mais Gérard Godfroy a toujours regretté l'avant trop anguleux, imposé par Renault.

En 1992, à l'initiative de Stéphane Ratel et de son Gentleman Drivers Trophy, la Venturi 400 Trophy est créée. La 400GT en sera la version dérivée pour la route.

En 1992 encore, le nom de Venturi figure au championnat du monde de Formule 1, grâce à une association avec l'écurie Larrousse. Cet engagement en Formule 1 provoquera le départ de Claude Poiraud, en désaccord avec ce choix stratégique.

De 1993 à 1995, des Venturi participent aux 24 Heures du Mans. En 1993, pas moins de sept Venturi sont sur la ligne de départ !

En 1994, Hubert O'Neill, qui a repris Venturi, présente la 300 Atlantique, légèrement plus volumineuse que la série 200. Les lignes sont adoucies, mais ces nouvelles dimensions apportent plus de présence au volume, en cohérence avec le niveau de prix. Ce sera la dernière Venturi dessinée et sculptée par Gérard Godfroy.

De 2000 à nos jours[modifier | modifier le code]

Depuis 2000, l’entreprise est détenue par Gildo Pallanca Pastor. Le président monégasque a choisi dès l’acquisition de Venturi d’opérer un virage stratégique pour relancer l’entreprise : développer des véhicules de sport électriques. En 2004, il présente la Fétish, première voiture de sport à motorisation électrique au monde[6]. Elle ouvre la voie à d’autres Venturi électriques telles que Volage ou l'America. Cette orientation devient une source d’inspiration pour d’autres constructeurs automobiles[7].

En 2005 apparaît la Venturi GT3 Héritage, dernière voiture thermique de Venturi, extérieurement assez proche des 400 Trophy, mais dotée d'une mécanique allemande : Un V8 Audi de 4.2 litres et 485 ch après passage chez le spécialiste MTM. Mais la voiture ne sera jamais mise en conformité et homologuée par la FIA ; seuls 2 prototypes seront construits[8].

En 2009 Venturi devient motoriste électrique[9] pour le développement de produits d’autres marques. PSA Peugeot Citroën choisit Venturi pour réaliser ses mille premiers Berlingo et Partner électriques, des véhicules utilitaires. Les Berlingo ou Partner « Powered by Venturi » remportent ainsi une consultation européenne de La Poste[10] française lancé en avril 2007 et portant sur 250 utilitaires zéro émission. Pour répondre à une demande plus large du marché, mille véhicules seront produits entre 2010 et 2011 vendus dans onze pays européens.

Cette première production a conduit Venturi à mettre en place une usine d’assemblage dans la Sarthe, la Manufacture de Véhicules Électriques (MVS). Il s’agit du premier site européen d’assemblage de véhicules exclusivement électriques (VE)[11]. La transformation de bases roulantes existantes et l’assemblage de véhicules électriques natifs sont possibles. La capacité de production est de cinq mille[12] unités par an. L’usine est alimentée à partir d’électricité issue d’énergies renouvelables.

La marque se lance aussi dans une série de premières réalisées à travers le monde dans le cadre des Venturi Global Challenges. Le constructeur détient plusieurs records du monde de vitesse avec la Venturi Jamais Contente (aussi appelée « Venturi VBB ») obtenus aux États-Unis dans le cadre d’un programme de recherche conduit avec le Center for Automotive Research (CAR) de l'université de l'Ohio (record de vitesse avec un véhicule à hydrogène en 2009, 487 km/h[13], record de vitesse avec un véhicule électrique en 2010, 515 km/h[14] puis en 2016, 549 km/h[15]). Venturi a aussi établi les premiers records d’endurance sans assistance pour véhicules électriques avec deux traversées entre Shanghai et Paris (14 900 km, 2010) puis entre Nairobi et Johannesburg (5 800 km, 2012).

Toujours dans le cadre des Venturi Global Challenges, Venturi se lance dans un projet de développement d'un véhicule électrique capable d’évoluer sur terrain hostile et de résister à des températures allant jusqu’à −50 °C. Initié par le Prince Albert II de Monaco à l’issue d’une visite en Antarctique, le projet porte le nom de « Mission 03 : Antarctica ». La finalité de cette mission sera la mise à disposition du véhicule à la communauté scientifique en Antarctique. Grâce à ce moyen de transport zéro émission, l’accès et l’acheminement du matériel sur les sites d’études scientifiques sera sans impact sur l’environnement.

En 2015, la marque annonce qu'elle cesse la production de véhicule de série pour se concentrer sur la compétition de Formule E et le développement du programme sur les records de vitesse. L'entreprise licencie ainsi 17 de ses 33 salariés[16],[17].

Venturi Global Challenges[modifier | modifier le code]

Depuis 2009, Venturi a lancé une série de défis technologiques et humains visant à démontrer la fiabilité et l’efficacité des véhicules électriques dans des conditions extrêmes. Avec ces Global Challenges, le constructeur met à l'épreuve les technologies qu'il développe dans des conditions hors normes : vitesses démesurées, conditions météorologiques extrêmes, terrains difficiles dans les régions les plus reculées de la planète… Dans le cadre de ces challenges, Venturi a obtenu plusieurs records et premières mondiales depuis 2009.

Mission 01 : Jamais contente[modifier | modifier le code]

La Mission 01 est un programme lancé en 2009 en partenariat avec le Center for Automotive Research (CAR) de l'université de l'Ohio. Il vise à établir des records de vitesse en véhicule électrique sur le mythique lac salé de Bonneville (Utah). La Venturi Jamais contente (Venturi Buckeye Bullet (en)) est l’héritière de La Jamais contente, la première voiture ayant dépassé la barre symbolique des 100 km/h en 1899. Cette voiture électrique en forme de torpille, pilotée par Camille Jenatzy, atteignit les 105 km/h, établissant alors un record du monde tout mode de propulsion confondu (incluant à l'époque la vapeur et les moteurs thermiques).

  • La Venturi Buckeye Bullet 2 (VBB-2) de 2009 bat le record de vitesse FIA pour un véhicule électrique alimenté par une pile à combustible : 487 km/h[13]. C’est le premier véhicule électrique à franchir la barre symbolique des 300 mph.
  • La Venturi Buckeye Bullet 2.5 (VBB-2.5) de 2010 est l’évolution de la Bullet 2. La pile à combustible est remplacée par un pack batterie lithium-ion et lui permet de battre son propre record FIA : 495 km/h et une vitesse de pointe officielle de 515 km/h[14].
  • La Venturi Buckeye Bullet 3 (VBB-3) de 2016, toujours équipée du pack batterie lithium-ion et disposant de 3 000 ch, est la troisième version de la Venturi Buckeye Bullet. Elle bat son propre record du monde de vitesse avec un véhicule électrique terrestre : 549,43 km/h[18].
Mission 02 : Citroën Berlingo « Powered by Venturi ».

Mission 02 : Shanghai to Paris[modifier | modifier le code]

Partie de Shanghai le , cette Croisière jaune moderne a couvert 14 900 km, en traversant la Chine, le Kazakhstan, la Russie, l’Ukraine, la Pologne, la République tchèque, l’Allemagne pour finalement arriver à Paris le .[19] À ce jour, cela représente la plus longue distance couverte par un véhicule électrique sans assistance. Cette performance fut accomplie par Xavier Chevrin et Géraldine Gabin. Le véhicule utilisé fut un Citroën Berlingo « Powered by Venturi » de série. Seulement deux packs batteries ont été ajoutés afin de porter son autonomie à 500 km[20].

Mission 03 : Back To Telegraph Creek[modifier | modifier le code]

Le véhicule Antarctica dans le showroom de Venturi à Monaco

Venturi a revisité en version « zéro émission » la Croisière Blanche de Citroën, raid automobile du 20ème siècle qui consistait en une traversée du nord-ouest du Canada. Restée vaine, cette expédition n’avait pas pu aboutir à l’époque, en raison de la nature du terrain et des conditions climatiques désastreuses.

Le 6 mars 2019 en Colombie Britannique (Canada), le véhicule Antarctica a parcouru 42 km dans des conditions météorologiques allant jusqu’à – 30°C. Cette expédition a ainsi permis de soumettre l’engin à une phase de tests dans des conditions climatiques similaires à celles du Pôle Sud.[21]

En juin 2021, le constructeur monégasque a présenté une nouvel version de l'Antarctica.[22] L'engin zéro émission sera rattaché en décembre 2021 à la base scientifique Princesse Elisabeth, en Antarctique. L’Antarctica  a une longueur de 3,4 mètres, une hauteur de 2,18 mètres et un poids de 2,5 tonnes. La batterie a une capacité de 52,6 kWh permettant une autonomie de base de 50 kilomètres, tandis que les deux moteurs à flux axial sont capables de développer 60 kW chacun. Pour la recharge, il faut compter de 2 à 18 heures, selon le contexte et la météo. Doté de banquettes longitudinales rabattables, le véhicule peut embarquer de 1 à 6 personnes, du matériel ainsi qu'une seconde batterie afin de prolonger l’autonomie initiale de 50 kilomètres.[23]

Mission 04 : Citroën Berlingo « Powered by Venturi ».

Mission 04 : Kilimanjaro to Okavango[modifier | modifier le code]

La mission 04 est l’héritière de la Croisière noire initiée par André Citroën en 1924. Parti de Nairobi au Kenya le à bord d'un Citroën Berlingo « Powered by Venturi », Xavier Chevrin, qui avait mené la Mission 02 : Shanghai to Paris, accompagné du réalisateur Vivien Floris, rejoint Johannesburg en Afrique du Sud le . La Mission 04 : Africa constitue la première traversée de l’Afrique à bord d’un véhicule électrique et en autonomie complète. Le véhicule a ainsi couvert 5 800 km dont 600 km de pistes.[24]

Mission 05: Salar de Uyuni[modifier | modifier le code]

Max Biaggi sur la moto électrique de record Wattman

La Voxan Wattman a battu le record du monde de vitesse en moto électrique dans la catégorie « moto électrique semi-carénée de plus de 300 kilos ». Pilotée par Max Biaggi, la moto a atteint 366,94 km/h sur la piste de l’aéroport de Châteauroux-Centre, en France. La Wattman détient 11 records du monde de vitesse[25] :

  • ¼ mile départ lancé, semi-carénée : 394,45 km/h (pas de précédent record) ;
  • ¼ mile départ lancé, non carénée : 357,19 km/h (pas de précédent record) ;
  • 1 km départ lancé, semi-carénée : 386,35 km/h (précédent record : 329,31 km/h) ;
  • 1 mile départ lancé, semi-carénée : 366,94 km/h (précédent record : 329,09 km/h) ;
  • 1 mile départ lancé, non carénée : 349,38 km/h (précédent record : 292 km/h) ;
  • ¼ mile départ arrêté, non carénée : 126,20 km/h (pas de précédent record) ;
  • ¼ mile départ arrêté, semi-carénée : 127,30 km/h (précédent record : 87,16 km/h) ;
  • 1 km départ arrêté, non carénée : 185,56 km/h (pas de précédent record) ;
  • 1 km départ arrêté, semi-carénée : 191,84 km/h (précédent record : 122,48 km/h) ;
  • 1 mile départ arrêté, non carénée : 222,82 km/h (pas de précédent record) ;
  • 1 mile départ arrêté, semi-carénée : 225,01 km/h (pas de précédent record).

Sport automobile[modifier | modifier le code]

Formule 1[modifier | modifier le code]

Venturi a été brièvement impliqué dans l'équipe de Formule 1 Larrousse en 1992. La voiture de l'équipe, qui portait le nom de Venturi, a été conçue et construite par Venturi Larousse UK, une société britannique anciennement connue sous le nom de Fomet 1, qui avait auparavant conçu les voitures de Formule 1 de Fondmetal en 1991.

Formule Électrique[modifier | modifier le code]

Créée en 2013, Venturi Grand Prix est la première équipe à s’être engagée dans le Championnat du monde de Formule Électrique.

L'écurie a à sa disposition un châssis Dallara, unique châssis autorisé pour le moment par la Fédération internationale de l'automobile pour la saison inaugurale. Venturi Grand Prix est la première écurie à dévoiler le son du moteur Spark SRT 01E Renault de sa voiture, lors des premiers tours de roues de la monoplace électrique à Donington Park[26],[27].

Venturi Grand Prix annonce ses deux pilotes pour 2014-2015 qui sont les deux anciens pilotes de Formule 1 et de WEC, le Français Stéphane Sarrazin et l'Allemand Nick Heidfeld[28]. Avec un podium et 53 points, Venturi Grand Prix finit à la 9e place au classement des constructeurs de la saison 2014-2015.

Pour la saison 2015-2016, Jacques Villeneuve remplace Heidfeld[29] jusqu'à la 3e course, puis celui-ci est remplacé par Mike Conway. Contrairement à la saison inaugurale, les équipes ont l'autorisation de réaliser leurs propres évolutions sur le moteur, la boîte de vitesses, la batterie et le système de refroidissement. Venturi devient constructeur officiel du championnat, manufacturiers et équipe également Dragon Racing. Avec une 2e place obtenue par Stéphane Sarrazin et 76 points récoltés au classement final, Venturi prend la 6e place au classement des constructeurs.

En saison 2016-2017, Venturi recrute le pilote allemand Maro Engel puis, à partir de la 7e course, le Français Tom Dillmann pour remplacer Stéphane Sarrazin parti rejoindre Techeetah. L'équipe totalise 30 points et se place à la 9e position dans le classement des écuries.

Pour la saison 2017-2018, Venturi conserve son pilote Maro Engel et recrute le pilote automobile italo-suisse Edoardo Mortara, sept fois vainqueur du Grand Prix automobile de Macao. Le rookie marque les esprits en finissant 7e à la première course de Hong Kong (et aussi sa toute première course en Formule E) puis à la seconde marche du podium lors de la deuxième course. Après avoir mené la plus grande partie de la course, Edoardo Mortara fait un tête-à-queue dans les derniers tours, finissant derrière Rosenqvist. Avec 72 points, Venturi se classe à la 7e place du classement des constructeurs.

Lors du championnat de Formule E FIA 2018-2019, Venturi recrute le pilote brésilien Felipe Massa, vice-champion du monde de Formule 1, pour courir aux côtés d'Edoardo Mortara. Susie Wolff, ancienne pilote automobile britannique devient team principal de l'écurie. Venturi équipe de ses groupes motopropulseurs l'équipe cliente H.W.A. GmbH, le département compétition de Mercedes-AMG, qui s'engage en Formule E pour la première fois. Lors de cette saison, Venturi marque 88 points et remporte trois podiums : une victoire à Hong-Kong et une 3e place au E-Prix de Mexico pour Edoardo Mortara, et une 3e position pour Felipe Massa, lors de la course à domicile à Monaco. L'équipe se classe 8e au classement final des constructeurs.

Conservant le même duo de pilotes avec Felipe Massa et Edoardo Mortara pour la saison 6 du Championnat de Formule E, Venturi se renomme ROKiT Venturi Racing à la suite de l'annonce d'un partenariat de trois ans avec ROKiT, un innovateur mondial dans le domaine de la télécommunication. L'écurie monégasque se dote de nouveaux groupes motopropulseurs chez Mercedes-Benz[30]. Venturi prend part aux cinq premières courses du championnat avant d'être contraint, au même titre que les autres équipes participantes, à stopper sa participation, en réponse à l'épidémie de COVID-19. La Formule E et la FIA ont officiellement annoncé la suspension du championnat 2019-20 pour deux mois, les ePrix de Sanya, Rome, Paris, Séoul et Jakarta étant de ce fait annulés[31].

Pour la septième saison de Formule E, Venturi renouvelle Mortara et promeut Norman Nato à un siège de course à plein temps, le Français remplaçant Massa. Jake Hughes, à son tour, rejoint l'équipe en tant que pilote de réserve.

Jérôme d'Ambrosio est nommé directeur adjoint de l'équipe après avoir décidé de se retirer de la compétition professionnelle à la fin de la saison 6.

Liste des présidents et directeurs[modifier | modifier le code]

  • Hervé Boulan (PDG)
    • Claude Poiraud (directeur)
    • Stéphane Ratel (directeur)
    • Jean-Pierre Lecou (directeur)
  • Didier Primat (PDG Primwest)
  • Xavier de La Chapelle (président à la suite du rachat de Venturi par le groupe Primwest)
    • René Aubert (directeur)
    • Eric Guillou (directeur)
    • Ian Dalziel (directeur)
    • Bertrand Maguet (directeur)
    • Jean-Claude Roger (directeur)
  • Hubert O'Neill (PDG)
  • Manfred Buchard (PDG à la suite du rachat de Venturi par le groupe thaïlandais Nakarin Benz)
    • Mickael Bishop (directeur)
  • Gildo Pallanca Pastor (PDG à la suite du rachat de Venturi par le groupe monégasque familial Pastor)

Production[modifier | modifier le code]

Depuis la création de la marque, 641 exemplaires sont sortis de l'usine, dont 264 entre 1992 et 1999.

  1. 1992 : 75 ex.
  2. 1993 : 24 ex.
  3. 1994 : 26 ex.
  4. 1995 : 41 ex.
  5. 1996 : 28 ex.
  6. 1997 : 35 ex.
  7. 1998 : 25 ex.
  8. 1999 : 10 ex.

Liste des modèles[modifier | modifier le code]

Venturi de grand tourisme[modifier | modifier le code]

Venturi de course[modifier | modifier le code]

Venturi électriques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Pierre Daubrosse, VENTURI - GT à la française : L'histoire de Venturi d'année en année, de 1984 à 1996, ETAI, , 176 p. (ISBN 9791028304287).

  1. Paul Clément-Collin, « Venturi : l’America rentre en production 30 ans après la présentation de la Cup221 ! », sur carjager.com, (consulté le 19 février 2021).
  2. « François Hollande en visite chez Venturi », sur L'Argus,
  3. a et b Fabien Gouault, « La Venturi, « cette belle aventure humaine » », sur Ouest-France, (consulté le 17 février 2021).
  4. Nicolas Laperruque, « De la Peugeot 205 à la DS Grand Palais, en passant par Venturi et Alpine. Gérard Godfroy, designer raconte », sur histo-auto.com, (consulté le 17 février 2021).
  5. André Leroux, « Gérard Godfroy », sur leroux.andre.free.fr (consulté le 17 février 2021).
  6. Venturi Fetish, la première sportive électrique de série. L'exemple à suivre ?, Moteur Nature, 2004
  7. Toujours plus loin, toujours plus vite, sur kingcom.fr, 10 avril 2013
  8. Paul Clément-Collin, « Venturi GT3 Héritage: la dernière thermique du Gerfaut ! », sur carjager.com, (consulté le 19 février 2021).
  9. Venturi Automobiles associé à PSA Peugeot Citroën est présélectionné par La Poste, site de PSA Peugeot Citroën, 20 mars 2008
  10. Le Citroën Berlingo First électrique by Venturi remporte l'appel d'offre de La Poste, AVEM, 25 décembre 2009
  11. Venturi lance la production de véhicules électriques, sur autodeclics.com, 23 septembre 2010
  12. Venturi inaugure son site d'assemblage de véhicules électriques, Avere-France, 23 septembre 2010
  13. a et b Liste officielle des records de vitesse homologués par la FIA en catégorie A [PDF], FIA
  14. a et b (en) Venturi Jamais Contente topped 515 km/h – a new world record, Automobilesreview, 27 août 2010
  15. « Un nouveau record du monde de vitesse pour la Venturi VBB-3 électrique », sur usinenouvelle.com
  16. Mael Pilven, « Venturi se recentre sur la compétition », sur Auto Plus, (consulté le 18 février 2021).
  17. Emmanuel Guimard, « Venturi ferme son usine de Solesmes », sur usinenouvelle.com, (consulté le 18 février 2021).
  18. « Journaux du Monde Entier », sur pressreader.com (consulté le 4 février 2020)
  19. Caradisiac.com, « En direct du Mondial de Paris : le Citroën Berlingo "Powered by Venturi" de la Mission "Shanghai to Paris–100% Electric" », sur Caradisiac.com (consulté le 23 juin 2021)
  20. « Mission 02: Shanghai to Paris », sur Venturi Automobiles (consulté le 25 avril 2020)
  21. « Venturi Antarctica, véhicule électrique d’exploration polaire », sur AVEM - Association pour l'Avenir du Véhicule Electro-Mobile, (consulté le 22 juin 2021)
  22. « Venturi dévoile le nouvel Antarctica, premier engin d'exploration polaire zéro émission », sur Monaco Tribune, (consulté le 22 juin 2021)
  23. Nicolas Anderbegani, « Venturi dévoile la 3e génération de l'Antarctica », sur Leblogauto.com, (consulté le 22 juin 2021)
  24. Nairobi-AFP, « Une voiture électrique se lance dans la traversée de l’Afrique », sur Futura (consulté le 23 juin 2021)
  25. « VOXAN WATTMAN : LA MOTO ÉLECTRIQUE LA PLUS RAPIDE DU MONDE AVEC … 11 RECORDS DU MONDE! », sur Autonewsinfo (consulté le 22 juin 2021)
  26. Formule E - Le son de la Venturi, Auto Hebdo, 7 juin 2014
  27. Formule E - Venturi hausse le rythme, Auto Hebdo, 11 juin 2014
  28. Formule E - Stéphane Sarrazin et Nick Heidfeld avec Team Venturi, Auto Hebdo, 26 juin 2014
  29. « Formule E - Jacques Villeneuve s'engage avec Venturi », sur autohebdo.fr, (consulté le 8 août 2015)
  30. « Avec son sponsor-titre, l'écurie devient ROKiT Venturi Racing », sur franceracing.fr
  31. « La Formule E suspend son championnat pour deux mois », sur motorsport.com
  32. (it) Andrea, « Venturi 111 Cup, l'auto fantasma », sur AMblog (consulté le 6 janvier 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Venturi.