Nick Heidfeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nick Heidfeld
Photographie d'un pilote automobile, habillé en rouge, barbu, aux cheveux châtains, vu de face, en gros plan.

Nick Heidfeld aux 6 Heures de Fuji 2014.

Nom complet Nick Lars Heidfeld
Surnom Computer Kid
Quick Nick
Date de naissance (38 ans)
Lieu de naissance Mönchengladbach (Rhénanie-du-Nord-Westphalie)
Nationalité Drapeau d'Allemagne Allemand
Années d'activité Depuis 1994
Qualité Pilote automobile en monoplace et en endurance
Équipe Drapeau : France Prost GP (2000)
Drapeau : Suisse Sauber (2001-2003)
Drapeau : Irlande Jordan GP (2004)
Drapeau : Royaume-Uni Williams (2005)
Drapeau : Allemagne BMW Sauber (2006-2010)
Drapeau : Royaume-Uni Lotus Renault (2011)
Drapeau : Suisse Rebellion Racing (2012-)
Drapeau : Monaco Venturi GP (2014-2015)
Drapeau : Inde Mahindra Racing (2015-)
Nombre de courses 183
Pole positions 1
Meilleurs tours en course 2
Podiums 13
Victoires 0
Site web nickheidfeld.com

Nick Lars Heidfeld, dit Nick Heidfeld, né le à Mönchengladbach, est un pilote automobile allemand. De 2000 à 2011, il participe à 183 Grands Prix de Formule 1, pour treize podiums.

Nick Heidfeld fait ses débuts en karting dans le milieu des années 1980. Repéré par l'ADAC, il remporte plusieurs titres et passe à la monoplace en 1994. Vainqueur de la catégorie 1 600 cm³ du championnat d'Allemagne de Formule Ford, puis de la catégorie 1 800 cm³ l'année suivante, Heidfeld termine troisième du championnat d'Allemagne de Formule 3 en 1996, avant d'être sacré champion l'année suivante. Pris sous l'aile de Mercedes, il intègre la Formule 3000 en 1998. Manquant le titre de justesse pour sa première année, il est sacré en 1999. Dans cette même période, il effectue ses premiers tests en Formule 1.

Nick Heidfeld fait ses débuts en Formule 1 en 2000 chez Prost Grand Prix, où il ne marque aucun point. Transféré chez Sauber, il se révèle en montant sur son premier podium. Snobé par McLaren qui lui préfère Kimi Räikkönen, Heidfeld reste chez Sauber, mais semble s'enliser dans le ventre mou du peloton, ne remontant plus sur le podium. Il rejoint Jordan, en pleine crise, pour la saison 2004 et marque quelques points. En 2005, l'Allemand signe avec BMW-Williams et parvient à décrocher trois podiums, sans pour autant gagner. En 2006, il rejoint BMW Sauber et réalise quelques places d'honneur, dont un podium. En 2007, Heidfeld se classe cinquième du classement général, notamment grâce à sa régularité à obtenir des points. L'année suivante est assez similaire avec une sixième place finale et quatre podiums récoltés, sans aucune victoire toutefois.

En 2009, l'écurie est sur le déclin et Heidfeld ne décroche qu'un seul podium, stagnant en milieu de tableau la plupart du temps. En 2010, l'Allemand décide de quitter l'équipe pour rejoindre Mercedes en tant que pilote de réserve, avant de passer chez Pirelli pour le développement des pneumatiques. Vers la fin de l'année, Sauber l'appelle pour les dernières courses de la saison, ce qui le fait gagner quelques points, chez une écurie qui n'est plus que l'ombre de celle qu'elle était précédemment. En 2011, Lotus Renault le recrute en tant que titulaire : malgré un podium, il est remercié à mi-saison. C'est la dernière saison du pilote allemand en Formule 1.

En 2012, Heidfeld se reconvertit en endurance et dans son championnat du monde avec Rebellion Racing, en participant à plusieurs manches de la saison. En 2013, malgré des moyens plus limités que ceux des constructeurs, Heidfeld termine huitième et vice-champion des American Le Mans Series. En 2014, Heidfeld termine dixième du championnat des Pilotes, tout en décrochant un podium en Formule E avec Venturi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Des débuts en karting au titre de Formule 3000 (1977-1999)[modifier | modifier le code]

Né à Mönchengladbach en 1977, le jeune Nick Heidfeld fait une course de moto-cross à l'âge de cinq ans avec ses frères Tim et Sven[1], mais est victime d'un grave accident, au niveau du mollet, ce qui pousse ses parents à interdire toute contact entre leur fils et le sport automobile[2]. Après un voyage au Nürburgring en 1984, le jeune Nick convainc ses parents de lever leur interdiction, et de faire ses débuts en karting[3],[4]. Afilié au club de karting de Kerpen-Mannheim, aux côtés de Michael et Ralf Schumacher[2], en 1990, l'espoir allemand remporte la Ligue de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, championnat régional de karting[3],[4]. En 1991, Heidfeld rejoint l'ADAC, par le biais de son équipe de karting junior ; troisième du trophée ADAC, le jeune Allemand se qualifie pour les championnats d'Europe et du monde de karting[4],[5]. Cinquième du championnat d'Allemagne de karting junior, il fait ses débuts en championnat du monde en 1993, lors d'une course à Laval[3],[4],[5].

En 1994, Nick Heidfeld décide d'arrêter le karting pour commencer la monoplace, débutant dans le championnat d'Allemagne de Formule Ford : engagé dans la catégorie 1 600 cm³, Heidfeld se montre sans partage, remportant huit des neuf courses de la saison, remportant ainsi sa catégorie[4],[2]. L'année suivante, dans la catégorie 1 800 cm³, Nick Heidfeld remporte quatre victoire et termine sur le podium les autres courses, ce qui lui permet de dominer sa catégorie, et de terminer vice-champion de la Formule Ford allemande toutes catégories[3],[6]. En 1996, Heidfeld rejoint le championnat d'Allemagne de Formule 3, dans lequel il termine troisième avec trois victoires[7], tout en finissant troisième des Masters de Formule 3[8]. En 1997, Nick Heidfeld se montre impérial toute la saison, qui commence avec une victoire aux 100 miles d'Hockenheim[9]. Il remporte ensuite le Grand Prix de Monaco de Formule 3 avec un coup du chapeau (victoire, pole position, meilleur tour)[10]. Toujours engagé en Formule 3 allemande, Heidfeld est sacré champion avec cinq victoires en dix-huit courses, pour seulement quelques points devant Timo Scheider[11]. Ces performances suscitent l'intérêt de Mercedes qui le prend sous son aile et lui offre ses premiers tests au volant d'une Formule 1 de McLaren-Mercedes[12].

En 1998, Heidfeld rejoint la Formule 3000 chez le West Junior Team, écurie junior de McLaren-Mercedes, qui le conserve comme pilote d'essais pour la saison ; en lutte avec Juan Pablo Montoya durant toute la saison, l'Allemand doit s'incliner dans la dernière course, après une erreur de son équipe qui ne lui met pas assez d'essence pour les qualifications : avec trois victoires, Heidfeld est vice-champion[12],[13]. Mais en 1999, parallèlement à ses activités de pilote essayeur pour le compte de McLaren-Mercedes en Formule 1, Heidfeld se montre d'entrée, remportant la première course de la saison de Formule 3000 à Monza[14]. Alors qu'une pénalité lui enlève sa victoire lors de la deuxième course[15], le protégé de Mercedes prend sa revanche à Barcelone en s'imposant[16]. Au cours de l'année, Heidfeld participe avec Mercedes, aux 24 Heures du Mans 1999 : septième des qualifications[17], Heidfeld peut légitimement espérer un bon résultat mais lors de la course, le prototype, piloté par son coéquipier Peter Dumbreck, s'envole à plus de 300 km/h avant de terminer sa course folle dans un rail de sécurité[18].

Photographie d'une monoplace de F3000 grise, vue de trois-quarts, exposée dans un musée.
La Lola B99/50 de Nick Heidfeld, qui permet à l'Allemand de remporter le championnat international de Formule 3000 1999.

Malgré cette déception aux 24 Heures du Mans, les très satisfaisantes performances en Formule 3000 font espérer à Heidfeld un volant de titulaire pour la saison 2000 de Formule 1[19]. Sa troisième victoire de la saison, à Magny-Cours, le fait prendre le large encore un peu plus au championnat[20]. Début juillet, Heidfeld se trouve en négociations avancées pour remplacer Damon Hill chez Jordan Grand Prix pour le reste de la saison 1999, en cas de retraite du champion du monde[21]. Peu après, Ron Dennis confirme ces discussions et annonce qu'il est prêt à libérer son jeune pilote pour qu'il aille chez Jordan[22]. Finalement, Damon Hill décide de rester chez l'écurie irlandaise pour le reste de la saison, mettant un terme aux espoirs du protégé de Mercedes[23]. En rien déstabilisé par cette nouvelle, l'Allemand se rapproche du titre en Formule 3000, avec une nouvelle victoire à Spielberg[24]. Sur l'Hungaroring, Heidfeld parvient à terminer sur le podium, ce qui lui assure, à deux courses de la fin du championnat, le titre de champion intercontinental de Formule 3000[25]. Ce titre attire la convoitise de Prost Grand Prix qui lui propose des tests sur le circuit de Silverstone[26]. Une semaine après ces tests concluants, Nick Heidfeld signe chez l'écurie française pour la saison 2000[27]. En Formule 3000, Nick Heidfeld remporte le championnat avec quatre victoires en neuf courses, et quasiment le double de points que son dauphin Jason Watt (59 contre 30)[28]. En plus de ce titre en Formule 3000, Nick Heidfeld bénéficie d'une grande expérience des Formule 1, ayant effectué environ 10 000 km avec des McLaren de 1997 à 1999, lors d'essais privés, loin de la pression médiatique[29]. En décembre, il participe aux essais d'après-saison de Formule 1 avec Prost Grand Prix et effectue le deuxième temps, devançant son coéquipier Jean Alesi de plus d'une seconde[30].

Les débuts difficiles en Formule 1 chez Prost Grand Prix (2000)[modifier | modifier le code]

Au sein de l'écurie française Prost-Peugeot, Nick Heidfeld vit des essais de pré-saison très compliqués se battant avec la Scuderia Minardi pour échapper à la dernière place, ce qui provoque l'inquiétude du pilote allemand qui déclare : « Nous ne pouvons pas aller à Melbourne comme ça. »[31],[32]. En Australie, pour le premier Grand Prix de sa carrière, Nick Heidfeld se qualifie en milieu de grille devant son coéquipier Jean Alesi, mais percute au départ Marc Gené mais les deux voitures peuvent continuer, toutefois, l'Allemand peine à trouver le rythme, et termine neuvième, à deux tours du vainqueur[33]. Au Brésil, l'Allemand subit de nombreux problèmes techniques lors des essais libres et des qualifications : c'est un problème moteur qui achève le calvaire du pilote débutant dans les premiers tours de course[34]. À Saint-Marin, Heidfeld réalise une mauvaise qualification et doit s'élancer de la dernière position : lors du tour de formation, la Prost AP03 ne démarre pas et l'Allemand est remorqué illégalement par son équipe dans les stands ; recevant une pénalité pour cette illégalité, le pilote Prost abandonne durant la course après un problème hydraulique[35]. En Grande-Bretagne, parti de la 17e position après un problème moteur à la fin de son tour, Heidfeld perd trois places dans le premier tour et se retrouve distancé durant toute l'épreuve, avant que le moteur n'achève la course du pilote allemand à quelques tours de l'arrivée[36]. En Espagne, l'Allemand vit une nouvelle course très compliquée : parti 19e[37], Heidfeld ne parvient jamais à trouver le rythme, ce qui le fait terminer seizième, à trois tours du vainqueur du jour[38].

Photographie d'une monoplace de Formule 1 bleu foncé, exposée dans un musée automobile, près d'autres voitures.
La Prost AP03 avec le récalcitrant moteur Peugeot à droite.

Au Nürburgring, Heidfeld parvient à réaliser le trezième temps des qualifications, ce qui constitue alors son meilleur résultat dans la discipline[39]. Toutefois, la Prost AP03 de l'Allemand affiche un poids de 598 kg au lieu des 600 minimum, conformément à la réglementation, ce qui l'exclut des qualifications, avant qu'un communiqué de la Fédération internationale de l'automobile n'autorise le pilote débutant à prendre le départ de la course[40]. L'équipe assume entièrement l'erreur et ne décide pas de faire appel, Heidfeld, pour sa part, se déclare « très triste » d'être disqualifié devant le public allemand et alors qu'il avait réalisé sa meilleure qualification[41]. À Monaco, Heidfeld tape violemment lors des essais[42], et sort de la piste durant les qualifications : aidé par un commissaire de piste (action illégale), l'Allemand décide d'abréger sa séance pour éviter une disqualification : alors que l'équipe entière ne tarit pas d'éloges sur Jean Alesi, auteur d'un tour excellent qui le place en septième place, l'Allemand déçoit avec sa 18e position[43]. En course, après un début de course très compliqué, Heidfeld remonte dans le classement et profite des nombreux abandons pour franchir la ligne d'arrivée en huitième position, ce qui constitue le meilleur résultat de l'équipe cette saison, mais Prost n'en tire pas un grand mérite, et comptait sur Alesi, abandonnant sur un problème de transmission pour décrocher quelques points[44]. Au Canada, Heidfeld fracasse une nouvelle fois sa voiture contre le mur d'un circuit qu'il découvre[45]. Parti en fond de grille, l'Allemand effectue un bon départ et se trouve en lutte avec Jenson Button avant d'abandonner à mi-course d'un problème moteur[46].

À Magny-Cours, avec l'arrivée du nouveau moteur Peugeot et des essais très satisfaisants, la déception est grande en qualification pour les pilotes Prost : Heidfeld est 16e, deux places devant son coéquipier Alesi ; l'Allemand avoue qu'il s'attendait à une meilleure séance de qualifications et déclare que la voiture était bien équilibrée[47]. En course, les performances sont meilleures que les courses précédentes mais loin des attentes de Prost, Heidfeld termine douzième, malgré un contact avec Giancarlo Fisichella et, pour la première fois de la saison, les deux voitures voient l'arrivée avec Alesi en quatorzième position[48]. En Autriche, malgré quelques soucis de boîte de vitesses, Nick Heidfeld parvient à se qualifier en treizième position, quatre rangs devant son coéquipier[49]. En course, les deux pilotes se retrouvent roue dans roue au quarante-deuxième tour : Alesi tente alors de doubler son coéquipier, mais les deux voitures s'accrochent et abandonnent[50]. Cet accrochage marque un tournant de la saison chez Prost et prend de grandes proportions. Si Alain Prost « préfère ne rien dire », les deux pilotes se rejettent mutuellement la faute, tandis que Jacques Villeneuve critique vivement le débutant allemand : « Il conduit comme en F3000 quand il envoyait tout le monde dans l'herbe. On ne peut pas accepter ça surtout de la part d'un pilote qui lutte pour la quinzième place. »[50]. Les deux pilotes Prost sont convoqués par la direction de course pour s'expliquer quant à leur accident. Le directeur sportif John Walton, pour défendre ses pilotes, explique que Heidfeld a reçu l'ordre par radio de laisser passer Alesi, plus rapide que lui et devant effectuer un arrêt aux stands mais que la radio était défectueuse. Les commissaires de course ne prennent finalement aucune sanction contre Alesi et Heidfeld[51]. Toutefois, les relations entre les deux équipiers se dégradent car Heidfeld prétend qu'Alesi ne voulait pas le laisser alors qu'il était une demi-seconde plus lent que lui[52], ce que le pilote français dément : « [Heidfeld] est un garçon impertinent et il ne devrait pas être autorisé à parler de moi comme ça. Je l'ai toujours aidé, comme il est normal de le faire entre un pilote expérimenté et un débutant. Il m'avait déjà touché au Grand Prix de France et en Autriche, il est allé plus loin. Et où a-t-il rêvé qu'il était plus rapide que moi d'une demi-seconde ? »[53].

En Allemagne, dans un climat difficile chez Prost[54], mais devant son public et sous des conditions instables, Heidfeld parvient à se qualifier en treizième position, alors qu'Alesi n'est que vingtième, de plus en plus en difficulté avec la Prost AP03, au contraire de son coéquipier[55]. En course, Heidfeld se retrouve seizième, mais profite des abandons successifs de ses concurrents, prenant la dixième place avant d'abandonner au quarantième tour à cause d'un problème électrique mais est toutefois classé douzième pour avoir effectué plus de 90 % de la distance de course[56]. En Hongrie, le pilote allemand se trouve en difficulté avec sa voiture durant les essais et décide de piloter la voiture de réserve en qualifications, ce qui lui permet d'obtenir le 19e temps, espérant qu'il pourra peaufiner les réglages de cette voiture par la suite[57]. En course, avec une voiture « nettement meilleure que pendant toutes les séances d'essais », Heidfeld se hisse en quinzième position, mais doit abandonner lors de son premier arrêt aux stands, ne pouvant plus redémarrer la voiture qui souffrait d'un problème de batterie[58]. En Belgique, alors que les rumeurs sur l'avenir d'Heidfeld et de Prost Grand Prix vont bon train, le pilote allemand parvient à faire abstraction des rumeurs pour signer le quatorzième temps des qualifications[59]. Sur une piste très humide, le pilote Prost parvient à conserver sa position, mais doit abandonner au douzième tour après un problème de boîte de vitesses[60]. Peu après cette nouvelle course compliquée et comme les rumeurs l'annonçaient depuis quelque temps, Nick Heidfeld et Peter Sauber trouvent un accord pour un contrat de trois ans au sein de l'écurie éponyme[61],[62]. Le Grand Prix d'Italie s'annonce compliqué pour l'équipe qui ne s'attend pas à grand-chose : lors des qualifications, les résultats leur donnent raison avec Alesi en dix-neuvième position et Heidfeld juste derrière, ne devançant que les Minardi[63]. Après un terrible carambolage au départ, Heidfeld se retrouve à une surprenante neuvième position mais ne peut pas tenir le résultat : avec un moteur supposé défaillant par le pilote et l'arrière de la voiture très instable, il abandonne après un tête-à-queue, ayant glissé sur une tache d'huile venant du carambolage du départ[64].

Aux États-Unis, sur un nouveau tracé, Heidfeld se montre plutôt à son aise, enchaînant les tours et pointant en milieu de tableau au contraire de son coéquipier qui récolte les problèmes mécaniques[65]. En qualifications, il signe le seizième temps, devant son coéquipier qui accumule les ennuis[66]. Plus compétitive sur la pluie, les Prost AP03 remontent dans le classement : si Alesi abandonne, Heidfeld parvient à terminer neuvième, à un tour du vainqueur : l'Allemand déclare que « c'est bien de terminer une course à nouveau » mais admet qu'il ne peut pas être heureux de ce résultat qui ne lui rapporte aucun point. Le novice explique que l'équilibre de sa voiture s'est dégradé après son second arrêt aux stands et a souffert de sous-virage[67]. Au Japon, Heidfeld termine seizième des qualifications juste devant Jean Alesi : les deux pilotes décrient le manque d'évolutions et de développement de la Prost AP03 en cette fin de saison[68]. En course, Nick Heidfeld stagne dans la deuxième moitié de classement : sa course s'achève prématurément sur un problème de suspension[69]. Pour le dernier Grand Prix de la saison, en Malaisie, Nick Heidfeld se qualifie à une lointaine 19e place, derrière son coéquipier[70]. La course s'achève dès le premier tour pour l'Allemand, à l'issue d'une collision avec Pedro Diniz et Pedro de la Rosa : « Je suis resté coincé entre deux voitures et je n'avais pas de place pour éviter la collision. » déclare-t-il à la fin de la course[71],[72].

Nick Heidfeld rejoint donc l'équipe suisse Sauber en avouant qu'il ne s'attendait pas à ce que sa première année dans la discipline-reine du sport automobile soit « aussi mauvaise »[73]. Il termine 20e du championnat des Pilotes sur 23 engagés, devant son coéquipier Jean Alesi, 22e, avec pour meilleur résultat, une huitième place à Monaco ; l'écurie Prost Grand Prix termine dernière du championnat avec aucun point[74]. Aux essais d'après-saison avec Sauber, Nick Heidfeld se montre à son avantage, pointant en haut de la feuille des temps à plusieurs reprises[75],[76].

Premiers points et premier podium chez Sauber (2001)[modifier | modifier le code]

Passé chez Sauber, une écurie censée être bien plus compétitive que Prost, pour la saison 2001, Nick Heidfeld se montre aux avants-postes lors des essais de pré-saison à plusieurs reprises et établit même le record du tour du circuit du Mugello, l'une des bases de la Scuderia Ferrari[77],[78]. Pour l'ouverture de la saison, en Australie, le pilote allemand sort de la piste en essais libres : Michael Schumacher, en pleine amélioration et surpris par cette sortie, tente d'éviter la Sauber C20 de son compatriote, mais fait un passage par les graviers et fait un tête-à-queue[79]. En qualifications, le pilote Sauber surprend en parvenant à décrocher le dixième temps des qualifications, tandis que son coéquipier débutant Kimi Räikkönen se trouve treizième[80]. En course, Heidfeld profite des abandons d'adversaires bien classés et réalise plusieurs dépassements ce qui lui permet de terminer cinquième et d'accrocher ses premiers points[81]. Toutefois, Sauber se plaint à la direction de course d'un dépassement d'Olivier Panis sur leur pilote allemand, sous les drapeaux jaunes (ce qui est interdit) : le pilote français est pénalisé de 25 secondes et Heidfeld termine quatrième avec trois points, alors que son coéquipier Räikkönen entre dans les points pour sa première course, en sixième position[81]. Onzième aux qualifications du Grand Prix de Malaisie[82], la course s'achève dès le troisième tour pour le pilote allemand : Jacques Villeneuve sort de la piste et emmène avec lui dans les graviers Enrique Bernoldi et Heidfeld, qui doivent tous trois, abandonner[83]. Neuvième des qualifications au Brésil, le pilote allemand réalise une course sage, remontant peu à peu, et profitant des problèmes des Jordan pour passer de la cinquième à la troisième position, décrochant son premier podium en Formule 1, à un tour toutefois de David Coulthard et Michael Schumacher[84],[85]. Devancé par son coéquipier en qualifications, Nick Heidfeld reprend le dessus grâce à un problème de direction pour le Finlandais, mais il échoue à la porte des points, en septième place[86]. En Espagne, malgré des essais libres où les deux Sauber se battent pour les meilleurs temps, elles doivent finalement se contenter en qualifications de la neuvième et de la dixième place[87]. Visant une nouvelle arrivée dans les points[88], il gagne deux places au départ, puis une troisième avec l'abandon de Ralf Schumacher : évoluant en septième position, il parvient à décrocher le point de la sixième place avec l'abandon du leader de la course, Mika Häkkinen dans le dernier tour[87],[89].

En Autriche, Nick Heidfeld réalise sa meilleure qualification avec le sixième meilleur temps[90]. Malheureusement, le pilote Sauber n'a pas le loisir de profiter de sa bonne position, avec un problème d'allumage au départ : forcé de s'élancer de la voie des stands, l'Allemand démarre alors que les autres pilotes ont déjà bouclé deux tours : dans une course dépourvue du moindre intérêt pour lui, il parvient à remonter à la neuvième place, aidé par les multiples abandons[91]. À Monaco, les Sauber pointent dans les dernières places lors des qualifications ; en course, Nick Heidfeld monte sur l'une des roues de l'Arrows A22 de Jos Verstappen et va s'écraser contre les barrières de sécurité[92]. Après deux courses décevantes, Heidfeld veut absolument retrouver les points pour se remettre en confiance[93]. Onzième en qualification, soit quatre rangs derrière son coéquipier[94], Nick Heidfeld voit de nouveau la malchance s'abattre sur lui quand Eddie Irvine tente un dépassement impossible sur le pilote allemand, qui abandonne tout comme le pilote irlandais[95],[96]. Cet accident manque d'avoir des conséquence sur le prochain Grand Prix pour Heidfeld, qui après quelque temps d'incertitudes liées à la condition physique du pilote, est confirmé pour le Grand Prix d'Europe par Peter Sauber, puis par les médecins de la FIA[97],[98]. Qualifié dixième, juste derrière son coéquipier débutant, Heidfeld passe une grande partie de l'épreuve en huitième position, mais percute Jean Alesi en fin de course et doit abandonner peu après, à cause de la transmission, cassée dans l'accident[99]. En France, le pilote Sauber se qualifie en neuvième position, ce qui fait espérer à l'Allemand, des points qui lui échappent depuis quatre courses[100]. À l'issue d'une course sage et maîtrisée, Heidfeld termine sixième de la course, à un tour du vainqueur et juste devant son coéquipier, décrochant le dernier point mis en jeu[101]. En Grande-Bretagne, parti neuvième[102], Nick Heidfeld est en lutte avec Heinz-Harald Frentzen durant une majeure partie de la course pour le point de la sixième place, lutte dont le pilote Sauber sort vainqueur[103]. En Allemagne, après des qualifications satisfaisantes (septième place)[104], Nick Heidfeld, devant son public, est envoyé à l'abandon dans les premiers virages de la course par Pedro de la Rosa qui assume directement son erreur : « Nous faisons tous des erreurs. Aujourd'hui, c'était à mon tour. »[105],[106]. Heidfeld estime, lui, avoir perdu de précieux points, et aussi un possible podium dans cet accident[107].

En Hongrie, malgré quelques « petites erreurs », Heidfeld signe le septième temps des qualifications[108]. Au départ, le pilote allemand évite l'accrochage avec Jarno Trulli de justesse : conservant sa septième position durant une grande partie de la course, il prend la sixième place à son coéquipier Räikkönen à la faveur des arrêts aux stands et prend ensuite un écart conséquent sur le jeune Finlandais pour s'assurer le point de la sixième place[109]. Peu après cette course, les dirigeant de Sauber font part de leur envie de garder Heidfeld et Räikkönen pour la saison 2002[110]. Au Grand Prix de Belgique, après des qualifications difficiles, Heidfeld prend un départ moyen et conserve sa position ; à la suite du grave accident de Luciano Burti, envoyé à 300 km/h vers un mur de pneus, la course est arrêtée, et un deuxième départ est pris : cette fois, Heidfeld est percuté par Jos Verstappen, ce qui l'amène à s'accrocher avec Pedro de la Rosa, qui touche également Juan Pablo Montoya, les quatre pilotes doivent abandonner[111]. Après l'annonce de la retraite de Mika Häkkinen chez McLaren-Mercedes, plusieurs noms sont avancés pour lui succéder dont celui de Nick Heidfeld, ancien pilote essayeur de l'équipe et protégé de Mercedes : finalement, c'est le coéquipier de celui-ci, Kimi Räikkönen, qui est choisi par l'équipe de Ron Dennis, jugé plus talentueux qu'Heidfeld, alors que ce dernier est mieux classé que le Finlandais au championnat[112], ce qui surprend l'Allemand, qui aurait pu être promu chez McLaren mais qui reste donc chez Sauber pour la saison prochaine[113]. En Italie, malgré une prometteuse huitième place en qualifications[114], la Sauber C20 de l'Allemand subit un problème hydraulique au tour de formation et doit s'élancer de la voie des stands : il termine onzième[115]. Aux États-Unis, Heidfeld signe le sixième temps des qualifications, convaincu qu'il aurait pu être cinquième[116]. Compétitif durant tout le week-end, le pilote allemand termine uniquement sixième, alors qu'il s'attendait à un meilleur résultat, la faute notamment à une stratégie manquée et le fait d'avoir été bloqué derrière plusieurs pilotes durant la course[117],[118],[note 1]. Début octobre, Ron Dennis, directeur de McLaren, déclare que Heidfeld pourrait, à l'avenir, rouler dans son équipe, malgré la décision prise de recruter Räikkönen[119]. Aux essais libres du Grand Prix du Japon, le pilote Sauber sort indemne d'un terrible accident, dont son équipe le juge responsable[120]. Dixième des qualifications[121], Heidfeld prend un mauvais départ et perd plusieurs positions ; au cinquième tour, Jean Alesi et Kimi Räikkönen s'accrochent violemment ; Heidfeld, juste derrière, parvient à éviter les roues en perdition et à continuer sa course, assez discrète, qui se terminera en onzième position[122]. À la fin de saison, il est opéré du nez avec succès : le pilote allemand s'était plaint à plusieurs reprises de difficultés pour respirer en même tant que piloter[123].

Avec une voiture bien plus compétitive que l'an passé, Nick Heidfeld se classe huitième du championnat du monde 2001 avec un podium, devant son coéquipier Kimi Räikkönen, pourtant promu chez McLaren ; l'écurie Red Bull Sauber Petronas termine, quant à elle, quatrième du championnat des Constructeurs[124].

Deuxième saison chez Sauber et places d'honneur (2002)[modifier | modifier le code]

Photo de Massa levant le pouce gauche lors du GP des États-Unis 2005
Dès ses premières courses, le prometteur Felipe Massa se montre en lutte avec son coéquipier Heidfeld.

Toujours chez Sauber pour la saison 2002, Nick Heidfeld reçoit un nouveau coéquipier débutant comme la saison précédente, Felipe Massa, tenant du titre en Euro Formule 3000[125]. Avant même les essais de pré-saison, Nick Heidfeld se montre très optimiste concernant la nouvelle Sauber C21[126]. Lors de ces essais, la monoplace suisse confirme les espoirs de son pilote, menant l'Allemand à dominer plusieurs sessions à Barcelone puis à Valence[127],[128], mais qui préfère « garder les pieds sur terre »[129]. Qualifié en dixième position derrière son coéquipier pour le premier Grand Prix de la saison, la course du pilote allemand s'achève dès le premier virage, dans le carambolage impliquant huit voitures, provoqué par Ralf Schumacher et Rubens Barrichello : toutefois, le pilote Sauber se sent en partie responsable de l'accident, dans le fait qu'il n'ait pas pu éviter la Jordan EJ12 de Giancarlo Fisichella alors que c'était possible[130]. En Malaisie, Heidfeld se qualifie en septième position, restant convaincu qu'il pouvait faire mieux après cette qualification « frustrante »[131]. Un bon départ le fait jaillir en cinquième position, qu'il gardera au terme de la course, juste devant son coéquipier Massa, qui marque un point : malgré un tour de retard, cette double entrée dans les points fait renaître de la confiance dans l'équipe suisse, aussi bien du côté de la fiabilité que du côté de la vitesse de la C21[132]. Au Brésil, qualifié en neuvième position[133], lors du warm up[note 2], Heidfeld ne voit pas les drapeaux jaunes, annonçant un accident, il perd le contrôle de sa voiture et fracasse la portière de la voiture médicale qui venait tout juste de s'ouvrir, manquant de peu la tragédie de percuter la personne qui sortait de la voiture[134],[135]. En course, en lutte pour les points, il doit abandonner dans les derniers tours d'un problème de freins[136].

À Imola, Heidfeld se qualifie en septième position, ce qui lui donne pour objectif, des points en course[137]. Toutefois, Heidfeld vit un véritable calvaire en course dans les stands : lors de son premier arrêt, il entre dans la voie des stands mais les mécaniciens ne l'attendaient pas ; trois tours plus tard, il s'arrête normalement ; il est ensuite pénalisé d'un passage par les puits pour excès de vitesse lors de son dernier arrêt, avant de repasser ensuite pour un arrêt normal, ce qui le fait terminer à une dixième place finale[138]. En marge du Grand Prix d'Espagne, le pilote allemand explique qu'il est ouvert à toutes discussion avec des équipes de pointe[139]. En qualifications, le pilote Sauber effectue le huitième temps, ce qui le satisfait pleinement[140]. En course, Heidfeld se trouve en lutte pour les points durant toute l'épreuve et termine quatrième, aidé par les défaillances des Renault R202 dans la dernière partie de course[141]. Alors qu'il dément sa prochaine arrivée chez Toyota[142], le pilote Sauber signe le cinquième temps des qualifications, ce qui constitue sa meilleure performance dans cet exercice[143]. En course, il parvient à se maintenir en cinquième position, mais, à mi-course, le pilote allemand freine trop fort alors que ses freins sont encore trop froids : il perd le contrôle de sa voiture et percute violemment la Jordan de Takuma Satō[144],[145]. Après avoir passé quelques tests pour déterminer leur condition physique à la suite de leur accident, les deux pilotes sont déclarés aptes pour le Grand Prix de Monaco[146]. Toutefois le week-end est très compliqué pour l'Allemand : 17e en qualifications, il finit à deux tours du vainqueur en huitième position, tandis que Jarno Trulli l'accuse d'avoir perdu le podium parce qu'il le bloquait pendant vingt tours[147]. Après des essais libres très difficiles au Canada[148], Heidfeld se rassure en signant le septième temps en qualifications[149]. La course est un désastre pour lui : l'équipe connaît un problème de logiciel, et les limitateurs de vitesse dans les stands ne fonctionnent plus : Heidfeld et Massa sont pénalisés d'un nouveau passage par la voie des stands ; durant sa pénalité, Heidfeld est de nouveau trop rapide et reçoit une pénalité d'un passage obligatoire par les puits additionné à un arrêt de 10 secondes ; une fois ces pénalités effectuées, Heidfeld est douzième[150]. Au Nürburgring, Heidfeld, parti neuvième avec pour objectif de ramener quelques points[151], effectue un départ très moyen qui « gâche [s]a course » selon lui ; il termine finalement septième, à la porte des points, derrière son coéquipier Felipe Massa[152].

Photographie en gros plan d'un homme brun, souriant, vu de face.
Heinz-Harald Frentzen devient l'équipier de Nick Heidfeld le temps du Grand Prix des États-Unis 2002, remplaçant Felipe Massa, pénalisé pour ses actions dangereuses en course.

À Silverstone, Nick Heidfeld signe le dixième temps, gêné selon lui et son écurie par Juan Pablo Montoya lors de son tour rapide[153]. Au terme d'une course compliquée à cause d'une Sauber C21 relativement lente mais de plusieurs batailles dans le peloton avec d'autres pilotes, le pilote allemand termine sixième, décrochant le dernier point mis en jeu[154]. En France, Heidfeld, heureux de s'être qualifié dixième[155], termine à la porte des points, handicapé durant toute la course par des problèmes électroniques[156]. En marge de son Grand Prix national, Heidfeld déclare qu'il est plus que probable qu'il reste chez Sauber pour la saison 2003[157]. Le lendemain, c'est Peter Sauber qui dit que le pilote allemand devait toujours évoluer sous les couleurs de l'équipe suisse, conformément au contrat de trois ans signé par les deux parties fin 2000[158]. Dixième des qualifications, Heidfeld bénéficie des consignes d'équipe qui suggèrent à Massa de « faire la bonne chose », ce qui voulait dire de laisser passer son coéquipier, qui était plus rapide que lui : toutefois, en fin de course, les rapports s'inversent mais Sauber ne donne pas de consigne au pilote allemand qui conserve le point de la sixième position[159],[160]. En Hongrie, le pilote allemand vit un week-end assez mitigé avec un mauvais départ qui lui fait perdre plusieurs positions, et n'atteint le neuvième rang que grâce aux déboires de Juan Pablo Montoya et Jenson Button[161]. En accord avec ce qu'il disait précédemment, Peter Sauber confirme officiellement Heidfeld en tant que titulaire, avec pour coéquipier l'expérimenté Heinz-Harald Frentzen qui remplace le fougueux Felipe Massa[162]. En Belgique, les Sauber sont distancées de leurs adversaires et ne devancent que les modestes Minardi en qualifications[163]. La course n'est pas meilleure et Heidfeld termine dixième sur douze pilotes classés, dominé globalement par son coéquipier qui abandonne sur un problème moteur[164]. En Italie, les Sauber sont encore en fond de grille avec Heidfeld en quinzième position, derrière Massa[165]. Au départ, Heidfeld gagne quatre places et évolue en huitième place par la suite ; malheureusement, une mauvais stratégie à deux arrêts le fait reculer à la dixième place, perdant ainsi ses derniers espoirs de bien figurer[166]. Aux États-Unis, Sauber décide de remplacer Massa, pénalisé de dix places à la suite d'un accident, par Heinz-Harald Frentzen qui pilotera pour l'équipe la saison prochaine[167]. Dans une course sans histoires et anonyme, Heidfeld, parti dixième, termine cette course au neuvième rang, à un tour du vainqueur, et un d'avance sur son coéquipier qui prend ses marques au sein de l'écurie[168]. Au Japon, parti douzième[169], le pilote allemand profite des abandons pour se classer septième sur dix, au volant d'une Sauber C21 qui ne reçoit plus d'évolutions, et qui perd du terrain comparé à ses rivales[170].

Nick Heidfeld termine la saison 2002 à la 10e place du championnat des Pilotes, avec quasiment le double de points que son équipier Felipe Massa, 14e ; Red Bull Sauber Petronas se classe cinquième chez les Constructeurs[171].

Dernière saison chez Sauber sur la pente descendante (2003)[modifier | modifier le code]

Photographie d'une monoplace de Formule 1 bleu foncé, blanche, vert clair, vue de trois-quarts, exposée.
La Sauber C22 de Nick Heidfeld et Heinz-Harald Frentzen de la 2003.

Conservé par Sauber pour une troisième saison consécutive, Nick Heidfeld a pour coéquipier l'un des pilotes les plus expérimentés du plateau, son compatriote Heinz-Harald Frentzen, avec qui il partagera le volant des deux Sauber C22, qui est étrennée pour la première fois en essais par le premier nommé[172]. Aux essais de pré-saison, l'Allemand fait partie de ces pilotes qui critiquent ouvertement le nouveau système HANS, créé pour prévenir un traumatisme du rachis cervical, dit « coup du lapin », en cas de choc frontal violent, avec lequel il dit « ne pas pouvoir piloter »[173]. En Australie, discrète aux essais de pré-saison, la Sauber surprend agréablement en qualifications avec la quatrième place de Frentzen et la septième d'Heidfeld[174]. Malgré un bon début de course, l'Allemand se trouve en difficulté quand il doit piloter une voiture chargée en essence ; il doit finalement abandonner d'un problème de suspension[175],[176]. Sixième en qualifications du Grand Prix de Malaisie et confiant quant à ses chances de bien figurer en course[177], le pilote Sauber réalise un très bon départ et se retrouve troisième ; à son premier arrêt aux stands, son moteur cale et il perd de précieuses secondes ; après une remontée au sein du peloton, Heidfeld termine à la huitième place et décroche le premier point de la saison pour lui et son équipe[note 3], même s'il aurait pu en décrocher plus sans son problème aux stands[178]. Au Brésil, le Grand Prix du pilote allemand se résume à huit tours de course, avant qu'un problème moteur cause son abandon[179]. À Saint-Marin, Heidfeld signe le onzième temps des qualifications avec la voiture de rechange[180]. Neuvième après le premier tour et en lutte pour les points avec Olivier Panis et Jenson Button, c'est finalement ce dernier qui devance ses adversaires grâce à une meilleure stratégie dans les stands[181].

En Espagne, après des qualifications compliquées, l'Allemand se trouve de nouveau en lutte pour les points, mais est pénalisé en fin de course pour avoir ignoré les drapeaux bleus : Heidfeld, selon lui, ne voyait pas les drapeaux bleus, c'est seulement lorsque son écurie lui indique qu'il doit laisser passer Cristiano da Matta qu'il le fait, mais les commissaires ont déjà pris leur décision, qui gâchera la course du pilote Sauber[182],[183]. En Autriche, Heidfeld réalise sa meilleure performance en qualifications, avec le quatrième temps[184]. Prudent quant à ses chances de podium[185], il effectue un mauvais départ et pointe à la cinquième position ; il est ensuite handicapé par des problèmes moteur de plus en plus important, qui le forceront finalement à mettre pied en fin de course[186]. À Monaco, jamais dans le rythme, il termine la course à une lointaine onzième place, à deux tours du vainqueur[187]. Au Canada, Heidfeld s'attend à un bon résultat en course s'il pleut, comme durant les essais libres dans lesquels la Sauber C22 était parmi les plus compétitives[188]. Elle n'arrive finalement pas et l'Allemand passe la course dans le ventre mou du peloton, ne voyant même pas le terme du Grand Prix, après un nouveau problème moteur, ce qui l'agace fortement[189]. Peu après, le pilote allemand déclare qu'il « évalue ses différentes options pour 2004 »[190]. Au Nürburgring, Heidfeld signe le dernier temps des qualifications, à quatorze secondes de l'homme de tête, après un tête-à-queue causé par un problème mécanique[191]. En course, obligé à une grande remontée depuis la voie des stands, le pilote allemand parvient à se frayer un chemin parmi les autres concurrents après plusieurs batailles musclées pour finalement parvenir à inscrire un point inespéré, en huitième position[192],[193]. En France, les Sauber ne sont jamais en lutte pour les points et Heidfeld termine treizième de l'épreuve, après une course très discrète[194].

Photograhie de deux Formule 1, vues de derrières, sur une grille de départ, avec une foule de personnes autour.
Nick Heidfeld, sur la grille de départ du Grand Prix de Hongrie 2003.

En Grande-Bretagne, le pilote allemand vit un véritable calvaire : très lent, il subit également une crevaison, et termine 17e de la course, dernier pilote à avoir fini la course, à deux tours du vainqueur[195]. Le Grand Prix d'Allemagne est assez similaire : Heidfeld est en difficulté avec sa voiture et termine à deux tours du vainqueur, en dixième place[196]. Alors que des rumeurs l'envoient Jordan en 2004[197], Heidfeld signe le onzième temps des qualifications, et reste confiant quant à ses chances de réaliser une bonne course[198]. En bataille avec Michael Schumacher pour la huitième place, il doit s'incliner contre son compatriote, mais constate néanmoins les progrès de la C22, tout en déclarant qu'il aurait pu finir dans les points[199],[200]. Concernant sa place en Formule 1 pour la saison prochaine, Heidfeld estime qu'il y a peu de chances qu'il fasse une quatrième saison consécutive chez Sauber[201] ; de son côté, Ron Dennis, directeur de McLaren, déclare que le pilote allemand n'est pas une option pour son équipe[202]. En Italie, il termine également en neuvième position, et estime avoir perdu sa place dans les points dans sa bataille avec le débutant hongrois Zsolt Baumgartner[203]. Aux États-Unis, dans des conditions changeantes, les Sauber se trouvent aux avants-postes : Heinz-Harald Frentzen décroche l'unique podium de la saison de l'équipe, tandis que Heidfeld termine cinquième[204]. Malgré ce beau résultat collectif de l'équipe, les deux pilotes allemands confirment tous deux leur départ de l'équipe[205]. Au Japon, au terme d'une course sans histoires passée dans le ventre mou du peloton, il termine neuvième de la dernière course de la saison[206].

Nick Heidfeld se classe finalement 14e du championnat Pilotes de la saison 2003, derrière son coéquipier Heinz-Harald Frentzen, 11e avec plus du double de points que son coéquipier ; Red Bull Sauber Petronas, aidé par le résultat du Grand Prix des États-Unis, se classe sixième chez les Constructeurs[207]. Pour la première fois de sa carrière en Formule 1, Heidfeld n'est pas assuré de son avenir avant la fin de l'année. En fin d'année, il participe aux essais d'après-saison avec Jordan Grand Prix qui met une option sur lui, sans toutefois encore le signer pour la saison 2004[208]. Il signe un pré-contrat avec Jordan en décembre[209].

Passage compliqué chez Jordan (2004)[modifier | modifier le code]

Fin janvier, comme il était pressenti depuis plusieurs mois, Nick Heidfeld trouve refuge chez Jordan Grand Prix, une équipe alors sur la pente descendante et en proie à quelques soucis financiers[210]. Même s'il se fait relativement discret lors des essais de pré-saison, le pilote allemand se montre satisfait du comportement de la nouvelle Jordan EJ14[211]. À Melbourne, les problèmes s'accumulent sur la monoplace irlandaise et Heidfeld est frustré par son manque de temps en piste[212]. Quinzième des qualifications, le pilote Jordan garde espoir quant à ses chances de remontée[213]. En course, en plus d'abandonner sur un problème d'embrayage, l'Allemand percute deux mécaniciens lors de son arrêt aux stands, qui en sortent quasiment indemnes[214]. Quinzième en qualifications à Sepang, le pilote Jordan espère uniquement voir l'arrivée de la course[215]. Toutefois, un problème de boîte de vitesse à mi-course forcera le pilote allemand à l'abandon, qui se satisfait du rythme affiché en course par sa monoplace[216]. À Bahreïn, Heidfeld doit s'élancer du fond de grille, après un changement de moteur[217]. Il passe la course entière dans le fond de grille, ne dépassant jamais la quinzième place, et devançant d'un tour son jeune équipier Giorgio Pantano[218]. Battu par son coéquipier en qualifications à Imola[219], le pilote allemand vit une course difficile et doit abandonner à quelques tours de l'arrivée d'un problème de transmission[220]. Alors qu'Eddie Jordan recommande ouvertement son pilote allemand à BMW-Williams pour la saison 2005[221], Heidfeld, lui, doit abandonner au Grand Prix d'Espagne, après un problème d'hydraulique vers le cap de la mi-course[222].

Photographie d'une Formule 1 jaune, vue de trois-quarts, près d'un vibreur.
Nick Heidfeld au volant de sa Jordan EJ14 au Grand Prix du Canada.

À Monaco, après des qualifications compliquées[223], Heidfeld est aidé par les multiples abandons (dix pilotes seulement terminent la course), et, au terme d'une course sage et maîtrisée, termine septième, décrochant ses premiers points de la saison[224]. Au Nürburgring, en difficulté avec la voiture dans les virages dans les essais[225], le pilote Jordan signe le treizième temps et ambition une nouvelle arrivée dans les points[226]. En lutte pour les points durant la course, la stratégie à trois arrêts de l'équipe irlandaise fait finir le pilote allemand à la dixième place, encouragé par le rythme en course de sa monoplace[227]. Au Canada, Heidfeld reçoit un nouveau coéquipier, l'ancien pilote de réserve Timo Glock, qui remplace Pantano, encombré avec ses ennuis financiers[228]. Quinzième en qualifications[229], Nick Heidfeld perd beaucoup de temps lors de son premier ravitaillement dans lequel il repart alors que la pompe à essence est toujours branchée à la voiture[230]. Douzième à l'arrivée, le pilote Jordan décroche un point inespéré après les disqualifications des Williams et des Toyota dus à leurs freins illégaux ; le pilote germanique grimpe de quatre rangs et monte en huitième place, et engrange le troisième point de la saison pour lui, alors que le débutant Glock monte à la septième place[230]. Aux États-Unis, en difficulté avec sa voiture[231], le pilote allemand se distingue par la défense de sa position face à des pilotes bien plus rapides : il doit toutefois abandonner en fin de course d'un problème moteur[232].

Photographie d'une monoplace jaune vue de profil, dans son ensemble, sur un circuit.
Nick Heidfeld au Grand Prix de Belgique.

Le Grand Prix de France est catastrophique pour le pilote allemand, qui termine à une lointaine seizième place devant son équipier Giorgio Pantano, de retour, à deux tours du vainqueur[233]. En Grande-Bretagne, handicapé par un problème à l'aileron avant, dû à un contact en début de course, le pilote Jordan termine quinzième[234]. Heidfeld, en colère après des derniers résultats mauvais, déclare : « La Jordan est trop lente »[235]. Des rumeurs apparaissent dans les médias et annoncent la prochaine arrivée du pilote allemand chez BMW-Williams, en remplacement de Marc Gené dès le Grand Prix d'Allemagne[236],[237]. C'est finalement Antônio Pizzonia qui remplace le pilote espagnol[238]. Pour sa course à domicile, le pilote Jordan ne devance que les modestes Minardi en qualifications, mais veut croire en ses chances pour la course[239]. En course, il subit des problèmes d'équilibre de la voiture puis, de direction, qui forcent finalement Heidfeld à prendre la décision d'abandonner, la situation devenant trop dangereuse[240]. En Hongrie, après une course passée loin des meneurs, le pilote allemand, qui veut rester positif en soulignant les quelques bons points de la voiture, termine la course en douzième position, à deux tours du vainqueur[241]. En Belgique, malgré un accrochage avec Antônio Pizzonia qui lui fait perdre un certain temps, Nick Heidfeld parvient à terminer la course, mais à quatre tours du vainqueur, sur l'un des circuits les plus longs de la saison[242].

Après avoir rencontré des problèmes de moteur lors des essais du Grand Prix d'Italie, le pilote allemand reçoit une pénalité pour changement de moteur et décide de s'élancer depuis les stands[243]. En course, Heidfeld ne parvient pas à remonter le peloton et est même percuté par Felipe Massa : les deux pilotes perdent un certain temps dans l'affaire et le pilote Jordan termine quatorzième de l'épreuve[244]. En Chine, alors que Giorgio Pantano est débarqué par l'écurie irlandaise, faute de bons résultats et de garanties financières suffisantes, et remplacé par Timo Glock[245], Heidfeld, ravi d'éviter les dernières positions, signe le quinzième temps des qualifications[246]. En course, dans le plus grand anonymat, les Jordan finissent treizième et quinzième, avec Heidfeld dominant son jeune coéquipier[247]. Au Japon, malgré un manque d'adhérence sur l'arrière de la voiture en début de course, quelques problèmes électroniques, l'enclenchement du limitateur de vitesse en pleine course pendant quelques secondes, le pilote allemand, treizième, est plutôt satisfait compte tenu du manque d'essais sur ce circuit[248]. Au Brésil, comme lors des courses précédentes, la Jordan est distancée par ses adversaires ; Heidfeld voit sa course s'achever prématurément dès le quinzième tour sur un problème d'embrayage[249].

Nick Heidfeld, au volant d'une voiture moins compétitive que les années précédentes, termine 18e du championnat des Pilotes, devant son coéquipier Timo Glock, 19e en n'ayant fait que quatre courses, et son autre coéquipier Giorgio Pantano, non classé ; Jordan Ford se classe à la neuvième et pénultième place du championnat des Constructeurs, ne devançant que la modeste Scuderia Minardi[250]. Après avoir émis à plusieurs reprises son envie de quitter l'écurie Jordan, sur la pente descendante, Heidfeld réalise les tests d'après-saison avec BMW-Williams, aux côtés d'Anthony Davidson[251]. Alors qu'il accumule les performances en essais avec Williams, pointant à plusieurs reprises en tête des sessions, le pilote allemand agrandit ses chances d'être titulaire pour la saison 2005[252], mais reste en concurrence avec Antônio Pizzonia[253].

Dans le giron BMW (2005-2010)[modifier | modifier le code]

Nick Heidfeld lors des essais du Grand Prix des États-Unis 2005 sur Williams-BMW.

À deux mois du début de saison, Nick Heidfeld est toujours en lutte avec Antônio Pizzonia pour un poste de pilote titulaire chez BMW-Williams[254]. Après une nouvelle performance sur le circuit de Jerez, le pilote allemand fait un pas important vers son but[255]. Après les dernières séances d'essais, l'ancien pilote Jordan déclare : « J'ai fait tout ce que j'ai pu. »[256]. Finalement, fin janvier, BMW-Williams, quatrième l'an passé, tranche en faveur du pilote allemand[257], qui déclare que ce poste chez l'écurie britannique représente une « grande chance » pour lui de montrer pleinement ce dont il est capable[258].

À ce stade, Williams-BMW représente la plus belle opportunité de sa carrière mais il ne dispose pas, comme il l'imaginait, d'une monture capable de viser la victoire. Le châssis n'est en effet pas une grande réussite et les désaccords de plus en plus profonds entre Williams et BMW ne tardent pas à tirer l'ensemble de l'équipe vers le bas. Après un début de saison marqué notamment par une seconde place au GP de Monaco, performance qu'il réédite au GP d'Europe après avoir signé la pole position, Heidfeld retombe progressivement dans l'anonymat, non sans avoir la satisfaction de régulièrement prendre le meilleur en course sur son coéquipier Mark Webber, plus rapide que lui en qualifications. Sa saison s'arrête prématurément en raison d'un gros crash lors d'essais privés à Monza, puis d'une blessure à l'épaule après un accident de vélo.

Particulièrement apprécié par BMW, il rejoint en 2006 les rangs de la nouvelle écurie BMW Sauber F1 Team, fruit du rachat de Sauber par BMW. Plus performant que son coéquipier Jacques Villeneuve, il confirme sa solidité en ramenant régulièrement des points à son employeur et termine neuvième du classement pilotes avec 23 points.

Nick Heidfeld au Grand Prix de Turquie 2009.

2007 s'annonce sous de meilleurs auspices car Nick Heidfeld commence par une série de trois quatrièmes places consécutives lors des premiers Grand Prix de la saison. Il parvient à monter deux fois sur le podium (second au Canada et troisième en Hongrie) et réalise la meilleure saison de sa carrière. Il finit cinquième avec 61 points.

Il est logiquement reconduit pour 2008 chez le constructeur allemand. Cette fois il est battu sur l'ensemble de la saison par son coéquipier Robert Kubica, avec une différence de 15 points entre les deux pilotes au classement final. Toutefois les progrès du constructeur allemand lui permettent de signer de bons résultats : il finit à quatre reprises à la deuxième position, finissant sixième du championnat. Mais le déficit de performance de l'écurie en 2009 ne lui permet pas de réitérer ces résultats.

Mercedes Grand Prix puis BMW Sauber F1 Team (2010)[modifier | modifier le code]

Nick Heidfeld lors des essais du Grand Prix du Japon sur BMW Sauber.

Le 4 février 2010, il est annoncé comme pilote de réserve chez Mercedes Grand Prix. L'équipe possède donc un trio de pilotes allemands avec Michael Schumacher et Nico Rosberg. Le 26 mars 2010, il est élu président du Grand Prix Drivers' Association, l'association des pilotes de Formule 1 et succède à Pedro de la Rosa, désormais titulaire chez BMW Sauber F1 Team.

En août 2010, Mercedes Grand Prix le libère de son contrat et il s'engage avec le manufacturier Pirelli, nouveau manufacturier exclusif de la Formule 1 à compter de la saison 2011, pour assurer le développement de ses pneumatiques[259].

Le 14 septembre 2010, Peter Sauber annonce le remplacement de Pedro de la Rosa par Nick Heidfeld à compter du Grand Prix de Singapour, le contrat est signé le 17 septembre[260]. Pirelli recrute alors le français Romain Grosjean pour le remplacer[261].

Heidfeld dispute les cinq derniers Grands Prix de la saison et inscrits six points qui lui permettent de se classer dix-huitième du championnat, sans pour autant conserver son baquet chez Sauber pour la saison suivante.

Demi-saison chez Renault (2011)[modifier | modifier le code]

Nick Heidfeld termine sur le podium du Grand Prix de Malaisie.

À la suite de l'accident de Robert Kubica lors d'un rallye quelques semaines avant le début de la saison[262], il est appelé par l'écurie Renault pour participer à une séance d'essais à Jerez, le 12 février 2011, lors de laquelle il signe le meilleur temps. Le 16 février, il est confirmé au poste de titulaire par Lotus-Renault pour pallier l'absence de Kubica[263].

Pour son retour en course, Heidfeld rate ses qualifications à cause d'une gêne provoquée par Michael Schumacher, se qualifiant dix-huitième, et se classe douzième de la course[264]. Lors de la course suivante, sixième des qualifications, il passe en deuxième position derrière son compatriote Sebastian Vettel dès le départ et se maintient dans les premières positions durant toute la course. Il profite de l'accrochage entre Fernando Alonso et Lewis Hamilton pour prendre la troisième place du Grand Prix[265], signant son premier podium depuis le Grand Prix de Malaisie 2009.

En Chine, il se qualifie encore derrière Petrov, en seizième position, et termine douzième. En Turquie, il se classe septième puis termine huitième en Espagne après être parti dernier à la suite d'un souci mécanique. À Monaco, il se qualifie quinzième et profite de différents faits de course impliquant les pilotes placés devant lui pour terminer huitième. Au Canada, victime d'un accrochage avec Kamui Kobayashi alors qu'il était cinquième, il abandonne pour la première fois de l'année. Lors du Grand Prix d'Europe, il termine dixième avant de marquer les quatre points de la huitième place en Grande-Bretagne. Il abandonne à domicile et en Hongrie. Jugé en retrait face à son coéquipier Vitaly Petrov pourtant moins expérimenté, bien que le devançant au championnat pilote, l'Allemand est qualifié de déception par Éric Boullier et est remplacé par Bruno Senna à partir du Grand Prix de Belgique[266],[267].

Reconversion en endurance (depuis 2012)[modifier | modifier le code]

Une saison d'apprentissage (2012)[modifier | modifier le code]

Comme des rumeurs l'annonçaient depuis plusieurs semaines, Nick Heidfeld se reconvertit en endurance, avec Rebellion Racing, équipe privée avec laquelle il a signé un contrat pour les trois premières manches du championnat du monde d'endurance FIA 2012[268],[269]. Nick Heidfeld n'est pas un novice total en endurance, puisqu'il a déjà participé aux 24 Heures du Mans en 1999 avec Mercedes : « Depuis que j’ai couru au Mans en 1999, j’ai toujours su que je voulais revenir vers les courses d’endurance. »[268].

Pour sa première épreuve, lors des 12 Heures de Sebring, Heidfeld réalise le septième temps en qualifications, dans une séance où il est percuté par Loïc Duval et Marcel Fässler[270]. En course, la Lola B12/60 d'Heidfeld, de Nicolas Prost et Neel Jani parvient à évoluer en troisième position, avant qu'un problème mécanique ne survienne à une heure du terme de l'épreuve, les forçant à terminer au-delà de la trentième place finale[271]. Venu aux 6 Heures de Spa-Francorchamps avec la ferme intention de confirmer le potentiel entrevu à Sebring[272] et avec de nombreuses évolutions sur la voiture, testées à Valence[273], l'équipage no 12 du pilote allemand termine cinquième derrière les Audi qui font un quadruplé en tête, au termine d'une course animée par de nombreuses batailles pour les pilotes Rebellion : « C’était une très bonne course ! Nous avons eu des combats amusants et agréables. La gestion du trafic est l’une des particularités de la discipline et je dois apprendre afin de m’améliorer »[274].

Photographie d'un prototype d'endurance noir et or, vu de trois-quarts, avec le numéro 12 sur son flanc.
La Lola B12/60 de Nick Heidfeld lors des 24 Heures du Mans 2012.

Lors des 24 Heures du Mans, dans les huit premières positions dès le départ, l'équipage no 12 profite de l’abandon des deux Toyota, et elles parviennent à s’intercaler entre les quatre Audi, après la sortie de piste de la no 3. Après avoir tenu cette position durant toute la nuit, la Lola résiste vainement face au retour de la Audi, qui sort de nouveau à quelques heures de la fin : les derniers tours du Circuit des 24 Heures se résument à une bataille serrée entre les deux prototypes, à l'avantage final de l'équipage de Nicolas Prost, Neel Jani et Nick Heidfeld[275]. Rebellion Racing réalise l'une de ses plus belles performances dans la classique mancelle avec la quatrième place finale, obtenu grâce à l'équipage de Heidfeld et à la fiabilité de la Lola B12/60, en comparaison aux problèmes accumulés chez Toyota Racing, s'intercalant ainsi entre les quatre Audi et terminant première voiture à essence[276].

Nick Heidfeld, arrête alors sa saison d'endurance vu que son contrat valable pour les trois premières courses, est arrivée à terme, mais reste en contact avec l'équipe suisse ; lors de la deuxième moitié de l'année, il fait plusieurs piges comme en Porsche Supercup[277], et surtout en Australie, dans le cadre du Gold Coast 600 du championnat des V8 Supercars, qui accueille d'autres anciens pilotes de Formule 1 comme Rubens Barrichello[278]. Malgré une très bonne course du pilote allemand, son coéquipier expérimenté David Reynolds, avec qui il partage la voiture, percute un adversaire lors d'un dépassement trop audacieux et doit abandonner[279],[280]. La même année, il participe également aux 24 Heures du Nürburgring, au volant d'une McLaren MP4-12C[281], mais doit abandonner au 24e tour sur 155[282].

Endurance à temps plein avec Rebellion[modifier | modifier le code]

En 2013, l'équipage Heidfeld-Prost-Jani est reconduit au 24 Heures du Mans et gagne la course du Petit Le Mans. Aux 24 Heures du Mans 2014, il termine de nouveau quatrième avec l'équipe Rebellion Racing, avec Nicolas Prost et Mathias Beche. Ils remportent le trophée Pilotes Teams privés LMP1.

Retour en monoplace avec la Formule E (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

Débuts malchanceux avec Venturi (2014-2015)[modifier | modifier le code]

En 2014, Nick Heidfeld, toujours engagé en endurance, s'engage avec Venturi Grand Prix pour disputer le Championnat de Formule E FIA de monoplaces électriques aux côtés de Stéphane Sarrazin[283]. Pour son tout premier jour au volant d'une Formule E, tout comme les autres pilotes, Heidfeld finit quinzième sur vingt des premiers essais, réalisés à Donington Park[284].

Lors de la manche inaugurale du championnat et de la saison 2014-2015, à Pékin, Heidfeld parvient à se trouver en lutte pour la victoire avec Nicolas Prost, son équipier en WEC : au dernier virage de la course, le pilote allemand tente de dépasser le Français, qui se décale, propulsant en l'air la Venturi, qui finit sa course en tonneaux : malgré ce spectaculaire accident, les deux pilotes sont indemnes[285],[286]. Pour le pilote allemand, cette première course « était génial[e]. […] Ça a mieux marché que je ne le pensais au niveau de l'économie d'énergie. C'était très fun, jusqu'au dernier virage… »[287]. Lors de la deuxième course, à Putrajaya, Heidfeld, déjà touché par Matthew Brabham, doit de nouveau abandonner à cause d'un pilote français, Franck Montagny, qui le pousse légèrement vers le mur après un dépassement osé : « On sait tous que Montagny est un peu fou » déclare le pilote Venturi à l'issue de la course[288].

« Je ne souhaite pas dire qu'il ne s'agit que de manque de chance. Je pense que si les autres voient ça en se disant que c'est OK, il s'agit d'une excuse trop facile sur laquelle se reposer. Il faut toujours progresser soi-même, et faire progresser l'auto. »

— Nick Heidfeld, après les deux premières courses de la saison 2014-2015 de Formule E terminées par deux abandons dus à des accrochages.

Photographie d'une monoplace de Formule E noire, dans les stands, sous un grand ciel bleu.
Nick Heidfeld à l'ePrix de Punta del Este, sur sa Venturi Grand Prix en décembre 2014.

À Punta del Este, le pilote Venturi, malgré deux pénalités en course, voit l'arrivée de l'épreuve uruguayenne en dixième position, décrochant ainsi son premier point[289]. À Buenos Aires, Nick Heidfeld se trouve en lutte pour la victoire, et mène la course, avant de recevoir une pénalité pour une vitesse trop élevée dans la voie des stands, rétrogradant à la huitième place finale, laissant António Félix da Costa filer vers la première place[290],[291]. À Miami, parti du fond de grille à cause d'une pénalité, le pilote allemand ne peut décrocher les points (12e), malgré, selon lui, « avoir fait son maximum » en course[292]. À Long Beach, l'ancien pilote de Formule 1 termine à la porte des points, en onzième position, devancé d'une seconde par son coéquipier Stéphane Sarrazin[293]. À Monaco, le pilote allemand retrouve le chemin des points avec une dixième place finale, sur treize pilotes classés[294]. Pour sa course à domicile, à Berlin, Heidfeld se montre aux avants-postes, en lutte pour le podium, mais un mauvais arrêt aux stands le relègue à une cinquième place finale[295]. À Moscou, Heidfeld manque de peu le podium, en se classant quatrième ; plus tard, Sébastien Buemi est pénalisé de 29 secondes, et laisse au pilote allemand sa troisième place, accordant un premier podium à lui-même et l'écurie Venturi Grand Prix[296],[297]. Lors de la manche finale à deux courses de Londres, le pilote allemand est en difficulté, terminant treizième lors de la première course[298], puis abandonnant lors de la deuxième[299].

Ayant participé à toutes les courses de la saison 2014-2015, Heidfeld termine douzième du classement Pilotes avec un podium ; et Venturi Grand Prix, avant-dernier[300].

Deuxième saison avec Mahindra (2015-2016)[modifier | modifier le code]

En discussion avec plusieurs équipes du plateau de Formule pour la saison 2015-2016, il arrête les discussions pour une deuxième saison avec Venturi[301]. Juste avant les essais de pré-saison, il signe avec Mahindra Racing, huitième de la saison précédente, et a pour coéquipier Bruno Senna, déjà dans l'équipe la saison précédente, remplaçant ainsi l'Indien Karun Chandhok[302]. Lors des essais de pré-saison, Mahindra et Heidfeld se montrent comme de potentiels outsiders pour le championnat, se montrant quelque fois aux avants-postes sur le tracé de Donington Park[303].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Nick Heidfeld réside en Suisse avec sa compagne Patricia avec laquelle il a eu trois enfants : Juni, née en juillet 2005, Joda, né en juillet 2007 et Justus, né en août 2010. Le frère de Nick, Sven Heidfeld, est également pilote automobile.

Résultats en compétition automobile[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats en formules de promotion[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique par saison de la carrière de Nick Heidfeld en karting
Saison Compétition Équipe Classement
1990 Ligue de Rhénanie-du-Nord-Westphalie Club de Kerpen-Mannheim Vainqueur
1991 Trophée ADAC ADAC Junior 3e
1992 Championnat d'Allemagne junior ADAC Junior 5e
1993 Championnat du monde ADAC Junior -
Tableau synthétique par saison de la carrière de Nick Heidfeld en formules de promotion de monoplace
Saison Compétition Équipe Courses Victoires Pole positions Podiums Meilleurs tours Points inscrits Classement
1994 Championnat d'Allemagne de Formule Ford 1 600 cm³ Eifelland Racing 9 8  ?  ?  ?  ? Champion
1995 Championnat d'Allemagne de Formule Ford 1 800 cm³ ADAC Nordrhein Junior Team  ? 4  ?  ?  ? 346 Champion
Championnat d'Allemagne de Formule Ford ADAC Nordrhein Junior Team  ? 2  ?  ?  ? 169 2e
1996 Grand Prix de Monaco de Formule 3 Opel Team BSR 21e
Grand Prix automobile de Macao Opel Team BSR 6e (Pole position)
Masters de Formule 3 Opel Team BSR 3e
Championnat d'Allemagne de Formule 3 Opel Team BSR 15 3 3 6 6 138 3e
1997 100 Miles d'Hockenheim Opel Team BSR Vainqueur
Grand Prix de Monaco de Formule 3 Opel Team BSR Vainqueur
Masters de Formule 3 Opel Team BSR 7e
Championnat d'Allemagne de Formule 3 Opel Team BSR 18 5 5 11 7 224 Champion
1998 Championnat intercontinental de Formule 3000 McLaren Junior Team 12 3 2 7 3 58 2e
 Formule 1  McLaren Racing Pilote d'essais
1999 Championnat intercontinental de Formule 3000 McLaren Junior Team (West) 10 4 4 7 6 58 Champion
Formule 1 McLaren Racing Pilote d'essais
Prost Grand Prix

Résultats en Championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Nick Heidfeld au volant de la BMW Sauber F1.06 lors d'une séance d'essais libres du GP de Monaco 2006
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Victoires Pole positions Meilleurs tours Podiums Abandons Points inscrits Classement
2000 Drapeau : France Gauloises Prost Peugeot AP03 Peugeot V10 Bridgestone 17 0 0 0 0 11 0 20e
2001 Drapeau : Suisse Red Bull Sauber Petronas C20 Petronas V10 Bridgestone 17 0 0 0 1 6 12 8e
2002 Drapeau : Suisse Sauber Petronas C21 Petronas V10 Bridgestone 17 0 0 0 0 3 7 10e
2003 Drapeau : Suisse Sauber Petronas C22 Petronas V10 Bridgestone 16 0 0 0 0 4 6 14e
2004 Drapeau : Irlande Jordan Ford EJ14 Ford V10 Bridgestone 18 0 0 0 0 7 3 18e
2005 Drapeau : Royaume-Uni BMW Williams F1 Team FW27 BMW V10 Michelin 15 0 1 0 3 5 27 11e
2006 Drapeau : Allemagne BMW Sauber F1 Team F1.06 BMW V8 Michelin 18 0 0 0 1 4 23 9e
2007 Drapeau : Allemagne BMW Sauber F1 Team F1.07 BMW V8 Bridgestone 17 0 0 0 2 3 61 5e
2008 Drapeau : Allemagne BMW Sauber F1 Team F1.08 BMW V8 Bridgestone 18 0 0 2 4 0 60 6e
2009 Drapeau : Allemagne BMW Sauber F1 Team F1.09 BMW V8 Bridgestone 17 0 0 0 1 2 19 13e
2010 Drapeau : Suisse BMW Sauber F1 Team C29 Ferrari V8 Bridgestone 5 0 0 0 0 1 6 18e
2011 Drapeau : Royaume-Uni Lotus Renault GP R31 Renault V8 Pirelli 11 0 0 0 1 3 34 11e

Résultats aux 24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats de Nick Heidfeld aux 24 Heures du Mans
Saison Écurie Voiture Coéquipiers Classe Tours Pos. Class. Pos.
1999 Drapeau : Allemagne AMG-Mercedes Mercedes-Benz CLR-Mercedes Drapeau : France Christophe Bouchut
Drapeau : Royaume-Uni Peter Dumbreck
LMGTP 75 39e 6e
2012 Drapeau : Suisse Rebellion Racing Lola B12/60-Toyota Drapeau : France Nicolas Prost
Drapeau : Suisse Neel Jani
LMP1 367 4e  4e
2013 Drapeau : Suisse Rebellion Racing Lola B12/60-Toyota Drapeau : France Nicolas Prost
Drapeau : Suisse Neel Jani
LMP1 275 39e 7e
2014 Drapeau : Suisse Rebellion Racing Rebellion R-One-Toyota Drapeau : France Nicolas Prost
Drapeau : Suisse Mathias Beche
LMP1-L 360 4e Vainqueur
2015 Drapeau : Suisse Rebellion Racing Rebellion R-One-AER Drapeau : France Nicolas Prost
Drapeau : Suisse Mathias Beche
LMP1 330 23e 10e

Résultats en Championnat du monde d'endurance FIA[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats de Nick Heidfeld en WEC
Saison Écurie Voiture Courses Victoires Pole positions Meilleurs tours Podiums Points inscrits Classement
2012 Drapeau : Suisse Rebellion Racing Lola B12/60 3 0 0 0 1 42,5 14e
2013 Drapeau : Suisse Rebellion Racing Lola B12/60 5 0 0 0 1 48 8e
2014 Drapeau : Suisse Rebellion Racing Rebellion R-One 8 0 0 0 0 64,5 10e
2015 Drapeau : Suisse Rebellion Racing Rebellion R-One 1 0 0 0 0 0 21e*

* Saison en cours

Résultats en Championnat de Formule E FIA[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats de Nick Heidfeld en Formule E
Saison Écurie Châssis Pneus ePrix disputés Poles positions Victoires Podiums Meilleurs tours Points inscrits Classement
2014-2015 Drapeau : Monaco Venturi Formula E Spark-Renault M 11 0 0 1 0  31 12e
2015-2016 Drapeau : Inde Mahindra Racing Spark-Mahindra M 0 0 0 0 0 0 e

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Initialement sixième, Nick Heidfeld grimpe à la cinquième position de la course à la suite de la disqualification de Jarno Trulli, quatrième. Toutefois, quatre semaines plus tard, l'écurie Jordan Grand Prix remporte son appel et réhabilité le pilote italien à sa quatrième place, et Heidfeld redescend à la sixième position.
  2. Jusqu'en 2003, un warm up (échauffement), précédait le Grand Prix pour ainsi permettre aux équipes d'affiner leurs réglages en vue du Grand Prix. Il durait 30 minutes, le dimanche matin, le jour du Grand Prix.
  3. À partir de la saison 2003, le barème de points est modifié. Avant cette année, les six premiers obtenaient des points. Après la modification du barème, les huit premiers de la course reçoivent des points.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Who's who ? Nick Heidfeld », sur f1fanatic.co.uk (consulté le 24 juillet 2015)
  2. a, b et c (en) « Nick Heidfeld », sur memim.com (consulté le 24 juillet 2015)
  3. a, b, c et d (es) « Nick Heidfeld, biograpgia y trayectroria, pilotos Formula 1 », sur arpem.com (consulté le 24 juillet 2015)
  4. a, b, c, d et e « Nick Heifeld », sur formula11.chez.com (consulté le 24 juillet 2015)
  5. a et b (en) « Atlas F1 News Service : Biography Nick Heidfeld (GER) », sur athlasf1.com (consulté le 24 juillet 2015)
  6. (en) « German Formula Ford 1800 Championship 1995 - National :: Schedule and Standings », sur motorsport-archive.com (consulté le 25 juillet 2015)
  7. (en) « German Formula 3 Championship 1996 :: Schedule and Standings », sur motorsport-archive.com (consulté le 25 juillet 2015)
  8. (de) Stefan Ördenal, « MARLBORO MASTERS » [PDF], sur formel3guide.com (consulté le 25 juillet 2015)
  9. (de) Stefan Ördenal, « 100 MEILEN VON HOCKENHEIM » [PDF], sur formel3guide.com (consulté le 25 juillet 2015)
  10. (de) Stefan Ördenal, « GRAND PRIX DE MONACO F3 » [PDF], sur formel3guide.com (consulté le 25 juillet 2015)
  11. (en) « German Formula 3 Championship 1997 :: Schedule and Standings », sur motorsport-archive.com (consulté le 25 juillet 2015)
  12. a et b (en) « Drivers : Nick Heidfeld », sur grandprix.com (consulté le 25 juillet 2015)
  13. (en) « FIA Formula 3000 Int. Championship - Season 1998 », sur speedsport-magazine.com (consulté le 26 juillet 2015)
  14. (en) « Heidfeld caps McLaren's perfect day », sur autosport.com,‎ 1er mai 1999 (consulté le 26 juillet 2015)
  15. (en) « Rodriguez takes advantage of Heidfeld penalty to win », sur autosport.com,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  16. (en) « Two out of three for Heidfeld », sur autosport.com,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  17. « 24 Heures du Mans - 1999 Essais qualificatifs, Warmup / Qualify, Warmup », sur chbastin.free.fr (consulté le 27 juillet 2015)
  18. Lionel Froissart, « 24 heures du mans. Les favoris Mercedes et Toyota victimes d'accidents. BMW vainqueur par K.O. », sur liberation.fr,‎ (consulté le 27 juillet 2015)
  19. (en) « Heidfeld hopes for F1 seat in 2000 », sur autosport.com,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  20. (en) « Heidfeld in sight of record after win », sur autosport.com,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  21. (en) « Talks underway between Jordan and Heidfeld », sur autosport.com,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  22. (en) « Heidfeld set to replace Hill », sur autosport.com,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  23. (en) « Hill: The final chapter has begun », sur autosport.com,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  24. (en) « Heidfeld close to title joy », sur autosport.com,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  25. (en) « Heidfeld takes F3000 crown », sur autosport.com,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  26. (en) « Heidfeld tests for the Prost team », sur autosport.com,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  27. (en) « Heidfeld signs for Prost », sur autosport.com,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  28. (en) « FIA Formula 3000 Int. Championship - Season 1999 », sur speedsport-magazine.com (consulté le 26 juillet 2015)
  29. (en) « New kid on the grid », sur research-racing.de (consulté le 26 juillet 2015)
  30. (en) « Heidfeld flies in Jerez testing », sur autosport.com,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  31. (en) « February Test Times Analysis », sur atlasf1.com (consulté le 29 janvier 2012)
  32. (en) « Heidfeld worried about AP03 », sur gpupdate.net (consulté le 28 février 2012)
  33. (en) « Grand Prix results : Australian GP, 2000 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  34. (en) « Grand Prix results : Brazilian GP, 2000 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  35. (en) « Grand Prix results : San Marino GP, 2000 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  36. (en) « Grand Prix results : British GP, 2000 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 27 juillet 2015)
  37. (en) « De la Rosa relegated and reinstated after fuel infringement », sur gpupdate.net (consulté le 21 avril 2012)
  38. (en) « Grand Prix results : Spanish GP, 2000 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 27 juillet 2015)
  39. « Qualifications du Grand Prix d'Europe 2000 », sur statsf1.com (consulté le 22 avril 2012)
  40. (en) « Heidfeld disqualified from Euro GP », sur autosport.com,‎ (consulté le 27 juillet 2015)
  41. (en) « Prost admit fault for Heidfeld DQ », sur gpupdate.net (consulté le 22 avril 2012)
  42. (en) « Cause for jubilation at Prost », sur gpupdate.net (consulté le 23 avril 2012)
  43. (en) « Prost delighted with Alesi qualifying », sur gpupdate.net (consulté le 23 avril 2012)
  44. (en) « Grand Prix results : Monaco GP, 2000 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 27 juillet 2015)
  45. (en) « "Déjà vu" for Prost at Canada », sur gpupadte.net (consulté le 24 avril 2012)
  46. « Grand Prix du Canada 2000 : Tour par tour », sur statsf1.com (consulté le 28 avril 2012)
  47. (en) « Not the home Grand Prix Prost wished for », sur gpupdate.net (consulté le 19 mai 2012)
  48. (en) « Grand Prix results : French GP, 2000 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 27 juillet 2015)
  49. (en) « Prost 'relatively happy' after Qualifying », sur gpupdate.net (consulté le 20 mai 2012)
  50. a et b « L'incroyable accident des Prost », sur leparisien.fr (consulté le 20 mai 2012)
  51. « Nouveau KO pour Prost GP », sur autodeclics.com (consulté le 21 mai 2012)
  52. (en) « Relations between Alesi, Heidfeld not improving », sur sportsillustrated.cnn.com (consulté le 22 mai 2012)
  53. (en) « Alesi lambastes team mate », sur gpupdate.com (consulté le 22 mai 2012)
  54. (en) « Heidfeld Worried About Future at Prost », sur autosport.com,‎ (consulté le 27 juillet 2015)
  55. (en) « Prost tee up key strategy », sur gpupdate.net (consulté le 14 juin 2012)
  56. (en) « Grand Prix results : German GP, 2000 », sur grandprix.com,‎ 30juillet 2000 (consulté le 27 juillet 2015)
  57. (en) « Prost pleased with improved performance », sur gpupdate.net (consulté le 18 juin 2012)
  58. (en) « Prost 'really disappointed' with race », sur gpupdate.net (consulté le 19 juin 2012)
  59. (en) « Prost hoped for better », sur gpupdate.net (consulté le 24 juin 2012)
  60. (en) « Prost encouraged by Alesi pace », sur gpupdate.net (consulté le 25 juin 2012)
  61. (en) « Heidfeld signs for Sauber », sur gpupdate.net (consulté le 25 juin 2012)
  62. (en) « Heidfeld signs for Sauber », sur autosport.com,‎ (consulté le 27 juillet 2015)
  63. « Qualifications du Grand Prix d'Italie 2000 », sur statsf1.com (consulté le 28 juin 2012)
  64. (en) « Prost look to America for encouragement », sur gpupdate.net (consulté le 28 juin 2012)
  65. (en) « Engine problems continue to plague Prost », sur gpupdate.net (consulté le 29 juin 2012)
  66. (en) « Prost hope for rainy race day », sur gpupdate.net (consulté le 30 juin 2012)
  67. (en) « Prost team not satisfied with results yet », sur gpupdate.net (consulté le 30 juin 2012)
  68. (en) « Prost team not happy with achieved results », sur gpupdate.net (consulté le 2 juillet 2012)
  69. (en) « Grand Prix results : Japanese GP, 2000 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 27 juillet 2015)
  70. « Qualifications du Grand Prix de Malaisie 2000 », sur statsf1.com (consulté le 3 juillet 2012)
  71. (en) « Race result mirrors season performance for Prost », sur gpupdate.net (consulté le 3 juillet 2012)
  72. (en) « Heidfeld's nightmare season ends early », sur autosport.com,‎ (consulté le 27 juillet 2015)
  73. (en) « This year has been terrible - Heidfeld », sur gpupdate.net (consulté le 3 juillet 2012)
  74. « 2000 Classement en Championnat du Monde », sur statsf1.com (consulté le 27 juillet 2015)
  75. (en) « Heidfeld Quickest on Second Day of Barcelona Testing », sur autosport.com,‎ (consulté le 27 juillet 2015)
  76. (en) « Heidfeld Continues on Top in Barcelona (Morning Session) », sur autosport.com,‎ (consulté le 27 juillet 2015)
  77. (en) « Heidfeld Fastest at Barcelona - Day Seven », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  78. (en) « Heidfeld Sets New Record at Mugello », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  79. (en) « Heidfeld Sends Out Yellows for Schumacher », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  80. « Qualifications du Grand Prix d'Australie 2001 », sur statsf1.com (consulté le 28 juillet 2015)
  81. a et b (en) « Grand Prix results : Australian GP, 2001 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  82. « Qualifications du Grand Prix de Malaisie 2001 », sur statsf1.com (consulté le 28 juillet 2015)
  83. (en) « Grand Prix results : Malaysian GP, 2001 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  84. (en) « Grand Prix results : Brazilian GP, 2001 », sur grandprix.com,‎ 1er avril 2001 (consulté le 28 juillet 2015)
  85. (en) « Heidfeld takes his first ever podium », sur autosport.com,‎ 1er avril 2001 (consulté le 28 juillet 2015)
  86. (en) « Grand Prix results : San Marino GP, 2001 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  87. a et b (en) « Grand Prix results : Spanish GP, 2001 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  88. (en) « Heidfeld Looking for More Points in Spain », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  89. (en) « Heidfeld Happy with Third Points Finish », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  90. (en) « Impressive Heidfeld Outqualifies Both McLarens », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  91. (en) « Grand Prix results : Austrian GP, 2001 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  92. (en) « Grand Prix results : Monaco GP, 2001 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  93. (en) « Heidfeld Looking to Get Back on Track », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  94. « Qualifications du Grand Prix du Canada 2001 », sur statsf1.com (consulté le 28 juillet 2015)
  95. (en) « Grand Prix results : Canadian GP, 2001 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  96. (en) « Heidfeld blames Irvine for accident », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  97. (en) « Heidfeld to Race at European GP, Say Sauber », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  98. (en) « Heidfeld given green light to race », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  99. (en) « Grand Prix results : European GP, 2001 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  100. (en) « Heidfeld Confident after Promising Qualifying », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  101. (en) « Heidfeld Returns to the Points to Keep Sauber Fourth », sur autosport.com,‎ 1er juillet 2001 (consulté le 28 juillet 2015)
  102. « Qualifications du Grand Prix de Grande-Bretagne 2001 », sur statsf1.com (consulté le 28 juillet 2015)
  103. (en) « Grand Prix results : British GP, 2001 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  104. « Qualifications du Grand Prix d'Allemagne 2001 », sur statsf1.com (consulté le 28 juillet 2015)
  105. (en) « Grand Prix results : German GP, 2001 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  106. (en) « De la Rosa Accepts Blame for Incident with Heidfeld », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  107. (en) « Heidfeld Blames de la Rosa for Missing Podium », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  108. (en) « Heidfeld Happy Despite Small Errors », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  109. (en) « Heidfeld Shines Again Despite Early Problems », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  110. (en) « Sauber Determined to Keep Räikkönen and Heidfeld », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  111. (en) « Grand Prix results : Belgian GP, 2001 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  112. (en) « Raikkonen replaces Hakkinen for 2002 », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  113. (en) « Heidfeld surprised McLaren took Kimi », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  114. « Qualifications du Grand Prix d'Italie 2001 », sur statsf1.com (consulté le 28 juillet 2015)
  115. (en) « Grand Prix results : Italian GP, 2001 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  116. (en) « Delighted Heidfeld Sorry to Miss Out on Fifth Place », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  117. (en) « Satisfied Heidfeld Excepted more », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  118. « Classement du Grand Prix des États-Unis 2001 », sur statsf1.com (consulté le 28 juillet 2015)
  119. (en) « Ron : Heidfeld may still get McLaren shot », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  120. (en) « Heidfeld Uninjured after Heavy Stunt », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  121. (en) « Happy Heidfeld Surprised by Top Ten Spot », sur autosport.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  122. (en) « Grand Prix results : Japanese GP, 2001 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  123. (en) « F1 » Heidfeld nose a man that can... », sur crash.net,‎ (consulté le 28 juillet 2015)
  124. « 2001 Classement en Championnat du Monde », sur statsf1.com (consulté le 27 juillet 2015)
  125. (en) « Sauber Delighted with Heidfeld and Massa », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  126. (en) « Heidfeld upbeat over new Sauber », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  127. (en) « Barcelona, day 4 : Heidfeld on top », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  128. (en) « Heidfeld Tops the Times at Valencia - Day Two », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  129. (en) « Heidfeld keeps his feet on ground », sur autosport.com,‎ 1er février 2002 (consulté le 29 juillet 2015)
  130. (en) « Heidfeld Accepts Blame for Start Accident », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  131. (en) « Heidfeld Happy Despite 'Frustrating' Qualifying », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  132. (en) « Grand Prix results : Malaysian GP, 2002 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  133. (en) « Heidfeld Delighted with Top Ten Spot », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  134. (en) « Heidfeld Hits Safety Car in Warm Up Drama », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  135. (en) Alan Henry, « Medical car crash close to tragedy », sur theguardian.com, São Paulo,‎ 1er avril 2002 (consulté le 29 juillet 2015)
  136. (en) « Grand Prix results : Brazilian GP, 2002 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  137. (en) « Delighted Heidfeld Confident of Scoring Points », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  138. (en) « Heidfeld explains four-stopper », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  139. (en) « Heidfeld Open for Talks with Top Teams », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  140. (en) « Heidfeld Satisfied with Top Ten position », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  141. (en) « Grand Prix results : Spanish GP, 2002 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  142. (en) « Heidfeld denies Toyota rumours », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  143. (en) « Heidfeld Happy with Third Row Spot », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  144. (en) « Grand Prix results : Austrian GP, 2002 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  145. (en) « Thankful Heidfeld Admits Driving Error », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  146. (en) « Sato and Heidfeld pass fitness tests », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  147. (en) « Trulli Blames Heidfeld for Missing Podium », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  148. (en) « Heidfeld Remains Calm Despite Low Position », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  149. (en) « Sauber Encouraged by Heidfeld's Performance », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  150. (en) « Grand Prix results : Canadian GP, 2002 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  151. (en) « Heidfeld aiming for home score draw », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  152. (en) « Grand Prix results : European GP, 2002 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  153. (en) « Heidfeld blasts Montoya », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  154. (en) « Heidfeld with Hard-Earned Point », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  155. (en) « Heidfeld Delighted with Top Ten Position », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  156. (en) « Grand Prix results : French GP, 2002 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  157. (en) « Heidfeld Says Likely to Stay at Sauber in 2003 », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  158. (en) « Sauber Says Heidfeld is Staying in 2003 », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  159. (en) « Grand Prix results : German GP, 2002 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  160. (en) « Heidfeld Pleased with point in Home Race », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  161. « Classement tour par tour du Grand Prix de Hongrie 2002 », sur statsf1.com (consulté le 29 juillet 2015)
  162. (en) « Sauber Signs Frentzen and Heidfeld for 2003 », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  163. « Qualifications du Grand Prix de Belgique 2002 », sur statsf1.com (consulté le 29 juillet 2015)
  164. (en) « Grand Prix results : Belgian GP, 2002 », sur grandprix.com,‎ 1er septembre 2002 (consulté le 29 juillet 2015)
  165. « Qualifications du Grand Prix d'Italie 2002 », sur statsf1.com (consulté le 29 juillet 2015)
  166. (en) « Grand Prix results : Italian GP, 2002 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  167. (en) « Sauber Confirm : Frentzen to Race in the US GP », sur autosport.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  168. (en) « Grand Prix results : United States GP, 2002 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  169. « Qualifications du Grand Prix du Japon 2002 », sur statsf1.com (consulté le 29 juillet 2015)
  170. (en) « Grand Prix results : Japanese GP, 2002 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  171. « 2002 Classement en championnat du monde », sur statsf1.com (consulté le 29 juillet 2015)
  172. (en) « Heidfeld debuts 2003 Sauber », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  173. (en) « Heidfeld Says He Cannot Race with HANS », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  174. « Qualifications du Grand Prix d'Australie 2003 », sur statsf1.com (consulté le 30 juillet 2015)
  175. (en) « Grand Prix results : Australian GP, 2003 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  176. (en) « Heidfeld blames clash for suspension failure », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  177. (en) « Heidfeld Confident of Strong Race », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  178. (en) « Grand Prix results : Malaysian GP, 2003 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  179. (en) « Grand Prix results : Brazilian GP, 2003 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  180. (en) « Spare Car Switch Pays Off for Heidfeld », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  181. (en) « Grand Prix results : San Marino GP, 2003 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  182. (en) « Heidfeld Rues Costly Penalty », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  183. (en) « Grand Prix results : Spanish GP, 2003 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  184. (en) « Heidfeld Delighted with best Ever Position », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  185. (en) « Heidfeld Plays Down Podium Chances », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  186. (en) « Heidfeld Regrets Lost Opportunity », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  187. (en) « Grand Prix results : Monaco GP, 2003 », sur grandprix.com,‎ 1er juin 2003 (consulté le 30 juillet 2015)
  188. (en) « Heidfeld hopes that showers will continue », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  189. (en) « Heidfeld upset over another engine failure », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  190. (en) « Heidfeld Weighing His Options for 2004 », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  191. (en) « Mechanical Problem to Blame for Heidfeld's spin », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  192. (en) « Heidfeld Delighted with Points Finish », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  193. (en) « Grand Prix results : European GP, 2003 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  194. (en) « Grand Prix results : French GP, 2003 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  195. (en) « Grand Prix results : British GP, 2003 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  196. (en) « Grand Prix results : German GP, 2003 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  197. (en) « Heidfeld linked to Jordan for 2004 », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  198. (en) « Heidfeld Optimistic of Strong Race », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  199. (en) « Heidfeld Sorry to miss Out on points Finish », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  200. (en) « Grand Prix results : Hungarian GP, 2003 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  201. (en) « Heidfeld Down of Chances of Staying at Sauber », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  202. (en) « Dennis : McLaren not future option for Heidfeld », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  203. (en) « Heidfeld Unhappy with Baumgartner », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  204. (en) « Grand Prix results : United States GP, 2003 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  205. (en) « Heidfeld Confirms Sauber Exit », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  206. (en) « Grand Prix results : Japanese GP, 2003 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  207. « 2003 Classement en Championnat du monde », sur statsf1.com (consulté le 30 juillet 2015)
  208. (en) « Heidfeld to Test for Jordan Next Week », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  209. (en) « Heidfeld Signs Preliminary Agreement with Jordan », sur autosport.com,‎ 1er décembre 2003 (consulté le 30 juillet 2015)
  210. (en) « Jordan Sign Heidfeld for 2004 Season », sur autosport.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  211. (en) « Heidfeld content with EJ14 », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  212. (en) « Heidfeld Frustrated by Lack of Track Time », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  213. (en) « Heidfeld Hopeful of Strong Race », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  214. (en) « Heidfeld shock at pit drama », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  215. (en) « Heidfeld Hoping for Race Finish », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  216. (en) « Heidfeld happy with race pace », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  217. (en) « Heidfeld Penalised after Engine Change », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  218. « Classement tour par tour du Grand Prix de Bahreïn 2004 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  219. (en) « Pantano Positive after Outqualifying Heidfeld », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  220. « Classement du Grand Prix de Bahreïn 2004 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  221. (en) « Jordan Urges Williams to Sign Heidfeld », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  222. (en) « Grand Prix results : Spanish GP, 2004 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  223. (en) « Heidfeld Pleased with Qualifying Effort », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  224. (en) « Grand Prix results : Monaco GP, 2004 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  225. (en) « Heidfeld Unhappy with Car's Handling », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  226. (en) « Heidfeld Hopes for Points Finish », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  227. (en) « Heidfeld Encourages by Jordan's Race Pace », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  228. « Glock remplace Pantano », sur eurosport.fr,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  229. « Qualifications du Grand Prix du Canada 2004 », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  230. a et b (en) « Grand Prix results : Canadian GP, 2004 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  231. (en) « Heidfeld Still Struggling with Car's Balance », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  232. (en) « Heidfeld Sorry to Miss Out on Points », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  233. (en) « Grand Prix results : French GP, 2004 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  234. (en) « Grand Prix results : British GP, 2004 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  235. (en) « Heidfeld : Jordan Just Too Slow », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  236. (en) « Heidfeld could replace Gene », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  237. (en) « F1 » Heidfeld to see out season at Williams? », sur crash.net (consulté le 31 juillet 2015)
  238. (en) « Williams Confirm Pizzonia for German GP », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  239. (en) « Heidfeld Hoping for Strong Home Race », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  240. (en) « Grand Prix results : German GP, 2004 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  241. (en) « Heidfeld Stays Positive Despite No Points », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  242. (en) « Grand Prix results : Belgian GP, 2004 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  243. (en) « Heidfeld to be Penalised after Engine Change », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  244. (en) « Grand Prix results : Italian GP, 2004 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  245. « Glock remplace Pantano », sur rds.ca,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  246. (en) « Heidfeld Pleased to Escape Final Rows », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  247. (en) « Grand Prix results : Chinese GP, 2004 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  248. (en) « Heidfeld Satisfied Despite Troubled Race », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  249. (en) « Heidfeld Laments Early Exit », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  250. « 2004 Classement en Championnat du Monde », sur statsf1.com (consulté le 31 juillet 2015)
  251. (en) « Davidson and Heidfeld Confirmed for Williams Test », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  252. (en) « Heidfeld Hopeful of Landing Williams Seat », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  253. (en) Alan Baldwin, « Heidfeld, Pizzonia Set for Face-Off », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  254. (en) « Williams Still Torn Betwwen Pizzonia and Heidfeld », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  255. (en) « Race for Williams Seat Heats Up as Heidfeld Takes Lead », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  256. (en) « Heidfeld : I did all I could », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  257. (en) « Heidfeld Lands Second Williams Seat », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  258. (en) « Heidfeld Enjoying "Big Chance" at Williams », sur autosport.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  259. Heidfeld avec Pirelli
  260. (en) Heidfeld remplace de la Rosa à partir du GP de Singapour, sur sauber-motorsport.com, consulté le 15 septembre 2010
  261. Pirelli recrute Grosjean
  262. http://www.sports.fr/cmc/f1/201105/kubica-gravement-blesse-en-rallye_332476.html?sitemap sports.fr
  263. Nick heilfeld confirmé par Lotus Renault GP en 2011, sur lotusrenaultgp.com, consulté le 17 février 2011
  264. « Boullier félicite Petrov », sur eurosport.fr (consulté le 10 avril 2011)
  265. « Vettel a compté sur lui », sur eurosport.fr (consulté le 10 avril 2011)
  266. Olivier Ferret, « Officiel : Senna remplace Heidfeld à Spa », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ (consulté le 24 août 2011)
  267. « Bruno Senna nouveau pilote titulaire de Lotus Renault GP », sur lotusrenaultgp.com,‎ (consulté le 24 août 2011)
  268. a et b Geoffroy Barre, « Nick Heidfeld rejoint Rebellion Racing pour le début de la saison WEC », sur endurance-magazine.fr,‎ 1er février 2012 (consulté le 29 août 2015)
  269. (en) « Former F1 Driver Nick Heidfeld Joins Rebellion Racing », sur motorsport.com,‎ (consulté le 29 août 2015)
  270. Gilles Gaignault, « 12 HEURES DE SEBRING : AUDI MONOPOLISE LES MEILLEURS TEMPS MAIS GARE… », sur autonewsinfo.com,‎ (consulté le 29 août 2015)
  271. Céline Bonardel, « Des débuts prometteurs pour Rebellion Racing à Sebring », sur 24h-lemans.com,‎ (consulté le 29 août 2015)
  272. « WEC / 6 Heures de Spa - Rebellion veut titiller Audi » [PDF], sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 29 août 2015)
  273. Céline Bonardel, « Rebellion Racing découvre ses nouvelles Lola-Toyota en Espagne », sur fiawec.com,‎ (consulté le 29 août 2015)
  274. Geoffroy Barre, « 6 Heures de Spa 2012 : Rebellion mène la chasse derrière Audi », sur endurance-magazine.fr,‎ (consulté le 29 août 2015)
  275. « Rebellion Racing s'intercale entre les Audi », sur 24h-lemans.com,‎ (consulté le 29 août 2015)
  276. « MEDIA INFORMATION », sur rebellion-racing.com, Le Mans,‎ (consulté le 29 août 2015)
  277. Céline Bonardel, « Nick Heidfeld fait une pige en Porsche Supercup », sur fawec.com,‎ (consulté le 29 août 2015)
  278. (en) « Heidfeld looking forward to V8 Supercars challenge », sur speedcafe.com,‎ (consulté le 29 août 2015)
  279. « Whincup and Boudais win dramatic Gold Coast 600 », sur motorsport.com,‎ (consulté le 29 août 2015)
  280. (en) « Armor All Gold Coast 600 Results », sur v8sglobal.com,‎ (consulté le 29 août 2015)
  281. Peter Sowl, « 24 HEURES DU NURBURGRING : NICK HEIDFELD et KLAUS LUDWIG SUR MCLAREN », sur autonewsinfo.com,‎ (consulté le 29 août 2015)
  282. (de) « 40. ADAC Zurich 24h Rennen Official Result RACE » [PDF], sur 24h-rennen.de,‎ (consulté le 29 août 2015)
  283. Pierre Tassel, « Formule E - Stéphane Sarrazin et Nick Heidfeld avec Team Venturi », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 27 août 2015)
  284. « Formule E - Buemi en tête des premiers essais estivaux », sur ToileF1.com,‎ (consulté le 27 août 2015)
  285. (en) « Formula E opens with spectacular crash involving Nick Heidfeld and Nicolas Prost as Lucas di Grassi claims win », sur The Telegraph,‎ (consulté le 19 septembre 2014)
  286. « Formule E - Drame au dernier tour pour Nicolas Prost et Nick Heidfeld », sur ToileF1.com,‎ (consulté le 27 août 2015)
  287. « Formule E - Heidfeld : "Très fun jusqu'au dernier virage" », sur ToileF1.com,‎ (consulté le 27 août 2015)
  288. « Heidfeld - On sait tous que Montagny est un peu fou », sur ToileF1.com,‎ (consulté le 27 août 2015)
  289. Jacques-Armand Dupuis, « Formula E – Buemi s'impose en Uruguay, Vergne abandonne », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 14 décembre 2014)
  290. « EPrix de Buenos-Aires, une pénalité annihile la victoire de Nick Heidfeld à deux tours de l'arrivée. », sur venturi.fr,‎ (consulté le 28 août 2015)
  291. « Formule E - Antonio Felix Da Costa vainqueur à Buenos Aires », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 5 avril 2015)
  292. Norman Fischer, « Nick Heidfeld: Nächster Rückschlag in Miami », sur motorsport-total.com,‎ (consulté le 28 août 2015)
  293. Vincent Lalanne-Sicaud, « FE - Piquet s'impose, Vergne deuxième », sur sportauto.fr,‎ (consulté le 28 août 2015)
  294. (en) « FIA Formula E Championship Round 7 - Monaco ePrix » [PDF], sur fiaformulae.alkamelsystems.com,‎ (consulté le 28 août 2015)
  295. (de) « Formel E in Berlin: Heidfeld verpasst Podest bei d'Ambrosio-Erfolg », sur spiegel.de,‎ (consulté le 28 août 2015)
  296. Kelly Vargin, « Premier podium en Formula E pour l'écurie monégasque Venturi », sur radio-monaco.com,‎ (consulté le 28 août 2015)
  297. Clément Sellier, « ePrix Moscou - Course : Piquet l'emporte avec brio », sur motorsinside.com,‎ (consulté le 17 juin 2015)
  298. (en) « FIA Formula E Championship Round 10 - London ePrix » [PDF], sur fiaformulae.alkamelsystems.com,‎ (consulté le 28 août 2015)
  299. (en) « FIA Formula E Championship Round 11 - London ePrix » [PDF], sur fiaformulae.alkamelsystems.com,‎ (consulté le 28 août 2015)
  300. (en) « Point standings: FIA Formula E Championship - Season 2014-2015 », sur speedsport-magazine.com (consulté le 28 août 2015)
  301. Guillaume Navarro, « Jacques Villeneuve proche d'un contrat Formule E avec Venturi? », sur motorsport.com,‎ (consulté le 7 août 2015)
  302. Jacques-Armand Dupuis, « Formule E – Nick Heidfeld rejoint Mahindra Racing », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 10 août 2051)
  303. Sam Smith et Benjamin Vinel, « Abt et Renault e.dams favoris après les essais Formule E », sur motorsport.com,‎ (consulté le 26 août 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :