Ego Perron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perron.
Ego Perron
Ego perron 2012.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (52 ans)
AosteVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Ego Perron, né le à Aoste, est un homme politique italien, de la Vallée d'Aoste. Il est président de l'Union valdôtaine de 2008 à 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'abord conseiller municipal à Fénis, Ego Perron devient secrétaire du mouvement politique Jeunesse valdôtaine en 1988. Élu conseiller régional en 1993, il est réélu en 1998 et 2003. De 1994 à 1998, il est secrétaire puis, de 2002 à 2008, président du Conseil de la Vallée.

En 2008, il est candidat à la Chambre des députés, mais n'obtient que 37,84 % des voix et est battu par le député sortant, Robert Nicco qui le devance avec 39,12 %. Après trois mandats consécutifs au Conseil de la Vallée (maximum autorisé au sein de l'UV), il se place à la disposition de l'UV pour d'autres mandats.

Le , il est élu président de l'Union valôtaine avec une large majorité. Il occupe cette fonction jusqu'au , date à laquelle il est remplacé par Ennio Pastoret.

Le , il redevient membre du Conseil de la Vallée, où il est président de la 1re Commission permanente - Institutions et autonomie.

Le , il est nommé au gouvernement de la Vallée dirigé par Auguste Rollandin comme assesseur au budget, aux finances et au patrimoine. Il quitte le gouvernement lors de la démission de Rollandin en mars 2017 à la suite d'une motion de censure. Le 13 octobre suivant, il retrouve le même poste dans la junte de gouvernement dirigée par Laurent Viérin, mais dès le 10 novembre, il donne sa démission à la suite de sa condamnation à 3 ans d'emprisonnement pour l'affaire Coopérative de crédit valdôtaine[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2003, il reçoit le prix plaque d'argent pour la Terre, inspiré de la campagne mondiale de la Charte de la Terre[2].

En 2005, il reçoit la médaille d'or de l'association « La Renaissance française » pour son engagement en faveur des relations transfrontalières[3]. En octobre de la même année, il est fait grand officier de l'ordre de la Pléiade pour son engagement en faveur de la francophonie[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Bcc, Perron condannato a 3 anni », ANSA.it,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2017)
  2. (it) « Il presidente del Consiglio della Valle Ego Perron riceverà il premio “Targa d'argento per la Terra 2003” », Site du Conseil de la Vallée d'Aoste, 8 novembre 2003.
  3. « Le président du Conseil a reçu une médaille d'or pour son engagement dans les relations transfrontalières », Site du Conseil de la Vallée d'Aoste, 27 septembre 2005.
  4. « Le président du Conseil régional Ego Perron a été décoré grand officier de l'ordre de la Pléiade », Site du Conseil de la Vallée d'Aoste, octobre 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :