Antonio Fosson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Antoine Fosson)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Antonio Fosson
Illustration.
Antonio Fosson
Fonctions
Président de la Vallée d'Aoste

(1 an et 6 jours)
Prédécesseur Nicoletta Spelgatti
Successeur Renzo Testolin
Président du Conseil de la Vallée d'Aoste

(5 mois et 14 jours)
Prédécesseur Joël Farcoz
Successeur Emily Rini
Assesseur de la santé et des politiques sociales du gouvernement de la Vallée d'Aoste

(2 ans, 10 mois et 30 jours)
Prédécesseur Auguste Rollandin (intérim)
Successeur Laurent Viérin

(4 ans, 11 mois et 22 jours)
Prédécesseur Robert Vicquéry
Successeur Albert Lanièce
Sénateur de la République italienne

(4 ans, 10 mois et 13 jours)
Législature XVIe
Prédécesseur Charles Perrin
Successeur Albert Lanièce
Biographie
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Ivrée (Piémont, Italie)
Nationalité Italienne
Parti politique Union valdôtaine (avant 2016)
Pour notre vallée (depuis 2016)
Profession Médecin

Antonio Fosson (souvent francisé en Antoine Fosson[1], en raison du bilinguisme officiel en vigueur en Vallée d'Aoste), né le à Ivrée, est un médecin et un homme politique italien, membre de l'Union valdôtaine (UV) puis de Pour notre vallée (PNV). Il est président de la Vallée d'Aoste du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire d'Ayas, Antonio Fosson est élu conseiller régional le et est nommé assesseur de la santé et des politiques sociales dans les gouvernements dirigées par Charles Perrin, puis Lucien Caveri.

Lors des élections générales italiennes de 2008, il est élu sénateur sur la liste Vallée d'Aoste Autonomie Progrès Fédéralisme soutenue par l'Union valdôtaine.

Il fait partie de la 12e commission permanente pour l'hygiène et la santé, ainsi que de la commission parlementaire pour les questions régionales.

Après la fin de son mandat de sénateur, il est élu de nouveau au Conseil régional en 2013 et retrouve sa fonction d'assesseur de la santé et des politiques sociales qu'il occupe jusqu'au . Le suivant, il quitte l'Union valdôtaine et crée le groupe Pour notre vallée.

Le , il est réélu sur la liste Area civica-Stella Alpina-Pour notre vallée au Conseil régional, dont il est élu président le suivant[2].

À la suite d'une motion de censure contre le gouvernement de Nicoletta Spelgatti, de la Ligue, il est élu président de la région le et forme une nouvelle junte de gouvernement regroupant son parti Pour notre vallée, l'Union valdôtaine, l'Union valdôtaine progressiste, Autonomie Liberté Participation Écologie et la Stella Alpina[3]. Il démissionne le en raison de soupçons de liens avec la mafia[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]