Caterine Ibargüen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caterine Ibargüen
Image illustrative de l'article Caterine Ibargüen
Caterine Ibargüen lors du Golden Gala de Rome en 2017.
Informations
Disciplines Triple saut, longueur, hauteur
Période d'activité 1999 –
Nationalité Drapeau : Colombie Colombienne
Naissance (33 ans)
Lieu Apartadó
Taille 1,80 m (5 11) [1]
Poids 70 kg (154 lb)[1]
Entraîneur Ubaldo Duany
Records
• Triple saut : 15,31 m (2014, record d'Amérique du Sud)
• Saut en longueur : 6,73 m (2012)
• Saut en hauteur : 1,93 m (2005)
Palmarès
Jeux olympiques 1 1 -
Championnats du monde 2 1 1
Jeux Bolivariens 5 2 -
Ligue de diamant 4 - 2
Champ. d'Amérique du Sud 11 9 7
Jeux d'ACC + juniors 1 4 1
Jeux panaméricains + juniors 2 - 1

Caterine Ibargüen Mena, née le à Apartadó, est une athlète colombienne spécialiste du triple saut, du saut en longueur et du saut en hauteur.

Championne du monde du triple saut en 2013 et 2015 puis championne olympique en 2016, elle est la seule athlète colombienne à avoir remporté un titre mondial et olympique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle efface une barre à 1,93 m au saut en hauteur à Cali le 22 juillet 2005, et devient championne d'Amérique du Sud de la discipline en 2006.

Elle remporte la médaille d'argent du triple saut lors des Championnats ibéro-américains 2010.

Éclosion internationale[modifier | modifier le code]

Elle franchit un nouveau palier en 2011 en améliorant le record d'Amérique du Sud après avoir réalisé successivement 14,70 m puis 14,83 m (+1,9 m/s) lors du meeting Diamond League de Stockholm[2]. Lors des championnats d'Amérique du Sud 2011, elle remporte le titre au triple saut avec 14,59 m (record des championnats) et termine 3e à la longueur avec 6,45 m. Elle confirme son rang début août à Bogota en égalant la meilleure performance mondiale de l'année de 14,99 m (+1,7 m/s) jusqu'alors détenue par la Cubaine Yargelis Savigne[3].

Figurant parmi les prétendantes au podium des Championnats du monde de Daegu, elle se classe troisième du concours en réalisant 14,84 m à son cinquième essai. Elle s'incline face l'Ukrainienne Olha Saladukha et la Kazakhe Olga Rypakova[4]. La Colombienne participe fin octobre 2011 aux Jeux panaméricains de Guadalajara. Troisième du concours de la longueur avec un nouveau record personnel à 6,63 m, elle remporte la médaille d'or du triple saut en signant la deuxième meilleure marque de sa carrière assortie d'un nouveau record de la compétition avec 14,92 m[5].

Vice-championne olympique (2012)[modifier | modifier le code]

Caterine Ibargüen en 2012

Fin avril 2012, à Medellín, Caterine Ibargüen établit la marque de 14,95 m au triple saut (+0,9 m/s), puis améliore son record personnel au saut en longueur, le 30 juin à Bogota, avec 6,73 m (record de Colombie). Le 31 mai, la Colombienne se classe 3e du Golden Gala de Rome avec 14,71 m dans un concours relativement serré, remporté par Olha Saladukha (14,75 m SB) devant Olga Rypakova (14,73 m). Elle prend sa revanche au Meeting Herculis de Monaco où elle s'impose avec 14,85 m, la dernière grande compétition avant les Jeux olympiques.

Elle participe aux Jeux olympiques de 2012, à Londres, et remporte la médaille d'argent du triple saut avec la marque de 14,80 m (+0,4 m/s), devancée finalement de dix-huit centimètres par Olga Rypakova. Elle devient la deuxième athlète colombienne à remporter une médaille olympique, vingt ans après Ximena Restrepo, troisième du 400 m des Jeux olympiques de Barcelone[6].

Championne du monde à Moscou (2013) et Pékin (2015)[modifier | modifier le code]

Caterine Ibargüen lors des Championnats du monde de 2013 où elle remporte son 1er titre mondial

En 2013, elle devient la première championne du monde colombienne, en portant la meilleure marque de l'année à 14,85 m lors des championnats du monde de Moscou. Elle devance sur le podium la Russe Ekaterina Koneva (14,81 m) et l'Ukrainienne Olha Saladuha (14,65 m).

Le 18 juillet 2014, elle bat le record d'Amérique du Sud, lors du meeting Herculis à Monaco, avec un saut de 15,31 mètres.

En 2015, elle prend la tête des bilans mondiaux en sautant 14,87 m. A Doha pour la Ligue de diamant, elle remporte le concours avec 14,85 m. Deux semaines plus tard, le 30 mai, elle remporte le triple saut avec 15,18 m au dernier essai, dominée jusqu'alors par Ekaterina Koneva avec 15,04 m. Elle remporte ensuite le Meeting Areva de Paris, puis les Jeux panaméricains de Toronto avec 15,08 m (vent trop élevé).

Elle participe le 22 août 2015 aux qualifications des Championnats du monde de Pékin où elle réalise dès les qualifications 14,42 m.

Deux jours plus tard, en finale, elle atterrit lors de son premier bond, tout en contrôlant, à 14,47 m, prenant la tête du concours. Au 2d essai, l'Israélienne Hanna Knyazyeva-Minenko prend les devants en établissant un nouveau record d'Israël avec 14,78 m. Ibargüen répond en signant 14,80 m puis améliore cette marque au 4e essai avec 14,90 m. En fin de concours, le classement est inchangé. Ibargüen conserve son titre mondial acquis en 2013 à Moscou, en devançant Minenko (14,78 m) et la Kazakhe Olga Rypakova (14,77 m). Elle signe sa 29e victoire consécutive et demeure invaincue depuis août 2012 après les Jeux olympiques de Londres.

Championne olympique (2016)[modifier | modifier le code]

Caterine Ibargüen (2de en partant de la gauche) en 2012 lors du défilé des médaillés olympiques colombiens

Le 6 mai 2016, Ibargüen participe à la première épreuve du circuit de la Ligue de diamant lors du meeting de Doha, dans une série relevée avec la Vénézuélienne Yulimar Rojas : dès le premier essai, elle ouvre les hostilités avec un saut à 14,46 m, record du meeting. Au second essai, Rojas répond par un saut à 14,61 m, nouvelle meilleure performance mondiale de l'année. Au second essai, la Colombienne prend à nouveau l'avantage avec un bond à 14,77 m. Rojas reprend la tête avec 14,79 m à son troisième essai. Au cinquième saut, Ibargüen franchit pour la seconde fois de sa carrière la barrière des 15 mètres avec un saut à 15,04 m. Juste derrière, Rojas réalise 14,92 m. Ibargüen conclut sa compétition avec un saut à 14,98 m[7].

La Colombienne a le record du monde de l'Ukrainienne Inessa Kravets en ligne de mire (15,50 m en 1995)[8].

Le 2 juin, elle signe sa 34e victoire consécutive (depuis 2012) en s'imposant au Golden Gala de Rome avec 14,78 m[9] mais celle-ci se stoppe 3 jours plus tard lors du Birmingham Grand PrixOlga Rypakova simpose avec 14,61 m devant Ibargüen (14,56 m)[10].

Après deux titres mondiaux en 2013 et 2015 et ses 15,31 m réalisés en 2014, Caterine Ibarguën remporte le 14 août 2016 le dernier titre manquant à son palmarès : avec 15,17 m, elle remporte le titre olympique en finale des Jeux olympiques de Rio, meilleure performance mondiale de l'année. Elle devance sur le podium Yulimar Rojas (14,98 m) et Olga Rypakova (14,74 m)[11].

Le 9 septembre, elle s'impose à la finale de la Ligue de diamant au Mémorial Van Damme de Bruxelles avec 14,66 m devant Olga Rypakova (14,41 m) et remporte ainsi son 4e trophée (consécutif) du circuit[12].

Battue aux mondiaux de Londres (2017)[modifier | modifier le code]

Caterine Ibargüen ouvre sa saison estivale le 20 mai 2017 à Kingston où elle s'impose avec 14,43 m[13]. Le 8 juin, lors du Golden Gala de Rome, elle est battue par Yulimar Rojas qui s'impose avec 14,84 m, contre 14,78 m[14].

Le 6 août, Caterine Ibargüen échoue de peu à créer l'exploit de remporter trois titres mondiaux consécutifs : lors de ces mondiaux de Londres, bien qu'elle établit sa meilleure performance de la saison avec 14,89 m, elle doit laisser le titre à sa grande rivale Yulimar Rojas du Venezuela qui s'impose de deux centimètres[15]. Ibargüen remporte l'argent, et pour la première fois depuis 2013, elle ne remporte pas un titre dans une compétition majeure quelconque. Pour la Colombienne, c'est sa 4e médaille consécutive, avec le bronze remporté à Daegu en 2011. La Kazakhe Olga Rypakova complète le podium (14,77 m)[16].

Le 24 août, Ibargüen termine 3e de la finale de la Ligue de diamant lors du Weltklasse Zürich avec 14,48 m, battue par Olga Rypakova qui décroche le trophée (14,55 m) et Yulimar Rojas. La Colombienne était quadruple vainqueur en titre[17].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Date Compétition Lieu Résultat Épreuve Marque
1999 Championnats d'Amérique du Sud Bogota 3e Hauteur 1,76 m
Championnats d'Amérique du Sud juniors Concepción 2e Hauteur 1,73 m
2001 Championnats d'Amérique du Sud juniors Santa Fe 1re Hauteur 1,77 m
2e Longueur 5,87 m
3e Triple saut 12,65 m
2e 4 × 100 m 45 s 92
Championnats panaméricains juniors Santa Fe 2e Hauteur 1,77 m
6e Longueur 5,70 m
4e Triple saut 12,90 m
3e 4 × 100 m 46 s 89
Jeux Bolivariens Trujillo 1re Hauteur 1,79 m
2002 Champ. d'Amérique centrale et des Caraïbes juniors Bridgetown 2e Hauteur 1,79 m
3e Triple saut 13,01 m
Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes San Salvador 3e Hauteur 1,79 m
2e Triple saut 13,17 m
2003 Championnats d'Amérique du Sud juniors Guayaquil 1re Hauteur 1,80 m
1re Triple saut 13,05 m
Championnats d'Amérique du Sud Barquisimeto 4e Hauteur 1,79 m
2e Longueur 6,04 m
3e Triple saut 13,07 m
Championnats panaméricains juniors Bridgetown 4e Hauteur 1,81 m
4e Triple saut 12,64 m
2004 Championnats d'Amérique du Sud Espoirs Barquisimeto 1re Hauteur 1,91 m
2e Longueur 6,05 m
Championnats ibéro-américains Huelva 3e Hauteur 1,88 m
Jeux olympiques Athènes qual. Hauteur 1,85 m
2005 Jeux Bolivariens Armenia 1re Hauteur 1,91 m
1re Longueur 6,54 m
2e Triple saut 13,64 m
Championnats d'Amérique du Sud Cali 1re Hauteur 1,93 m
3e Longueur 6,30 m
3e Triple saut 13,59 m
Championnats du monde Helsinki qual. Hauteur 1,84 m
2006 Championnats du monde en salle Moscou qual. Hauteur 1,81 m
Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes Carthagène des Indes 2e Hauteur 1,88 m
2e Longueur 6,36 m
Championnats d'Amérique du Sud Tunja 1re Hauteur 1,90 m
2e Longueur 6,51 m
2e Triple saut 13,91 m
Jeux d'Amérique du Sud Buenos Aires 2e Hauteur 1,85 m
1re Longueur 6,32 m
2e Triple saut 13,26 m
2007 Jeux de l'Alliance bolivarienne pour les Amériques Caracas 1re Hauteur 1,85 m
Jeux panaméricains Rio de Janeiro 4e Hauteur 1,87 m
Championnats d'Amérique du Sud São Paulo 1re Hauteur 1,84 m
3e Longueur 6,18 m
2008 Championnats ibéro-américains Iquique 2e Hauteur 1,85 m
Championnats d'Amérique centrale et des Caraïbes Cali 2e Hauteur 1,88 m
6e Triple saut 13,04 m
2009 Jeux Bolivariens Sucre 1re Hauteur 1,80 m
1re Longueur 6,32 m
2e Triple saut 13,96 m
Championnats d'Amérique du Sud Lima 1re Hauteur 1,88 m
1re Triple saut 13,93 m
Championnats du monde Berlin qual. Hauteur 1,85 m
2010 Championnats ibéro-américains San Fernando 2e Triple saut 14,29 m
Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes Mayagüez 4e Longueur 6,29 m
2e Triple saut 14,10 m
2011 Championnats d'Amérique du Sud Buenos Aires 3e Longueur 6,45 m
1re Triple saut 14,59 m
Championnats du monde Daegu 3e Triple saut 14,84 m
Jeux panaméricains Guadalajara 3e Longueur 6,63 m
1re Triple saut 14,92 m
2012 Jeux olympiques Londres 2e Triple saut 14,80 m
Ligue de diamant 3e Triple saut détails
2013 Championnats du monde Moscou 1re Triple saut 14,85 m
Ligue de diamant 1re Triple saut détails
2014 Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes Xalapa 1re Triple saut 14,57 m
Coupe continentale Marrakech 1re Triple saut 14,52 m
Ligue de diamant 1re Triple saut détails
2015 Jeux panaméricains Toronto 1re Triple saut 15,08 m
Championnats du monde Pékin 1re Triple saut 14,90 m
Ligue de diamant 1re Triple saut détails
2016 Jeux olympiques Rio de Janeiro 1re Triple saut 15,17 m
Ligue de diamant 1re Triple saut détails
2017 Championnats du monde Londres 2e Triple saut 14,89 m
Ligue de diamant 3e Triple saut 14,48 m

Records[modifier | modifier le code]

Épreuve Performance Lieu Date
Triple saut Plein air 15,31 m (AR) Drapeau : Monaco Monaco
Saut en hauteur Plein air 1,93 m (NR) Drapeau : Colombie Cali
En salle 1,86 m (NR) Drapeau : Russie Moscou 11 mars 2006
Saut en longueur Plein air 6,73 m (NR) Drapeau : Colombie Bogota

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Profil de Caterine Ibargüen » (consulté le 1er septembre 2017)
  2. (en) Dave Martin, « Cheruiyot, Thorkildsen and Watt world leads, Isinbayeva impresses, Bolt gets his first win in Stockholm – Samsung Diamond League », sur iaaf.org, (consulté le 14 août 2011)
  3. (en) Eduardo Biscayart, « Ibargüen equals world lead with 14.99m South American Triple Jump record in Bogotá », sur iaaf.org, (consulté le 14 août 2011)
  4. (en) « Résultats du triple saut féminin des Championnats du monde 2011 », sur iaaf.org, (consulté le 29 octobre 2011)
  5. (en) Javier Clavelo Robinson, « Robles 13.10, Borges 5.80m and Ibarguen 14.92m in Guadalajara - Pan American Games, Day 6 », sur iaaf.org, (consulté le 29 octobre 2011)
  6. (en) « Ibarguen wins first silver medal for Colombia in London », sur deportesus.terra.com, (consulté le 24 mai 2013)
  7. « Programme 2016 & Results - Diamond League - Doha », sur doha.diamondleague.com (consulté le 6 mai 2016)
  8. « IAAF: Ibarguen and Rojas triple jump duel provides Doha highlight – IAAF Diamond League| News | iaaf.org », sur iaaf.org (consulté le 9 mai 2016)
  9. « IAAF: Ibarguen extends her winning streak to 34 in Rome – IAAF Diamond League| News | iaaf.org », sur iaaf.org (consulté le 4 juin 2016)
  10. « Le triple saut du meeting de Birmingham pour Olga Rypakova », sur L'Equipe.fr (consulté le 5 juin 2016)
  11. « Caterine Ibarguën championne olympique du triple saut », sur lequipe.fr, (consulté le 20 août 2016)
  12. « Meeting de Bruxelles : Caterine Ibarguen remporte le triple-saut » (consulté le 10 septembre 2016)
  13. « Thompson stars at Jamaican meet », SuperSport official website,‎ (lire en ligne)
  14. « IAAF: Rohler cracks 90m again, Stefanidi raises world lead to 4.85m in Rome - IAAF Diamond League| News | iaaf.org », sur iaaf.org (consulté le 11 juin 2017)
  15. Anthony Hernandez, « Athlétisme : le Venezuela entre dans le panthéon », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  16. « La Vénézuélienne Yulimar Rojas s'empare du titre au triple saut », Eurosport,‎ (lire en ligne)
  17. « IAAF: Jebet threatens world steeplechase record in Zurich - IAAF Diamond League| News | iaaf.org », sur iaaf.org (consulté le 25 août 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]