Traité de Vincennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vincennes (homonymie).

Le traité de Vincennes est un traité signé à Vincennes, le , entre le duc de Lorraine, Charles IV, et le cardinal Mazarin, pour le roi de France, Louis XIV.

Il fait suite au traité des Pyrénées de 1659 et permet au duc de recouvrer le duché de Bar.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le traité des Pyrénées prévoyait que le duc de Lorraine cède au roi de France le duché de Bar, le comté de Clermont et les trois prévôtés de Stenay, Dun et Jametz.

Contenu[modifier | modifier le code]

Hommage de Charles IV à Louis XIV pour le Barrois mouvant en 1661 au Louvre, en conséquence du traité de Vincennes

Le roi restitue au duc le duché de Bar (article 4).

Le duc cède au roi : les trois prévôtés de Stenay, Dun et Jametz (article 3), Sierck et trente des villages en dépendant (article 5) ; Causinan, Sarrebourg et Phalsbourg (article 6) ; la part ducale de la prévôté de Marville (article 7) ; l'abbaye de Gorze (article 8) ; Mars-la-Tour et ses dépendances (article 9) ; Marchéville, Harville, Labeuville (article 10), la saline de Moyenvic (article 12), le chemin de la côte de Delme, avec Solgne et Chambrey (article 13).

Le traité prévoit la cession d'un corridor d'une lieue et demie (6 km) de large entre Verdun et Strasbourg. Celui-ci permettant aux troupes du roi de France de rejoindre l'Alsace, possession française depuis le traité de Westphalie de 1648, sans passer par une terre étrangère : c'est la route de France ou route royale. Des cités comme Sierck-les-Bains, Sarrebourg, Héming ou Réding sont alors rattachées à la France.

Villages cédés à la France :

Source[modifier | modifier le code]