Tourouvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Orne
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Orne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tourouvre (homonymie).
Tourouvre
L'église Saint-Aubin.
L'église Saint-Aubin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton Tourouvre
Intercommunalité Haut-Perche
Maire délégué Guy Monhée
2014-2020
Code postal 61190
Code commune 61491
Démographie
Gentilé Tourouvrain
Population 1 594 hab. (2013)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 25″ Nord, 0° 39′ 05″ Est
Altitude Min. 180 m – Max. 304 m
Superficie 24,01 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Tourouvre-au-Perche
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 15.svg
Tourouvre

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 15.svg
Tourouvre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Tourouvre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Tourouvre

Tourouvre est une ancienne commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Tourouvre-au-Perche.

Elle est peuplée de 1 594 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans la région naturelle du Perche et appartient au canton de Tourouvre dans l'arrondissement de Mortagne-au-Perche.

Communes limitrophes de Tourouvre[1]
(comm. nouv. de Tourouvre-au-Perche)
Bubertré
(comm. nouv. de Tourouvre-au-Perche)
Bresolettes (comm. nouv. de Tourouvre-au-Perche, par un angle), Randonnai (comm. nouv. de Tourouvre-au-Perche, par un angle), La Poterie-au-Perche (comm. nouv. de Tourouvre-au-Perche) La Ventrouze
Bubertré
(comm. nouv. de Tourouvre-au-Perche)
Tourouvre[1]  (comm. nouv. de Tourouvre-au-Perche) L'Hôme-Chamondot
Bivilliers
(comm. nouv. de Tourouvre-au-Perche)
Feings, Autheuil (comm. nouv. de Tourouvre-au-Perche) Malétable
(comm. nouv. de Longny-les-Villages)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous la forme latinisée Tortum Robur en 1160[2].

De l'ancien français tors, tordu et du bien connu rouvre, espèce de chêne[3].

Homonymie avec le Torquesne (Calvados), avec la forme dialectale quêne, chêne[3]. Analogie avec Torfou, hêtre tordu et peut-être Tordouet, ruisseau sinueux.

Le gentilé est Tourouvrain[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La hameau de Mézières — en ancien français « ruines » — a révélé un lieu de production de fer de l'époque gallo-romaine.

Le bourg de Tourouvre a été au XVIIe siècle le principal foyer de l'émigration française au Canada. Pour le géographe français Elisée Reclus (1830-1905), il est même « le lieu d'Europe qui a contribué, pour la plus grande part, au peuplement du Nouveau Monde ». Madame Pierre Montagne a sauvé les registres notariés de Tourouvre et les a déchiffrés. Un livre, "Tourouvre et les Juchereau" donne l'inventaire de tous les contrats de départ de ces Tourouvrains et permet de les situer dans l'histoire locale avant leur départ. Tourouvre a été naturellement choisi pour accueillir la maison de l’Émigration française au Canada qui a ouvert ses portes au public le et la commune est jumelée depuis le 8 septembre 1985 avec Saint-Laurent-de-l'Île-d'Orléans au Québec, là où plusieurs de ses émigrants ont fait souche.

Deux vitraux et plusieurs plaques à l'intérieur de l'église Saint-Aubin de Tourouvre rappellent l'émigration tourouvraine au Canada. Sur la plaque apposée par l'Association Perche-Canada à la mémoire des émigrants du XVIIe siècle, on peut y lire, entre autres, le nom de Jean Guyon, ancêtre de la chanteuse Céline Dion[5], et celui de Julien Mercier dont l'arrière-petit-fils Honoré Mercier(1840-1894) deviendra Premier ministre de la province du Québec (1887-1891). Un vitrail de l'église Saint-Aubin évoque la visite de ce célèbre descendant en mai 1891 sur la terre de ses ancêtres.

Le 13 août 1944, lors de la bataille de Normandie, alors que les troupes allemandes se replient et que les Américains sont tout proches, des éléments de la division SS Hitlerjugend, en occupation à Tourouvre depuis le mois d'avril, massacrent dix-huit personnes et incendient une partie du village.

Le , Tourouvre intègre avec neuf autres communes la commune de Tourouvre-au-Perche[6] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes d'Autheuil, Bivilliers, Bresolettes, Bubertré, Champs, Lignerolles, La Poterie-au-Perche, Prépotin, Randonnai et Tourouvre deviennent des communes déléguées et Tourouvre est le chef-lieu de la commune nouvelle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Tourouvre

Les armes de la commune de Tourouvre se blasonnent ainsi : Coupé : au premier d'azur aux trois rencontres de vache d'or ordonnés 2 et 1, au second d'or à la tige de trois feuilles d'érable de sinople[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989[8] décembre 2015 Guy Monhée[9] DVD Chef d'entreprise, vice-président du conseil général, président de la communauté de communes du Haut-Perche
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal était composé de dix-neuf membres dont le maire et quatre adjoints[9]. Onze de ces conseillers intègrent le conseil municipal de Tourouvre-au-Perche le jusqu'en 2020[6] et Guy Monhée devient maire délégué de Tourouvre et est élu maire de Tourouvre-au-Perche.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 594 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans [10] et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Tourouvre a compté jusqu'à 2 034 habitants en 1851.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
1 659 1 567 1 913 1 887 1 983 1 963 1 958 2 034 1 934
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 908 1 933 1 828 1 805 1 852 1 818 1 705 1 660 1 592
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 592 1 592 1 468 1 609 1 505 1 382 1 404 1 445 1 581
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012 2013
1 641 1 703 1 627 1 633 1 636 1 651 1 642 1 600 1 594
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Aubin d'origine romane, inscrite au titre des Monuments historiques depuis le 31 mai 1991[13]. Le maitre-autel, un autel latéral, une crédence et des vitraux sont classés à titre d'objets[14].
  • Presbytère du XVIIIe siècle. Il s'agit du pavillon de l'ancien château, détruit au XIXe siècle. Vers 1855, la commune achète ce bâtiment à la famille Mongréville pour y loger le curé en 1861. C'est aujourd'hui le presbytère de la paroisse Sainte-Anne du Perche[15].
  • Manoir de Bellegarde, en partie du XVe siècle, faisant l'objet d'une inscription au titre des Monuments historiques depuis le 30 mars 1978[16].
  • La route départementale D 5 (dite route de Mortagne) qui relie le village à la RN 12[17], est la première route au monde qui sera productrice d'électricité[18]. En octobre 2016, ont été lancés les travaux pour recouvrir une demi-chaussée sur 1 km de dalles photovoltaïques conçues par l'entreprise Colas et fabriquées dans la commune par la société SNA[18].

Activité, labels et manifestations[modifier | modifier le code]

Labels[modifier | modifier le code]

La commune a obtenu le label Village étape en 2013[19].

La commune est une ville fleurie (deux fleurs) au concours des villes et villages fleuris[20].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Tourouvre est depuis 1977 jumelée avec la municipalité allemande de Freiensteinau[réf. nécessaire] et la ville autrichienne de Herzogsdorf depuis 1982[21].

Sport[modifier | modifier le code]

L'Association de l'Étoile du Perche fait évoluer une équipe de football en ligue de Basse-Normandie et une seconde en division de district[22].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vitrail dans l'église de Tourouvre relatant le départ de Julien Mercier pour l’Amérique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2013.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  3. a et b René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, (ISBN 2-86253-247-9), p. 104
  4. « Tourouvre », sur hautperche.fr, communauté de communes du Haut-Perche (consulté le 19 octobre 2016)
  5. « Perche-Québec.com - Jean Guyon, l'ancêtre de Céline Dion originaire de Tourouvre » (consulté le 23 février 2011)
  6. a et b « Recueil des actes administratifs du 23 décembre 2015 », sur le site de la préfecture de l'Orne (consulté le 19 octobre 2016).
  7. « Tourouvre Orne », sur GASO, la banque du blason (consulté le 19 octobre 2016)
  8. « Une confortable réélection pour le maire sortant, Guy Monhée », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 2 septembre 2014)
  9. a et b Réélection 2014 : « Tourouvre (61190) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 juin 2014)
  10. Date du prochain recensement à Tourouvre, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  13. « Église », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Œuvres mobilières à Tourouvre », base Palissy, ministère français de la Culture.
  15. Laurence de Calan, Presybtères du Perche, éditions des Amis du Perche, collection Présence du Perche, juillet 2012, p. 171-172. [ISBN 978-2-900122-983]
  16. « Manoir de Bellegarde », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Tourouvre Route solaire : lancement des travaux lundi 10 octobre », article de Nathalie Legendre, le 4 octobre 2016.
  18. a et b « La première route productrice d’électricité est en construction dans l’Orne », article de Claire Garnie, l'Usine nouvelle, 24 octobre 2016.
  19. « Site officiel des Villages étapes - Découvrez les Villages étapes » (consulté le 30 janvier 2014)
  20. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris », sur villes-et-villages-fleuris.com (consulté le 19 octobre 2016)
  21. « Annuaire des villes jumelées », sur afccre.org/fr (consulté le 20 octobre 2016)
  22. http://bassenormandie.fff.fr/competitions/php/club/club_classement.php?cl_no=113495 modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant, sur Site officiel de la Ligue de Basse-Normandie (consulté le 20 octobre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :