Selma Elloumi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Selma Elloumi Rekik)

Selma Elloumi
Illustration.
Selma Elloumi en 2017.
Fonctions
Présidente d'Al Amal
En fonction depuis le
(1 an, 8 mois et 25 jours)
Présidente de Nidaa Tounes
(clan Toubel)

(26 jours)
Prédécesseur Mohamed Ennaceur (indirectement, intérim)
Béji Caïd Essebsi
Successeur Poste supprimé
Ministre tunisienne du Tourisme et de l'Artisanat

(3 ans, 9 mois et 12 jours)
Président Béji Caïd Essebsi
Chef du gouvernement Habib Essid
Youssef Chahed
Gouvernement Essid
Chahed
Prédécesseur Amel Karboul
Successeur René Trabelsi
Députée de la première circonscription de Nabeul

(2 mois et 18 jours)
Élection 26 octobre 2014
Successeur Lamia Gharbi[1]
Biographie
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Tunis (Tunisie)
Nationalité tunisienne
Parti politique Nidaa Tounes, Amal Tounes puis Al Amal
Fratrie Faouzi Elloumi
Conjoint Raouf Rekik
Profession Femme d'affaires

Selma Elloumi, de son nom complet Selma Elloumi Rekik (arabe : سلمى اللومي الرقيق), née le à Tunis, est une femme d'affaires et femme politique tunisienne.

Le , elle est élue députée à l'Assemblée des représentants du peuple dans la première circonscription de Nabeul (tête de liste de Nidaa Tounes), avant de devenir ministre du Tourisme et de l'Artisanat de 2015 à 2018.

Elle est brièvement présidente du parti Nidaa Tounes en 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle étudie le management à l'Institut supérieur de gestion de Tunis puis intègre l'entreprise familiale, le groupe Elloumi[2]. Elle se reconvertit ensuite en entrepreneur dans l'agroalimentaire en dirigeant l'entreprise Stifen, active dans la région du cap Bon[2].

Membre du comité exécutif de Nidaa Tounes[2], elle est candidate lors des élections législatives de 2014 sous les couleurs du parti, puis élue députée à l'Assemblée des représentants du peuple dans la première circonscription de Nabeul.

Le , après avoir été proposée comme ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi[3], elle est nommée ministre du Tourisme et de l'Artisanat dans le gouvernement de Habib Essid[2] puis confirmée dans le gouvernement de Youssef Chahed[4].

Le , elle est nommée directrice du cabinet présidentiel en remplacement de Selim Azzabi[5]. Elle démissionne le , dans le contexte des tiraillements internes de Nidaa Tounes[6], dont elle prend la présidence le [7]. Toutefois, elle démissionne de ses fonctions le , et quitte le parti[8]. Fin juin, après que la justice ait reconnu Hafedh Caïd Essebsi comme représentant légal du parti, elle prend la présidence d'Amal Tounes[9], nouveau nom du Mouvement démocrate réformiste fondé en 2011[10], une décision toutefois annulée le [11]. Elle prend alors la tête d'un autre parti, Al Amal, anciennement connu sous le nom de Parti national tunisien[12]. Elle est candidate à l'élection présidentielle du 15 septembre[13], mais elle est finalement éliminée dès le premier tour.

Le , elle appelle à la libération de Nabil Karoui[14].

Décorations[modifier | modifier le code]

Le , à l'occasion de la fête de la Femme, elle est décorée des insignes de commandeur de l'Ordre de la République tunisienne[15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nawel Bizid, « Huit nouveaux députés rejoignent l'Assemblée des représentants du peuple », sur webdo.tn, (consulté le 9 août 2016).
  2. a b c et d « Biographie de Selma Elloumi Rekik ministre du Tourisme après avoir été proposée comme ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle », sur businessnews.com.tn, (consulté le 9 août 2016).
  3. « Salma Elloumi Rekik : ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi », sur mosaiquefm.net, (consulté le 9 août 2016).
  4. « Officiel : composition du gouvernement d'union nationale », sur businessnews.com.tn, (consulté le 21 août 2016).
  5. « Selma Elloumi Rekik officiellement nommée ministre, directeur du cabinet présidentiel », sur webmanagercenter.com, (consulté le 21 août 2016).
  6. « Démission de Selma Elloumi de son poste de ministre-directrice du cabinet présidentiel », sur espacemanager.com, (consulté le 26 mai 2019).
  7. « Selma Elloumi élue présidente de Nidaa Tounes (clan Toubel) », sur mosaiquefm.net, (consulté le 28 mai 2019).
  8. « Salma Elloumi : je n'ai plus rien à faire avec Nidaa mais je demeure attachée à l'union avec Machrouu », sur espacemanager.com, (consulté le 25 juin 2019).
  9. « Mohsen Marzouk : Salma Elloumi a fondé son parti Amal Tounes », sur businessnews.com.tn, (consulté le 1er juillet 2019).
  10. « Tunisie : Selma Elloumi présidente du parti "Amal Tounes" », sur tunisienumerique.com, (consulté le 1er juillet 2019).
  11. « Amal Tounes rompt l'accord avec Selma Elloumi », sur businessnews.com.tn, (consulté le 20 août 2019).
  12. « Salma Elloumi lance son 3e parti politique en quelques semaines », sur espacemanager.com, (consulté le 20 août 2019).
  13. « Tunisie – Élection présidentielle 2019 : 98 candidats à la clôture », sur webmanagercenter.com, (consulté le 10 août 2019).
  14. « Selma Elloumi : « L'incarcération de Nabil Karoui peut nuire au processus électoral » », sur kapitalis.com, (consulté le 3 octobre 2019).
  15. « Fête de la femme : les insignes de l'ordre de la République remis à plusieurs compétences féminines », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 13 août 2017).

Article connexe[modifier | modifier le code]