Fatma Rekik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fatma Rekik
Fatmarekikportrait.jpg
Portrait de Fatma Rekik.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Mère

Fatma Rekik (arabe : فاطمة الرقيق), née le à Tunis, est une femme d'affaires tunisienne, dirigeante d'un groupe de sociétés. Elle est reconnue parmi 100 jeunes leaders en Afrique par l'Institut Choiseul.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fatma Rekik naît le à Tunis[réf. nécessaire], où elle grandit dans une famille engagée dans le milieu de l'entreprenariat et des affaires publiques.

Sa mère, Selma Elloumi, est une femme d'affaires et femme politique qui a occupé des fonctions à la présidence de la République et au sein du gouvernement tunisien[1]. Son père, Raouf Rekik est professeur en ophtalmologie et titulaire de cinq brevets en matière de produits pharmaceutiques destinés au traitement des maladies oculaires reconnus aux États-Unis, en Europe, en Chine, au Japon et en Afrique du Sud[2].

Fatma Rekik poursuit des études universitaires à l'université Paris-Dauphine et obtient une maîtrise en entrepreneuriat, suivie d'un master de recherche en politique générale des organisations[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Fatma Rekik intègre en 2005[réf. nécessaire] l'entreprise familiale, le groupe Elloumi, fondé en 1946 par son grand-père, Taoufik Elloumi. En 2018, elle prend la tête de l'activité agroalimentaire au sein du groupe Stifen dont elle est nommée PDG, devenant ainsi la plus jeune dirigeante du groupe. Elle développe dès son arrivée des marques en propre telles que La Fruitière et Furketta, venant ainsi compléter l'activité du groupe jusque là sous-traitant des géants de l'agroalimentaire[4].

Société civile et vie publique[modifier | modifier le code]

Fatma Rekik s'engage dans la société civile à partir de 2014. Elle commence par intégrer la chambre de commerce tuniso-égyptienne, pour devenir vice-présidente du comité d'investissement[5]. Elle est également membre de l'American Chamber of Commerce in Tunisia, dont elle est secrétaire générale et membre du comité en 2020[6].

En 2019[7], 2020[8] et 2021[9], Fatma Rekik est sélectionnée par l'Institut Choiseul, un think tank français, parmi 100 jeunes leaders africains, dans un classement qui identifie les jeunes dirigeants appelés à jouer un rôle important dans le développement de l'Afrique[10].

Fatma Rekik est également désignée parmi les 100 managers de l'année en Tunisie par Entreprises Magazine, et ce, deux années consécutives (2019 et 2020)[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie de Selma Elloumi, candidate à la présidentielle anticipée de 2019 », sur kapitalis.com, (consulté le ).
  2. « 5 brevets de médicaments enregistrés en Europe et USA et fabriqués indoor », sur lexpertjournal.net, (consulté le ).
  3. Houda Chouk, « Fatma Rekik, portrait d'une femme entrepreneure », sur lasultanemag.com, (consulté le ).
  4. Mathieu Galtier, « La dynastie Elloumi, discrets rois de l'export tunisien », Jeune Afrique, (ISSN 1950-1285, consulté le ).
  5. « Membres », sur etechamber.com (consulté le ).
  6. « AmCham Tunisie : le bureau de la Chambre de commerce 2020-2021 », sur plumeseconomiques.com, (consulté le ).
  7. Emna Lakhoua, « La Tunisienne Fatma Rekik parmi les 100 leaders africains de demain », sur femmesdetunisie.com, (consulté le ).
  8. « Classement Choiseul : Fatma Rekik la seule femme tunisienne parmi les leaders africains de demain », sur nessma.tv, (consulté le ).
  9. « Classement Choiseul 2021 : trois Tunisiens parmi les 100 leaders africains de moins de 40 ans », sur webmanagercenter.com, (consulté le ).
  10. « Fatma Rekik, la Tunisienne qui figure dans le Top 100 des Leaders Africains de demain », Réalités,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Quand une Tunisienne brille à l'étranger », sur africanmanager.com, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]