Sainte-Anne-de-Sabrevois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Anne.
Sainte-Anne-de-Sabrevois
Église anglicane du Messie
Église anglicane du Messie
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec[1]
Région Montérégie
Subdivision régionale Le Haut-Richelieu
Statut municipal Municipalité de paroisse
Maire
Mandat
Denis Rolland
2013-2017
Code postal J0J 2G0
Constitution
Démographie
Gentilé Sabrevoisien, ne
Population 2 039 hab. (2016)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 00″ nord, 73° 13′ 00″ ouest
Superficie 4 485 ha = 44,85 km2
Divers
Fuseau horaire Est (UTC-5)
Indicatif +1 450
Code géographique 56060
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Montérégie

Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
Sainte-Anne-de-Sabrevois

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Sainte-Anne-de-Sabrevois

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Sainte-Anne-de-Sabrevois

Sainte-Anne-de-Sabrevois, également appelée couramment Sabrevois et auparavant dénommée Coin-de-Sermonville, est une Municipalité de paroisse québécoise, située dans la municipalité régionale de comté du Haut-Richelieu[2]. Le recensement de 2016 y dénombre 2 039 habitants[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de Sainte-Anne-de-Sabrevois commença à être colonisé en 1809, mais ce ne fut qu'en 1888 que la municipalité de paroisse fut érigée. L'origine de la dénomination Sabrevois remonte à Clément-Charles Sabrevois de Bleury (1697-1771), lieutenant des troupes de la marine et commandant au fort Chambly, à qui on avait concédé une seigneurie. Pour ce qui est de l'hagionyme Sainte-Anne, il est expliqué par l'ancienne dévotion des Québécois pour l'épouse de Saint Joachim et la mère de Marie[4].

Maison natale de Honoré Mercier

Au tout début, la seigneurie de Sabrevois ne sera pas très prisée par les colons, expliquant ainsi pourquoi son premier propriétaire se la verra rétrocédée en 1750. Cependant, le déclenchement de la Guerre d'indépendance américaine conduira à l'arrivée de nombreuses familles de loyalistes en provenance du New Hampshire. Durant la Seconde Guerre mondiale plusieurs immigrants provenant de France, Belgique, Suisse et Hollande iront s'installer dans cette municipalité.

L'endroit fut également nommé Coin-de-Sermonville (1867) pour commémorer la branche familiale Sabrevois de Sermonville du premier seigneur.

L'ancien premier ministre du Québec, Honoré Mercier, y naquit (quoique la municipalité n'ayant pas encore été fondée à l'époque, il est plus exact de dire qu'il est né sur son territoire). Il existe d'ailleurs un musée Honoré Mercier à Sabrevois.

La municipalité fut gravement touchée par les inondations du bassin du lac Champlain et de la rivière Richelieu en 2011.

La paroisse catholique[5][modifier | modifier le code]

Au début, c'est le curé de la paroisse de Saint-Athanase d'Iberville qui s'occupait des catholiques de la région. Quand la population fut suffisante, une première chapelle fut inaugurée le 14 février 1984. Le directeur du Collège d'Iberville y célébrait les offices religieux. La chapelle fut agrandie dès 1885. Le 15 novembre 1887, l'Évêque du diocèse de Saint-Hyacinthe crée officiellement la paroisse de Sainte-Anne-de-Sabrevois. Le 16 novembre 1919, un incendie détruit complètement la première église et le presbytère.

Église catholique (sanctuaire) de Sainte-Anne-de-Sabrevois
Sanctuaire Sainte-Anne-de-Sabrevois

De nouveaux bâtiments sont vite reconstruits. L'église actuelle est inaugurée le 18 avril 1921. L'architecte J.A. Turgeon a tracé les plans et l'entrepreneur Pierre Trahan a réalisé les travaux. En 1931 commencent les premiers pèlerinages à Sainte-Anne de Sabrevois, célébrés chaque année en grande pompe le 26 juillet.

En 1943, M. Alfred Wilson, peintre décorateur de Montréal, est engagé pour restaurer l'intérieur de l'église. En 1946, on acquiert un nouvel orgue à tuyau et soufflerie électrique de la compagnie Casavant de Saint-Hyacinthe. En 1948, on installe une nouvelle cloche, de marque «Bolé», elle pèse 967 kilos et donne la note «Fa». En 1961, des verrières provenant des ateliers Rault, de Rennes, enjolivent les fenêtres. On installe aussi un nouveau chemin de croix, réalisé par Médard Bourgault, de Saint-Jean-Port-Joli, En 1966, le chœur et le maître-autel sont transformés pour s'adapter au renouveau liturgique.

Institutions anglicanes[5],[6][modifier | modifier le code]

Le Major Plenderleath Christie était propriétaire de la seigneurie. Sa veuve fait bâtir l'église anglicane du Messie en 1848. Les murs en pierre grise des champs ont environ 1 mètre d'épaisseur. Elle a 4 verrières gothiques. La cloche provient de Troy, dans l'état de New-York. Les services religieux étaient bilingues.

En face de l'église, le Collège de Sabrevois ouvre ses portes en 1860. Ce pensionnat offrait l'instruction aux élèves protestants anglophones et francophones, garçons et filles (dans des locaux séparés), jusqu'en 1880.

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
1 735 1 910 1 914 1 889 2 074 2 039
(Sources : Recensement du Canada)

Langue[modifier | modifier le code]

Langue maternelle (2006)

Langue Population Pct (%)
Français seulement 1 820 97,33 %
Anglais seulement 25 1,34 %
Français et Anglais 2 0,00 %
Autres langues 25 1,34 %

Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc et sans division territoriale[2].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2009 2013 Clément Couture    
2013 en cours Denis Rolland    
Les données manquantes sont à compléter.

Société[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les informations de la fiche proviennent de Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités : Sainte-Anne-de-Sabrevois », 56060, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec (consulté le 24 janvier 2014), sauf exceptions suivantes :
    a. Région (CRÉ) : CRÉ de la Montérégie-Est, « Les neuf MRC » (consulté le 3 février 2014).
    b. Code postal : Postes Canada, « Nombre et carte des secteurs de livraison rurale et urbaine », Québec, (consulté le 3 février 2014).
  2. a et b Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités - Sainte-Anne-de-Sabrevois », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 19 mars 2011)
  3. Gouvernement du Canada, Statistique Canada, « Profil du recensement, Recensement de 2016 - Sainte-Anne-de-Sabrevois, Paroisse (municipalité de) [Subdivision de recensement], Québec et Le Haut-Richelieu, Municipalité régionale de comté [Division de recensement], Québec », sur www12.statcan.ca (consulté le 22 mai 2017)
  4. Toponymie : Sainte-Anne-de-Sabrevois
  5. a et b Miclette, Wilfrid, et autres (ouvrage collectif), Sainte Anne de Sabrevois 1884-1984, Sherbrooke, Les albums souvenirs québécois, Gauvin et associés, , 248 p., p. 12-25
  6. « Des loups dans la bergerie : les protestants de langue française au Québec, 1534-2000 / Jean-Louis Lalonde | », sur iris.banq.qc.ca (consulté le 9 mars 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Jean-sur-Richelieu Rose des vents
Saint-Blaise-sur-Richelieu N Saint-Alexandre
O    Sainte-Anne-de-Sabrevois    E
S
Saint-Paul-de-l'Île-aux-Noix Henryville