Saint-Valérien (Yonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Valérien.
Saint-Valérien
La mairie de Saint-Valérien.
La mairie de Saint-Valérien.
Blason de Saint-Valérien
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Sens
Canton Gâtinais en Bourgogne
Intercommunalité Communauté de communes du Gâtinais en Bourgogne
Maire
Mandat
Jérôme Cordier
2014-2020
Code postal 89150
Code commune 89370
Démographie
Gentilé Valérianais(e)
Population
municipale
1 690 hab. (2014)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 10′ 48″ nord, 3° 05′ 45″ est
Altitude Min. 137 m
Max. 181 m
Superficie 22,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Saint-Valérien

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Saint-Valérien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Valérien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Valérien

Saint-Valérien est une commune française située dans le département de l'Yonne dans le nord de la région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à 16 km l'ouest de Sens sur la route de Nemours (31 km), Saint-Valérien se trouve dans le Gâtinais bourguignon, dans l'Est du Gâtinais qui couvre une partie des départements de l’Yonne, du Loiret et de Seine-et-Marne.

Transports[modifier | modifier le code]

Avec la sortie n° 2 « Paron » de l'autoroute A19 (Orléans et régions Sud-Ouest et Ouest d'un côté, accès à Troyes par la A5 de l'autre) à 9 km sur Villeneuve-la-Dondagre, et l'échangeur n° 17 « Courtenay » avec l'autoroute A6 (sortie n° 3 pour la A19, Paris-Lyon et le Sud-Est) à 15 km[1], la commune bénéficie d'une situation autoroutière et ferroviaire favorable qui la place à 1 h 30 de Paris en conditions de circulation normale.

L’A5 (Melun-Sénart-Troyes et l’Est vers l’Europe) est accessible à 26 km au nord par la A19.

La gare la plus proche est Sens[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Orvanne, appelé autrefois ruisseau de Saint-Blaise, prend sa source sur la commune au nord-est du bourg[1]. Son eau très vive et abondante faisait tourner, à trois cent mètres en aval, le moulin de l'Écluse et un peu plus loin celui de la grande roue.

Le Fusain traverse le sud de la commune, et deux de ses petits affluents y prennent source[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Dollot Brannay Villebougis Rose des vents
Montacher-Villegardin N Fouchères
O    Saint-Valérien    E
S
La Belliole Villeneuve-la-Dondagre

Histoire[modifier | modifier le code]

La coutume de Lorris-Montargis a été rédigée le 15 septembre 1331, sous le règne de François Ier. Elle régissait la commune de Saint-Valérien, qui avait été représentée lors de cette rédaction par Pierre Gibault, vicaire du curé de Saint-Valérien et procureur mandaté par les habitants, et Jacques Philippe, représentant de Vincent du Puys, chevalier, maître de l'hôtel du Roi, Seigneur de Saint-Valérien.

La seigneurie "Sanctus Valerianus" avait pour seigneur l'abbé des chanoines réguliers de Saint-Augustin, de l'ordre des Génovéfains.

On ne sait pas à quelle date cette abbaye fut fondée. On ne connaît que le lieu qu'elle occupait : le fief de Briquemault, à un kilomètre du village en allant sur la route de Sens. La terre appartenait en 1518 à Pierre Dupuy qui la céda à la famille Dauvet. Nous la retrouvons en 1700, propriété de la famille Rérouart. Elle revint enfin à M. Douchin dont la fille épousa le marquis de Roquelaure. Sa vie s'acheva sur l'échafaud en 1794.

Le lieu-dit Coleuvrat était un fief particulier de la seigneurie de Nemours.

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
    Maurice Montgermont    
    Jean Capel    
  1941[2] Georges Boully    
1945 1959 Philippe de Raincourt CNIP Sénateur (1948-1959)
    Jean-Pierre Goupillon    
1977 2001 Henri de Raincourt UDF Conseiller général (1980-2008) et sénateur (1986-2009)
2001 2014 Jean-Pierre Commun    
2014 en cours Jérôme Cordier[3]   Fonctionnaire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 690 habitants, en augmentation de 3,36 % par rapport à 2009 (Yonne : -0,46 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
862 882 915 808 886 893 926 980 979
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
984 1 039 1 126 1 134 1 124 1 056 1 085 1 116 1 079
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 013 1 027 1 046 891 883 870 846 815 758
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
854 1 172 1 231 1 437 1 666 1 540 1 559 1 668 1 690
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le « chemin de César », ancienne voie romaine d'Agedincum (Sens) à Cenabum (Orléans, traverse Saint-Valérien d'Est en Ouest ; y sont encore découverts des vestiges de cette époque[8]. Cette voiee Aquis Segeste, un des grands centres du monde romain, à 35 km à l'Est.
  • L'église Saint-Valérien réunit deux styles : le gothique du XIIIe siècle et le renaissance du XVIe siècle.
  • Le presbytère, construit en 1834.
  • Le château de Saint-Valérien a été reconstruit au début du XVIIIe siècle, sur les ruines d'un ancien château fort. On en voit encore les traces et les fossés mais les deux ailes qui lui donnaient un aspect grandiose ont été supprimées par un ancien propriétaire. Le château appartient actuellement à M. Henri de Raincourt.
  • Le lavoir de Fontaines.
  • L'Orvanne.
  • Un monument marqué d'une croix de Lorraine, rappelle l'héroïsme des résistants lors de la dernière guerre.

Le GRP « Tour de l'Orvanne » traverse la commune[1].

Paroisse de Saint-Valérien[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint Valérien appartient au diocèse de Sens-Auxerre et regroupe sept villages : Saint-Valérien, Dollot, Brannay, Villebougis, Villeroy, Fouchères et La Belliole

Depuis 19 ans, c'est l'abbé Eugène Plater-Syberg qui a la responsabilité de cette paroisse.

Crèches et écoles[modifier | modifier le code]

  • La Crèche - Halte-garderie
  • L'école maternelle composée de trois classes : petits, moyens et grands.
  • L'école primaire charles boulle composée de 5 classes : CP, CE1, CE2, CM1, CM2.
  • Le collège du gâtinais en bourgogne composé de 24 classes : 7 classes de sixième, 6 classes de cinquième, 6 classes de quatrième, 5 classes de troisième. Il y a en tout 577 élèves.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Georges Boully (1877-1949), homme politique, parlementaire de la IIIe République ;
  • Paul Cousin (1901-1980), banquier Président du club de l'amitié ;
  • Henri de Raincourt (1948-), homme politique, sénateur et ancien ministre ;
  • Philippe de Raincourt (1909-1959), homme politique, père du précédent ;
  • Jackie Venon, cascadeur.
  • Josette Thibaut, a gagné la médaille d'Or d'Athlétisme des Jeux Paralympiques d'été en 1968 à Tel-Aviv (Israël).

Jumelages[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

  • La ronde des 16 clochers

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Monographies des villes et villages de France, Notice historique, géographique et statistique sur Saint-Valérien d' A. Vissuzaine.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Saint-Valérien sur la carte interactive de geoportail.fr. Couches « Limites administratives » et « Hydrologie » activées. Vous pouvez moduler la transparence des couches dans le menu « Ma sélection de données » et en ajouter d'autres depuis le menu « Catalogue de données ».
  2. Révoqué par le gouvernement de Vichy par décret publié au Journal officiel sur gallica.bnf.fr
  3. Saint-Valérien sur cg89.fr
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. http://www.eveha.fr/fr/node/361