Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Calvados
Cet article est une ébauche concernant une commune du Calvados.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain.
Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont
L'église Saint-Germain.
L'église Saint-Germain.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Canton Vire
Intercommunalité Communauté de communes Intercom de la Vire au Noireau
Commune Vire-Normandie
Statut Commune déléguée
Maire délégué Gérard Mary
2014-2020
Code postal 14500
Code commune 14584
Démographie
Gentilé Tallevendais
Population 2 004 hab. (2014)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 48′ 02″ nord, 0° 54′ 08″ ouest
Altitude Min. 125 m – Max. 351 m
Superficie 41,89 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Vire-Normandie
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 15.svg
Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 15.svg
Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont
Liens
Site web www.saint-germain-de-tallevende.fr

Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont est une ancienne commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Vire-Normandie.

Elle est peuplée de 2 004 habitants[Note 1].

Le nom de la commune, résultant de la fusion de Saint-Germain-de-Tallevende et de La Lande-Vaumont en 1973, lui vaut d'être l'une des trois communes de France à avoir le plus grand nombre de lettres (38). Du fait du nombre de traits d'union, elle est devancée par Saint-Remy-en-Bouzemont-Saint-Genest-et-Isson dans la Marne et devance Beaujeu-Saint-Vallier-Pierrejux-et-Quitteur dans la Haute-Saône en ce qui concerne le nombre de caractères.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au sud de Vire, le nord de son territoire étant d'ailleurs un faubourg de la ville. Elle est limitrophe du département de la Manche (communes de Gathemo, Vengeons et Chaulieu). Le bourg de Saint-Germain-de-Tallevende, en léger retrait de la route départementale no 577, est à 5 km au sud de Vire et à 9,5 km au nord de Sourdeval[1]. Le bourg de La Lande-Vaumont est beaucoup plus à l'est. Le territoire s'étend sur 4 189 hectares, ce qui en fait la commune la plus étendue de l'arrondissement de Vire.

Le territoire est au sud du Bocage virois. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie situe la commune aux confins de trois unités. La majeure partie est dans l'unité des hauts pays de l’ouest ornais et du Mortainais située majoritairement au nord-ouest du département de l'Orne et caractérisée par un «  paysage rude, marqué par un relief complexe modelé par les cours d’eau qui en divergent comme d’un château d’eau »[2]. La partie nord du territoire, à proximité de Vire, est dans l'unité du Bassin de Vire caractérisée par « un ancien bocage fortement dégradé par les mutations agricoles » et un « habitat dispersé […] de schiste aux toits d’ardoise »[3] et une frange sud dans celle du Haut Bocage transparent, « hauteurs copieusement arrosées [qui] se distinguent par la présence de hauts talus lessivés »[4].

Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont est traversé du nord au sud par la RD 577 (ancienne route nationale 177) permettant de joindre Vire à Sourdeval et Mortain. Elle est rejointe sur le territoire de Vire par la D 76 qui mène au sud-ouest à Gathemo. La D 218 qui joint le bourg à la D 577 conduit vers Saint-Sever-Calvados à l'ouest et se prolonge à l'est vers Truttemer-le-Grand en passant par le petit bourg de La Lande-Vaumont. Elle croise la D 282 partant également du nord et rejoignant Chaulieu au sud-est. L'ouest du bourg est traversé par la D 305 reliant Martilly (Saint-Martin-de-Tallevende) au nord à Sourdeval au sud.

La gare de Vire est à environ 5 km du bourg de Saint-Germain-de-Tallevende.

La Virène à Saint-Germain-de-Tallevende

Le territoire communal est parcouru par les premiers affluents gauches directs (le ruisseau de Maisoncelles, la Virène) ou indirects (la Dathée et divers petits ruisseaux) de la Vire. Tous ces cours d'eau prenant leurs sources à proximité de la limite sud de la commune (à l'extérieur ou à l'intérieur) coulent vers le nord. La Vire ne fait que border le territoire et fait fonction de limite au nord-est avec la commune de Roullours.

Le point culminant (351 m) se situe à l'ouest, près du lieu-dit la Valaiserie et des limites avec Gathemo et Champ-du-Boult. Le sud-ouest et l'ouest sont d'ailleurs jalonnés de collines dépassant toutes 275 mètres d'altitude. Le point le plus bas (125 m) correspond à la sortie de la Virène de la commune, au nord, non loin du confluent avec la Vire. La commune est bocagère.

La pluviométrie annuelle avoisine les 1 000 mm[5]. Elle est assez nettement plus importante au sud du territoire, sur les reliefs, et moindre à l'extrême nord (presque 200 mm d'écart).

La commune cumulant une étendue vaste et une localisation en bocage où les envillagements sont éparses et nombreux, les lieux-dits sont considérablement nombreux. Ces lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire : le Mesnil, la Chambre, le Maupas, la Jeulière, la Masure Dubourg, les Roquelles, le Hoguet, le Moulin de Dathée, la Renaudière, le Petit Chêné, le Grand Chêné, Virène, la Planche, la Bercendière Guéret, le Montlien de Bas, le Coudray, le Fay, les Domaines, la Fauvellière, la Piltière, la Mahère, la Criquetière, le Moulin Bionnet, la Guillonnière, la Toverie Roussin, la Bardellière, le Rocher Roussin, le Petit Rocher, la Gosselinière, la Guertière, les Tannières, la Franquerie, la Sorrière, les Vaux, la Giltière (au nord), la Besnardière, la Grillonnière, la Pinsonnière Sonnet, Saint-Clair, le Haut du Pavé, la Redettière, le Moulin Neuf, les Douards, la Corderie, l'Énaudière, la Pinsonnière, la Grande Fosse, la Giraudière, la Tigerie, la Petite Fosse, le Clos Fortin, Montlien de Haut, la Lamberdière de Haut, les Loges, le Buisson, le Rocher Pihan, la Bonnelière, la Masure, le Bourg de Saint-Germain-de-Tallevende, la Gourdellière , les Pageries, la Tessonnière, les Acres, l'Aunay Martin, la Barbottière, la Chardinière, la Morcellière, l'Aunay Pihan, le Villemer, la Mégeanterie, la Morinière (à l'est), la Chaudronnière, le Mont Savarin, la Becquetière, la Fauvellière Rondel, les Hauts Vaux, les Bas Vaux, la Martinière, le Bourg de la Lande-Vaumont, le Bas Finet, le Hamel, Moulin de la Lande, la Héyère, la Tibardière, le Presbytère, le Porquet, la Meslerie, les Forges, le Petit Chesné, le Grand Chesné, la Rogerie, les Mollières, Beaucoudray, le Val, le Tertre, la Pérère, la Cour de la Lande, le Grand Champ, le Petit Bourg, la Charterie aux Grands, la Jamerie, l'Angerie, la Couderie, le Beaugeard, la Ménagerie, les Petites Masures, les Vallées, la Poterie, la Rondellière, la Bercendière Bonnel, la Perrerie, le Rocher Brison, le Rocher Barbot, la Ruaudière, la Rogeardière, la Martellière, la Sansonnière, le Point du Jour (au sud), le Vaultier, la Hutière, la Normandière, la Ferrière, les Rochers de Haut, les Rochers de Bas, la Mutellière, l'Aiserie, la Huberdière, la Mahudière, la Délairie, l'Ouverie, la Gare, la Toverie Picquenard, la Gréardière, la Béchaudière, les Remenneries, la Lamberdière de Bas, le Moulin Chevalier, la Cour de Montaigu, la Paysantière, la Méguisière, les Nudières, les Monts Bonnel, les Petits Bois, les Robinières, les Buissons, la Butte au Chartier, la Graffardière, la Huberdière Fauvel, la Lantaignière, les Cottins, la Chaltière, le Moulin du Fay, la Halouzière, l'Aubrière, l'Anglaicherie, le Moulin Perreux, les Costils, la Bruyère, Montabourg, les Guérets, la Valaiserie, la Brindellière, les Louvetières, la Ruaudière, la Fosse Radoult, la Charterie (à l'ouest), la Butte au Cerf, la Guilmoisière, la Chesnellière, la Boraire, les Masures Auvray, les Landes, la Prévôtière, les Bouillons et la Ruellenière[6].

Communes limitrophes de Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont[7]
(comm. nouv. de Vire-Normandie)
Saint-Manvieu-Bocage Vire
(comm. nouv. de Vire-Normandie)
Roullours
(comm. nouv. de Vire-Normandie)
Champ-du-Boult Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont[7]  (comm. nouv. de Vire-Normandie) Maisoncelles-la-Jourdan
(comm. nouv. de Vire-Normandie)
Gathemo (Manche) Vengeons (Manche)
(comm. nouv. de Sourdeval)
Chaulieu (Manche)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de l'agglomération.

Le nom de la localité est attesté sous les formes Talavinda vers 825 et S. Germain de Tarvende en 1450[8]. La paroisse était dédiée à Germain d'Auxerre, Tallevende est issu du prégaulois[8] ou prélatin[9] tala, « marne » ou « terre argileuse », et du gaulois vinda, « blanc ».

La Lande-Vaumont, Lande Vaumon en 1398[8] : La Lande ou Lalande est un toponyme commun qui désignait un endroit non cultivé, comme en français contemporain ; Albert Dauzat et Charles Rostaing considèrent Vaumont comme désignant un lieu caractérisé par un mont entre deux vaux[8], tandis que René Lepelley y voit un anthroponyme[9].

Rebaptisée Tallevende-le-Grand à la Révolution, Saint-Germain retrouve le nom de son protecteur en 1856.

Le gentilé est Tallevendais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les registres paroissiaux montrent que la paroisse de la Lande Vaumont fut touchée par une épidémie de peste au second semestre 1629. Le nombre de décès, de l'ordre d'une dizaine par an, fut ainsi quadruplé.

En 1793, un épisode d’un affrontement entre les « bleus » de Vire et les «  blancs  » de Sourdeval se déroule dans le bois du Clos-Fortin. Un combat meurtrier oppose alors républicains et royalistes dans un engagement où, dit-on, le général Hoche prit part.

En 1973, Saint-Germain-de-Tallevende (1 391 habitants en 1968) absorbe La Lande-Vaumont (112 habitants)[10], qui garde d'abord le statut de commune associée jusqu'en 1978, date à laquelle la fusion devient totale.

Le , Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont intègre avec les sept autres communes de la communauté de communes de Vire la commune de Vire-Normandie[11] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes de Coulonces, Maisoncelles-la-Jourdan, Roullours, Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont, Truttemer-le-Grand, Truttemer-le-Petit, Vaudry et Vire deviennent des communes déléguées et Vire est le chef-lieu de la commune nouvelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983[12] mars 2001 Bernard Amand SE Agriculteur
mars 2001 décembre 2004 Jean-Claude Dupont  ? Chargé de clientèle CE
février 2005[13] mars 2008 Michel Lefèvre DVD Directeur d'entreprise de transport retraité
mars 2008[14] mars 2014 Marc Andreu-Sabater PRG Conseiller en formation continue et conseiller général
mars 2014[15] décembre 2015 Gérard Mary SE Cadre commercial

Le conseil municipal était composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints[15]. Ces conseillers intègrent au complet le conseil municipal de Vire-Normandie le jusqu'en 2020 et Gérard Mary devient maire délégué.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont dispose d'une école maternelle et d'une école élémentaire publiques.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 2 004 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2006, 2011, 2016, etc. pour Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont[16]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Tallevende-le-Grand a compté jusqu'à 3 367 habitants en 1821.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 152 2 939 3 218 3 367 3 294 3 309 3 323 3 284 3 215
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 053 2 946 3 095 2 712 2 803 2 570 2 545 2 465 2 335
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 201 2 120 2 146 1 977 2 025 1 961 2 075 2 310 1 574
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 560 1 391 1 489 1 650 1 584 1 731 1 923 1 954 2 004
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006 [18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre de La Lande-Vaumont.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le Football club tallevendais fait évoluer une équipe de football en division de district[20].

Manifestations[modifier | modifier le code]

Un vide-greniers a lieu chaque année ainsi qu'un carnaval des écoles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jules François Turquetil naquit le à Tallevende-le-Grand (actuel Saint-Germain-de-Tallevende). S'étant installé à Paris, il y devint fabricant de papiers peints et connut, à ce titre, une certaine notoriété. En effet, sa participation active aux principales expositions internationales de la seconde moitié du XIXe siècle lui valut de nombreuses médailles. Il fut également un des membres fondateurs de l'Union centrale des Beaux Arts appliqués à l'Industrie. À sa mort en 1890, ses anciens collaborateurs continuèrent à exploiter, sous l'appellation Turquetil et Cie, l'usine de fabrication de papiers peints qu'il avait installée dans le 11e arrondissement de Paris.
  • Les frères Lechevallier d'Aigneaux : poètes du XVIe siècle. Résidence probable au manoir du Clos Fortin, propriété de la famille Lechevallier puis de la famille Huillard d'Aignaux[réf. nécessaire].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Les unités de paysage : Unité 7.4.2 : Les hauts pays de l’ouest ornais et du Mortainais » [PDF], sur Dreal Basse-Normandie (consulté le 28 janvier 2016)
  3. « Les unités de paysage : Unité 4.4.1 - Le Bassin de Vire dans son écrin de hauteurs boisées » [PDF], sur basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr, Dreal Basse-Normandie (consulté le 28 janvier 2016).
  4. « Les unités de paysage : Unité 4.4.4 - Le Haut Bocage transparent, aux talus en dentelle » [PDF], sur basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr, Dreal Basse-Normandie (consulté le 28 janvier 2016).
  5. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  6. Saint-Germain-de-Tallevende sur Géoportail.
  7. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  8. a, b, c et d Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  9. a et b René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 223
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 6 janvier 2009)
  11. « Recueil des actes administratifs du 31 décembre 2015 », sur le site de la préfecture du Calvados (consulté le 28 janvier 2016).
  12. « Bernard Amand, maire de 1983 à 2001 », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er avril 2015)
  13. « Marc Andreu-Sabater candidat aux municipales », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 4 mars 2015)
  14. « Derniers vœux aux Tallevendais de Marc Andreu-Sabater », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 4 mars 2015)
  15. a et b « Gérard Mary devient maire, Eric Lecordier 1er adjoint », sur Ouest-france.fr (consulté le 9 avril 2014)
  16. Date du prochain recensement à Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  19. « Dolmen de la Loge aux Sarrazins », notice no PA00111674, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – FC Tallevendais » (consulté le 17 septembre 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :