Saint-Sever-Calvados

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Sever (homonymie).

Saint-Sever-Calvados
Saint-Sever-Calvados
L'hôtel de ville, l'église Notre-Dame et son clocher.
Blason de Saint-Sever-Calvados
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Canton Vire
Intercommunalité Communauté de communes Intercom de la Vire au Noireau
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean-Pierre Nourry
2017-2020
Code postal 14380
Code commune 14658
Démographie
Gentilé Séverins
Population 1 211 hab. (2016)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 26″ nord, 1° 02′ 52″ ouest
Altitude Min. 144 m
Max. 350 m
Superficie 27,92 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Noues de Sienne
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 15.svg
Saint-Sever-Calvados

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 15.svg
Saint-Sever-Calvados

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Sever-Calvados

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Sever-Calvados

Saint-Sever-Calvados est une ancienne commune française, ancien chef-lieu de canton, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 1 211 habitants[Note 1], devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Noues de Sienne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Couvrant 2 792 hectares, le territoire de Saint-Sever-Calvados, majoritairement occupé par la forêt de Saint-Sever, était le plus étendu de son canton, le plus occidental du Bocage virois. Son bourg est 13 km à l'ouest de Vire et à 14 km à l'est de Villedieu-les-Poêles. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie localise la presque totalité du territoire à l'ouest de l'unité du Bassin de Vire caractérisée par « un ancien bocage fortement dégradé par les mutations agricoles » et un « habitat dispersé […] de schiste aux toits d’ardoise »[1]. Seule une petite partie sud se situe dans l'unité du Haut Bocage transparent : des « hauteurs copieusement arrosées [qui] se distinguent par la présence de hauts talus lessivés »[2].

La commune est traversée par la route départementale no 524 (ancienne route nationale 24bis) menant de Vire à Villedieu-les-Poêles et qui passe par le bourg, Elle y croise la D 91 joignant Sept-Frères et Landelles-et-Coupigny au nord et Le Gast et Saint-Pois au sud. Du bourg part également la D 77 qui permet de rejoindre Courson, Montbray et Percy au nord-ouest. Se greffant sur la D 91 en forêt de Saint-Sever, la D 299 et la D 300 mènent respectivement à Champ-du-Boult au sud-est et vers Coulouvray-Boisbenâtre au sud-ouest. L'A84 est accessible à 16 km à l'ouest à Fleury vers Rennes (sortie 37) ou à La Colombe (sortie 38) ou au nord à Pont-Farcy (sortie 39, 15 km au nord) vers Caen.

Saint-Sever, et en particulier son bourg, est sur une ligne de partage des eaux séparant les bassins de deux fleuves côtiers : la Vire, à l'est (par son affluent la Brévogne), et la Sienne, à l'ouest, qui, comme la Brévogne, prend sa source dans la forêt, sur le territoire. Les premiers affluents de la Sènène, elle-même affluent de la Sienne, collectent les eaux du nord-ouest de la commune, la Cunes, sous-affluent de la Vire par la Drôme, celles du nord-est.

Le point culminant (350/351 m) se situe au sud, au lieu-dit les Lorencières. Le point le plus bas (144 m) correspond à la sortie de la Cunes du territoire, au nord-est. Le sud du territoire est sur le massif granitique de Vire-Carolles, le nord sur le sous-sol schisteux du bassin du Bocage virois[3]. En dehors de la forêt, la commune est bocagère.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. La station météorologique la plus proche est Granville-Pointe du Roc, à 40 km, mais Caen-Carpiquet est à moins de 60 km[4]. Le Bocage virois s'en différencie toutefois pour la pluviométrie annuelle qui, à Saint-Sever-Calvados, avoisine les 1 150 mm[5].

Les lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire : la Bersairie, les Déserts, la Braiserie, Saint-Blaise, la Caverie, les Broderies, la Lande, le Bourg (au nord), la Guertière, la Guibellière, la Bunoudière, la Basse Fosse, la Haute Fosse, le Mouton, les Houlettes, le Beauregard, la Maquellerie, le Souchet, la Jourdanière, les Closets, le Vieux Château, le Clos, la Clairière, la Davière, la Faverie, la Jardière, la Rigoussière, la Quetterie, la Nellerie, la Vermondière, la Clergerie (à l'est), la Tournerie, le Mesnil, la Mennetière, la Jancellière, la Capucière, les Lorencières, la Noue de Sienne, l'Ermitage (au sud), le Valet, Brundou, la Jouardière, la Reinière, la Guermonderie, la Pédevinière, les Rivages, Cotigny, Plate Bourse, le Clos du Pôt, la Fieffe, la Porte de Cotigny, la Gablerie, le Bois de Cotigny, le Courbillon (à l'ouest) et le Richelieu[6].

Communes limitrophes de Saint-Sever-Calvados[7]
Courson Sept-Frères Le Mesnil-Caussois
Fontenermont Saint-Sever-Calvados[7] Mesnil-Clinchamps,
Saint-Manvieu-Bocage
Coulouvray-Boisbenâtre (Manche) Le Gast Champ-du-Boult

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme S. Severus en 1278[8]. La paroisse est dédiée à Sever, évêque d'Avranches qu'une légende lie à la forêt locale.

En 1889, Saint-Sever devient Saint-Sever-Calvados[9]. L'adjonction du nom du département permet de contourner l'homonymie avec Saint-Sever, commune landaise liée à un autre Sever.

Le gentilé est Séverin.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'abbaye Sainte-Marie-et-Saint-Sever est fondée au Xe siècle par Richard Goz et son fils Hugues le Loup[10].

Lors de la bataille de Normandie, après un bombardement d'artillerie, le bourg de Saint-Sever est libéré le 4 août 1944 par la 28e division d'infanterie américaine, suivie de la 2e division blindée, libération facilitée par les mouvements de repli de l'armée allemande pour la contre-attaque de Mortain[11].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Sever-Calvados

Les armes de la commune de Saint-Sever-Calvados se blasonnent ainsi :
D'azur aux trois gerbes de blé d'or[12].

Ce blason est celui de la famille Goz, seigneurs d'Avranches, puis comtes de Chester, anciens seigneurs de la baronnie de Saint-Sever (éteinte).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Candidats ou listes ayant obtenu plus 5 % des suffrages exprimés lors des dernières élections politiquement significatives :

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1856 1883 S. de Petiville    
1883 1900 M. Legendre    
1900 1915 L. Lelièvre    
1915 1919 E. Voisin    
1919 1948 A. Fontaine    
1948 1965 S. Lesénéchal    
mars 1965 juin 1995 Victor Laporte    
juin 1995 mars 2001 Hervé Chareton    
mars 2001 mars 2008 Claude Leménorel   Chef d'entreprise
mars 2008[17] décembre 2016 Jean-Pierre Nourry[18]   Directeur de poste

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[18].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[20],[Note 2].

En 2016, la commune comptait 1 211 habitants, en diminution de -9,83 % par rapport à 2011 (Calvados : 1,56 %, France hors Mayotte : 2,49 %). La démographie de Saint-Sever-Calvados montre une stabilité de la population, le nombre d'habitants au cours des deux derniers siècles s'inscrivant entre 1 704 (atteint en 1936) et 1 325 (en 1999).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5391 5271 5121 5151 6531 6851 6581 6081 630
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5511 5071 5171 5261 5401 5541 5141 5121 338
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3871 4561 4721 3351 4001 5391 7041 6801 566
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2016
1 4851 4151 3791 4251 4091 3251 3691 2481 211
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Sever-Calvados est située au cœur du Bocage normand. Visite de l'abbaye, forêt de domaniale de Saint-Sever, camping. Commune typique du bocage en granite bleu.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame et son clocher.
Le château de la Braiserie.
  • Église Notre-Dame-de-Saint-Sever, ancienne abbatiale du XIIIe siècle classée Monument historique[22]. Il s'agit d'une abbaye gothique réédifiée postérieurement à l'édifice initial roman du XIe siècle, dont il ne reste rien. L'église actuelle est la partie qui était autrefois réservée aux moines bénédictins. L'ancienne partie paroissiale ayant été détruite au début du XIXe siècle, le clocher subsistant (fin XVIIe) offre la particularité d'être séparé de la nef actuelle[23]. L'église abrite de nombreuses œuvres classées à titre d'objets[24].
  • Hôtel de ville, occupant les anciens bâtiments monastiques (XVIIe siècle).
  • Forêt de Saint-Sever.
  • Motte castrale du Vieux Château, classée aux Monuments historiques[25].
  • Chapelle de l'Ermitage (XVIIe), en forêt de Saint-Sever. Un retable, un haut-relief, des rinceaux et un buste du Christ sont classés[24].
  • La gare de Saint-Sever.
  • Château de Launay, propriété de la famille Tardif de Petiville, dont Guillaume Charles Sosthène Tardif de Petiville, né le 15 mai 1819 à Vire et mort le 28 mai 1905 à Saint-Sever, maire de Saint-Sever vers 1881,conseiller général du Calvados, lieutenant de Louveterie.
  • Château de la Braiserie.
  • Château Chenel.
  • Sanatorium, construit en 1929, pour répondre au fléau de la tuberculose. Âgé de 38 ans, Abraham Drucker, jeune médecin, arrive comme interne. Le sanatorium a répondu parfaitement à sa mission de santé, avant d'être réorienté en 1954 vers un objectif d'éducation spécialisé, en prenant le statut d'IMP (Institut médico pédagogique).

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Le château Chenel.

Sports[modifier | modifier le code]

L'Union athlétique de Saint-Sever fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[26].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Abraham Drucker (1903-1983), né le 15 novembre 1903 à Davideni près de la ville de Czernowitz en Bucovine du Nord (à l’époque dans l'empire austro-hongrois, puis en Roumanie après 1918 et actuellement en Ukraine), émigré en France en 1925 où il poursuit ses études de médecine et naturalisé français en 1937. Il avait épousé en 1934 Lola Schafler (née le 26 mars 1906 à Vienne), d'origine autrichienne, avec qui il a eu trois fils (Jean, Michel, Jacques). Cette même année, après avoir travaillé en Bretagne, il obtient un poste de médecin-interne au sanatorium de Saint-Sever, en spécialité tuberculose osseuse. Sa femme est, quant à elle, employée comme infirmière. Deux ans plus tard (en septembre), il est mobilisé sous le drapeau français en tant qu'infirmier puis médecin, jusqu’en août 1940. Après la Libération, le « médecin de famille et de campagne » s'installe à Vire où un bâtiment de l'hôpital, porte désormais son nom (« le frère d’Abraham, Maurice, interne lui aussi à St-Sever entre 1937 et 1939, serait mort en Roumanie après son arrestation fin 1944… »).[réf. nécessaire]
  • Jean Drucker (1941-2003), haut responsable de la télévision française.
  • Michel Drucker (né en 1942), présentateur de télévision.
  • Allain Gaussin (né en 1943 à Saint-Sever-Calvados), compositeur.
  • Arnold Turboust (né en 1959 à Saint-Sever-Calvados), compositeur, chanteur, musicien et producteur français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les unités de paysage : Unité 4.4.1 - Le Bassin de Vire dans son écrin de hauteurs boisées » [PDF], sur basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr, Dreal Basse-Normandie (consulté le 22 juin 2015).
  2. « Les unités de paysage : Unité 4.4.4 - Le Haut Bocage transparent, aux talus en dentelle » [PDF], sur basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr, Dreal Basse-Normandie (consulté le 22 juin 2015).
  3. « Géologie du territoire de Saint-Sever-Calvados » sur Géoportail.
  4. Distances orthodromiques selon le site Lion 1906
  5. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 25 janvier 2014) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr).
  6. « Saint-Sever-Calvados » sur Géoportail.
  7. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. André Laroze, Saint-Sever et son abbaye, Villedieu-les-Poêles, , p. 6
  11. « Saint-Sever-Calvados (14 Calvados) La Libération », sur normandie44lamemoire.com (consulté le 22 juin 2015)
  12. « GASO, la banque du blason - Saint-Sever-Calvados » (consulté le 11 juillet 2013)
  13. « Résultats des élections régionales 2015 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 10 mars 2016)
  14. « Résultats des élections européennes 2014 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 10 mars 2016)
  15. « Résultats des élections législatives 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 10 mars 2016)
  16. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 10 mars 2016)
  17. « Jean-Pierre Nourry succède à Claude Leménorel », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 juillet 2014)
  18. a et b Réélection 2014 : « Saint-Sever-Calvados (14380) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 25 avril 2014)
  19. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 .
  22. « Église », notice no PA00111721, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « L'Église Abbatiale — Site officiel de la Mairie de Saint Sever Calvados » (consulté le 18 décembre 2008)
  24. a et b « Œuvres mobilières à Saint-Sever-Calvados », base Palissy, ministère français de la Culture.
  25. « Motte castrale », notice no PA00111722, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – U.A. St-Sever » (consulté le 22 août 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Liens externes[modifier | modifier le code]