Rue des Paradoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rue des Paradoux
(oc) Carrièra dels Paradors
Image illustrative de l’article Rue des Paradoux
La rue des Paradoux.
Situation
Coordonnées 43° 35′ 57″ nord, 1° 26′ 34″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Métropole Toulouse Métropole
Ville Toulouse
Secteur(s) 1 - Centre
Quartier(s) Carmes
Début no 5 rue Henri-de-Gorsse
Fin no 20 rue de Metz et no 26 rue des Marchands
Morphologie
Type Rue
Longueur 239 m
Largeur env. 5 m
Transports
Métro de Toulouse Métro Ligne A du métro de Toulouse : Esquirol (à proximité)
Ligne B du métro de Toulouse : Carmes (à proximité)
Histoire
Anciens noms 1re partie : Rue des Paradoux (XIVe – XVIIIe siècle) ; Rue de l'Union (1794)
2e partie : Rue des Fustiers (XIVe – XVIIIe siècle) ; Rue Célébrité (1794)
Nom actuel 1806
Protection Site patrimonial remarquable (1986)
Notice
Archives 315555168013
Chalande 54
Géolocalisation sur la carte : Toulouse
(Voir situation sur carte : Toulouse)
Rue des Paradoux
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Rue des Paradoux

La rue des Paradoux (en occitan : carrièra dels Paradors) est une voie publique de Toulouse, chef-lieu de la région Occitanie, dans le Midi de la France. Elle se situe à la limite du quartier des Carmes, dans le secteur 1 - Centre.

Cette rue relativement rectiligne, orientée nord-sud, correspond à un ancien cardo de la cité romaine de Toulouse. Elle reste, au Moyen Âge, un axe structurant de la ville médiévale fréquenté par de nombreux artisans, particulièrement ceux du textile.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

La rue des Paradoux est relativement rectiligne, orientée nord-sud et longue de 239 mètres. Sa largeur est d'environ 5 mètres, qu'elle a depuis le Moyen Âge. Prolongeant la rue Saint-Rémésy, elle naît de la rue Henri-de-Gorsse, au niveau d'une petite place qui portait le nom de place des Paradoux au Moyen Âge. Elle reçoit sur son côté droit les rues Joutx-Aigues et du Coq-d'Inde, et à gauche la rue de la Madeleine. Elle se termine au croisement de la rue de Metz, au niveau d'une petite place qui reçoit également la rue des Marchands par la droite. Elle est prolongée au nord par la rue de la Bourse et la rue Sainte-Ursule, qui rejoint la rue Léon-Gambetta pour se terminer sur la place du Capitole.

La partie centrale de la rue des Paradoux est occupée par une chaussée qui compte une seule voie de circulation automobile à sens unique, depuis la rue Henry-de-Gorsse vers la rue de Metz. Elle est définie comme une zone de rencontre et la vitesse y est limitée à 20 km/h. Il n'existe pas de piste, ni de bande cyclable, quoiqu'elle soit à double-sens cyclable.

Voies rencontrées[modifier | modifier le code]

La rue des Paradoux rencontre les voies suivantes, dans l'ordre des numéros croissants (« g » indique que la rue se situe à gauche, « d » à droite) :

  1. Rue Henri-de-Gorsse
  2. Rue Joutx-Aigues (d)
  3. Rue de la Madeleine (g)
  4. Rue du Coq-d'Inde (d)
  5. Rue de Metz (g)
  6. Rue des Marchands (d)

Transports[modifier | modifier le code]

Odonymie[modifier | modifier le code]

La rue des Paradoux tire son nom des pareurs de draps (parador ou paraire en occitan) qui étaient établis dans cette rue au Moyen Âge[1]. Le rôle de ces artisans textiles était de terminer la préparation des draps (c'est-à-dire les tissus) après qu'ils avaient été foulés et teints afin de les vendre. Ils occupaient souvent, pour cette raison, le métier de marchands de draps[2]. Dès le XIIIe siècle, la rue porte ce nom de Paradoux ou bien de simples variantes, telles que Grand-rue des Paradoux ou rue des Paradoux-de-la-Dalbade. Le nom de Paradoux est également donné à la petite place qui se forme au carrefour de la rue des Paradoux et de la rue du Four-de-la-Dalbade (actuelle rue Henri-de-Gorsse). Cependant, seule la première partie de la rue actuelle, entre cette dernière et la rue de la Madeleine, porte ce nom[3].

La deuxième partie de la rue, entre la rue de la Madeleine et la rue des Marchands, était appelée au XIIIe siècle rue des Fustiers, artisans du bois, charpentiers ou marchands de bois, car les planches non équarries étaient appelées « fuste » (fusta en occitan). Le carrefour des rues des Paradoux, des Fustiers et Sesquières (actuelle rue du Coq-d'Inde) était également connu comme la place du Puits-des-Fustiers[3].

En 1794, pendant la Révolution française, la rue des Paradoux et la rue des Fustiers furent renommées l'une, rue de l'Union, et l'autre, rue de la Célébrité. Elles reprirent ensemble le nom de rue des Paradoux[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La rue des Paradoux correspond à un des axes nord-sud ou cardo de la ville romaine de Tolosa. Il est parallèle au cardo maximus.

Moyen Âge et période moderne[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la rue des Paradoux appartient au capitoulat de la Dalbade et la rue des Fustiers au capitoulat du Pont-Vieux. La population de ces rues est assez mélangée, même si, au milieu du Moyen Âge, les artisans y sont les plus nombreux. Tout d'abord, les pareurs de draps, artisans chargés de préparer les draps après qu'ils ont été foulés et teints, et qui occupent souvent des fonctions importantes dans le commerce textile[1],[5]. Ensuite, les fustiers, artisans du bois[3]. La population du quartier profite de la proximité d'un four public, le four des Paradoux, près de l'église de la Dalbade, et d'un puits sur la place des Paradoux, au carrefour de la rue Sesquières (actuelle rue du Coq-d'Inde)[6]. Les constructions y sont généralement en bois et la rue est régulièrement touchée par les incendies qui en ravagent les maisons, comme en 1442 et en 1463, puisqu'elle est plusieurs fois désignée, au XVe siècle, comme la carrièra cremada – la « rue brûlée » en occitan[7],[8].

Au cours du XVIIIe siècle, la plupart des maisons reçoivent de nouvelles façades, mais l'ensemble de la rue ne bénéficie pas de projet d'élargissement comme la plupart des rues voisines[9]. La rue est également investie par des parlementaires, tel Jacques de Saget, avocat général au Parlement, père de l'ingénieur Joseph-Marie de Saget[10]. Parmi les personnages notables de la rue se distingue également Isaac Courtois, qui établit en 1760 la première banque de la ville dans la rue des Paradoux, avant de déménager en 1773 dans l'hôtel d'Alliès (actuel no 6 rue des Couteliers)[11].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La Révolution française amène des changements. Pendant la Terreur, entre 1793 et 1794, plusieurs parlementaires toulousains sont inquiétés. En 1794, Jean-Louis-René de Gaillard, seigneur de Frouzins et conseiller au Parlement, habitant de la rue (actuel no 51), est arrêté et emprisonné dans la prison de la Visitation, puis emmené à Paris où il est jugé, condamné et guillotiné, place de la Révolution, le [12].

Au milieu du XXe siècle, la rue des Paradoux est encore une rue active. On y trouve le restaurant Claridg (actuel no 23)[13], la boutique de vêtements Cuir-Lux (actuel no 8)[14]. La rue conserve son visage et les destructions y restent limitées. Seul un immeuble, insalubre, est démoli au profit d'une réalisation de Logé-France (actuel no 11)[15].

Patrimoine et lieux d'intérêt[modifier | modifier le code]

Hôtels particuliers[modifier | modifier le code]

Façade de l'hôtel Castaing.
  • no  32 : hôtel de Michel de Cantuer.
    Ce vaste bâtiment est construit après 1651 pour Michel de Cantuer, seigneur de Gargas, conseiller du roi et receveur général des décimes. Il se compose d'un bâtiment principal à plusieurs corps, qui se développe sur huit travées et s'élève sur trois étages décroissants, séparés par des cordons. Le rez-de-chaussée est ouvert par des arcades en plein cintre. Le portail principal, orné d'un mascaron, est surmonté d'une corniche en pierre qui repose sur des consoles ornées d'écailles et d'une guirlande de fleurs. À gauche, un portail similaire, mais plus simple, est aussi orné d'un mascaron. Une corniche à modillons couronne l'élévation. Sur la cour, les corps de bâtiments ont été repris aux siècles suivants, comme l'escalier de pierre, construit sous le Premier Empire[19].

Immeubles[modifier | modifier le code]

no 1 : immeuble de Dominique de Nicolas.
  • no  1 : immeuble.
    De l'immeuble élevé dans la première moitié du XVIIe siècle pour l'avocat Dominique de Nicolas subsistent l'élévation latérale gauche et l'élévation sur cour où se trouve un escalier à balustre en bois. Le corps central, avec son large fronton et ses ferronneries, est reconstruit après 1758 pour l'avocat Antoine Bernard[20].
no 2 : logis du Trésorier Mondran.
  • no  2 : logis du Trésorier Mondran.
    L'immeuble, de style classique, est reconstruit après 1658 pour le trésorier général Jacques-François de Mondran[21]. Sur la rue, le bâtiment présente quatre travées et des arcades de boutique sont présentes au rez-de-chaussée. L'élévation est surmontée d'une corniche à denticules. En arrière du bâtiment, une galerie à arcades fait le tour de la cour. La porte de cette cour, en plein cintre, est encadrée par deux pilastres et surmontée d'une agrafe avec le monogramme du Christ. L'ensemble est repris au XVIIIe siècle, modifiant la porte cochère, alors que des mascarons sculptés sont ajoutés aux arcades de la cour[22].
  • no  8 : immeuble.
    L'immeuble, construit dans la deuxième moitié du XIXe siècle par l'architecte G. Lapierre, s'élève à l'angle de la rue Joutx-Aigues. Il est constitué d'un bâtiment principal à plusieurs corps. Chaque niveau bénéficie d'un traitement différent. La décoration sculptée, due à A. Azibert, est groupée dans la travée d'angle. Elle présente une certaine originalité avec un balconnet soutenu par une console richement ornée[23].
no 18 : immeuble.
  • no  18 : immeuble.
    L'immeuble, construit au XVIIIe siècle, conserve des éléments plus anciens du XVIe siècle, de la maison d'Antoine Bajauld qui en est locataire, puis propriétaire en 1539. Le plus intéressant est une fenêtre à meneau sculptée avec un personnage anthropomorphe[24].
  • no  34 : immeuble.
    L'immeuble est reconstruit après 1667 pour le capitoul Pierre Arquier. C'est lui qui fait graver, sur la clef de l'arceau de droite, la devise latine Spera et time[25].
  • no  35 : immeuble.
    L'immeuble, construit au XVIIe siècle, présente une façade sur la rue des Paradoux et une sur celle de la Madeleine – il partageait autrefois la cour de l'actuel no 5 de cette rue. À l'angle des deux rues, un pilier en pierre est terminé par un corbeau sculpté représentant un lion, ce qui laisse supposer que la façade était à l'origine construite en pan de bois[26].
  • no  37 : immeuble.
    L'immeuble, construit au XVIIe siècle, présente une façade sur la rue des Paradoux et une sur celle de la Madeleine – il partageait autrefois la cour de l'actuel no 5 de cette rue. À l'angle des deux rues, un pilier en pierre est terminé par un corbeau sculpté représentant un lion, ce qui laisse supposer que la façade était à l'origine construite en pan de bois. Elle présente une belle façade symétrique de style classique. Les ouvertures au rez-de-chaussée et les fenêtres aux étages ont des encadrements en brique et pierre alternées. Au 1er étage, les fenêtres ont été dotées au XVIIIe siècle de garde-corps en fer forgé aux motifs végétaux et géométriques[26].
  • no  41 : immeuble de Lespinasse.
    Cet immeuble étroit est construit dans la première moitié du XVIIIe siècle pour la famille Lespinasse. Au 1er étage, les fenêtres ont des balconnets en pierre dotés de garde-corps en fer forgé aux armoiries de cette famille, représentant un pin. Les fenêtres des étages supérieurs ont des garde-corps en fer forgé aux motifs géométriques plus simples[27].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Plaque en mémoire de Jules Chalande.
  • Jules Chalande (1854-1930) : naturaliste, historien et érudit toulousain, auteur d'une importante Histoire des rues de Toulouse, il vécut et mourut dans l'hôtel Castaing (actuel no 28). Une plaque fut placée sur l'immeuble le 11 février 1939, en présence de représentants du conseil municipal et de l'association des Toulousains de Toulouse[28].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Chalande 1915, p. 124.
  2. Patrice Poujade, « Être marchand », Une société marchande. Le commerce et ses acteurs dans les Pyrénées modernes, coll. Tempus, Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2008, p. 233.
  3. a b et c Chalande 1915, p. 124-125.
  4. Chalande 1915, p. 125.
  5. Patrice Poujade, « Être marchand », Une société marchande. Le commerce et ses acteurs dans les Pyrénées modernes, coll. Tempus, Presses universitaires du Mirail, Toulouse, p. 233.
  6. Salies 1989, vol. 1, p. 493.
  7. Salies 1989, vol. 1, p. 331.
  8. Salies 1989, vol. 2, p. 247.
  9. Chalande 1915, p. 126.
  10. a et b Salies 1989, vol. 2, p. 392.
  11. Salies 1989, vol. 1, p. 110.
  12. Chalande 1915, p. 131.
  13. Salies 1989, vol. 1, p. 287.
  14. Salies 1989, vol. 1, p. 342.
  15. Salies 1989, vol. 2, p. 111.
  16. Notice no IA31170073, inventaire général du patrimoine culturel, région Occitanie/ville de Toulouse.
  17. Notice no IA31131594, inventaire général du patrimoine culturel, région Occitanie/ville de Toulouse.
  18. Jacques Blamont, Le Lion et le moucheron. Histoire des Marranes de Toulouse, éd. Odile Jacob, Paris, 2000.
  19. Notice no IA31131633, inventaire général du patrimoine culturel, région Occitanie/ville de Toulouse.
  20. Notice no IA31131630, inventaire général du patrimoine culturel, région Occitanie/ville de Toulouse.
  21. Chalande 1915, p. 126-127.
  22. Notice no IA31131627, inventaire général du patrimoine culturel, région Occitanie/ville de Toulouse.
  23. Notice no IA31131596, inventaire général du patrimoine culturel, région Occitanie/ville de Toulouse.
  24. Notice no IA31131555, inventaire général du patrimoine culturel, région Occitanie/ville de Toulouse.
  25. Notice no IA31131634, inventaire général du patrimoine culturel, région Occitanie/ville de Toulouse.
  26. a et b Notice no IA31131619, inventaire général du patrimoine culturel, région Occitanie/ville de Toulouse.
  27. Notice no IA31131585, inventaire général du patrimoine culturel, région Occitanie/ville de Toulouse.
  28. a et b Salies 1989, vol. 1, p. 253-254.
  29. Chalande 1915, p. 130.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Chalande, « Histoire des rues de Toulouse », Mémoires de l'Académie des Sciences et Belles-Lettres de Toulouse, 11e série, tome III, Toulouse, 1915, p. 124-131.
  • Pierre Salies, Dictionnaire des rues de Toulouse, Toulouse, éd. Milan, (ISBN 978-2867263545).
  • Dominique Cardon, Rémy Cazals, Philippe Delvit, Gilbert Larguier et Jean Vaquer, L'industrie de la laine en Languedoc depuis la préhistoire jusqu'à nos jours, APALR-Les Audois, Montpellier-Carcassonne, 1995 (ISBN 2-9507610-1-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]