Relaps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Relapse.

Relaps est le terme par lequel l'autorité religieuse désigne un adepte retombé dans ce qu'elle considère comme une hérésie après qu'il y a solennellement renoncé.

La notion connaît un grand développement dans le cadre du christianisme mais s'emploie aussi dans les religions caractérisées par un corpus de dogmes ou en voie de dogmatisation.

Christianisme[modifier | modifier le code]

La question du relaps ne peut se comprendre sans rapport avec le pardon et la réconciliation. Au IIe siècle du christianisme, nombre d'hétérodoxies furent qualifiées d'hérésies parce que jugées déviantes par rapport à la foi catholique.

Le baptême étant alors le seul sacrement du pardon des péchés [réf. nécessaire], quelques-uns souhaitaient selon les cas :

Tel était le cas des Novatiens (Syrie), Mélétiens (Égypte), les Donatistes (Maghreb).

Au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Jacques de Molay, dernier maître de l'Ordre du Temple, fut exécuté comme relaps après être revenu sur les aveux qu'il avait consentis sous la torture[1]. Et Jeanne d'Arc fut exécutée comme relaps pour avoir - malgré sa promesse - porté des vêtements d'homme, bien que ses vêtements féminins lui eussent été retirés.

D'une façon générale, nombre de personnes interrogées par l'Inquisition (nouveaux convertis, marranes...) étaient soupçonnées d'être relaps.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. BARBER Malcolm, Le Procès des Templiers, Paris, Tallandier, , 493 p. (ISBN 978-2847344295)

Voir aussi[modifier | modifier le code]