Roman Kreuziger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Roman Kreuziger
Roman Kreuziger (Tour de France 2009 - Stage 17).jpg
Roman Kreuziger lors de la 17e étape du Tour de France 2009
Informations
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialités
Équipes amateurs
2002-2004GS Schumacher-Wetzikon-Saeco
2005GS Plzeň
Équipes professionnelles
Principales victoires

1 championnat
MaillotRepúblicaCheca.PNG Champion de République tchèque sur route 2016

2 courses par étapes
Tour de Suisse 2008
Tour de Romandie 2009
2 classiques
Classique de Saint-Sébastien 2009
Amstel Gold Race 2013
1 classement annexe de grand tour
Leader du classement du meilleur jeune Meilleur jeune du Tour d'Italie 2011
1 étape dans les grands tours
Tour d'Italie (1 étape)

Roman Kreuziger (né le à Moravská Třebová) est un coureur cycliste tchèque, membre de l'équipe Mitchelton-Scott. Il a notamment remporté le Tour de Suisse 2008, le Tour de Romandie 2009 et l'Amstel Gold Race 2013. Il devient à chacune de ces trois occasions le premier vainqueur tchèque de ces épreuves.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Roman Kreuziger naît le à Moravská Třebová. Son père, également prénommé Roman, a été coureur cycliste et vainqueur notamment du Circuit des Ardennes et du Tour d'Autriche dans les années 1980[1]. Dès son plus jeune âge, il s'est essayé à différents sports, le football tout d'abord puis le hockey sur glace et enfin, à l'âge de onze ans, il se dirige vers le cyclisme. Son père devient son entraineur puis Pecenka Rabon et Skoda Plzen[2].

Roman Kreuziger est diplômé de la Sporting & Business school de Plzeň. Il vit actuellement à Plzeň. Il parle l'italien et l'allemand et a deux sœurs, Hélène et Teresa[2].

À l'âge de quinze ans, il rejoint l'équipe junior GS Schumacher-Wetzikon-Saeco, vivier de la formation professionnelle suisse Saeco-Romer's-Wetzikon[3], il brille dans cette catégorie en remportant deux fois le Tour de Toscane Juniors (2003 et 2004) et les titres de champion national de sa catégorie en ligne et contre-la-montre. En octobre 2004 à Vérone, il est sacré champion du monde junior sur route après avoir obtenu la médaille d'argent en contre-la-montre[4]. La même année, il est également médaillé d'argent aux mondiaux de cyclo-cross junior derrière le Belge Niels Albert[5]. Grâce à ses succès il remporte la Coupe du monde UCI Juniors.

En 2005, il évolue dans les rangs espoirs de l'équipe GS Plzeň, formation satellite de l'italienne Podenzano, et se classe deuxième du Tour des régions italiennes[6]. En octobre, il signe un premier contrat de trois ans avec l'équipe ProTour italienne Liquigas[7].

Début de carrière professionnelle chez Liquigas[modifier | modifier le code]

Durant sa première saison professionnelle, Roman Kreuziger obtient pour meilleurs résultats deux neuvièmes places au Trophée de la ville de Castelfidardo et au Grand Prix de l'industrie, du commerce et de l'artisanat de Carnago, tous deux disputés au mois d'août. Lors des championnats de République tchèque, il se classe cinquième du contre-la-montre et septième de l'épreuve en ligne. En fin de saison, il participe au Tour de Pologne (15e) puis est l'un des six coureurs sélectionnés en équipe nationale pour l'épreuve en ligne des championnats du monde à Salzbourg en Autriche. Il termine l'épreuve en 87e position[8].

Il s'est révélé avec des deuxièmes places sur le prologue de Paris-Nice en 2007, et quelques mois plus tard sur celui du Tour de Romandie. Il confirme ces bons résultats sur le sol suisse en terminant deuxième en 2008 et troisième du Tour de Suisse 2009. Il remporte également le Tour de Suisse 2008 et le Tour de Romandie 2009. Il a bâti ce succès dans le Tour de Suisse sur sa victoire dans un contre-la-montre en côte lors de l'avant-dernière étape, devançant ainsi au général quelques pointures du peloton, telles qu'Andreas Klöden, deuxième.

Il se présente ainsi au Tour de France 2008 dans la peau d'un outsider possible, même s'il déclare s'y présenter pour apprendre[9]. Pour sa première participation, il termine 13e au classement général et deuxième meilleur jeune derrière le Luxembourgeois Andy Schleck.

En 2009, il reste chez Liquigas et continue son ascension. Il gagne le Tour de Romandie ainsi qu'une étape. Au mois de juin, il termine troisième du Tour de Suisse qu'il avait remporté l'année précédente. Il arriva sur le Tour de France avec l'objectif d'entrer dans le top 10. Il se classa neuvième et deuxième meilleur jeune derrière Andy Schleck, 2e du classement général. Il remporte la Classique de Saint-Sébastien au mois d'août, après le déclassement de Carlos Barredo[n 1].

Malgré le retour d'Ivan Basso à un très bon niveau, Roman Kreuziger décide de rester chez Liquigas devenue Liquigas-Doimo. Il a pour objectif d'améliorer sa 9e place sur le Tour de France et d'aider Vincenzo Nibali sur le Tour d'Espagne. Il commence sa saison en remportant le Tour de Sardaigne et en terminant sur le podium de Paris-Nice. Il termine ensuite cinquième de l'Amstel Gold Race. Après un abandon au Tour de Romandie et le Tour de Suisse, il arrive sur le Tour de France avec une certaine incertitude[réf. nécessaire]. Kreuziger s'y classe huitième[n 2],[12], et est troisième au classement du meilleur jeune, derrière Andy Schleck et Robert Gesink. Pour terminer la saison, il aide Nibali à remporter la Vuelta.

2011-2012, chez Astana[modifier | modifier le code]

En 2011, Kreuziger part chez Astana, où l'on cherche un remplaçant à Alberto Contador. Kreuziger est désigné leader de son équipe sur le Tour d'Italie qu'il dispute pour la première fois. Il commence sa saison en terminant 4e du Tour du Trentin et 4e de Liège-Bastogne-Liège. Au Giro, il est accompagné, pour l'épauler en montagne, de Kišerlovski, Tiralongo, Jufré et Masciarelli notamment. Il termine cinquième du classement général[13],[14] et remporte le classement du meilleur jeune. C'est son meilleur résultat sur un grand tour. Il dispute ensuite le Tour de France, qu'il termine à la 112e place. Après ce Tour, deux microfractures à la hanche, dues à sa chute lors de la septième étape, lui sont diagnostiquées, entraînant une période de six semaines sans compétition[15]. Sélectionné pour la course en ligne des championnats du monde, il n'en prend pas le départ. Il juge le parcours « très technique et donc dangereux », et préfère ne pas disputer la course pour éviter une nouvelle blessure[16].

En 2012, toujours chez Astana, il privilégie une nouvelle fois le Giro au Tour de France. Il entame donc sa saison dans cette optique et obtient ses premiers résultats significatifs lors de Tirreno-Adriatico où il prend la deuxième place des quatrième et cinquième étapes et est finalement troisième au classement général. Il participe ensuite au Tour du Trentin puis au Tour de Romandie où il prend à chaque fois la sixième place finale. Il se présente au départ du Giro où il déclare viser un podium. En milieu de troisième semaine, il se situe à la cinquième place à min 27 s du maillot rose Joaquim Rodríguez. Lors de la 17e étape menant à Cortina d'Ampezzo en empruntant notamment le Passo Giau, il concède plus de 11 minutes sur les favoris au classement général et abandonne tous ses espoirs de podium en chutant au-delà de la 15e place. Il se console toutefois avec le gain de la 19e étape menant à l'Alpe di Pampeago : en attaquant lors du premier passage sur cette montée, il parvient à s'échapper et à conserver un maigre avance sur les favoris au passage de la ligne. Il termine ce Giro à la 15e place, loin de ses ambitions.

2013-2016 chez Saxo-Tinkoff[modifier | modifier le code]

En 2013, Kreuziger signe chez Saxo Tinkoff. Il commence sa saison dans le sud de la France lors du Tour méditerranéen puis le Tour du Haut-Var. Il participe en mars à Tirreno-Adriatico. Il est classé deux fois dans les dix premiers. Ensuite, il court Grand Prix Miguel Indurain, où il est sixième. Début avril, il se classe 18e du Tour du Pays basque. Le 14 avril, il dispute l'Amstel Gold Race. À 18 km de l'arrivée, il attaque en compagnie d'un petit groupe dont il s'extrait à 7 km de l'arrivée et s'en va alors remporter la course en solitaire. Il devient à cette occasion le premier vainqueur tchèque de cette course néerlandaise.

En juin, il est l'auteur d'un bon Tour de Suisse et fait partie des meilleurs dans la montagne. Il termine sur le podium, devancé au général par Rui Costa et Bauke Mollema. Il prend le départ du Tour de France où il a pour rôle d'aider Alberto Contador à gagner. Il s'avère que ce dernier n'a pas les résultats attendus, et qu'il a même du mal à suivre Kreuziger dans les étapes pyrénéennes. Troisième du classement général avant d'entamer les étapes décisives dans les Alpes, il achève la centième édition du Tour à la cinquième place, soit son meilleur résultat sur la course. Il contribue à la victoire de l'équipe Saxo-Tinkoff au classement par équipes.

Peu après le Tour, il se classe 3e de la Classique de Saint-Sébastien. Il annonce ensuite qu'il participera au Tour d'Espagne, avec pour objectif de se préparer pour les championnats du monde, aider ses leaders Rafał Majka et Nicolas Roche, et gagner une étape[17]. Il abandonne cette Vuelta après deux semaines de courses afin de préparer les championnats du monde. Il renonce cependant à les disputer, ne s'estimant pas dans une forme satisfaisante[18].

En début de saison 2014, Roman Kreuziger est huitième du Tour d'Oman, cinquième des Strade Bianche. En mars, il finit troisième de Tirreno-Adriatico, remporté par son leader Alberto Contador. En avril, il est successivement 17e du Tour du Pays basque, où s'impose également Contador, 18e de l'Amstel Gold Race, huitième de la Flèche wallonne, septième de Liège-Bastogne-Liège. En juin, l'Union cycliste internationale (UCI) annonce l'ouverture d'une procédure disciplinaire à l'encontre de Roman Kreuziger, en raison d'anomalies dans son passeport biologique en 2011 et 2012. L'UCI a demandé à Kreuziger en mai 2013 de justifier ces données. Les analyses d'experts sollicitées par le coureur, selon lesquelles les variations des données sanguines ne sont pas dues à l'usage de produits dopants, n'ont pas convaincu le panel d'expert de la Fondation antidopage dans le cyclisme (CADF). Bien qu'il ne soit pas suspendu à ce stade de la procédure, l'équipe Tinkoff décide de ne pas aligner Kreuziger au Tour de France, qui débute la semaine suivante[19],[20]. Alors qu'il comptait disputer le Tour de Pologne et le Tour d'Espagne, l'UCI décide de le suspendre provisoirement au début du mois d'août[21]. Kreuziger fait appel de la décision de le suspendre provisoirement, mais celle-ci est confirmée par le Tribunal arbitral du sport (TAS)[22]. En septembre 2014, il est acquitté par la Commission d'arbitrage du Comité Olympique tchèque (COC) qui considère que les valeurs du passeport biologique (de Kreuziger) n'ont pas dépassé les valeurs basales[23]. L'UCI envisage de faire appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS)[24]. Fin 2014, La Gazzetta dello Sport révèle qu'il fait partie des clients du controversé médecin italien Michele Ferrari[25]. Le 5 juin 2015, il est annoncé que l'UCI et l'AMA laissent tomber les procédures judiciaires[26],[27].

2017-, chez Orica-Scott[modifier | modifier le code]

En août 2016, il signe un contrat avec l'équipe cycliste Orica-Scott[28].

Palmarès sur route et classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultat sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

8 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

4 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

4 participations

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Classement ProTour nc[30] 79e[31] 4e[32]
Calendrier mondial UCI 7e[33] 22e[34]
UCI World Tour 29e[35] 20e[36] 11e[37] 39e[38] 61e[39] 61e[40]
UCI Europe Tour 345e[41]
Légende : nc = non classé

Palmarès en cyclo-cross[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carlos Barredo, initialement vainqueur de la Classique de Saint-Sébastien 2009, a été déclassé en juillet 2014 par l'UCI[10].
  2. a b et c Initialement neuvième, il obtient la huitième place à la suite du déclassement d'Alberto Contador en février 2012[11]. Sa place n'est pas modifiée après le déclassement de Denis Menchov en 2014.
  3. Antonio Colom, initialement deuxième du Tour du Pays basque 2009, a été déclassé par l'UCI[29]. Kreuziger, initialement dixième, est reclassé neuvième.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Roman Kreuziger père sur Siteducyclisme.net
  2. a et b http://romankreuziger.com/it/about-me.htm
  3. (de) http://www.izh.ch/gs_schumacher/info.htm, sur www.izh.ch
  4. (en) « Kreuziger cruises to Verona Victory », Cyclingnews.com, 2 octobre 2004
  5. (en) « Albert crowns season with first World's win », Cyclingnews.com, 31 janvier 2004
  6. (en) Stage 6 - May 1: Perugia - Sinalunga, 124,2 km, Cyclingnews.com, 1er mai 2005
  7. (en) « Junior World Champion turns pro », Cyclingnews.com, 13 octobre 2005
  8. (en) « Bettini adds rainbow to gold », Cyclingnews.com, 24 septembre 2006
  9. Kreuziger fait son trou - Tour de Suisse - UCI Pro Tour - 2008 - Tour de Suisse - CYCLISME - Eurosport
  10. (en) « Menchov case an example of the UCI's "new way of communicating" on doping violations », sur cyclingnews.com, (consulté le 15 juillet 2014)
  11. a et b « Contador suspendu deux ans ! », sur lequipe.fr,
  12. a b et c « World Ranking #13 - Tour de France (FRA/HIS) 03 Jul-25 Jul 2010 - General classification: Rotterdam - Paris » [archive du ], sur uci.infostradasports.com (consulté le 11 octobre 2012)
  13. a b et c Initialement 6e, il est reclassé 5e après le déclassement d'Alberto Contador en février 2012[11].
  14. a b et c « Giro d'Italia (ITA/UWT) 07 May-29 May 2011 - General classification: Venaria Reale - Milan » [archive du ], sur uci.infostradasports.com (consulté le 23 février 2012)
  15. (en) « Plaster cast for Kreuziger after Tour de France crash », sur cyclingnews.com, (consulté le 27 septembre 2012)
  16. (en) « Kreuziger withdraws from Worlds road race », sur cyclingnews.com, (consulté le 27 septembre 2012)
  17. (es) « Kreuziger disputará la Vuelta a España », sur biciciclismo.com,
  18. (en) « Kreuziger pulls out of world championships », sur cyclingnews.com, (consulté le 4 juillet 2014)
  19. « Kreuziger : anomalie dans son passeport biologique », sur lequipe.fr, (consulté le 4 juillet 2014)
  20. « Kreuziger denies blood passport abnormalities, pulled from Tour de France squad », sur cyclingnews.com, (consulté le 4 juillet 2014)
  21. « Déclaration de l'UCI concernant Roman Kreuziger », sur uci.ch, (consulté le 3 août 2014)
  22. Kreuziger reste provisoirement suspendu sur tas-cas.org
  23. Dopage présumé : Roman Kreuziger blanchi par le Comité olympique tchèque sur eurosport.fr
  24. Déclaration de l'UCI au sujet de Roman Kreuziger sur uci.ch
  25. (it) I corridori coinvolti, tra i 38 c'è Marcato sur gazzetta.it
  26. L’UCI et l’AMA mettent fin à la procédure engagée devant le TAS au sujet de Roman Kreuziger sur uci.ch
  27. « UCI and WADA drop biopassport case against Kreuziger », Cyclingnews.com, Future plc,‎ (lire en ligne)
  28. « Le journal des transferts », sur velo101.com, (consulté le 1er août 2016)
  29. (en) «  Results - Cycling - Road 2009 - Men Elite Vuelta Ciclista al Pais Vasco (ESP/UPT) - 06 Apr-11 Apr 2009 - General classification: Ataun - El Corrillo » [archive du ], sur uci.ch, Union cycliste internationale (consulté le 1er août 2014)
  30. « Classement ProTour 2006 », sur uciprotour.com (consulté le 16 juillet 2011)
  31. « Classement ProTour 2007 », sur uciprotour.com (consulté le 16 juillet 2011)
  32. « Classement ProTour au 20 septembre 2008 », sur http://www.memoire-du-cyclisme.eu/, (consulté le 6 avril 2013)
  33. « Classement Mondial UCI 2009 », sur dataride.uci.ch, UCI, (consulté le 15 août 2017)
  34. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  35. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  36. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  37. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  38. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  39. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  40. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  41. « Classements Route UCI 2005 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :