El Dorado (film, 1966)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eldorado (homonymie).
El Dorado
Réalisation Howard Hawks
Scénario Leigh Brackett
Acteurs principaux
Durée 126 minutes
Sortie 1966

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

El Dorado est un film américain de Howard Hawks sorti en 1966.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cole Thornton (John Wayne), célèbre mercenaire, est engagé par un riche propriétaire terrien Bart Jason (Edward Asner) pour l'aider dans une guerre qui l'oppose à la famille Mc Donald.

Alors qu'il s'arrête dans la ville d'El Dorado, le shérif local Jimmy Harah (Robert Mitchum), vieil ami de Thornton, vient s'enquérir auprès de lui de l'objet de sa présence dans la ville, et lui explique que Jason est en fait prêt à tout pour s'emparer des sources d'eau de la famille Mc Donald.

Pendant ce temps, les Mc Donald apprennent que Thornton est en ville et pensant qu'il vient pour les tuer, Kevin Mc Donald (R. G. Armstrong) laisse son plus jeune fils Luke (Johnny Crawford) en poste sur un rocher. Mais le fils s'endort, et lorsque Thornton, après avoir refusé l'offre de Jason, arrive, le jeune Mc Donald tire en l'air pour prévenir sa famille de l'arrivée du mercenaire. Malheureusement, Thornton, d'un geste réflexe, l'abat. Il ramène le corps de Luke à la ferme Mc Donald et explique son histoire. Impulsivement, la sœur de Luke, Joey (Michele Carey) décide de venger la mort de son frère et se met en embuscade pour tuer Thornton. Elle ne réussit qu'à le blesser. La balle se loge près de l'épine dorsale et paralyse temporairement Thornton du côté droit, ceci à chaque fois que la balle se met à bouger. Le docteur d'El Dorado (Paul Fix) est incapable de retirer la balle. Cependant Thornton, après sa convalescence, part pour une autre affaire.

Environ sept mois après, Thornton rencontre dans un bar un autre mercenaire nommé Nelse McLeod (Christopher George) et un jeune homme surnommé Mississippi (James Caan), venu pour se venger d'un homme de main de Mc Leod. Thornton apprend que Mc Leod a été engagé par Jason pour faire le même travail que celui que Thornton avait refusé quelques mois avant. Il apprend aussi que le shérif Harrah est tombé dans l'alcool à la suite d'une affaire de cœur. Thornton retourne à El Dorado, où lui, Mississippi, et le shérif adjoint Bull (Arthur Hunnicutt) essaie de faire de leur mieux pour protéger les Mac Donald des manigances de Jason, et remettre sur pied Harrah.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Le film reprend le scénario de Rio Bravo du même réalisateur. On y retrouve notamment certaines scènes-clefs – quoique légèrement modifiées. Cependant, il dépasse le simple remake et présente une nouvelle version des personnages et une intrigue plus complexe.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Cascades 
  • Jack N. Young (Il double James Caan dans le plan où les chevaux sautent au-dessus de lui.)

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • À la sortie du film, Marcel L'Herbier, lui-même auteur d'un film intitulé El Dorado, suggère que le film d'Howard Hawks s'intitule "Eldorado", en un seul mot.
  • Les paroles de la chanson du générique d'ouverture, (version française) : Du soir jusqu’au matin, Et de l’aube au couchant, Par-delà les montagnes, Et les plaines d’argent, Un homme s’en va, Vers un monde nouveau Il s’en va chercher L’El Dorado … Oui, va, Car ton cœur  N’aura jamais De repos, Va, Il existe Quelque part L’El Dorado … Déjà, Le vent se lève, Le ciel devient plus lourd, Et chaque pas te pèse, Mais tu marches toujours, Sans te retourner, Tu trouveras bientôt, Ce que tu cherchais L’El Dorado Oui, va, Car ton cœur  N’aura jamais De repos, Va, Il existe Quelque part L’El Dorado … Au cœur De tous les hommes, Se trouve une lumière, C’est l’espoir et l’amour Qui font tourner La Terre, Si tu cherches toujours, Sans trêve, ni repos, Oui, tu le trouveras L’El Dorado Oui, va, Car ton cœur  N’aura jamais De repos, Va, Il existe Quelque part L’El Dorado L’El Dorado … (texte original inspiré d’Edgar Allan Poe, traduit par Stéphane Mallarmé) composé par Nelson Riddle - John Gabriel et interprété (dans la version originale) par George Alexander et The Mellomen

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]