Réseau Johnny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Johnny.

Le Réseau Johnny, créée en 1940, est un réseau de résistants français bretons pendant la Seconde Guerre mondiale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Réseau Johnny, reconnu réseau « Français Libres », fut créé fin 1940 par des Bretons : Jean Le Roux[1], Jean Milon[2], Robert Alaterre[3] et Daniel Lomenech[4] débarquent le à Lampaul-Ploudalmézeau avec deux postes émetteurs pour créer le réseau Johnny, chargé principalement de surveiller les mouvements de la Kriegsmarine autour du port de Brest.

Jean Le Roux fit la première émission de radio clandestine de la résistance vers la Grande-Bretagne depuis Quimper le depuis la chambre occupée par les frères Guy et Paul Vourc'h[5]. Ils se cachèrent un temps dans le château de Kerambleiz à Plomelin. Un second radio est recruté en mai 1941 par Jean Le Roux pour monter une antenne à Brest. Ce radio sera arrêté avant d'émettre.

Un troisième radio est recruté en août 1941. Ce nouveau site sera mis en place par Jean Le Roux à Carhaix. les membres de cette antenne seront arrêtés le . L'un d'eux, Joseph Le Borgne sera fusillé à la forteresse du Mont Valérien en juillet 1942. Les trois autres seront incarcérés jusqu'à juillet 1942.

Plaque commémorative de la première émission de radio clandestine émise par le réseau Johnny à destination de Londres à Kerfeunteun

Parmi les membres du réseau, on peut citer aussi le père de Jean Milon, Yves Milon, futur membre du Comité départemental de Libération et futur maire de Rennes, Xavier Trellu et Marcel Le Roy[6].

Un nouveau site sera mis en place le 2 octobre 1941 à Rennes grâce à l'aide du doyen Milon. Le Roux, assisté de Marcel Le Roy, assure les liaisons avec Londres. Nombre d'informations viennent de la région parisienne. Fin 1941, à la suite d'une imprudence d'un membre du réseau, l'antenne de Rennes est démantelée à son tour, mais les deux radios échappent à l'arrestation.

Les membres du réseau passent souvent en Angleterre ou en reviennent en étant embarqués ou débarqués clandestinement au large des Glénan à bord de sous-marins anglais, tel le Sea Lion ou en utilisant des chalutiers concarnois tels Le Dinan (N51 ou MFV 2023 pour les Anglais), chalutier en bois armé basé en Angleterre à Darmouth, puis à Falmouth, qui avait l'avantage de passer inaperçu près des côtes bretonnes et que commanda un temps Daniel Lomenech ou encore le Président Herriot (A04 pour les Anglais), autre chalutier concarnois ; par la suite, à partir de décembre 1942, une pinasse de Guilvinec (P11) fut également utilisé pour effectuer ces liaisons[7]. « Le réseau Johnny joua un rôle de premier plan dans la surveillance des croiseurs allemands à Brest »[8].

À partir d'un plan monté par l'Abwehr d'Angers, entre le 14 et 19 février 1942, la plupart des membres du réseau (Quimper et ses satellites) sont arrêtés par les Allemands. Les témoignages sur l'origine de ses arrestations sont essentiellement ceux d'un ancien agent de l'Abwehr, Lorrain d'origine. Elles furent reprises par certains anciens membres du réseau et par des auteurs dont la source est uniquement celle-là. Ces déclarations sont, grâce à la communication des archives, aujourd'hui, pour le moins discutées.

Plaque commémorative en l'honneur de morts du "réseau Johnny" à Kerfeunteun (Quimper)

Jean Le Roux rejoint la zone non occupée le 1er mars 1942. Il rejoint Alaterre à Londres et ne reviendra en France qu'après la libération de la Bretagne. Le réseau cesse d’exister en juillet 1942, pratiquement anéanti par les arrestations.

Pendant ses 28 mois d'activité, le réseau Johnny, qui a compté en tout 197 agents reconnus, compta 53 morts les noms de 28 d'entre eux apparaissent sur une plaque commémorative située sur un mur près de l'église de la Trinité à Kerfeunteun, ancienne commune désormais englobée dans Quimper : Marie Alizon[9], Yves Amouret[10], Jacques Andrieux[11], Jules Belin[12], Jean-Louis Benoit[13], Alphonse Bérard[14], Henri Chapel[15], Marguerite Chavaroc[16], Marcel Cotteret[17], Yves Marie Frelaud[18], Auguste Gantier[19], Laurent Guillou[20], Toussaint Hardouin[21], Max Hugon[22], Jean Jézéquel[23], Louis Kerangall[24], Lina Khune [ou Khun][25], Arthur Lambert[26], Joseph Le Borgne[27], Raymond Le Corre[28], Joseph L'Helgoualc'h[29], Pierre-Marie Le Pape[30], Yvonne Le Roux[31], Louis Lomenech[32], Odette Lomenech[33], Jean Malavoy[34], Jean Milon[2], Roger Mirande[35], Fernand Morice[36], Michel Prisant[37], Jean-François Tilly[38], Joseph Trellu[39], André Viau[40]. Plusieurs dizaines d'autres membres de ce réseau ont été déportés[41].

Le réseau Johnny eut des liens avec un autre réseau de renseignements actif en France à la même époque, le réseau Jade-Fitzroy.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une rue de Quimper porte le nom d'avenue du Réseau Johnny.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Le réseau Johnny », Revue de la France Libre, no 89,‎ (lire en ligne).
  • Jean Le Roux, Le réseau Johnny[42].
  • Docteur Joël Le Bras, l'affaire J-P. L., page 8 le réseau Johnny.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Le Roux, né à Lanmeur le , s'engagea dans la France libre dès décembre 1940 (il partit clandestinement de Camaret le , embarquant sur l'Émigrant ; il est décédé en octobre 2009, voir http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=81105
  2. a et b Jean Milon, né le à Rennes ; il réussit en mars 1941 à s'introduire clandestinement dans la base de sous-marins de Saint-Nazaire alors en construction ; arrêté par les Allemands, il parvint à s'enfuir et embarque clandestinement dans la nuit du 13 au sur le sloop La Madelon pour gagner l'Angleterre, mais le bateau disparut en mer, voir « http://auxmarins.net//fiche_marin/6652/Milon »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  3. Robert Alaterre, surnommé Johnny, né le à Nantes, embarque le à Douarnenez pour l'Angleterre à bord de la Petite Anna, débarque dans la nuit du à Lampaul-Ploudalmézeau et fut le chef du réseau Johnny jusqu'au n date à laquelle il dût s'enfuir depuis Concarneau pour l'Angleterre, voir http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=50766&page=1
  4. Daniel Lomenech, né le à Pont-Aven, participa à de nombreuses actions de renseignements en Bretagne jusqu'en août 1943, date à laquelle il reste en Grande-Bretagne car les Allemands, l'ayant identifié, le recherchent il servit pendant le reste de la guerre à bord de sous-marins anglais, voir http://www.pontaven.com/Daniel-Lomenech
  5. Guy Vourc'h, né le à Plomodiern et Paul Vourc'h né le à Plomodiern
  6. Marcel Le Roy, né le , d'origine mayennaise, rejoignit le groupe Johnny au cours de l'été 1941, devenant opérateur radio. Il fut arrêté en février 1942, puis déporté en juillet 1943 au Camp de concentration de Natzwiller-Struthof, puis au kommando d'Erringen et ensuite à Dachau. Une stèle commémorative située à Kerfeunteun le représente en compagnie du général de Gaulle. Après guerre, il fut maire de Niort-la-Fontaine et conseiller général de Lassay-les-Châteaux, voir http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=79846
  7. http://www.france-libre.net/cnrd/2013/recit-evenements-vecus-townsend.php et http://www.france-libre.net/temoignages-documents/temoignages/reseau-johnny.php
  8. Christian Bougeard, "Histoire de la Résistance en Bretagne", éditions Jean-Paul Glisserot, 1992 (réédition 2002) [ (ISBN 2877470911)]
  9. Marie Alizon, née le à Rennes, arrêtée, ainsi que sa sœur Simone, en mars 1942, elles sont toutes les deux déportées à Auschwitz le où Marie Alizon meurt d'épuisement le  ; sa sœur Simone survécut et se maria après guerre avec un autre membre du réseau Johnny, Jean Le Roux, voir http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/biogr/alizon.htm et http://www.memoirevive.org/marie-dite-mariette-et-simone-dite-poupette-alizon-31777-et-31776/
  10. Yves Amouret, né le au Vieux-Marché (Côtes-du-Nord), déporté depuis le Camp de Royallieu à Compiègne le au camp de concentration de Neuengamme, puis à celui de Bergen-Belsen où il décède le , voir http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/deportation/22/deportes22-jo.htm
  11. Jacques Andrieux, né le à Pleyber-Christ, médecin, arrêté en 1942 et déporté le vers le camp de concentration de Hinzert et mort en déportation vers février 1945 ; son fils le général Jacques Andrieux, né le à Lorient (voir http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/22.htm) et engagé dans la France libre lui a consacré un livre Une poignée d'As paru aux Presses de la Cité, voir http://www.c-royan.com/arts-culture/litterature/livres-et-auteurs/264-jacques-andrieux.html
  12. Jules Belin, né le à Rennes, arrêté le à Rennes et déporté à Neue Bremm près de Sarrebruck, puis à Mauthausen où il décède le , voir http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/ccmr/dep35-jo-a-g.htm
  13. Jean-Louis Benoit, né le à Paris (4e arrondissement), déporté depuis la gare de l'Est à Paris le vers Neue Bremm, décédé le au camp de concentration de Mauthausen, voir memorialgenweb.org
  14. Alphonse Bérard, né le à Paris, déporté au camp de concentration de Mauthausen le , mort en déportation
  15. Né à Kerfeunteun, voir memorialgenweb.org - Quimper : monument aux morts de Kerfeunteun
  16. Marguerite Chavaroc est née le à Hennebont, mais résidait à Quimper lors de son arrestation, déportée à Auschwitz-Birkenau où elle décède le
  17. Marcel Cotteret, né le à Saint-Malo, commerçant, renseigna les Anglais sur les mouvements de navires dans le port de Saint-Malo avant d'être arrêté pour espionnage, fusillé au Mont-Valérien le , voir memorialgenweb.org
  18. Yves Marie Frelaud, né le à Nantes, déporté depuis le camp de Royallieu à Compiègne le vers Mauthausen, décédé le à Schlier (Allemagne)
  19. Auguste Gantier, né le à Chantenay, déporté à partir de la gare de l'Est à Paris le vers Neue Bremm, décédé le à Weimar (Allemagne), voir memorialgenweb.org
  20. Laurent Guillou, né le à Névez (Finistère), déporté depuis la gare de l'Est à Paris vers le camp de concentration de Hinzert, décédé le au camp de concentration de Dora, voir memorialgenweb.org
  21. Toussaint Hardouin, né à Thorigné-Fouillard le , arrêté le , mort en déportation au camp de concentration de Mauthausen le , voir https://www.ouest-france.fr/une-ceremonie-en-memoire-du-resistant-toussaint-hardouin-1076467
  22. Max Hugon, né à Kerfeunteun, décédé en 1942, voir memorialgenweb.org
  23. Jean Jézéquel, né le à Landévennec, déporté depuis le camp de Royallieu à Compiègne le à Mauthausen, décède le à Wiener Neudorf, voir http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/deportation/29/p6-list-hij.htm
  24. Louis Kerangall, né le à Coray, forgeron, domicilié à Cesson-Sévigné lors de son arrestation le  ; déporté depuis le camp de Royallieu à Compiègne le vers Sachsenhausen, puis transféré à Buchenwald où il décède le , voir http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/ccmr/p6-list-k.htm
  25. Lina Khun [ou Khune], sans famille connue, habitait Paris, arrêtée par la Gestapo en février ou mars 1942, décédée à Auschwitz au début de mars 1943 âgée de 35 à 40 ans, voir http://www.memoirevive.org/category/convoi-31000/biographies-31000/page/14/
  26. Arthur Lambert, dit "Vlado", né le à Saint-Julien-de-Vouvantes, est arrêté le à Paramé pour espionnage, condamné à mort le par le tribunal militaire allemand de Paris et fusillé le au Mont-Valérien, voir http://www.mont-valerien.fr/apprendre/lettres-de-fusilles/detail-lettres-fusiles/lettres-de-fusilles/lambert-arthur/?no_cache=1
  27. Joseph Le Borgne, né le à Audierne, employé de gare à Carhaix, arrêté le , emprisonné à Fresnes, fusillé le , voir http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/fusilles/fusilles-29.htm et https://www.ouest-france.fr/joseph-le-borgne-resistant-fusille-en-1942-1271346
  28. Raymond Le Corre, né le à Équerdreville, arrêté le par la Gestapo après avoir été dénoncé et il meurt à la prison de Saint-Lô victime d'un bombardement allié dans la nuit du 6 au , voir http://www.museedelaresistanceenligne.org/media.php?media=2501&expo=62&popin=true
  29. Joseph L'Helgoualc'h, né le à Plomodiern, voir http://www.france-libre.net/component/option,com_easytablepro/id,3/rid,8/view,easytablerecord/
  30. Né probablement à Kerfeunteun car son nom se trouve sur le monument aux morts de cette ancienne commune désormais rattachée à Quimper, voir memorialgenweb.org - QUIMPER : monument aux morts de Kerfeunteun
  31. Yvonne Le Roux, née en 1882 à Toulon, résidant à Morgat, à la tête d'un groupe surveillant à partir de la presqu'île de Crozon les mouvements des bateaux de guerre allemands dans le port de Brest, arrêtée le à Plomodiern, transférée à la prison de la Santé à Paris, déportée le à Neuengamme, puis à Ravensbrück, décédée de dysenterie et d'épuisement à Paris le quelques jours après son retour d'Allemagne, voir http://www.presqu-ile-de-crozon.com/guerre-1939-1945/tante-yvonne-le-roux-reseau-johnny-001.php, http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=79819 et http://fr.topic-topos.com/mme-leroux-dite-tante-yvonne
  32. Louis Lomenech, né le à Guidel, décédé le à l’hôpital d'Hermeskeil (Allemagne)
  33. Odette Le Glouannec, épouse Lomenech, née le à Pont-Aven, déportée depuis Paris par le convoi du , décédée à Bergen-Belsen le , voir memorialgenweb.org
  34. Jean Malavoy, né le à Rochefort, ingénieur en Chef des Mines, recueille des renseignements sur la base de sous-marins du Havre, arrêté par la Gestapo, déporté au camp de Mauthausen, exécuté le au Camp de concentration de Gusen (Autriche), voir http://www.annales.org/archives/x/malavoy.html et memorialgenweb.org
  35. Roger Mirande, né le à Ruelle, déporté depuis la gare de l'Est à Paris le vers le camp de Neue Bremm, puis celui d'Ebensee (Autriche) où il décède le , voir memorialgenweb.org
  36. Fernand Morice, né le à Lore (Orne), déporté depuis le camp de Royallieu près de Compiègne le vers le camp de concentration de Sachsenhausen, décède le à Neustadt in Holstein dans la baie de Lübeck, voir memorialgenweb.org
  37. Michel Prisant, né le à Paris (14e arrondissement), déporté depuis Compiègne le vrs le camp de concentration de Mauthausen où il décède le , voir memorialgenweb.org
  38. Jean-François Tilly, né le à Lannebert (Côtes-du-Nord), déporté à Orianenburg, décédé le à Concarneau des suites de sa déportation, voir memorialgenweb.org
  39. Joseph Trellu, né le à Tréboul, déporté depuis Compiègne le vers le camp de concentration de Sachsenhausen, puis celui d'Oranienburg où il décède le , voir http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/deportation/29/p6-list-tu.htm
  40. http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=50766&page=1
  41. http://www.letelegramme.fr/local/finistere-sud/quimper/ville/le-reseau-johnny-04-10-2010-1071013.php
  42. Voir https://books.google.fr/books?id=WcPYAQAAQBAJ&pg=PA165&lpg=PA165&dq=Robert+Alaterre&source=bl&ots=BndDzQQUVd&sig=M6kKEifX4GVc2fbHOa7lbuvQpRM&hl=fr&sa=X&ei=W7hNVMC9E46qOrnzgIAC&ved=0CE8Q6AEwCg#v=onepage&q=Robert%20Alaterre&f=false